Baie Thunder : secteur préoccupant

La baie Thunder a été désignée comme un secteur préoccupant (SP) en 1987 en vertu de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs signé entre le Canada et les États-Unis. Des années de contamination, principalement par l’industrie des produits forestiers, ainsi que par l’élimination des déchets, l’urbanisation et les modifications au cours d’eau, ont entraîné une dégradation de la qualité de l’eau et de la santé de l’environnement. Dix des quatorze altérations des utilisations bénéfiques (AUB) ont été désignées, qui mesurent l’impact sur l’environnement, la santé humaine ou l’économie d’une mauvaise qualité de l’eau. Une autre utilisation bénéfique a été jugée comme « nécessitant une évaluation plus approfondie », ce qui signifie qu’il fallait plus de renseignements pour déterminer si elle était altérée.

Réalisations

Au cours des 30 dernières années, d’importants progrès ont été réalisés dans la restauration de la qualité de l’eau et de l’environnement de Thunder Bay, notamment :

  • la mise en œuvre des règlements plus stricts adoptés au milieu des années 1990, entraînant ainsi des changements dans les procédés des usines, et des travaux de modernisation relatifs au traitement des eaux usées municipales;
  • l’élaboration et la mise en œuvre du plan de gestion des eaux pluviales de la ville de Thunder Bay et de plusieurs caractéristiques de conception à faible impact dans les cours d’eau locaux pour tenir compte de l’incidence des eaux pluviales sur la qualité de l’eau et l’habitat du poisson;
  • un investissement de 20 millions de dollars pour achever le projet Concept alternative de restauration de la Northern Wood Preservers (NOWPARC) en 2003 visant à isoler 32 000 mètres cubes de sédiments hautement contaminés et à créer cinq hectares d’habitat de poissons;
  • la réalisation des projets de réhabilitation de l’habitat afin de créer 1 700 mètres carrés de frayères et de nourriceries dans l’estuaire de la rivière Current; un habitat aquatique dans cinq affluents s’écoulant dans la baie Thunder; un habitat insulaire à l’embouchure du ruisseau McVicar; ainsi que 3 hectares de terres humides dans le sublittoral de la rivière McKellar. 

Restauration des utilisations bénéfiques

Au cours de la dernière décennie, d’importants progrès ont été réalisés pour améliorer les conditions environnementales du SP. Ces utilisations bénéfiques ne sont plus considérées comme « altérées » :

  • l’augmentation des coûts des agriculteurs et des industriels (2004);
  • les restrictions sur les travaux de dragage (2012);
  • l’enlaidissement du paysage (2019);
  • les poissons affectés de tumeurs ou d’autres déformations (2019);
  • les déformations et problèmes de reproduction chez les oiseaux ou les animaux (2019);
  • la dégradation des populations phytoplanctoniques et zooplanctoniques (2020).

Les travaux se poursuivent sur la restauration des autres utilisations bénéfiques :

  • les fermetures de plages – toutes les plages respectent maintenant les recommandations de l’Ontario concernant la qualité des eaux utilisées à des fins récréatives;
  • la dégradation des populations de faune aquatique et terrestre – une évaluation des populations de faune aquatique est en cours et une évaluation des populations de faune terrestre a été rédigée;
  • la dégradation des organismes benthiques – le processus de suivi et de production de rapports est en cours pour deux des trois secteurs d’intérêt concernant les sédiments contaminés (secteurs du projet NOWPARC et du delta de la rivière Kaministiquia), et une consultation sur la meilleure approche se poursuit pour le troisième secteur (secteur North Harbour de Thunder Bay);
  • la disparition de l’habitat du poisson et de la faune – des études révèlent que les terres humides sont en bonne santé et que des améliorations ont été apportées à l’habitat du poisson en raison du nettoyage des sédiments contaminés, du réaménagement des rives et des frayères, et de l’amélioration de la qualité de l’eau; pour ce qui est de l’habitat de la faune, les travaux futurs comprendront la création et la restauration d’habitats riverains et côtiers;
  • les restrictions sur la consommation du poisson et de la faune – la consommation de la faune n’est pas altérée et les données suggèrent des améliorations positives concernant la présence de contaminants chez le poisson, dont une évaluation plus poussée est en cours. 

Mesures récentes

La santé générale de la baie Thunder a connu des améliorations quantifiables, comme l’ont montré ces mesures récentes :

  • l’évaluation menée par un groupe de travail multilatéral sur les façons de gérer les sédiments contaminés dans le secteur de North Harbour de Thunder Bay;
  • l’examen de la recommandation du groupe de travail visant à réaliser la conception du projet et l’estimation des coûts à l’appui de la mise en œuvre du projet. 

Autres mesures à prendre

Nous continuerons de collaborer avec les partenaires locaux et provinciaux pour soutenir les mesures de restauration et réaliser les études de surveillance et d’évaluation environnementale nécessaires pour confirmer l’atteinte des objectifs de qualité de l’environnement. Les priorités sont les suivantes :

  • améliorer davantage l’habitat de la faune, particulièrement près du bord de l’eau, et élaborer une stratégie relative à l’habitat de la faune pour présenter des projets de restauration en particulier;
  • choisir et élaborer une approche pour gérer les sédiments contaminés dans le secteur de North Harbour de Thunder Bay.

Aperçu

Le SP de la baie Thunder a fait l’objet d’importants progrès en matière de restauration. En vertu de l’Accord Canada-Ontario sur la qualité de l’eau et la santé de l’écosystème des Grands Lacs, nous collaborerons avec la province de l’Ontario pour continuer de réaliser des progrès en vue de l’assainissement, du rétablissement de l’environnement et de la restauration des utilisations bénéfiques. 

Nos partenaires

Nous travaillons en partenariat avec d’autres ordres de gouvernement, des groupes non gouvernementaux, des communautés autochtones et des membres du public. Ces travaux de restauration exigent une grande expertise technique et scientifique, une bonne connaissance de la région, des efforts soutenus, et l’aide des entités ou organisations suivantes :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :