Air transfrontalier international

La pollution atmosphérique provenant des autres pays, qu’elle ait une étendue régionale ou hémisphérique, a une incidence sur la qualité de l’air au Canada. C’est pourquoi le Canada et les États-Unis participent au Groupe de travail nord-américain sur la qualité de l’air de la Commission de coopération environnementale (CCE) et à la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe, où les pluies acides, le smog et les autres questions relatives à l’air transfrontalier sont des sujets de préoccupation.

Groupe de travail nord-américain sur la qualité de l’air de la Commission de coopération environnementale (CCE)

En juin 2002, dans le cadre de l’Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l’environnement (ANACE), la Commission de coopération environnementale(CCE) a mis sur pied un groupe de travail trilatéral dont les membres sont le Mexique, les États-Unis et le Canada. Ce groupe de travail a pour mission de soutenir les trois gouvernements dans leurs efforts de lutte à la pollution atmosphérique, dont les effets néfastes - ozone troposphérique, pluies acides, particules en suspension - se font sentir un peu partout en Amérique du Nord.

Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU)

Le Canada, les États-Unis et l’Europe participent à la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe , où les pluies acides, le smog et les autres questions relatives à l’air transfrontalier sont des sujets de préoccupation depuis les années 1970.

Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance - Voici le lien de la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance et du récent Protocole pour réduire l’acidification, l’eutrophisation et l’ozone troposphérique, signé à Göteborg en décembre 1999. Dans ce protocole, les pays signataires ont pris des engagements relatifs aux sources d’émission de NOx et de COV, qui ressemblent à ceux qui sont prévus dans l’annexe canado-américaine sur l’ozone. 

La preuve scientifique de l’influence du transport hémisphérique des particules est de plus en plus solide et devrait jouer un rôle clé dans les échanges futurs sur le transport intercontinental de la pollution atmosphérique. Par exemple, la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe a mis sur pied un groupe d’experts sur les particules pour en étudier les caractéristiques qui contribuent à la pollution transfrontalière (pour aborder des questions comme la contribution des particules aux concentrations ambiantes, et ce, à partir de sources locales, nationales, régionales et hémisphériques; et soupeser les conséquences dans la détermination  de différentes fractions granulométriques).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :