Célébrons 100 ans de conservation internationale des oiseaux

Cent ans d'histoire

Photo de chapeau plume
Photo : © U.S. Fish and Wildlife Service

Cent ans d’histoire de conservation des oiseaux

Imaginez l’Amérique du Nord à la fin du 19e siècle. Il y avait tellement d’oiseaux à l’époque qu’ils obscurcissaient le ciel pendant leurs migrations. Cette manne céleste semblait inépuisable. On chassait alors sans limites des milliards de tourtes pour cuisiner des tourtières. On abattait multitude de canards, hérons et aigrettes pour l’industrie de la mode, friande de chapeaux à plumes.

Puis, le déclin a commencé à se faire sentir. Certaines espèces d’oiseaux étaient plus difficiles à trouver. Le Grand Pingouin et l’Eider du Labrador ont complètement disparu, suivis en 1914 par ce qui avait été jadis l’espèce d’oiseau la plus abondante en Amérique du Nord, la Tourte voyageuse.

Les gens ont alors commencé lentement à se rendre compte que la demande croissante en oiseaux dépassait ce que leurs populations pouvaient soutenir. Un mouvement de conservation est ainsi né et a mené à la signature d’un des premiers traités internationaux sur la conservation de la faune, ouvrant une nouvelle ère de collaboration internationale pour la protection de la faune et de son habitat.

Signée le 16 août 1916, la Convention Canada-États-Unis concernant les oiseaux migrateurs visait à réglementer la chasse aux oiseaux et à « assurer la conservation [des oiseaux] qui sont utiles à l’homme ou inoffensifs ».

Aujourd’hui, le Canada accueille chaque saison environ 450 espèces d’oiseaux indigènes, dont la majorité est protégée par la Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs.

Centenaire de la Convention concernant les oiseaux migrateurs

Vidéo de Centenaire de la convention pour la protection des oiseaux migrateurs
Vidéo du Centenaire de la Convention concernant les oiseaux migrateurs

L’année 2016 marque le centenaire de la Convention Canada-États-Unis concernant les oiseaux migrateurs. Cette convention a jeté les bases pour la conservation des oiseaux qui, dans leur migration, franchissent des frontières internationales. La législation adoptée en 1917 assurait l’application de la Convention au Canada en protégeant les oiseaux migrateurs pour leur valeur alimentaire, sociale, culturelle, spirituelle, écologique, économique et esthétique.

Cette entente internationale et les autres qui ont suivi lient les partenaires fédéraux, provinciaux, non gouvernementaux, privés, autochtones, communautaires et internationaux, qui partagent une longue histoire fructueuse de conservation, de protection et de gestion des populations d’oiseaux migrateurs et de leurs habitats.

Célébrer le centenaire de la Convention nous permet de réunir ceux et celles qui ont contribué à sa réussite et de galvaniser les efforts de protection des oiseaux migrateurs pour les générations présentes et futures.

Les oiseaux migrateurs

  • nous mettent en contact avec la nature et ajoutent beauté, son et couleur à notre monde. Ils offrent d’innombrables plaisirs aux ornithologues, aux chasseurs et aux amateurs de plein air et revêtent une grande importance culturelle et spirituelle.
  • contribuent au bien-être de l’environnement, notamment à la pollinisation, au contrôle des populations de rongeurs et d’insectes et à la dispersion des graines.
  • sont de bons indicateurs de santé environnementale, car ils sont très visibles et relativement faciles à étudier. Leur étude peut nous donner une bonne idée de l’état de notre monde.

Exposition d’œuvres d’art Nouveau!

Exposition d’œuvres d’art « Aux oiseaux »

Image of painting

Melissa Brunet « Deux chez-soi »
Acrylique et huile sur toile

Inspirés par les oiseaux, quatorze étudiants de la faculté des arts de l’université Mount Allison à Sackville au Nouveau-Brunswick ont créé des œuvres originales sur le thème de la conservation des oiseaux migrateurs. À travers leur jeune regard, nous contemplons les succès et défis du passé et découvrons les possibles voies à suivre pour le prochain siècle de conservation. Les reproductions de leurs œuvres sont exposées en plein air sur la rue Laurier à Gatineau, à proximité du Musée canadien de l’histoire et de la Maison du citoyen jusqu’à la fin de 2017. Fruit d’une collaboration entre Environnement et Changement climatique Canada et Patrimoine canadien, cette exposition fait partie du programme « Art dans la capitale », qui vise à accroître la visibilité de l’art public canadien dans l’espace urbain de la région de la capitale du Canada.

Écoutez les entrevues de la CBC avec les artistes

Les artistes Isabel Francolini, Savannah Harris, Adrian Kiva et Kevin Melanson, et le biologiste Garry Donaldson du Service canadien de la faune (en anglais seulement)

L' artiste Adrian Kiva et le directeur de la faculté des arts de l’université Mount Allison, Thaddeus Holownia (en anglais seulement)

Découvrez les oiseaux évoqués dans les oeuvres

Corryn Bamber - « Aller-retour »

Découvrez le Cygne trompette

 Séparateur

Melissa Brunet - « Deux chez-soi »

Découvrez le Colibri à gorge rubis

 Séparateur

Sara Camus - « Pic chevelu »

Découvrez son cousin le Pic mineur

 Séparateur

Hilary Drake - « Plectrophane lapon, Grive de Bicknell, Bécasseau roussâtre, Oriole des vergers, Bruant de Le Conte, Paruline rayée, Bécasseau violet, Bécasseau à croupion blanc, Oriole de Baltimore, Paruline bleue, Plectrophane de Smith, Bruant à couronne dorée »

Découvrez la Grive de Bicknell

 Séparateur

Isabel Francolini - « Bécasseau maubèche, Engoulevent d’Amérique, Paruline du Canada »

Découvrez le Bécasseau maubèche

 Séparateur

Evan Furness - « Les marais lancent un dernier appel »

Découvrez la Tourte voyageuse

 Séparateur

Sylvan Hamburger - « Passage de la frontière »

Découvrez l’Arlequin plongeur

 Séparateur

Savannah Harris - « Vol »

Écoutez la bande originale de l'oeuvre d'art 'Savannah Harris - Vol

Découvrez le Carouge à épaulettes

 Séparateur

Emma Hoch - « En péril »

Découvrez l’Engoulevent d’Amérique

 Séparateur

Adrian Kiva - « Sans titre »

 Séparateur

Lucy Koshan - « Sans titre (parcours migratoire du Bécasseau semipalmé) »

Découvrez le Bécasseau semipalmé

 Séparateur

Nelligan Letourneau - « Duo de Jaseurs d’Amérique; Couple de Parulines jaunes; Hirondelles rustiques grandes copines »

Découvrez l’Hirondelle rustique

 Séparateur

Brenna MacMillan - « Parcours »

Découvrez la Paruline du Canada

 Séparateur

Kevin Melanson - Sans titre

Découvrez le Canard colvert

Allez voir les œuvres originales

Comme les oiseaux migrateurs, les œuvres originales voyagent elles aussi! Vous pouvez les visionner :

Soyez aux oiseaux!

Cette année, je m’engage à « être aux oiseaux » !

Image de forme de engagement

Télécharger le formulaire d'engagement
[PDF; 285Ko] [HTML]

Il y a cent ans, le Canada et les États-Unis signaient un traité pour protéger les oiseaux : la Convention concernant les oiseaux migrateurs. Un siècle plus tard, c’est à votre tour de signer « votre traité personnel » pour la protection des oiseaux chez vous. Téléchargez votre certificat d’engagement et choisissez l’une des huit façons « d’être aux oiseaux ».

Huit façons d’être aux oiseaux

1. Surveillez vos animaux de compagnie à l’extérieur

Les recherches menées par Environnement et Changement climatique Canada estiment que 270 millions d’oiseaux meurent chaque année à cause des activités humaines. Environ 75% de ces pertes sont imputées aux chats domestiques et féraux.  Agissez : ne laissez pas votre chat circuler librement à l’extérieur.

2. Sécurisez vos fenêtres

Les fenêtres peuvent tromper les oiseaux : ils y voient les arbres et le ciel qui s’y réfléchissent, les incitant à continuer leur chemin vers l'autre côté. Des milliers d’oiseaux meurent ainsi dans le monde chaque année. Faites en sorte que toutes vos fenêtres soient visibles pour les oiseaux. Placez des marqueurs visuels qui les avertissent de la présence de vitre.

3. Évitez les pesticides et engrais chimiques

Les pesticides et engrais chimiques peuvent être néfastes pour les oiseaux, vous-même, votre famille et votre animal domestique. Évitez leur usage autant que possible.

4. Contribuez à réduire les changements climatiques.

Verdissez vos déplacements : marchez, prenez votre vélo ou les transports en commun ou co-voiturez. Soyez écoénergétique : optez pour des ampoules fluorescentes compactes ou des ampoules à DEL. Lavez les vêtements dans de l'eau froide ou tiède. Installez un thermostat programmable. Cherchez l'étiquette Energie Star® lorsque vous achetez de nouveaux électroménagers. Réduisez vos déchets.

5. Rapportez vos observations d’oiseaux et participez à des projets de science citoyenne

Photo de sciences citoyennes
Photo : © ThinkstockPhotos.ca

Mettez vos observations d’oiseaux au service de la science. Rapportez vos observations et participez à des projets de science citoyenne. Du niveau débutant et familial aux ornithologues chevronnés : il y en a pour tous les goûts !

6. Rendez votre cour accueillante pour les oiseaux

Photo de voisinage
Photo : © ThinkstockPhotos.ca

Les cours et les espaces extérieurs du voisinage (notamment autour des écoles, des immeubles communautaires, des entreprises et des propriétés abandonnées) peuvent offrir un habitat plus que nécessaire pour les oiseaux et la faune, leur fournissant eau, nourriture et abri. Lancer des projets de restauration de la nature chez soi ou dans son quartier peut être une façon divertissante de passer du temps à l’extérieur pour renouer avec la nature, ses proches, ses amis et ses voisins.

7. Consommez des produits issus de l’agriculture, de la pêche et de la foresterie durables

Vous contribuerez ainsi à protéger l’habitat des oiseaux. Recherchez les certifications de produits durables, comme par exemple Ecocert Canada, Marine Stewardship Council, Forest Stewardship Council, Sustainable Forestry Initiative ou Canadian Standards Association (en anglais seulement).

8. Impliquez-vous ou faites un don à un groupe de conservation de la nature

Donnez de votre temps comme bénévole au sein d’un groupe de conservation qui s’occupe de la protection des oiseaux, de la restauration de milieux naturels, de l’éducation du public, faites un don de charité à un tel organisme ou achetez un timbre de la conservation d’Habitat Faunique Canada.

Vision pour le prochain siècle Nouveau!

Joignez-vous à nous pour élaborer une vision pour la conservation des oiseaux au cours du prochain siècle

Image de drapeaux

Relever le défi de la conservation des oiseaux

« Les oiseaux migrateurs qui relient nos pays comptent parmi les plus grandes richesses de notre hémisphère. »

Il y a un siècle, les populations d’oiseaux en Amérique du Nord avaient considérablement diminué en raison de l’absence de réglementation et d’autres efforts visant à les protéger. Reconnaissant l’importance des oiseaux migrateurs pour les humains et l’environnement, en 1916, les dirigeants des gouvernements du Canada et des États Unis ont signé un traité selon lequel ils s’engageaient à protéger ces ressources précieuses qui traversent nos frontières. Vingt ans plus tard, ce traité novateur était suivi d’un accord semblable conclu entre le Mexique et les États Unis. Ces accords internationaux ont donné lieu à un siècle de coopération liée à la conservation de nos oiseaux migrateurs communs et de leurs habitats.

Cependant, malgré le succès des traités, les oiseaux ont toujours besoin de notre aide. Le rapport de 2016 intitulé L’état des populations d’oiseaux de l’Amérique du Nord souligne que tandis que certains groupes d’oiseaux se développent bien, d’autres, notamment les migrateurs qui parcourent de longues distances à l’échelle internationale, nécessitent des mesures de conservation urgentes.

Reconnaissant qu’une collaboration internationale continue est essentielle à la conservation des populations d’oiseaux migrateurs, nos trois pays ont uni leurs efforts pour entreprendre l’élaboration d’une vision en vue d’assurer la préservation des populations d’oiseaux.

Importance des oiseaux et de leur conservation

Les démarches fructueuses en matière de conservation des oiseaux tiennent compte du fait que la santé des oiseaux - de même que leurs habitats - constitue un facteur essentiel non seulement sur le plan du maintien de leurs populations, mais aussi pour bâtir et entretenir des collectivités humaines, des économies et des cultures prospères, rapprocher les gens de la nature et offrir des services écologiques importants qui profitent à de nombreuses autres espèces sauvages. La conservation des ressources rassemble les populations de régions géographiques et de cultures très variées. Nous élaborons notre vision de la conservation des oiseaux en nous appuyant sur trois principes fondamentaux.

La conservation fonctionne
  • Lorsque des partenaires s’unissent aux fins de la conservation, les oiseaux et leurs habitats prospèrent
La coopération internationale entraîne la réussite
  • Les gouvernements et les citoyens travaillent déjà ensemble pour élaborer des approches en vue de relever les défis de demain en matière de conservation, notamment en assurant des paysages résilients et s’adaptant aux conditions changeantes
La conservation des oiseaux profite à tous
  • La conservation des oiseaux engendre des environnements et des écosystèmes sains qui sont bénéfiques pour la santé et les collectivités humaines

Notre vision pour la conservation des oiseaux pour les 100 prochaines années

Peinture d'oiseau

Isabel Francolini. Bécasseau maubèche, Engoulevent d’Amérique, Paruline du Canada. Graphite avec encre blanche et noire sur papier Fabriano. 2016. Œuvre tirée de l’exposition « Aux oiseaux » des étudiants de la faculté des arts de l’université Mount Allison (Sackville, Nouveau-Brunswick, Canada).

S'appuyant sur les commentaires reçus des Canadiens, les trois pays rédigent maintenant une déclaration de vision, qui sera bientôt publiée, pour guider notre prochain siècle de conservation.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :