Refuge d’oiseaux migrateurs Dewey-Soper (Isulijarnik)

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) Dewey-Soper (Isulijarnik) est situé sur la côte sud de l'île de Baffin, Nunavut. Il préserve un habitat où des oies et beaucoup d'autres oiseaux peuvent nicher et se nourrir.

Importance du refuge : oiseaux migrateurs et espèces sauvages

Le refuge d’oiseaux migrateurs Dewey-Soper (Isulijarnik), situé au centre-ouest de l’île de Baffin, au Nunavut, a été le premier refuge à voir le jour dans l’Arctique (20 juin 1957). Créé dans le but de protéger la petite oie des neiges qui niche et s’alimente dans les plaines marécageuses de l’île, ce refuge protège une grande partie de la population nicheuse canadienne de cet oiseau.

En 2005, on estimait environ 1 million d’oies des neiges qui nichaient à l’intérieur et à proximité du refuge. Il s’agit de la plus grande colonie connue de la petite oie des neiges dans le monde et, en été, un nombre beaucoup plus élevé d’oies est réparti dans les plaines. En effet, une fois les œufs éclos, les oies et les oisons se dispersent dans les basses terres de carex pour se nourrir. Les oies des neiges non nicheuses utilisent la zone située le long de la rive sud de la rivière Koukdjuak comme aire de mue. Toutes ces oies commencent à quitter le site vers la mi‑septembre.
 

Petites oies des neiges
Petites oies des neiges au refuge d’oiseaux migrateurs Dewey-Soper. Photo: Chris Nicolai
 

Le saviez-vous?

Quiconque a été en contact avec des oies sait qu’il doit faire attention où il met le pied quand celles-ci sont dans les parages. Saviez-vous que cela prend seulement une heure ou deux à la nourriture ingérée par l’oie à traverser son appareil digestif? Comme il s’agit d’un processus aussi rapide, les oies défèquent généralement entre 6 et 15 fois par heure!

D’autres oiseaux nichent également dans la région, dont 50 000 bernaches de Hutchins, 1 600 bernaches cravants à ventre pâle ainsi qu’un grand nombre d’hareldes kakawis et d’eiders (à duvet et à tête grise). Ce refuge est par ailleurs un habitat important pour la bernache cravant à ventre pâle, qui préfère les bas-fonds intertidaux et les marais du refuge, où elle se nourrit de végétaux qui poussent dans les eaux saumâtres ou salées. L’oie de Ross utilise également le refuge, et son nombre a augmenté dans les plaines marécageuses du site.
 
Eider à duvet mâle
Eider à duvet mâle. Photo: Grant Gilchrist

 

Parmi les autres oiseaux migrateurs qui se reproduisent dans le refuge figurent les espèces suivantes :

  • mouette de Sabine
  • pluvier argenté
  • pluvier semipalmé
  • bécasseau à croupion blanc
  • plongeon du Pacifique
  • phalarope à bec large
  • labbe parasite
  • pipit d’Amérique
  • bruant lapon
  • bruant des neiges

En tout, plus de 30 espèces d’oiseaux ont été observées dans le refuge.

Le saviez-vous?

Le refuge d’oiseaux migrateurs Dewey-Soper fût nommé ainsi en l’honneur de Joseph Dewey Soper (1893 à 1982), un zoologiste canadien qui fût un ornithologue, un explorateur et un auteur bien connu ayant consacré sa vie à la recherche et à l’exploration dans l’Arctique canadien.

Paysage

Cette aire protégée de 816 599 hectares borde la côte sud-est du bassin Foxe dans la région de Qikiqtaaluk, et comprend le secteur côtier de la grande plaine de Koukdjuak, une basse terre plate, vaste et sans relief qui repose sur un lit de calcaire et de schiste. De la côte vers l’intérieur des terres, l’élévation de l’île augmente progressivement, réduisant ainsi l’humidité des sols. Pour cette raison, la végétation située plus près de la côte est plus marécageuse, poussant dans l’argile et la boue, et créant des habitats humides de type pré. Dans l’ensemble, la plaine Koukdjuak est couverte d’une végétation composée de carex, de graminées, de mousses et de lichens, ainsi que d’autres végétaux communs, dont la sétaire glauque, le cresson de terre, la saxifrage cespiteuse et le saule. Les terres intérieures plus élevées sont moins humides et contiennent plus de gravier, et les végétaux qui poussent dans cette zone préfèrent les conditions plus sèches. Ces espèces sont les suivantes :

  • épilobe à larges feuilles
  • pyrole à grandes fleurs
  • thé du labrador
  • cassiope tétragone
  • busserole alpine
  • airelle rouge

Cette transition végétale s’étend environ sur 15 m à l’intérieur des terres.

Cette zone comporte des marées impressionnantes et cette situation, combinée à la planéité de la grande plaine de Khoukdjuak, fait en sorte que de vastes vasières sont exposées lorsque la marée descend. La limite sud du refuge se caractérise par le Putnam Highland, un repère anatomique formé d’une falaise de calcaire d’environ 120 m de haut. Des affleurements de granite parsèment l’extrémité sud de la plaine, dont un escarpement peu élevé à l’est de la baie Bowman connu sous le nom de la crête Eswituk. On peut aussi voir de nombreux petits cours d’eau à débit lent traverser la plaine. En plus, la rivière Koukdjuak draine le lac Nettilling. D’innombrables petits étangs circulaires, vaseux et peu profonds (moins de 1 m) parsèment également la région et sont intercalés de marécages.

Carte du refuge

Carte du refuge d'oiseaux migrateurs Dewey-Soper
  • Description longue
    Carte montrant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) Dewey-Soper par rapport au Nunavut, à l'île de Baffin, au Cape Dominion, au bassin Foxe, au lac Nettiling et à Koukdjuak River. La carte indique les limites du refuge, qui renferme une petite partie des eaux du bassin Foxe et qui s'étend vers l'intérieur de la côte de l'île de Baffin. L'échelle de la carte est en kilomètres. Les eaux permanentes sont indiquées sur la carte. Un encart sur la carte montre l'emplacement du refuge dans le Canada.

Accès au refuge

Des refuges d’oiseaux migrateurs, comme celui de Dewey-Soper, sont établis à la grandeur du pays afin de protéger les oiseaux migrateurs durant les périodes critiques de leur cycle vital. Que ces refuges soient utilisés par les oiseaux pour s’alimenter, se reposer ou nicher, ils jouent un rôle important dans la survie de nombreuses espèces. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres. Veuillez-vous assurer de savoir comment protéger le refuge et veuillez lire les restrictions (notamment en ce qui concerne les armes à feu et la chasse) qui s’y appliquent afin de conserver la faune qui y vit. Les chats et les chiens ne peuvent circuler librement dans les refuges d’oiseaux migrateurs.  

Le ROM est géré par Environnement et Changement climatique Canada en partenariat avec le comité de cogestion (CCG) Isulijarnik de Cape Dorset, Nunavut.

L'accès au refuge Dewey-Soper peut être autorisé en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs et du Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs. Toutefois, en vertu de l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut et de l'Entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits pour les réserves nationales de faune et de refuges d'oiseaux migrateurs dans la région du Nunavut, seuls les bénéficiaires du Nunavut ont le droit d'accès aux fins de prises de subsistance et n'ont pas besoin d'un permis pour mener ce genre d'activité. Toute personne souhaitant avoir accès au ROM de Dewey-Soper (Isulijarnik) est priée d'obtenir un permis.

Si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements sur les activités permises dans les refuges d’oiseaux migrateurs, veuillez consulter la section Gestion et activités du site Web. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le refuge d’oiseaux migrateurs de Dewey-Soper, veuillez communiquer avec notre bureau régional.

Éléments clés au sujet du refuge d’oiseaux migrateurs Dewey-Soper (Isulijarnik)

Désignation de l’aire protégée Refuge d’oiseaux migrateurs
Province ou territoire Nunavut
Latitude et longitude 66°35' N, 71°30' O
Taille 816 599 hectares (dont 159 211 ha d’habitat marin)
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1957
Catégorie de gestion de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Aire de nature sauvage (disponible en anglais seulement)
Autres désignations Site Ramsar du refuge d’oiseaux migrateurs de Dewer Soper
Zone importante pour la conservation des oiseaux de la grande plaine de la Koukdjuak
Zone importante aviaire du Nunavut (Grande plaine de Koukdjuak)
Chevauche partiellement la réserve faunique de la baie Bowman (Nunavut)
Type d’habitat principal Toundra marécageuse (70 %), étangs (10 %), eaux libres – habitat marin (19 %)
Espèces clés d’oiseaux Petite oie des neiges, bernache de Hutchins (disponible en anglais seulement), bernache cravant à ventre pâle (disponible en anglais seulement), harelde kakawi (disponible en anglais seulement), eider à duvet et eider à tête grise (disponible en anglais seulement)
Autres espèces Aucune
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP) Oiseaux : Oie de Ross (disponible en anglais seulement), mouette de sabine, pluvier argenté, pluvier semipalmé, bécasseau à croupion blanc, plongeon du pacifique, phalarope à bec large, labbe parasite, pipit d'amérique, plectrophane lapon et plectrophane des neiges.
Organisme de gestion Service canadien de la faune, région des Prairies et du Nord en collaboration avec le Comité de cogestion de la région d'Isulijarnik de Cape Dorset.
Propriétaires fonciers Terres de la Couronne et terres inuites.

Lien connexe

Refuge d'oiseaux migrateurs Dewey-Soper (Isulijarnik) sur Google Maps (Google Maps est une source d'information complémentaire qui aide à situer le refuge d’oiseaux migrateurs et ne remplace en aucun cas ni la carte ni le nom officiel du site)

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - Région du Nord
Service canadien de la faune
Aires protégées et unité d'intendance
Unité arctique orientale
C.P. 1714
Iqaluit (Nunavut) X0A 0H0

Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :