Principaux contaminants atmosphériques : ozone troposphérique

L’ozone troposphérique est un gaz incolore et extrêmement irritant qui se forme juste au-dessus de la surface de la terre. On l’appelle polluant «secondaire» parce qu’il se crée lorsque deux polluants primaires réagissent au soleil et à l’air stagnant. Ces deux polluants primaires sont les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV). Les NOx et les COV sont le produit de sources naturelles ou de l’activité humaine. Environ 95 p.100 des NOx découlant de l’activité humaine sont attribuables à la combustion du charbon, à l’essence et à l’huile des véhicules moteurs, aux résidences, aux industries et aux centrales électriques. Les COV découlant de l’activité humaine proviennent principalement de la commercialisation et de la combustion de l’essence, de la production en amont du gaz et du pétrole, du chauffage au bois résidentiel et de l’évaporation des combustibles liquides et des solvants. Les sources naturelles (biogènes), telles que les forêts de conifères, sont aussi à l’origine d’une quantité appréciable de COV.

On sait que l’ozone a des effets importants sur la santé humaine. L’exposition à ce gaz est associée à la mortalité prématurée et à divers paramètres morbides tels que l’hospitalisation et les jours de symptômes de l’asthme. Outre ses effets sur la santé humaine, l’ozone peut avoir une incidence non négligeable sur la végétation et diminuer la productivité de certaines cultures. Il cause du tort aux fleurs et aux arbustes et joue un rôle dans le déclin des forêts de certaines régions du Canada. L’ozone endommage les matériaux synthétiques, fissure le caoutchouc et accélère l’affadissement des teintures et la détérioration de certaines peintures et matériaux de revêtement. De plus, il altère les textiles tels que le coton, l’acétate, le nylon et le polyester.

L’Annexe sur l’ozone a été ajoutée à l’Accord Canada-États-Unis sur la qualité de l’air (en décembre 2000) en vue de lutter contre la pollution atmosphérique transfrontalière causant des niveaux élevés d’ozone troposphérique, un composant important du smog.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :