Observations météorologiques maritimes

Les observations météorologiques maritimes sont habituellement fournies à partir de plateformes d’observations situées sur terre ou dans l’eau.

Les sites d’observation terrestres sont situés très près des côtes ou d’un plan d’eau, et dans certains cas, ils sont situés dans des phares ou dans d’autres structures donnant sur la mer. Ces observations peuvent être fournies par une personne ou par une station d’observation automatisée.

Un réseau de bouées (Système d’acquisition de données océaniques - SADO) est déployé en saison dans un certain nombre de lacs intérieurs d’eau douce, ainsi qu’à l’année dans les régions côtières et en mer des côtes Est et Ouest du Canada. Lorsqu’elles sont déployées, les bouées recueillent et transmettent des données météorologiques et des données se rapportant aux vagues chaque heure, 24 heures par jour et sept jours par semaine.

Les données sont transmises au satellite GOES (Satellite géostationnaire d’observations environnementales - en anglais seulement) puis relayées aux stations terrestres, où elles sont introduites dans le Système mondial de télécommunications (SMT). Les bouées ODAS constituent une importante source de données météorologiques pour des régions en mer où les données sont rares, et elles améliorent la détection et la compréhension des tempêtes qui s'approchent des côtes est et ouest du Canada.

En plus des bouées et stations terrestres, certains navires sont équipés d’un système automatique d’observations qui signale les conditions météorologiques à partir de l’endroit où se trouve le vaisseau. Ce réseau, connu sous l’acronyme AVOS (navire d’observation bénévole automatisée), comprend des navires qui fournissent à chaque heure des rapports sur les conditions météorologiques. L’équipage du navire est en mesure de fournir des observations supplémentaires sur l’état de la mer, du ciel et de la glace. Ces observations sont incluses dans les messages météorologiques envoyés du navire par le biais du satellite pour une diffusion dans le Système mondial des télécommunications (SMT).

Environnement Canada déploie également un réseau de bouées dérivantes, appelées bouées dérivantes de vitesse de surface (Surface Velocity Drifters). Ces petites bouées ne sont pas fixées au plancher océanique. Elles dérivent plutôt au gré des courants de surface, utilisant un dispositif nommé ancre flottante pour maintenir la vitesse du courant à une profondeur de 15 m. Les bouées de surface mesurent la température de surface de l’océan et la pression atmosphérique, et elles fournissent également des détails importants sur les courants de surface. De la même manière que les bouées ancrées et les réseaux de navires, les données en temps réel des bouées dérivantes sont relayées aux utilisateurs par satellite pour une diffusion sur le SMT.

Cette information en temps réel est utilisée par les prévisionnistes et elle est également incorporée aux modèles de prévisions météorologiques numériques utilisés pour la production de prévisions météorologiques maritimes. Ces bouées sont également utilisées pour fournir des données sur les eaux au large des côtes Est et Ouest, ainsi que sur les eaux de l’Arctique et des Grands Lacs. Les bouées, navires et stations terrestres fournissent également des données pour les dossiers climatologiques qui sont utilisés dans un grand nombre de projets de recherche et d’applications pratiques, comme la construction en mer.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :