Refuge d’oiseaux migrateurs de la Pointe-Amherst

Avis

Le refuge d’oiseaux migrateurs de la Pointe-Amherst est ouvert au public pour une utilisation de jour uniquement. Même si la plupart des sentiers seront ouverts à partir du 1ier juin, il est possible que certains sentiers et autres installations restent fermés jusqu’à ce qu’ils puissent rouvrir en toute sécurité.

Veuillez respecter les mesures d’éloignement physique. Respectez l’environnement et ne laissez aucune trace de votre passage.

Rappelez-vous, vous êtes responsable de votre propre sécurité.

L’accès aux services et aux installations non-disponibles actuellement pourra se faire sous peu, selon les conditions et directives des autorités de santé publique fédérale et provinciale.

Pour plus d’information consultez notre Foire aux questions

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) d'Amherst Point est situé au sud-ouest d'Amherst, Nouvelle-Écosse. Il fournit un habitat à des oiseaux rares de la région, comme le canard chipeau et le canard branchu.

Importance du refuge : oiseaux migrateurs et espèces sauvages

Le refuge d’oiseaux migrateurs de la Pointe-Amherst est situé à 5 km au sud-ouest d’Amherst à la pointe de la baie de Fundy, en Nouvelle-Écosse. Les terres humides dans ce refuge comptent parmi les plus productives dans la province et une grande diversité d’oiseaux utilise le site durant le printemps, l’été et l’automne. En fait, sur l’ensemble des espèces qui ont été observées au sein du refuge, plus de 200 d’entre elles s’y trouvent régulièrement.

Le refuge est particulièrement attrayant et important pour les oiseaux en raison de la diversité et de la richesse de ses habitats. Son emplacement, situé le long d’une voie de migration très fréquentée, contribue également à sa popularité. On peut d’ailleurs observer un grand nombre d’oiseaux migrateurs dans le refuge de la Pointe-Amherst. La diversité du paysage fournit également un habitat de nidification à un grand nombre des espèces qui traversent le refuge ainsi qu’à celles qui y restent tout au long de l’année.

La sauvagine, ainsi que de nombreux autres oiseaux de marais, sont très abondants au sein du refuge et la majorité des espèces de sauvagine relevées dans les provinces de l’Atlantique se trouvent à cet endroit. Parmi les espèces qui nichent au refuge d’oiseaux migrateurs de la Pointe-Amherst figurent les suivantes :

  • canard noir
  • canard pilet
  • sarcelle à ailes vertes
  • sarcelle à ailes bleues
  • canard d’Amérique
  • canard souchet
  • fuligule à collier
  • grèbe à bec bigarré
  • butor d’Amérique
  • marouette de Caroline
Marouette de Caroline
Marouette de Caroline. Photo : © Scott Leslie

S’il existe encore des doutes quelconques quant à l’importance de ce refuge, les visites régulières de divers oiseaux de marais et espèces de sauvagine les dissipent. Des espèces, comme le canard chipeau, le râle de Virginie, la gallinule poule-d’eau, la foulque d’Amérique et la guifette noire, y ont niché régulièrement au cours des dernières années.
 

Le saviez-vous?

En période de parade nuptiale et d’accouplement, le râle de Virginie mâle soulève ses ailes, secoue sa queue et court en tous sens devant la femelle. Lorsqu’il passe près de cette dernière, le mâle se tient droit, pour ensuite s’incliner devant elle. Si la femelle l’accepte, elle s’incline à son tour.

Des espèces de la sauvagine européenne égarées et plusieurs échassiers du sud ont également fait leur apparition au refuge. Alors que bon nombre de ces espèces ont également été signalées à d’autres endroits dans les provinces de l’Atlantique, ce lieu précis abrite un nombre exceptionnellement élevé d’espèces ayant une présence et une répartition limitées dans la région. Le refuge fournit également un habitat à une impressionnante variété de faucons, de hiboux et d’oiseaux chanteurs.

Histoire

Ce refuge a été établi en 1947 en collaboration avec les propriétaires fonciers de l’époque. En 1973-1974, les terrains du refuge ont été acquis officiellement par le Service canadien de la faune et ont été désignés comme une composante de la réserve nationale de faune de Chignecto afin d’assurer leur protection en permanence.

Paysage

Le paysage du refuge est une tapisserie d’étangs, de marais, de forêts et d’anciens champs. Des dolines, des dépressions coniques créées lors de phénomènes géologiques antérieurs, ont pris forme dans les dépôts de gypse sous-jacents à la zone, et des étangs riches en minéraux s’y sont formés.

Paysage
Paysage du refuge d’oiseaux migrateurs de la Pointe-Amherst

Carte du refuge

Carte du refuge d'oiseaux migrateurs d'Amherst Point
  • Description longue

    Carte montrant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) d'Amherst Point, directement au sud-ouest de la ville d'Amherst en Nouvelle-Écosse. Les limites des réserves nationales de faune (RNF) de Chignecto et du marais-John-Lusby ainsi que celles du ROM d'Amherst Point sont indiquées. La RNF du marais-John-Lusby est principalement située dans des zones d'eaux intertidales et permanentes avec quelques petites parties de terres situées sur la rive ouest du bassin Cumberland. La RNF de Chignecto et le ROM d'Amherst Point se superposent entièrement. Cette aire protégée est située entre Amherst Point, Amherst ainsi que Nappan et contient plusieurs plans d'eau. L'échelle de la carte est en kilomètres. Les eaux permanentes, les zones intertidales, les routes ainsi que les autoroutes sont indiquées sur la carte. Un encart sur la carte montre l'emplacement du refuge dans le Canada.

Planifiez votre visite

Le refuge d’oiseaux migrateurs de la Pointe-Amherst est un endroit merveilleux pour faire une promenade dans la nature et pique-niquer. Un sentier d’interprétation de 2,5 km entoure le lac Laytons serpentant à travers forêts, champs et collines en pente douce. Le flanc de colline avec vue panoramique sur le lac constitue un endroit invitant où pique-niquer et est un endroit populaire pour l’observation des oiseaux. Il est possible d’explorer en ski de fond ce même sentier lors des mois d’hiver enneigés.

Des refuges d’oiseaux migrateurs, comme celui de la Pointe-Amherst, sont établis à la grandeur du pays afin de protéger les oiseaux migrateurs durant les périodes critiques de leur cycle vital. Que ces refuges soient utilisés par les oiseaux pour s’alimenter, se reposer ou nicher, ils jouent un rôle important dans la survie de nombreuses espèces. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres. Veuillez-vous assurer de savoir comment protéger le refuge et veuillez lire les restrictions (notamment en ce qui concerne les armes à feu et la chasse) qui s’y appliquent afin de conserver la faune qui y vit. N’oubliez pas que les chats et les chiens ne peuvent circuler librement dans les refuges d’oiseaux migrateurs.

Si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements sur les activités permises dans les refuges d’oiseaux migrateurs, veuillez consulter la section Gestion et activités du site Web. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le refuge d’oiseaux migrateurs de la Pointe-Amherst, veuillez communiquer avec notre bureau régional.

Éléments clés au sujet du refuge d’oiseaux migrateurs de la Pointe-Amherst

Désignation de l’aire protégée Refuge d’oiseaux migrateurs
Province ou territoire Nouvelle-Écosse
Latitude et longitude 45° 48' N, 64° 16' O
Taille 433 hectares
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1947
Catégorie de gestion de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) IV – Aire de la gestion des habitats ou des espèces (disponible en anglais seulement)
Autres désignations
Type d’habitat principal Tourbière et marais dominés par la massette (27 %), retenues dont le niveau d’eau est contrôlé par des ouvrages (33 %), eaux libres (6 %), forêt mixte (24 %), champs ouverts des hautes terres (10 %)
Espèces clés d’oiseaux Canard noir, canard pilet, sarcelle d'hiver, sarcelle à ailes bleues, canard d’Amérique, canard souchet, fuligule à collier, grèbe à bec bigarré, butor d'Amérique, marouette de Caroline, canard chipeau, râle de Virginie, gallinule poule-d'eau, foulque d’Amérique et guifette noire
Autres espèces Plantes : Riche diversité de plantes associée aux dépôts de gypse sous-jacents.
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP) Aucune
Organisme de gestion Service canadien de la faune – région de l’Atlantique
Propriétaires fonciers Service canadien de la faune et propriétaires privés

Liens connexes

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - Région de l'Atlantique
Service canadien de la faune
Programme des aires protégées
17, allée Waterfowl
Sackville (Nouveau-Brunswick) E4L 1G6

Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :