Refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de la Rivière-Moose est situé au sud de la Baie James, Ontario. Il offre à beaucoup d'oiseaux un endroit pour se reposer et se nourrir.

Importance du refuge : oiseaux migrateurs et espèces sauvages

Le refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose couvre deux zones distinctes :

  • l’île Ship Sands
  • une partie de la terre ferme

Celles-ci sont séparées par l’embouchure de la rivière Moose du côté sud-ouest de la baie James. La province de l’Ontario gère les terres du refuge, tandis que le territoire du Nunavut s’occupe des zones situées en dessous de la laisse de haute mer. Bien que l’habitat du refuge ne soit pas considéré comme particulièrement inhabituel, ni d’importance capitale, cette aire protégée est un lieu de repos et d’alimentation très important pour la petite oie des neiges.

Petites oies des neiges
Petites oies des neiges en vol


L’estuaire de la rivière Moose est situé le long de la côte sud-ouest de la baie James et est une Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) qui abrite un nombre important d’oies des neiges pendant leur migration automnale. Un grand nombre d’autres oiseaux aquatiques utilise ce site comme le canard noir, la sarcelle d’hiver, le petit fuligule, la becassine des marais, le pluvier argente, becasseau variable et grue du Canada.

Les petites oies des neiges se réunissent à l’île Ship Sands au début de l’automne. Elles se dirigent ensuite graduellement vers l’amont, à mesure qu’elles épuisent les sources de nourriture locales, demeurant souvent dans la région jusqu’à ce que la glace leur coupe l’accès à leur nourriture. Au printemps, ces oiseaux se font surtout nombreux en début de saison, quand les glaces de mer n’ont pas encore fondu, mais que l’embouchure des rivières et des cours d’eau avoisinants s’est dégagée. La petite oie des neiges se réunit en grand nombre dans la région, mais semble former des groupes assez petits pour ensuite suivre la côte de la baie James vers le nord.

La bernache du Canada utilise également ce refuge, mais en nombre nettement inférieur à celui de la petite oie des neiges. Elle se nourrit à un endroit différent de celui de la petite oie des neiges, principalement le long de la laisse de marée, plutôt que la zone des marais côtiers. Dans cette région prisée pour la chasse, le refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose offre aux oies en migration une vaste aire de repos et d’alimentation en toute quiétude. C’est sans doute pour cette raison que des oiseaux se rassemblent au refuge et y demeurent pour une longue période. Au printemps, la bernache cravant à ventre pâle fait une apparition occasionnelle dans la région, s’arrêtant parfois sur les eaux dégagées entre la pointe Arnold et l’île Ship Sands ainsi qu’à l’embouchure de la rivière Partridge.

Petite Oie des neiges
Petite oie des neiges


Au printemps, des canards barboteurs, c’est-à-dire des canards qui se nourrissent près de la surface de l’eau, se réunissent souvent dans les marais intertidaux dégagés du refuge, mais n’y nichent pas en grand nombre. Ils comprennent le canard pilet, le canard colvert, la sarcelle à ailes vertes et le canard noir. Pour autant que l’on sache, ce refuge n’abrite pas un très grand nombre de canards, mais un nombre relativement restreint utilise toute la région qui borde la baie James pour muer. Durant la migration d’automne, ces espèces de canards se montrent dans les marais côtiers et les chenaux de marée du refuge. Le refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose offre également un habitat aux oiseaux de rivage migrateurs tels que les chevaliers et les pluviers, que l’on peut apercevoir dans les vasières de la mi-juillet à octobre. Bien que le refuge offre de vastes et tranquilles replats de marée et marais côtiers, on ignore dans quelle mesure les oiseaux de rivage dépendent de ces lieux. On estime cependant qu’il s’agit d’une région de repos et de nidification cruciale pour ces oiseaux.

Paysage

Les limites côtières de l’île Ship Sands et de la partie du refuge sur la terre ferme s’étendent à 61 mètres au large de la laisse de haute mer normale. De nombreux chenaux de marée divisent la pointe en aval (nord-est) de la partie du refuge située sur l’île Ship Sands, et seule une petite partie des vastes vasières adjacentes à l’île font partie du refuge. En s’éloignant de la rive au-delà des vasières, on parvient à un grand marais inondé, peuplé d’espèces herbeuses (carex ou laîche) et parsemé de nombreuses touffes de troscart des marais. Le long d’une bonne partie de la rive, des scirpes, des quenouilles et des fleurs de la famille des Compositae (telles que des asters) poussent entre les vasières et les marais à carex. Plus à l’intérieur de l’île, sur des terrains plus élevés où le sol est plus sec, les marais à carex laissent graduellement place à un pré herbeux où poussent des saules et des aulnes. La moitié de l’île en amont (sud-ouest) est couverte de forêts d’une densité variable, surtout composées d’épinettes noires, d’épinettes blanches, de mélèzes laricins et de peupliers baumiers. Les photographies aériennes passées révèlent la succession des espèces végétales ainsi que l’expansion des zones forestières et arbustives sur le terrain autrefois occupé par des marais à carex. La répartition des zones de végétation dans la moitié en amont de l’île Ship Sands est similaire à celle de la moitié en aval, à la différence notable que les vasières et les marais à carex y sont nettement plus étroits.

La partie du refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose située sur le continent couvre une étendue allant de la partie est de la pointe Arnold (Long Point) jusqu’au ruisseau Partridge. Elle est composée presque entièrement de marais inondés à carex, sauf sur la limite nord, marquée par des vasières intertidales. En général, ces marais à carex laissent graduellement place à des fourrés à saules au sud. À certains endroits, cependant, il y a une limite claire entre la zone des saules et la zone du carex; tandis qu’à d’autres, des saules empiètent sur le carex, et des bosquets de saules bas poussent de façon isolée dans les marais.

La configuration végétale du refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose (vasière intertidale – marais côtier à carex – forêt arbustive de saules et d’épinettes) est courante sur la plus grande partie de la côte de la baie James. Des tourbières basses sont également présentes dans les zones forestières du refuge. Le refuge est traversé par de nombreux chenaux de marée, ainsi que par plusieurs ruisseaux d’eau douce qui se jettent dans la baie James.

Le saviez-vous?

Une tourbière basse, ou minérotrophe, est un type de milieu humide caractérisé par un sol tourbier profond ayant un pH moins acide que celui d’une tourbière haute, ou ombrotrophe, et où poussent des graminoïdes. Parfois appelés « rivières vertes » de la région boréale, ces écosystèmes réduisent le risque d’inondations en aval en absorbant les écoulements de surface. Ils modèrent également les changements climatiques en stockant de grandes quantités de carbone, améliorent la qualité de l’eau, et offrent un habitat à de nombreuses espèces animales et végétales. Ces nombreux avantages justifient assurément la préservation de ces écosystèmes.

Carte du refuge

Carte du refuge d'oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose
  • Description longue

    Carte montrant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de la Rivière-Moose par rapport à l'Ontario, au ruisseau Ominik, à la baie d'Hudson, à la rivière Moose, à l’île Ship Sands et à Long Point. La carte indique les limites du refuge, celui-ci divisé en deux zones, chacune couvrant une partie du littoral de la baie d'Hudson et s'étendant vers l'intérieur des terres depuis les deux côtés de la rivière. L'échelle de la carte est en kilomètres. Les eaux permanentes, les ainsi que zones intertidales sont indiquées sur la carte. Un médaillon montre l'emplacement du refuge dans le Canada.

Accès au refuge

Des refuges d’oiseaux migrateurs, comme celui de la rivière Moose, sont établis à la grandeur du pays afin de protéger les oiseaux migrateurs durant les périodes critiques de leur cycle vital. Que ces refuges soient utilisés par les oiseaux pour s’alimenter, se reposer ou nicher, ils jouent un rôle important dans la survie de nombreuses espèces. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres. Veuillez-vous assurer de savoir comment protéger le refuge et veuillez lire les restrictions (notamment en ce qui concerne les armes à feu et la chasse) qui s’y appliquent afin de conserver la faune qui y vit.

Soulignons qu’en vertu du Règlement sur les refuges d’oiseaux migrateurs (Permis article 11 c), « le chasseur d’oiseaux aquatiques peut transporter des armes à feu non chargées et d’autres engins de chasse à travers la partie du refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose où se trouve le ruisseau Wavy et adjacente à l’île Shipsands ». Cette disposition permet au public de traverser la section du ruisseau Wavy du refuge de la même manière que la communauté locale utilise le refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose pour accéder à la baie James.

Pour en savoir davantage sur les activités permises dans les refuges d’oiseaux migrateurs, veuillez consulter la section Gestion et activités du site Web. Pour en savoir davantage sur le refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose en particulier, veuillez communiquer avec notre bureau régional.

Éléments clés au sujet du refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose

Désignation de l’aire protégée Refuge d’oiseaux migrateurs
Province ou territoire Région de l’Ontario
Latitude et longitude 51°20' N, 80°25' O
Superficie 1 457 hectares
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1958
Catégorie de gestion de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Zone de nature sauvage (disponible en anglais seulement)
Autres désignations
Type d’habitat principal Vasières intertidales, marais côtiers, forêt parsemée de prés herbeux
Espèces clés d’oiseaux Petite oie des neiges et bernache du Canada
Autres espèces Oiseaux : Canard pilet, canard colvert, sarcelle d'hiver, petit et grand chevalier, pluviers, bernache cravant à ventre plat et canard noir
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP) Aucune
Organisme de gestion Service canadien de la faune, région de l’Ontario
Propriétaires fonciers Province de l’Ontario et gouvernement du Nunavut

Liens connexes

Refuge d’oiseaux migrateurs de la Rivière-Moose sur Google Maps (Google Maps est une source d'information complémentaire qui aide à situer le refuge d’oiseaux migrateurs et ne remplace en aucun cas ni la carte ni le nom officiel du site)

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada – région de l’Ontario
Service canadien de la faune
Conservation des écosystèmes
4905, rue Dufferin
Toronto (Ontario)  M3H 5T4

Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Adresse électronique : ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :