Port de Hamilton : secteur préoccupant

Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires ont mis en place de nombreux projets et études visant à restaurer la qualité de l’eau et la santé de l’écosystème dans le secteur préoccupant (SP) du port de Hamilton. Les deux dernières étapes importantes du processus d’assainissement visent le nettoyage des sédiments contaminés du récif Randle et la modernisation de la station de traitement des eaux usées de l’avenue Woodward, à Hamilton.   

Pourquoi a-t-on attribué à ce lieu la désignation de secteur préoccupant?

On a attribué la désignation de secteur préoccupant au port de Hamilton car un examen des données existantes avait indiqué une grave dégradation de la qualité de l’eau et de la santé de l’environnement à cet endroit. Le port avait subi les répercussions d’un intensif développement industriel et urbain le long de ses rives durant de nombreuses années et, par conséquent, neuf des dix indicateurs d’utilisations bénéfiques en matière de qualité environnementale établis en vertu de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs étaient réputés altérés. Historiquement, l’économie du secteur aux abords du port de Hamilton était dominée par l’industrie du fer et de l’acier. De nos jours, le port de Hamilton est un grand centre d’expédition au Canada. On y trouve la plus grande concentration d’industries lourdes au pays. S’y déversent également les rejets produits par trois stations de traitement des eaux usées ainsi que les écoulements urbains des villes de Hamilton et de Burlington. Certains sédiments dans le port sont contaminés par les métaux, les biphényles polychlorés (BPC) et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) déversés dans l’environnement à la suite d’anciennes pratiques industrielles remontant à plus d’Un siècle.

Quels ont été les accomplissements jusqu’ici?

Le projet d’assainissement du récif Randle constitue une étape importante du processus d’assainissement du port de Hamilton et de son retrait de la liste des secteurs préoccupants. Le récif Randle est une zone de sédiments hautement contaminés située dans la partie sud-ouest du port de Hamilton. La construction du projet d’assainissement des sédiments contaminés du récif Randle a débuté en 2015. Ce projet permetttra en outre d’améliorer la qualité de l’eau et d’éliminer les restrictions actuelles en lien avec la navigation, en plus d’entraîner des retombées économiques par la création de terrains portuaires précieux. Le projet, qui coûtera 138,9 M$ devrait se réaliser en sept ans. Environnement et Changement climatique Canada et le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario ont chacun engagé 46,3 M$, et le dernier tiers du financement provient de la Ville de Hamilton, de la Ville de Burlington, de la région de Halton, de l’Administration portuaire de Hamilton et de U.S. Steel Canada. Ces activités permettront l’assainissement d’environ 695 000 mètres cubes de sédiments contaminés, ce qui entraînera une réduction considérable des niveaux de contaminants dangereux et une amélioration de la qualité de l’eau dans le port de Hamilton. La phase 1 du projet, actuellement en cours de réalisation, vise la construction d’une installation de confinement actif dans laquelle seront placés les sédiments contaminés dragués.   

Par ailleurs, la modernisation de la station de traitement des eaux usées de l’avenue Woodward et la construction de réservoirs de trop-plein ont réduit la pénétration d’eaux d’égout brutes et de débris de surface dans le port et ont permis l’ouverture de plages locales.Un projet visant la conversion de la station de traitement des eaux usées Skyway vers un procédé de traitement tertiaire a été achevé au début 2016. Ces travaux de modernisation vers le traitement tertiaire des stations de traitement Woodward et Skyway visaient l’atteinte de la cible du plan d’assainissement du port de Hamilton en lien avec les apports d’éléments nutritifs. Comme 50 % des eaux qui s’écoulent dans le port de Hamilton proviennent des stations de traitement des eaux usées, ces travaux sont importants en vue de la réduction future de la prolifération des algues et de l’amélioration de la qualité de l’eau dans son ensemble.

Des programmes ont été mis en œuvre pour restaurer la végétation aquatique du marais Cootes Paradise. Ils comprennent des mesures portant sur le contrôle des carpes, l’amélioration de la clarté et de la qualité de l’eau. Des programmes similaires sont en place pour l’écosystème du marais du ruisseau Grindstone. De plus, un habitat de poissons a été construit sur la rive ouest du port, au parc Bayfront et au parc LaSalle et sur la rive nord-est. En tout, environ 376 hectares d’habitats de poissons et d’espèces sauvages de même que 12 kilomètres d’habitats en zone littorale ont été rétablis.

Des hauts-fonds ont été aménagés dans le coin nord-est du port de Hamilton afin d’offrir des zones de frai aux dorés jaunes et aux achigans à petite bouche et d’encourager des espèces comme le cisco de lac et le corégone à revenir dans le port de Hamilton.

Des îles ont été construites dans le port pour accueillir des colonies d’oiseaux aquatiques nicheurs et une zone de terres humides de 15 hectares a été aménagée dans le bassin de Windermere, notamment des îles servant de lieux de nidification pour les sternes pierregarins.

Que reste-t-il à faire?

Après la construction de l’installation de confinement actif du récif Randle, le dragage des sédiments contaminés ciblés comme étant prioritaires (priorités 1 et 2, soit les sédiments les plus contaminés) débutera et les sédiments ainsi dragués seront placés dans l’installation de confinement actif. Une fois ces travaux de dragage effectués, l’installation de confinement sera recouverte et le recouvrement sur place des sédiments moins contaminés sera entrepris.

On étudie actuellement des mesures d’assainissement supplémentaire des sédiments contaminés dans les cales d’accostage d’ArcelorMittal Dofasco et de Strathearne, afin d’atténuer les niveaux élevés de BPC, de HAP et de métaux lourds découlant de processus industriels qui avaient anciennement cours autour de la baie.  

Des sommes d’origine fédérale, provinciale et municipale ont également été réunies en vue de nouveaux travaux de modernisation visant à faire de la station de Woodward une usine de traitement tertiaire avancé. La conception du projet est en cours et on compte en achever la construction d’ici 2021. Cela réduira considérablement la quantité de phosphore et de sédiments pénétrant dans le port de Hamilton en assurant trois niveaux de traitement des eaux usées.                   

Aperçu

En vertu de l’Accord Canada-Ontario pour la qualité de l’eau et la santé de l’écosystème du bassin des Grands Lacs, le Canada et l’Ontario continueront à faire des progrès considérables dans la mise en œuvre de mesures d’assainissement, de rétablissement environnemental et de restauration des utilisations bénéfiques dans le SP du port de Hamilton. L’achèvement des mesures à cet égard devrait avoir lieu après 2020.  

Partenaires

Les efforts dans le port de Hamilton sont le fruit d’un partenariat entre le gouvernement du Canada, d’autres gouvernements et des groupes non gouvernementaux, y compris des membres de la population. 

La mise en œuvre de travaux d’assainissement environnemental requiert beaucoup d’expertise scientifique et technique, de connaissances du milieu et de travail acharné. Une tâche aussi colossale ne saurait être l’œuvre d’une seule organisation et doit être réalisée en collaboration. 

Voici les participants qui contribuent aux efforts déployés dans le SP du port de Hamilton :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :