Refuge d’oiseaux migrateurs du Cap-Parry

Falaises du refuge d'oiseaux migrateurs du cap Parry
Photo : Marie Fast © Environnement et Changement climatique Canada, falaises du refuge d'oiseaux migrateurs du cap Parry.

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) du cap Parry est situé à environ 100 km au nord de Paulatuk à l'extrémité nord de la péninsule de Parry, aux Territoires du Nord-Ouest. La péninsule de Parry est composée principalement de deux formations géologiques : la moraine de la péninsule de Parry et la formation de Franklin Mountain. La moraine chevauche la péninsule et divise la formation de Franklin Mountain en deux parties sud et nord. La partie nord contient le ROM du cap Parry. Le refuge est composé de trois falaises de calcaire de 15 m de haut datant de l'ère silurienne-ordovicienne. Ces falaises font face au golfe Amundsen, qui renferme les pointes Police, Devon et East, fournissant des habitats de nidification pour une colonie d'environ 500 Guillemots de Brünnich.

La péninsule se caractérise par un faible relief qui dépasse rarement 60 m d'altitude. De nombreux étangs et lacs parsèment le paysage. Des plages de sable et de gravier se forment le long de la côte, qui est découpée par de nombreuses baies et petites anses. La végétation est composée de semi-déserts polaires et est dominée par des arbustes nains qui dépassent rarement 10 cm de hauteur. Deux communautés de plantes se trouvent fréquemment dans la région, l'une dominée uniquement par des dryades des montagnes, et l'autre par des dryades des montagnes, des myrtilles, des airelles, le thé du Labrador et des busseroles. Les deux communautés de plantes sont composées principalement d'herbacées non graminoïdes, d'herbes, de carex et de lichens. Des mousses sont présentes, mais se limitent aux endroits mal drainés. La majeure partie de la surface est composée de moins de 25 % de couvert végétal, en raison du niveau élevé de calcaire dans le sol.

La glace de mer au large de la côte du cap Parry se fracture plus tôt que la banquise environnante. La polynie abrite des petits poissons et des invertébrés marins, qui constituent les aliments de base pour les guillemots. La polynie ainsi qu'une série de fentes connexes dans la glace (ou des chenaux côtiers) servent également d'importants sites de halte pour la sauvagine durant leur migration vers des aires de reproduction situées plus au nord et à l'est.

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs

Vint-trois espèces d'oiseaux, y compris dix-sept espèces nicheuses, ont été observées dans le refuge. Le ROM du cap Parry a été créé en vue de protéger l'habitat de nidification de la seule colonie de Guillemots de Brünnich dans l'Ouest de l'Arctique canadien. Les Guilemots de Brünnich nichent dans des colonies marines côtières qui se trouvent dans toutes les régions arctiques et subarctiques de l'Eurasie et de l'Amérique du Nord. Deux sous-espèces vivent en Amérique du Nord; les Guillemots de Brünnich au cap Parry appartiennent probablement à la sous-espèce occidentale (Uria lomvia arra). Le nombre de Guillemots nichant à la pointe Police semble avoir augmenté au cours des dernières années. Selon les derniers chiffres, cet endroit comptait un nombre estimé de 570 oiseaux nicheurs. Les pointes Devon et East ne servent pas toujours d'aires de nidification. Cela tient peut-être en partie du fait que la banquise côtière à la base de ces pointes persiste au printemps.

Le refuge protège aussi une des deux colonies connues de Guillemots à miroir dans l'Ouest de l'Arctique canadien. L'autre colonie se trouve à l'île Herschel au Yukon, à environ 550 km à l'ouest. La colonie du cap Parry est petite; quelques couples seulement nichent dans le refuge.La région du cap Parry est une halte importante pour la sauvagine migratoire. Quelque 20 000 Eiders à tête grise et Eiders à duvet, de même qu'un nombre élevé de Hareldes kakawis, de Goélands bourgmestres, de plongeons du Pacifique et de plongeons catmarins utilisent la zone extracôtière durant la migration du printemps.

Douze espèces de mammifères ont été observées dans le ROM du cap Parry. La péninsule Parry est un important secteur de piège à renard arctique pour les résidents de Paulatuk, et leur plus grande récolte d'ours blanc a lieu au large des rives du cap Parry. La baleine boréale, une espèce en péril, fréquente souvent le golfe Amundsen au printemps et au début de l'été.

Accès et activités

Les ROM ont pour objectif la protection et la conservation des oiseaux migrateurs. Les activités pouvant nuire aux oiseaux migrateurs, à leurs nids ou à leurs œufs sont interdites.

Les ROM peuvent être, et ont été créés sur des terres de propriété privée, provinciale, territoriale et fédérale. L'accès à chacun des ROM varie selon le site et est laissé à la discrétion du propriétaire et du gestionnaire des terres.

Dans les ROM situés sur le territoire publique fédéral, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la gestion et de la protection des oiseaux migrateurs, de leurs nids, de leurs œufs et de l'habitat. Dans les ROM situés sur le territoire publique provincial, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids, tandis que le garde-chasse en chef de la province est responsable de la gestion de l'habitat. Dans les ROM situés sur des terres de propriété privée ou municipale, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids. La gestion de l'habitat relève du propriétaire des terres.

L'accès au ROM du cap Parry peut être autorisé en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs et du Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs. Toutefois, en vertu de la Convention définitive des Inuvialuit, seuls les bénéficiaires inuvialuit ont le droit d'accès aux fins de prises de subsistance et n'ont pas besoin d'un permis pour mener ce genre d'activité.

Pour tout autre utilisateur, les interdictions générales en vertu du Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs s'appliquent au ROM du cap Parry : la chasse aux oiseaux migrateurs est interdite, et nul ne doit déranger, détruire ou enlever le nid d'un oiseau migrateur, ni avoir en sa possession un oiseau migrateur vivant, une carcasse, une peau, un nid ou un œuf d'un oiseau migrateur, à moins de détenir un permis délivré par Environnement et Changement climatique Canada ou d'être autorisé par le Règlement. La possession d'armes à feu ou d'autres instruments de chasse est interdite. Toute personne souhaitant avoir accès au ROM du cap Parry est priée d'obtenir un permis.

Pour obtenir plus d'information concernant l'accès, les activités et les permis dans les ROM, veuillez consulter la page Gestion et activités de la section Refuges d'oiseaux migrateurs du site Web. Pour obtenir plus d'information sur les aires protégées administrées par Environnement et Changement climatique Canada, veuillez communiquer avec le bureau régional.

Il est entendu que rien dans ce document ne doit être interprété de façon à porter atteinte à la protection des droits existants -- ancestraux ou issus de traités -- des peuples autochtones du Canada découlant de leur reconnaissance et de leur confirmation au titre de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

Carte du refuge

  • Carte des limites du refuge d'oiseaux migrateurs du .
Description longue pour la Carte

Carte indiquant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs du cap Parry par rapport aux Territoires du Nord-Ouest, au cap Parry et au golfe Amundsen. La carte indique les limites du refuge, qui est divisé en trois zones. Chaque zone couvre une partie du cap Parry et des eaux environnantes. L'échelle de la carte est en dixièmes de kilomètre.

La présente carte est à titre indicatif seulement et ne devrait pas servir à déterminer les limites juridiques. Vous pouvez aussi utiliser Google Maps pour situer le ROM du cap Parry. Veuillez noter que Google Maps constitue une source d'information complémentaire et ne représente ni la carte ni le nom officiel du site.

Tableau sommaire

Tableau sommaire du refuge d'oiseaux migrateurs du cap Parry
Catégorie Information
Désignation de l'aire protégée Refuge d'oiseaux migrateurs
Province ou territoire Territoires du Nord-Ouest
Latitude/longitude 70° 12' N, 124°40' O
Superficie en hectares (ha) 227 ha
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1961
Catégorie de gestion de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Ia - Réserve naturelle intégrale
Désignations supplémentaires Zone importante pour la conservation des oiseaux du cap Parry
Type d'habitat principal Eau libre, falaises de calcaire, lacs et étangs d'eau douce
Principales espèces d'oiseaux Guillemot de Brünnich et Guillemot à miroir
Autres espèces

Oiseaux : Eider à tête grise, Eider à duvet, Harelde kakawi, Goéland bourgmestre, Plongeon du Pacifique et Plongeon catmarin

Mammifères : Renard arctique, Ours blanc et Baleine boréale

Plantes : Dryades des montagnes, myrtilles, airelles, thé du Labrador et busserole

Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril(LEP) Ours blanc et Baleine boréale
Organisme de gestion Service canadien de la faune, région des Prairies et du Nord
Propriétaires fonciers Terres inuvialuit et terres de la couronne

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - Région des prairies et du Nord
Service canadien de la faune
Aires protégées et unité d'intendance
Unité arctique occidentale
C.P. 2310
5019, 52e Rue, 4e étage
Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest) X1A 2P7
Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :