Évaluation scientifique du smog au Canada : faits saillants et messages clés : chapitre 4


Effets sur le bien-être social et économique

Le smog a également des répercussions sociales et économiques très diverses sur des issues importantes pour les Canadiens, liées à la santé ou non. Parmi les répercussions socioéconomiques du smog sur la santé humaine, on compte les coûts des traitements médicaux et la diminution de la productivité des travailleurs causée par les hospitalisations et les consultations en salle d’urgence en raison de maladies respiratoires ou cardiaques.

Les répercussions sur le bien-être social et économique non liées à la santé sont également importantes. Ainsi, l’ozone a une incidence sur la production des exploitations agricoles et forestières du Canada, puisqu’il diminue la productivité primaire des cultures et des forêts. La province de l’Ontario a estimé à 201 millions de dollars les dommages à certaines cultures causés annuellement par l’ozone. De plus, le smog diminue le plaisir que prennent les Canadiens et les touristes à regarder certains lieux et paysages, car les propriétés de dispersion et d’absorption de la lumière des PM réduisent la visibilité. La visibilité dépend de la perception visuelle et est un des indicateurs les plus évidents de la qualité de l’air pour le grand public. Suivant un schéma semblable aux concentrations de PM, au Canada, la meilleure visibilité se trouve sur les côtes, et la plus faible, dans les régions urbaines au centre du pays. De plus, il y a des coûts économiques associés à une visibilité réduite. Par exemple, un seul épisode de détérioration extrême de la visibilité entraîne des pertes de revenus des activités récréo-touristiques estimées à 7,45 millions de dollars à Vancouver et à 1,32 million de dollars dans la vallée du Fraser. Le standard pancanadien relatif aux PM2,5 ne protège pas la qualité visuelle de l’air, car elle peut se trouver réduite par toute une gamme de concentrations de PM2,5, même à moins de 30 µg/m3.

Enfin, le smog a des répercussions sur le domaine bâti en augmentant le rythme de détérioration des matériaux. Les PM agissent sur les matériaux en accélérant des processus naturels comme la décoloration et le ternissement, ce qui augmenterait la fréquence de remplacement ou de nettoyage des matériaux (p. ex. caoutchoucs, textiles, revêtements de surface).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :