Refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île-du-Corossol

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de l’Île-du-Corossol est localisé au sud de Sept-Îles, au Québec. Plusieurs oiseaux de mer l'utilisent pour y nicher.

Importance du refuge : oiseaux migrateurs et espèces sauvages

Situé sur la Côte‑Nord dans le golfe du Saint-Laurent, à 10 kilomètres au sud de Sept‑Îles, le refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île‑du‑Corossol a été créé en 1937 afin de protéger des oiseaux marins durant leur nidification. Le refuge est un important site de nidification pour plusieurs espèces d’oiseaux coloniaux.

Photo d'un eider à duvet
Eider à duvet. Photo : Jean-François Rail


L’île abritait jadis les plus importantes colonies de mouette tridactyle, de goéland argenté, de goéland marin et de cormoran à aigrettes de tous les refuges de la Côte-Nord. Ces espèces ont fortement décliné dans le refuge depuis la fin des années 1980, mais s’y retrouvent encore par centaines. En contrepartie, d’autres espèces telles que le petit pingouin, le guillemot marmette, et l’eider à duvet sont en nombre croissant depuis cette période. Elles sont maintenant les plus abondantes sur l’île. Le refuge abrite également des Guillemots à miroir, quelques couples de Macareux moines et de Grands Hérons, ainsi que l’une des rares colonies d’océanites cul‑blanc du Québec.

Paysage

Cette aire protégée de 364 hectares, située dans l’archipel de Sept‑Îles, comprend l’île du Corossol ainsi que les eaux, îlots et rochers se trouvant dans un rayon de 500 mètres autour de l’île, sauf entre cette dernière et l’île Manowin où la limite du refuge est à mi-chemin entre les deux îles.

Paysage
Partie du rivage de l’île Corossol. Photo : Jean-François Rail


Comme c’est le cas pour toutes les îles de cet archipel, l’île du Corossol est composée de granit et de gneiss. Cette île rocheuse atteint une altitude de 59 mètres et est couverte à environ 80 % d’une sapinière à bouleau à papier et à épinette blanche, une végétation caractéristique de la Côte‑Nord. L’île est bordée d’une bande rocheuse, et les dépressions sur l’île favorisent des habitats plus humides où poussent notamment l’amélanchier et le sapin baumier.

 

Le saviez‑vous?

Le guillemot à miroir se nourrit près de côtes. Il niche par petit groupes dans les cavités rocheuses, sur les falaises ou dans les talus d’éboulis.

Carte du refuge

Carte montrant l’emplacement du ROM de l'Île-du-Corossol
  • Description longue

    Carte montrant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de l'Île-du-Corossol par rapport au Québec, à l'île Manowin, à l'île du Corossol, à la Petite Basque et au golfe du Saint-Laurent. La carte indique les limites du refuge, qui renferme l'île du Corossol et les eaux environnantes. L'échelle de la carte est en kilomètre. Les eaux permanentes ainsi que la zone interdidale sont indiquées sur la carte. Un médaillon montre l'emplacement du refuge au Canada.

Accès au refuge

Les refuges d’oiseaux migrateurs, comme celui de l’île du Corossol, sont établis à la grandeur du pays afin de protéger les oiseaux migrateurs durant les périodes critiques de leur cycle vital. Que ces refuges soient utilisés par les oiseaux pour s’alimenter, se reposer ou nicher, ils jouent un rôle important dans la survie de nombreuses espèces. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres. Veuillez-vous assurer de savoir comment préserver l’état du refuge et veuillez lire les restrictions (notamment en ce qui concerne les armes à feu et la chasse) qui s’y appliquent afin de conserver la faune qui y vit. N’oubliez pas que les chats et les chiens ne peuvent circuler librement dans les refuges d’oiseaux migrateurs.  

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les activités autorisées dans les refuges d’oiseaux migrateurs, veuillez consulter la page Gestion et activités du site Web. Pour en savoir plus sur le refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île‑du‑Corossol, veuillez communiquer avec notre bureau régional.

Faits saillants concernant le refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île‑du‑Corossol

Désignation de l'aire protégée Refuge d'oiseaux migrateurs
Province ou territoire Québec
Latitude/longitude 50° 5' 24" N 66° 23' 8" O
Superficie en hectares (ha) 364 ha
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1937
Catégorie de gestion de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Réserve naturelle intégrale (Ia) (Disponible en anglais seulement)
Désignations supplémentaires Zone importante pour la conservation des oiseaux de l'Île du Corossol
Type d'habitat principal Sapinière à bouleau à papier et épinette blanche, arbustaie et milieux tourbeux
Espèces clés d'oiseaux Eider à duvet, petit pingouin, guillemot marmette.
Autres espèces Oiseaux : Cormoran à aigrettes, goéland marin, goéland argenté, guillemot à miroir, océanite cul-blanc, mouette tridactyle, macareux moine, et grand héron.
Plantes: Sapin baumier, bouleau à papier, épinette blanche, amélanchier
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP) Aucune
Organisme de gestion Service canadien de la faune, Région du Québec

Lien connexe

Refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île‑du‑Corossol sur Google Maps (Google Maps est une source d'information complémentaire qui aide à situer le refuge d’oiseaux migrateurs et ne remplace en aucun cas ni la carte ni le nom officiel du site)

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada – Région du Québec
Service canadien de la faune
Section Aires protégées
801-1550, avenue d’Estimauville
Québec (Québec) G1J 0C3

Numéro sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :