Refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) no 1 de l'Île-Banks est situé au sud-ouest de l’île Banks, aux Territoires du Nord-Ouest. Il offre un lieu de repos pour beaucoup d'espèces de la sauvagine.

Importance du refuge : oiseaux migrateurs et espèces sauvages

L’île Banks, aux Territoires du Nord-Ouest, est la quatrième plus grande île de l’Arctique canadien et est celle se trouvant le plus à l’ouest. Deux refuges d’oiseaux migrateurs ont été établis sur cette île, le refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks étant situé à proximité de Sachs Harbour sur la rive sud-ouest de l’île.

Chaque printemps, jusqu’à 500 000 petites oies des neiges volent vers le nord, jusqu’à la région de l’est de la mer de Beaufort située au large de la côte ouest de l’île Banks. Ces oies proviennent de la population de l’Arctique de l’Ouest qui hiverne en Californie, au Nouveau-Mexique et au Mexique. Jusqu’à 450 000 oies retournent nicher dans les vallées des rivières Big et Egg, situées dans le refuge. Ce nombre représente environ 95 % de la population de l’Arctique de l’Ouest et environ 15 % de la population canadienne de petites oies des neiges.
 

Petites oies des neiges
Petites oies des neiges. Photo : Creedence Wood


Au printemps, des bernaches noires, venant d’aussi loin que du Mexique, migrent également vers le nord en longeant la côte ouest pour se reproduire dans le refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks. Environ 3 000 de ces oiseaux se rassemblent dans les deltas, les petits lacs et les étangs du refuge pour nicher et pour se nourrir du carex et des graminées qui s’y trouvent en abondance. En outre, environ 25 000 eiders à tête grise, plusieurs milliers de hareldes kakawis et un moindre nombre de cygnes siffleurs, d’oies de Ross et de grues du Canada nichent dans le refuge.

Le saviez-vous?

Le harelde de Miquelon qui fréquente le refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks, est l’un des canards qui plonge le plus profondément. Il peut plonger jusqu’à des profondeurs de 60 mètres pour se nourrir.

Parmi les autres oiseaux qui nichent ou qu’on présume qui nichent dans la région, on retrouve les espèces suivantes :

  • plongeon à bec blanc
  • plongeon arctique
  • plongeon catmarin
  • pluvier semipalmé
  • pluvier argenté
  • pluvier bronzé
  • tournepierre à collier
  • bécasseau à croupion blanc
  • bécasseau de Baird
  • bécasseau semipalmé
  • bécasseau sanderling
  • phalarope à bec large
  • labbe pomarin
  • labbe à longue queue
  • goéland bourgmestre
  • mouette de Sabine
  • sterne arctique
  • faucon pèlerin
  • harfang des neiges
  • lagopède des saules
  • lagopède alpin
  • alouette hausse-col

Paysage

La majeure partie du refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks se trouve à l’intérieur de l’écorégion de la plaine côtière de l’île Banks, consistant en une plaine côtière plate de plusieurs kilomètres de large qui laisse place à des collines onduleuses couvertes de dépôts glaciaires, de sable et de gravier. Ce paysage s’élève graduellement vers une plaine intérieure au centre de l’île. Le refuge est drainé par une série de rivières coulant vers l’ouest qui prennent leur source dans les hautes terres centrales du refuge et qui se déversent dans la mer de Beaufort. À mesure que les rivières s’approchent de la côte ouest de l’île, elles s’entrelacent fortement avant d’entrer en mer en passant par de larges deltas marécageux et peu profonds. Ces larges deltas sont composés de dépôts d’alluvions graveleux et sablonneux (dépôts fluviatiles) et de toundra marécageuse qui contient de nombreux étangs peu profonds et, où les rivières Egg et Big se rejoignent, de larges terrasses.
 

Paysage
Paysage du refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks. Photo : J. Hodson


La majeure partie de la rive est composée de plages de sable et de gravier, et la présence de bancs de sable et de flèches est fréquente dans les petites baies côtières. On peut également retrouver des escarpements de boue sèche entre Sachs Harbour et Cape Kellett, ainsi qu’à quelques autres endroits dans le refuge. En général, la végétation dans le refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks est constituée de déserts polaires (ou semi-déserts polaires) avec peu de précipitations (100 à 200 mm en moyenne annuellement) et des températures annuelles basses (moyenne estivale de 1 °C et moyenne hivernale de -29 °C); cependant, on retrouve un couvert végétal luxuriant à certains endroits dans le refuge. Cela est particulièrement vrai dans les bas terrains plats situés le long des vallées fluviales, où des graminées et du carex poussent en abondance. Ces plantes poussent également bien dans les endroits immergés ou escarpés où le sol est très humide. En remontant vers le haut des pentes, le couvert végétal diminue et les sommets des collines sont généralement stériles et parsemés de massifs d’arbustes nains, de plantes-coussinets et de lichens.

Carte du refuge

Carte du refuge d'oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks
Description longue

Carte montrant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) no 1 de l'Île-Banks par rapport aux Territoires du Nord-Ouest, à l'île Banks, à Sachs Harbour, au détroit du Prince-de-Galles, à la Mer de Beaufort et aux rivières Kellett, Big, Storkerson et Bernard. La carte indique les limites du refuge, qui renferme la partie sud-ouest de l'île Banks, les rivières Kellett, Big et Storkerson ainsi qu'une partie des eaux de la Mer de Beaufort. L'échelle de la carte est en kilomètres. Les eaux permanentes ainsi que les zones intertidales sont indiquées sur la carte. Un encart sur la carte montre l'emplacement du refuge dans le Canada.

Accès au refuge

Des refuges d’oiseaux migrateurs, comme le refuge no 1 de l’Île-Banks, sont établis à la grandeur du pays afin de protéger les oiseaux migrateurs durant les périodes critiques de leur cycle vital. Que ces refuges soient utilisés par les oiseaux pour s’alimenter, se reposer ou nicher, ils jouent un rôle important dans la survie de nombreuses espèces. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres. Veuillez-vous assurer de savoir comment protéger le refuge et veuillez lire les restrictions (notamment en ce qui concerne les armes à feu et la chasse) qui s’y appliquent afin de conserver la faune qui y vit. Les chats et les chiens ne peuvent circuler librement dans les refuges d’oiseaux migrateurs.  

En vertu de la Convention définitive des Inuvialuit, les bénéficiaires inuvialuit ont un droit d’accès inconditionnel aux fins de prises de subsistance et n’ont pas besoin d’un permis pour mener ce genre d’activité. Toute personne souhaitant avoir accès au refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks est priée d’obtenir un permis.

Si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements sur ce qui est permis dans les refuges d’oiseaux migrateurs, veuillez visiter la section Gestion et activités du site Web. Pour en savoir plus sur le refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks, veuillez communiquer avec notre bureau régional.

Faits saillants sur le refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks

Désignation de l’aire protégée Refuge d’oiseaux migrateurs
Province ou territoire Territoires du Nord-Ouest
Latitude et longitude 72°40' N, 123°30' O
Superficie 1 999 700 hectares
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1961
Catégorie de gestion de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Aire de nature sauvage (disponible en anglais seulement)
Désignations supplémentaires Zone importante pour la conservation des oiseaux du refuge de l’Île-Banks
Type d’habitat principal Vasières intertidales et eau libre, delta, prés humides, landes à Dryas
Principales espèces d’oiseaux Petite oie des neiges, bernache cravant noire, eider à tête grise, harelde kakawi, cygne siffleur, oie de Ross et grue du Canada
Autres espèces Oiseaux : Plongeon à bec blanc, plongeon arctique (disponible en anglais seulement), plongeon catamarin, pluvier semipalmé, pluvier argenté, pluvier bronzé, tournepierre à collier, courlis corlieu, bécasseau à croupion blanc, bruant de Baird, bécasseau semipalmé, bécasseau sanderling, phalarope à bec large, labbe pomarin, labbe à longue queue, goéland bourgmestre, mouette de Sabine, sterne arctique, faucon pèlerin, harfang des neiges, lagopède des saules, lagopède alpin et alouette hausse-col
Mammifères : Ours blanc, caribou de Peary, renard arctique et bœuf musqué
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP) Faucon pèlerin, ours blanc et caribou de Peary
Organisme de gestion Service canadien de la faune, région du Nord
Propriétaires fonciers Terres inuvialuit et terres de la Couronne

Lien connexe

Refuge d’oiseaux migrateurs no 1 de l’Île-Banks sur Google Maps (Google Maps est une source d'information complémentaire qui aide à situer le refuge d’oiseaux migrateurs et ne remplace en aucun cas ni la carte ni le nom officiel du site)

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - Région du Nord
Service canadien de la faune
Unité arctique occidentale
C.P. 2310
5019, 52e Rue, 4e étage
Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest) X1A 2P7

Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :