Refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île-St-Joseph

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de l’Île-St-Joseph est situé au sud de l'île Saint-Joseph, Ontario. Il offre un lieu de repos sécuritaire pour les espèces de la sauvagine.

Importance du refuge : oiseaux migrateurs et espèces sauvages

Le refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île-St-Joseph est situé à la pointe de l’île Saint-Joseph, en Ontario, et se poursuit à partir de la rive jusqu’à la frontière internationale avec les États-Unis sur la rivière Sainte-Marie. Le refuge a été établi en 1951 pour protéger les oiseaux migrateurs de la chasse intensive pratiquée dans la région à l’époque.

Situées à l’extrémité ouest du North Channel, lac Huron, les terres du refuge sont gérées par et propriété de Parcs Canada à titre de lieu historique national, tandis que les eaux du refuge relèvent du ministère des Richesses naturelles et des forêts de l’Ontario.

Ce refuge offre actuellement une protection aux canards plongeurs (qui s’immergent sous la surface en quête de nourriture) et aux canards de marais tels que le canard noir, des fuligules, le grand harle et le harle huppé.

Grand Harle femelle
Grand harle femelle


Durant la saison migratoire, un grand nombre de ces oiseaux passent du temps dans les eaux libres et les régions marécageuses du refuge. Plusieurs espèces y nichent également.

Petit fuligule en vol
Petit fuligule en vol

Paysage

L’habitat le plus commun de la zone de l’île Saint-Joseph est la forêt dense de feuillus parsemée de conifères. Les terres dans le refuge sont dominées par l’érable rouge, le chêne rouge, le hêtre, le bouleau jaune, le bouleau gris, le frêne noir, la pruche, l’épinette noire, l’épinette blanche, et le thuya occidental. Dans la partie sud-ouest du refuge, l’aire herbeuse contenant les ruines du fort Saint Joseph est entourée de bosquets de thuyas occidentaux.

Le saviez-vous?

Le fort Saint Joseph était un lieu stratégique de la guerre de 1812. Il a été détruit et incendié le 3 juillet 1814 par une flottille américaine de cinq navires de guerre et de plusieurs centaines de soldats. Cette même armée a été vaincue quelques semaines plus tard lors d’une tentative pour s’emparer du fort Michilimackinac.

La rive des quatre petites baies du refuge est bordée de marais à scirpe (Scirpus sp.) et adossée à une zone étroite de roseaux (Phragmites sp.); plus loin dans les terres pousse une bande de myriques de Pennsylvanie et d’aulnes. Les sections de la rive non bordées de scirpes sont surtout rocheuses. Un grand marais borde la rive de l’île du côté de la rivière Sainte-Marie, au nord du refuge. Le marais s’étend de la limite du refuge, au nord, jusqu’à la pointe Hay et le lac Munuscong, au sud, et est une zone très importante pour la sauvagine et autres oiseaux migrateurs qui dépendent des milieux humides. Une grande partie du territoire générale est composée de rivières d’eau libre, de lacs et d’étangs. Le refuge comprend également l’île Pirate, au large de La Pointe. Plusieurs autres îles, dont l’île Janden, sont situées à l’est du refuge.

Carte du refuge

Carte du refuge d'oiseaux migrateurs de l'île-St-Joseph
  • Description longue

    Carte montrant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de l’Île-St-Joseph par rapport à l'Ontario, à l'île Saint-Joseph, à la baie Potagannissing, au lac Huron, à la frontière américaine, à la rivière Ste-Marie et à l'île Lime. La carte indique les limites du refuge, qui couvre la partie sud de la baie Potagannissing jusqu'à la frontière américaine. Le ROM inclut une partie de la St. Marys River et les terres du sud de l'île Saint-Joseph. L'échelle de la carte est en kilomètres. Les eaux permanentes, la frontière internationale, les routes ainsi que les autoroutes sont indiquées sur la carte. Un médaillon montre l'emplacement du refuge dans le Canada.

Planifiez votre visite

Venez explorer une tranche de l’histoire canadienne au refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île-St-Joseph. Ce lieu historique national est situé à la pointe sud-ouest de l’île. Sur deux hectares de terrain dégagé se dressent les ruines du fort Saint Joseph, le bureau de Parcs Canada et un centre d’interprétation. N’oubliez pas d’apporter votre appareil photo et, surtout durant la saison migratoire, ouvrez l’œil pour la faune de passage.

Des refuges d’oiseaux migrateurs, comme celui de l’île St-Joseph, sont établis à la grandeur du pays afin de protéger les oiseaux migrateurs durant les périodes critiques de leur cycle vital. Que ces refuges servent de lieu d’alimentation, de repos ou de nidification, ils jouent un rôle important dans la survie de nombreuses espèces. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres. Veuillez-vous assurer de savoir comment protéger le refuge et veuillez lire les restrictions (notamment en ce qui concerne les armes à feu et la chasse) qui s’y appliquent afin de conserver la faune qui y vit. Les chats et les chiens ne peuvent circuler librement dans les refuges d’oiseaux migrateurs.

Pour en savoir davantage sur les activités permises dans les refuges d’oiseaux migrateurs, veuillez consulter la section Gestion et activités du site Web. Pour en savoir davantage sur le refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île-St-Joseph en particulier, veuillez communiquer avec notre bureau régional.

Éléments clés au sujet du refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île-St-Joseph

Désignation de l’aire protégée Refuge d’oiseaux migrateurs
Province ou territoire Région de l’Ontario
Latitude et longitude 46°04' N, 83°55' O
Superficie 940 hectares
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1951
Catégorie de gestion de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Parc national (disponible en anglais seulement)
(Autre désignation Lieu historique national Fort-St. Joseph
Espèces clés d’oiseaux Forêt, lac ouvert, marais de bord de lac, fort/lieu d’interprétation
Autres espèces Canard noir, grand harle, harle huppé, petit fuligule, fuligule milouinan, guifette noire, goéland argenté et pygargue à tête blanche
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP) Aucune
Organisme de gestion Service canadien de la faune, région de l’Ontario
Propriétaires fonciers Parcs Canada et province de l’Ontario

Liens connexes

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada – région de l’Ontario
Service canadien de la faune
Conservation des écosystèmes
4905, rue Dufferin
Toronto (Ontario)  M3H 5T4

Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Adresse électronique : ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :