Baie Thunder : secteur préoccupant

Le port de Thunder Bay, situé sur la rive nord du lac Supérieur et parmi l’un des ports intérieurs d’expédition les plus grands au Canada, a été désigné comme secteur préoccupant (SP) en 1987. Aujourd’hui, grâce aux efforts d’Environnement et Changement climatique Canada et de ses partenaires, des améliorations importantes ont été apportées à ce SP.

Pourquoi a-t-on attribué à ce lieu la désignation de secteur préoccupant

On a attribué la désignation de SP à la baie Thunder car un examen des données existantes avait indiqué une grave dégradation de la qualité de l’eau et de la santé de l’environnement à cet endroit. L’endroit a un long historique de déversements, principalement en provenance de l’industrie des produits forestiers (p. ex. usines de pâtes et papiers). Au fil des ans, l’industrialisation, le dragage, l’élimination des déchets, le déversement de polluants et les canalisations (canaux créés dans ce secteur) ont eu des répercussions négatives sur la qualité de l’eau et ont éliminé un nombre important d’habitats de poissons et de la faune le long du littoral. Par conséquent, dix des quatorze indicateurs d’utilisations bénéfiques en matière de qualité écologique établis en vertu de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs ont été réputés altérés.

Quels ont été les accomplissements jusqu’ici

Grâce aux efforts combinés d’Environnement et Changement climatique Canada, de la province de l’Ontario, des industries locales, de citoyens inquiets et d’autres partenaires, la qualité de l’eau et la santé de l’écosystème dans le SP de Thunder Bay se sont considérablement améliorées. Deux des onze utilisations bénéfiques altérées qui avaient été initialement répertoriées ont été reclassées comme étant « non altérées » : majoration des coûts pour l’agriculture ou l’industrie; et restriction des activités de dragage.

Les neuf utilisations bénéfiques qui demeurent altérées ou qui nécessitent une évaluation plus poussée sont les suivantes : restriction de la consommation de poisson; dégradation des populations de poissons et d’autres espèces sauvages; dégradation du benthos; fermeture de plages; perte d’habitat de la faune terrestre et aquatique, tumeurs ou autres difformités chez les poissons; difformités ou problèmes de reproduction chez les oiseaux ou d’autres animaux; dégradation de l’esthétique; et dégradation des populations de phytoplancton et de zooplancton. Des évaluations sont en cours pour déterminer l’état de ces utilisations bénéfiques altérées.

Les améliorations de l’environnement dans le SP de Thunder Bay sont le résultat de nombreuses mesures correctives. Grâce aux efforts de collaboration de l’industrie, et des gouvernements du Canada et de l’Ontario, le projet Concept alternative de restauration de la Northern Wood Preservers (NOWPARC) de 20 millions de dollars a été achevé en 2003. Le projet a permis de contrôler ou de retirer, de traiter et de réutiliser 32 000 mètres cubes de sédiments fortement contaminés; et cinq hectares d’habitat de poissons ont été créés. L’évaluation des stocks de poissons aux abords du site du projet NOWPARC indique que la zone compte désormais des populations de poissons diversifiées et abondantes.

Toutes les mesures correctives relatives aux installations de traitement des eaux usées industrielles et municipales ont été réalisées. La mise en œuvre des règlements fédéraux et provinciaux liés aux pâtes et papiers, et la Stratégie municipale et industrielle de dépollution de la province de l’Ontario au milieu des années 1990 ont donné lieu à des améliorations aux traitements des usines et à des mises à niveau des installations de traitement des eaux usées dans les usines de pâtes et papier. Des mises à niveau ont également été réalisées en ce qui a trait au traitement des eaux usées municipales. Ensemble, ces mesures auront permis d’améliorer la qualité de l’eau, l’habitat du poisson et les populations de poissons.

Grâce à un financement des gouvernements fédéral et provincial, EcoSuperior (une organisation sans but lucratif) a amorcé la mise en œuvre de travaux de remise en état comportant notamment des éléments de conception à faible impact dans les cours d’eau pour atténuer les effets indésirables des eaux pluviales sur la qualité de l’eau et l’habitat des poissons dans le SP. Des initiatives comme celle-ci et les efforts de la Ville de Thunder Bay à l’égard de l’élaboration et de la mise en œuvre d’un plan de gestion des eaux pluviales contribuent à l’atténuation des sources de pollution non ponctuelles du SP.

Les gouvernements fédéral et provincial ont, en collaboration avec les administrations locales et d’autres organismes, réalisé de nombreux projets de remise en état d’habitats dans le SP, notamment :

  • En 1991, l’accroissement des populations de poissons par la construction et le rétablissement de frayères et d’alevinières dans l’estuaire de la rivière Current, sur une surface totalisant 1 700 mètres carrés
  • En 1993, la remise en état et la création d’habitats aquatiques dans cinq affluents du port de la Thunder Bay, dont les rivières Current, Kaministiquia et McIntyre/Neebing, et la création d’un habitat insulaire à l’embouchure du ruisseau McVicar
  • En 1994, la remise en état de la zone littorale (la zone près de la rive) de la rivière McKellar en stabilisant les milieux humides et en plantant plus de 4 000 arbres, arbustes et graminées indigènes près de l’embouchure de la rivière, créant ainsi trois hectares de milieux humides et plus d’habitats naturels pour les espèces fauniques

Des progrès ont également été réalisés pour remédier à l’altération des utilisations bénéfiques entraînant la fermeture des plages par des efforts de remise en état comprenant le renivellement des plages, l’amélioration des systèmes de drainage et l’enlèvement d’une partie du brise-lames pour augmenter la circulation de l’eau à la plage de Chippewa.

Que reste-t-il à faire

Environnement et Changement climatique Canada et la province de l’Ontario travaillent avec les citoyens, la collectivité, l’industrie et d’autres partenaires gouvernementaux afin de résoudre les enjeux environnementaux qu’il reste à régler et qui continuent de se répercuter sur le SP.

Dans le cadre du plan d’assainissement, les efforts se poursuivront afin d’améliorer encore davantage les habitats de poissons et d’espèces fauniques dans le SP. Les évaluations de l’habitat laissent entendre que les terres humides côtières et les autres milieux humides sont sains à l’intérieur du SP comparativement à ceux à l’extérieur du SP. L’habitat riverain pourrait être le point de mire des futurs travaux de remise en état.

Enfin, l’achèvement de l’élaboration d’une stratégie de gestion des sédiments contaminés pour le secteur de North Harbour de Thunder Bay est également prioritaire. Cette zone est actuellement contaminée par des matières organiques (fibre ligneuse et pâtes) et par le mercure. Des études exhaustives ont été réalisées sur les lieux, et une évaluation des risques pour la santé humaine et l’écologie a également été faite. Ces travaux ont nécessité un investissement de 1,5 million de dollars, dont 550 000 $ provenant d’Environnement et Changement climatique Canada. Des options pour la gestion des sédiments contaminés ont été déterminées, et un groupe de travail de 13 membres a été formé pour recommander une solution à privilégier d’ici 2019-2020. Le groupe de travail est composé de représentants d’Environnement et Changement climatique Canada, de Transports Canada, de l’Administration portuaire de Thunder Bay, du ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs de l’Ontario, des communautés autochtones locales, de la Ville de Thunder Bay et des propriétaires fonciers de la région. Le public et les communautés autochtones participent à toutes les étapes du processus. 

Aperçu

En vertu de l’Accord Canada-Ontario pour la qualité de l’eau et la santé de l’écosystème du bassin des Grands Lacs, le Canada et l’Ontario continueront à faire des progrès considérables dans la mise en œuvre de mesures d’assainissement, de rétablissement environnemental et de restauration des utilisations bénéfiques dans le SP de Thunder Bay. Ces mesures devraient être complétées après 2020.

Partenaires

Les efforts dans la baie Thunder sont le fruit d’un partenariat entre le gouvernement du Canada, d’autres gouvernements et des groupes non gouvernementaux, y compris des membres de la population. 

La mise en œuvre de travaux d’assainissement environnemental requiert beaucoup d’expertise scientifique et technique, de connaissances du milieu et de travail acharné. Une tâche aussi colossale ne saurait être l’œuvre d’une seule organisation et doit être réalisée en collaboration. 

Voici les participants qui contribuent aux efforts déployés dans la baie Thunder :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :