Bulletin trimestriel des impacts liés au climat et aperçu saisonnier pour la région du golfe du Maine : mars 2014 (essai)

Mars 2014 (expérimental)

PDF (1,62 Mo)

Événements météorologiques majeurs - région du golfe du Maine de décembre 2013 à février 2014

Une tempête hivernale a laissé une épaisse couche de glace et plus de 30 cm (12 po) de neige sur la majeure partie de la région entre le 20 et le 23 décembre. L’aéroport de Saint John, au Nouveau-Brunswick, a enregistré 53 heures de précipitations verglaçantes. En raison de la tempête, plus de 170 000 clients du sud du Nouveau-Brunswick et plus de 100 000 clients dans le Maine ont été privés d’électricité pendant 11 jours. Après la tempête, on a enregistré des températures extrêmement froides inférieures à -25 °C (-13 °F).

Les 2 et 3 janvier, une tempête côtière a laissé jusqu’à 61 cm (24 po) de neige dans son sillage, principalement sur les côtes de la Nouvelle-Angleterre. La tempête a occasionné des vents violents qui ont causé du blizzard et des inondations dans le sud-est du Massachusetts.

Les statistiques démontrent une tendance au dégel tous les mois de janvier, qui dure habituellement quelques jours. Le dégel du mois de janvier, qui s'est produit vers le milieu du mois, s’est avéré plutôt chaud et persistant. Dans de nombreuses collectivités, les températures les plus élevées ont atteint ou dépassé 10 °C (50 °F) pendant plus d’une semaine. Ces conditions douces ont entraîné le mouvement des glaces sur de nombreuses rivières ainsi qu’une importante fonte des neiges.

Les 11 et 12 janvier au Nouveau-Brunswick, de la pluie verglaçante, de la pluie et des vents violents ont causé des problèmes de transport. On a par exemple enregistré 10 heures de pluie verglaçante à Bathurst et des rafales de 96 km/h (60 mi/h) à Saint John.

Un événement de refroidissement soudain a été observé le 27 janvier au Nouveau-Brunswick : les températures au-dessus du point de congélation ont chuté sous le point de congélation en peu de temps. Par exemple, on a noté une variation de température de 13 °C (23 °F) en une heure à Doaktown.

Le 22 janvier, un système dépressionnaire intense a entraîné du blizzard sur une grande partie des provinces maritimes. On a signalé des visibilités quasiment nulles, des chutes de neige atteignant jusqu'à 30 cm (12 po) et des rafales allant jusqu'à 80 km/h (50 mi/h); le maximum local sur la côte était de 102 km/h (63 mi/h).

Carte des provinces et des zones marines représentées dans le présent rapport
Description longue de la figure 1

Cette carte présente toutes les provinces et les zones marines représentées dans le présent rapport, y compris les États-Unis du Massachusetts, du New Hampshire et du Maine, ainsi que les provinces canadiennes du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. Elle comprend les zones marines de l'océan Atlantique qui bordent ces états et ces provinces.

À de nombreux endroits au Nouveau-Brunswick, la neige au sol avait atteint près de trois fois le niveau normal à la fin du mois de décembre.

En janvier, des écarts de température quotidienne importants ont été enregistrés partout dans la région. Le deuxième jour du mois, les températures ont chuté à près de -37 °C (-35 °F), tandis que le 12, elles ont dépassé les 10 °C (50 °F).

Le mois de février a constitué un autre mois enneigé. À Concord, au New Hampshire, ce mois-ci arrive au troisième rang des mois de février les plus enneigés, à 287 % de la normale. Au Nouveau-Brunswick, Gagetown a enregistré des chutes de neige à 229 % de la normale.

Jusqu’à 51 cm (20 po) de neige sont tombés sur plusieurs secteurs de la région les 15 et 16 février. Des vents soufflant à plus de 100 km/h (62 mi/h) ont entraîné du blizzard dans plusieurs collectivités des provinces maritimes, ont provoqué la chute d'arbres et ont privé des milliers de foyers d’électricité. Une onde de tempête de plus d’un mètre (3,3 pi) a été observée, mais on n’a pas signalé d'inondation généralisée.

Des records de jours consécutifs où l’on a observé des chutes de neige mesurables ont été enregistrés à Caribou, Maine et à Concord, New Hampshire. En effet, on a enregistré 13 jours consécutifs à Caribou, du 15 au 27 décembre, et sept jours consécutifs à Concord, du 9 au 15 décembre.

Aperçu du climat régional de décembre 2013 à février 2014

Température

Carte de la région du golfe du Maine

Écart par rapport à la normale

Balance des écarts de température
Description longue de la figure 2

Du 1er décembre 2013 au 28 février 2014.

Carte de la région du golfe du Maine (Massachusetts, New Hampshire, Maine, Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Écosse) indiquant en degrés Celsius les écarts de températures par rapport à la température normale. Les zones en violet, violet clair et blanc représentent les températures allant de -2 °C à des valeurs près de la normale, qui ont été observées dans la plupart des zones de la carte. La totalité de la portion américaine présentait des températures en dessous de la normale. Le Cap-Breton ainsi qu'une bonne partie du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse présentaient des températures près de la normale, voire légèrement en dessous. Les zones en rose et en rouge indiquent des températures allant de 0,5 °C à 2 °C au-dessus de la normale, que l'on a pu observer dans les régions situées à l'est et au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et au sud-ouest du Nouveau-Brunswick.

Le mois de décembre s’est avéré considérablement plus froid que la normale, avec des écarts  jusqu’à -7 °C (-12,6 °F). Quant au mois de janvier, il a été de manière générale plus doux; les températures moyennes étaient légèrement en deçà ou légèrement au-dessus de la normale. Les écarts de température observés aux États-Unis et dans le nord des provinces maritimes au cours du mois de février allaient de -2,2 °C (-4 °F) à des températures se rapprochant des normales saisonnières, ou les dépassant légèrement, partout ailleurs. Au cours de l’hiver, les températures sont passées de valeurs légèrement inférieures à la normale aux États-Unis à des valeurs légèrement en deçà ou se rapprochant des températures normales dans les Maritimes.

Cet hiver, en partie à cause du vortex polaire, l’air arctique s’est déplacé dans l’est des États-Unis et du Canada, tandis que de l’air plus chaud s’est répandu dans l’ouest des États-Unis et du Canada. Le vortex polaire est une zone de basse pression permanente à grande échelle située dans la haute atmosphère près des pôles qui renferme de l’air très froid. Lorsque le tourbillon circumpolaire est puissant, l’air froid demeure près du pôle. Par contre, lorsqu’il s’affaiblit, l’air froid se déplace vers le sud par l'intermédiaire du courant-jet dans certaines régions, tandis que d'autres régions se réchauffent.

Précipitations

Carte de la région du golfe du Maine

Pourcentage des quantités normales

Balance des précipitations en pourcentage
Description longue de la figure 3

Du 1er décembre 2013 au 28 février 2014.

Carte de la région du golfe du Maine présentant la distribution des précipitations par rapport à la normale pour les mois d'hiver. Les zones en vert et en vert foncé représentent les pourcentages de précipitations supérieures à la normale et sont concentrées dans les provinces maritimes canadiennes avec un pourcentage de précipitations normales allant de 110 à 150 % dans la plupart des zones. L'est et le nord de la Nouvelle-Écosse ont reçu jusqu'à 175 % de précipitations normales. La plupart des états du golfe du Maine sont colorés en blanc, avec des précipitations près de la normale; la couleur vert clair indique des précipitations légèrement supérieures dans certaines régions et la couleur marron clair représente des précipitations légèrement inférieures.

En décembre, des précipitations près ou au-dessus de la normale sont tombées sur la majeure partie de la région. Le nord de la Nouvelle-Écosse s’est avéré la région la plus humide, où l’on a enregistré 200 à 225 % des précipitations normales. Dans l’ensemble, les provinces maritimes et une grande partie du Maine ont reçu jusqu'à 200 % des précipitations normales en janvier, tandis que dans l’ouest du Maine et sur les côtes du New Hampshire et du Massachusetts, on a enregistré 50 à 90 % des précipitations normales. Le mois de février s’est avéré plus humide que la normale; en effet, certaines régions du Nouveau-Brunswick et de la côte du Massachusetts ont reçu 200 à 225 % des précipitations normales. En revanche, la partie centrale de la côte du Maine a été plus sèche, avec 75 à 100 % des précipitations normales. Au cours de l’hiver, les provinces maritimes ont reçu des précipitations au-dessus de la normale, avec une quantité atteignant jusqu'à 175 % dans certaines zones, tandis que dans le reste de la région, on a enregistré des quantités proches de la normale.

Les niveaux de températures et de précipitations normales sont établis selon les données recueillies de 1981 à 2010. Données sur les précipitations au Canada : Analyse canadienne des précipitations. Données sur les précipitations aux États-Unis : données interpolées des stations.

Températures à la surface de la mer

Carte de la température moyenne à la surface de la mer du golfe du Maine
Balance des zones de température

Températures moyennes à la surface de la mer tirées des données du radiomètre perfectionné à très haute résolution du National Oceanic and Atmospheric Administration. Crédit : University of Maine School of Marine Sciences et la Northeastern Regional Association of Coastal and Ocean Observing Systems

Description longue de la figure 4

Du 1er décembre 2013 au 28 février 2014.

Cette carte présente la température moyenne à la surface de la mer du golfe du Maine de décembre à février. La zone en bleu foncé de la carte, principalement les zones côtières et le Plateau néo-écossais, présente des températures entre 0 et 5 °C. Les zones en bleu clair indiquent des températures comprises entre 5 et 10 °C et couvrent une bonne partie du reste de la région. Les températures plus élevées sont colorées en vert, en jaune et en rouge pour indiquer des températures variant de 10 à 15 °C à l'est du banc Georges.

Au cours de l’hiver, la température moyenne à la surface de la mer dans la partie centrale du golfe du Maine et le banc Georges se situait entre 5 et 10 °C (41 et 50 °F). On a enregistré des températures plus fraîches le long du Plateau néo-écossais, de la baie de Fundy et des côtes de la Nouvelle-Angleterre, où la température moyenne à la surface de la mer se situait entre 0 et 5 °C (32 et 41 °F). En décembre et en janvier, les températures à la surface de la mer dans le golfe du Maine étaient, en général, plus chaudes que la normale, en particulier dans la partie centrale du golfe. Les températures enregistrées près des terres et sur la partie ouest du Plateau néo-écossais faisaient figure d’exception notable. En février, la majeure partie du golfe du Maine était plus chaude que la normale et les températures enregistrées dans la partie ouest du Plateau néo-écossais se sont élevées au-dessus de la moyenne. En revanche, des températures plus froides que la normale se sont maintenues près des côtes de la Nouvelle-Angleterre.

Les niveaux normaux de température à la surface de la mer sont établis selon les données recueillies de 1981 à 2010.

Répercussions régionales - décembre 2013 à février 2014

Énergie

Énergie NB a dû débourser 12 millions de dollars pour rétablir l’électricité au Nouveau-Brunswick après les tempêtes hivernales qui sont survenues à la fin du mois de décembre et au début du mois de janvier. Plus de 88 000 clients ont été privés d’électricité à un moment donné pendant cette période  et certains ont subi jusqu'à six pannes de courant. La hausse de la demande et la diminution des réserves ont contribué à l'augmentation du prix du gaz naturel et d'autres carburants cet hiver; quelques entreprises ont même demandé l’autorisation d’augmenter les taux en mi-saison. La hausse de la demande en granulés de bois a entraîné une pénurie dans certaines régions. (Voir l'article dans Metro News.)

Neige

En raison du rude hiver, des efforts considérables ont été déployés afin de veiller à la sécurité sur les routes. Jusqu’à la fin février, les dépenses du département des Transports du Maine s'élevaient à 25,4 millions de dollars pour enlever la neige et traiter les routes, par rapport à 15,7 millions de dollars pendant un hiver moyen. Dans le cas des villes, Truro, en Nouvelle-Écosse, avait dépensé 35 % de plus que le budget qui lui est accordé pour le déneigement et le déglaçage dès la fin du mois de février. L’utilisation des sels de voirie était également en hausse cet hiver. À la mi-février, le département des Transports du Maine avait prévu que l'utilisation de sel au cours de cette saison serait la plus forte en six ans. (Voir l'article dans Bangor Daily News.)

Carte des chutes de neige totales au-dessus de la normale pour la région du golfe du Maine

Pourcentage des chutes de neige normales (%)

Balance des chutes de neige en pourcentage

La majeure partie de la région a enregistré des chutes de neige supérieures à la normale au cours de l'hiver. La région de Cape Cod, au Massachusetts, s'est avérée être la zone la plus enneigée de la région, à plus de 200 % de la normale. Les provinces maritimes et la majeure partie du Maine et du New Hampshire ont reçu des chutes de neige presque égales ou supérieures à la normale, affichant des écarts de 90 à 200 %. En revanche, l'ouest du Maine et le nord du New Hampshire ont enregistré des chutes de neige inférieures à la normale, affichant des écarts de 75 à 90 %.

Description longue de la figure 5

Du 1er décembre 2013 au 28 février 2014.

Cette carte indique des chutes de neige totales au-dessus de la normale pour la région du golfe du Maine au cours de l'hiver. Les zones en vert et vert foncé indiquent des chutes de neige comprises entre 110 et 200 % au-dessus de la normale pour les mois de décembre, janvier et février, qui sont tombées sur une bonne partie de la région, à l'exception du nord-ouest du Maine et du nord du New Hampshire, où le blanc et le marron clair indiquent des chutes de neige près de la normale ou inférieures à la normale; des chutes de neige jusqu'à 25 % au-dessous de la normale ont également été observées dans certaines zones.

Loisirs

En décembre, les activités qui dépendent de conditions météorologiques froides étaient en hausse. De la glace épaisse s’est formée plus tôt cet hiver par rapport aux années précédentes sur les lacs du Maine, faisant ainsi démarrer d’avance la saison de la pêche sur glace. En raison du gel précoce, la glace était assez dure pour organiser le tournoi de pêche sur glace du lac Sebago pour la première fois en trois ans. Pendant la semaine entre Noël et le jour de l’An, tous les centres de ski de fond et de ski alpin de l’État du Maine étaient ouverts, ce qui est plutôt inhabituel selon la Ski Maine Association. Cependant, un dégel au mois de janvier a forcé la station de ski de Crabbe Mountain au centre du Nouveau-Brunswick à fermer pendant quelques jours, faisant ainsi perdre à la région  des milliers de visiteurs. Bien que les tempêtes du mois de février aient apporté de la neige à la station de ski, elles ont également causé des pannes d’électricité et d’autres problèmes. (Voir l'article dans Press Herald.)

Insectes

Des entomologistes de la région disent que les basses températures limiteront probablement la population d’arpenteuses tardives cette année. Des recherches sont en cours afin de déterminer si les températures froides entraînent un taux de mortalité plus élevé chez les adultes (qui s’accouplent en décembre et ont besoin de températures au-dessus du point de congélation) ou chez les œufs, qui gèlent lorsque les températures descendent en dessous de -29 °C (-20 °F). En outre, la dispersion du puceron lanigère de la pruche a été probablement ralentie par le taux de mortalité observé pendant l’hiver. (Voir l'article dans Press Herald.)

Aperçu saisonnier - printemps 2014

Température et précipitations perspectives

Valable pour mars-mai 2014

Carte des prévisions saisonnières d'Environnement Canada

 

Balance de températures inférieures à la normale en pourcentage
Balance de températures supérieures à la normale en pourcentage
Description longue de la figure 6

Cette carte des prévisions saisonnières d'Environnement Canada indique la probabilité de températures inférieures ou supérieures à la normale dans la région du golfe du Maine pour le printemps 2014. Les zones en orange et en jaune, au sud-est de la Nouvelle-Écosse et dans ses zones marines adjacentes, représentent une probabilité de 40 à 60 % de températures supérieures à la normale. Les zones en bleu clair et bleu foncé, une bonne partie de la zone comprenant le Nouveau-Brunswick, le Maine et le nord du New Hampshire, indiquent une probabilité de 40 à 60 % de températures inférieures à la normale. Les zones en blanc, une bonne partie de la Nouvelle-Écosse, le sud-est du Maine, le sud du New Hampshire et le Massachusetts indiquent des températures prévues près de la normale.

Selon Environnement Canada, il y a de fortes chances que les températures soient situées au-dessous de la normale au Québec et au Nouveau-Brunswick pour les mois de mars à mai. Les prévisions saisonnières sont fondées sur un ensemble de vingt prévisions produites avec deux modèles climatiques canadiens associés à un modèle océanographique. Les facteurs influençant ces modèles comprennent notamment la température à la surface de la mer, la glace de mer et la couverture de neige sur les terres. La prévision des températures inférieures à la normale est attribuable, dans une certaine mesure, à la plus grande couverture de glace de mer observée ces 20 dernières années (dans la région maritime du Canada atlantique) ainsi qu’à l’extrémité sud de la couverture de neige, qui est située bien plus au sud que d'habitude.

En outre, on s’attend à ce que le vortex polaire, qui était en partie responsable du rude hiver dans certaines régions du Canada et des États-Unis, s’affaiblisse lentement et se déplace vers l’est au cours des quelques prochains mois. Tous ces facteurs entraînent une probabilité modérée à élevée de températures inférieures à la normale ce printemps. Il existe une exception pour le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, où l’on a enregistré des températures à la surface de la mer supérieures à la normale et où les températures de l’air devraient se maintenir au-dessus de la normale au cours du printemps.

Carte des prévisions saisonnières de la NOAA

EC: Probabilités égales de niveaux supérieurs, presque égaux ou inférieurs à la normale.

Description longue de la figure 7

Cette carte des prévisions saisonnières de la NOAA présente toutes les provinces et les zones marines représentées dans le présent rapport, y compris les États-Unis du Massachusetts, du New Hampshire et du Maine, ainsi que les provinces canadiennes du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse. Les lettres « EC » indiquent la prévision de probabilités égales de la NOAA concernant les températures au-dessus, près ou en dessous de la normale pour la région du golfe du Maine.

De mars à mai, le Climate Prediction Center du National Oceanic and Atmospheric Administration prévoit des probabilités égales de températures supérieures, inférieures ou presque égales à la normale dans le nord-est des États-Unis. Cela signifie que la région a probablement autant de chance de connaître des températures en dessous de la normale que des températures supérieures ou presque égales à la normale.

En ce qui concerne les précipitations, le Climate Prediction Center prévoit, pour le printemps, des probabilités égales de précipitations supérieures, presque égales ou inférieures à la normale. Dans ses prévisions liées aux précipitations, Environnement Canada prévoit une probabilité légèrement élevée de précipitations situées au-dessus de la normale dans le sud de la Nouvelle-Écosse et des probabilités égales partout ailleurs.

On note également une plus forte probabilité quant à la formation d’El Niño de la fin du printemps jusqu’à l’automne, ce qui pourrait avoir une influence sur les tendances météorologiques et la saison des ouragans. El Niño se caractérise par des températures à la surface de la mer anormalement chaudes dans le centre et l’est de l’océan Pacifique, à proximité de l’équateur.

Personnes-ressources :

NOAA :

Ellen Mecray
Courriel : Ellen.L.Mecray@noaa.gov

Samantha Borisoff
Courriel : samantha.borisoff@cornell.edu

Environnement Canada :

tél. : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)

tél. : 819-997-2800 (des frais interurbains s’appliqueront)

Courriel : enviroinfo@ec.gc.ca

Il s’agit d’une nouvelle publication visant à aider d’autres personnes à comprendre les tendances climatiques ainsi que leurs répercussions. Faites-nous part de vos commentaires.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :