Vidéo – La surveillance des conditions ambiantes de votre établissement

Transcription

Transcription de la vidéo « La surveillance des conditions ambiantes de votre établissement »

Durée de la vidéo : 00:06:48

[Texte à l’écran : Vidéos de l’ICC]

[Texte à l’écran : La surveillance des conditions ambiantes de votre établissement]

Narrateur : « Vous vous demandez peut-être pourquoi vous recueillez toutes ces données sur la température et l’humidité relative.

La réponse est la suivante : la température et l’humidité relative influent toutes deux sur la préservation des objets dans votre collection. Il est donc important de bien connaître les conditions ambiantes dans votre établissement afin de faire les bons choix pour votre collection. »

[Image à l’écran : Une pile de tracés d’hygrothermographe que l’on feuillette; des mains qui tracent des lignes sur un graphique de la température et de l’humidité relative; une aire d’entreposage d’une collection mixte.]

Narrateur : « La surveillance des conditions ambiantes fait état des conditions actuelles et fournit un registre des conditions antérieures pouvant servir à prédire les conditions à venir. »

[Image à l’écran : Un appareil de lecture ponctuelle qui mesure les conditions actuelles; une fiche d’humidité relative et de température portant sur une année civile complète.]

Narrateur : « Conserver des relevés sur la température et l’humidité relative dans votre établissement vous donne facilement accès aux données dont vous avez besoin pour obtenir des conseils sur le contrôle des conditions ambiantes.

Ces relevés sont également indispensables quand vous faites une demande dans le cadre de programmes du patrimoine qui exigent une preuve des conditions dans votre établissement. »

[Image à l’écran : L’énoncé « surveille-t-on la température et l’humidité relative de façon continue dans toutes les aires d’entreposage de collections? » est surligné sur un formulaire.] 

Narrateur : « Maintenant que vous savez pourquoi vous surveillez les conditions ambiantes, comment vous y prendrez-vous?

Voici les trois étapes à suivre : un, rassembler les données à l’aide d’un enregistreur de données.

Deux, analyser les données et interpréter ce que cela signifie pour votre établissement.

Trois, entretenir l’équipement de surveillance utilisé pour recueillir les données afin d’assurer la fiabilité des données. »

[Image à l’écran : 1. Rassembler les données]

Narrateur : « Il est possible d’utiliser à la fois des appareils de mesure ponctuelle et des enregistreurs de données afin de mieux comprendre l’environnement dans lequel se trouve votre collection. »

[Image à l’écran : Un appareil de lecture ponctuel et un appareil d’enregistrement de données qu’on utilise.]

Narrateur : « Les appareils de mesure ponctuelle permettent de jeter un coup d’œil aux conditions actuelles. »

[Image à l’écran : Un appareil de lecture ponctuelle qui sert à mesurer le taux d’humidité relative.]

Narrateur : « Les enregistreurs de données enregistrent automatiquement plusieurs lectures et sont capables de capter les changements brusques qui peuvent durer quelques minutes seulement, ainsi que les tendances à long terme sur plusieurs mois. »

[Image à l’écran : Un restaurateur et un gestionnaire des installations, assis, examinent ensemble les données sur la température et l’humidité relative de leur installation, affichées sur un écran d’ordinateur.]

Narrateur : « Lorsqu’on effectue la surveillance des conditions ambiantes, il est important de prendre en note les circonstances inhabituelles qui peuvent influencer la température et l’humidité relative. Il peut s’agir, par exemple, de pannes de courant ou d’activités d’entretien planifiées. Le fait d’avoir noté ces événements vous permettra de les associer à d’éventuelles anomalies quand viendra le temps d’examiner les données. » 

[Image à l’écran : L’annotation « panne d’électricité » est ajoutée aux données sur la température et l’humidité relative d’une année civile.]

[Image à l’écran : 2. Analyser les données]

Narrateur : « Il est important de télécharger les données de vos enregistreurs de données ou de changer régulièrement les feuilles d’enregistrement des thermohygrographes. Il est aussi bon d’archiver ces enregistrements. En plus de tout cela, vous devez examiner les données pour comprendre les conditions ambiantes dans votre établissement et leurs répercussions sur votre collection. »

[Image à l’écran : On examine des données sur la température, affichées sur une tablette; on calcule l’humidité relative moyenne et les variations sur une période de collecte de données mises en graphique manuellement à l’aide d’un crayon et d’une règle.]

Narrateur : « Une fois que vous aurez recueilli et examiné les données, vous détiendrez une preuve fiable des conditions dans lesquelles se trouve votre collection. Vous pourriez découvrir que les conditions ambiantes sont adéquates pour votre collection ou que des ajustements sont nécessaires pour certains objets ou certaines collections. »

[Image à l’écran : Un appareil d’enregistrement de données affiche les conditions dans une aire d’entreposage d’une collection mixte.]

Narrateur : « Voici ce à quoi vous devriez être attentif : une humidité relative qui est trop élevée de façon constante (supérieure à 75 % pendant un certain temps) crée un environnement favorable à la formation de moisissures. »

[Image à l’écran : Un plan accéléré de moisissures qui se développent sur un parchemin.]

Narrateur : « Et à la corrosion des métaux. »

[Image à l’écran : Un plan accéléré de la corrosion qui se forme sur une clé à fer.]

Narrateur : « Une humidité relative inférieure ou supérieure à un niveau très précis peut endommager certains objets. Par exemple, ces perles de verre suintent quand l’humidité relative est supérieure à 55 % et se fendillent quand l’humidité relative est en dessous de 40 %. »

[Image à l’écran : Des perles de verre détériorées, présentant un réseau de fissures.]

Narrateur : « Les variations de l’humidité relative peuvent provoquer des déformations ou des craquelures sur les objets vulnérables, comme les peintures. »

[Image à l’écran : Un plan accéléré de craquelures qui se forment et s’élargissent sur un tableau.]

Narrateur : « Certains matériaux, surtout dans les collections d’archives, se détériorent plus rapidement plus l’humidité relative est élevée. »

[Image à l’écran : Des feuilles de papier qui jaunissent de plus en plus.]

Narrateur : « Plus la température est élevée, plus certains matériaux se détériorent rapidement. La température ambiante pourrait être trop élevée pour certains matériaux, comme la mousse de polyuréthane et les supports magnétiques. »

[Image à l’écran : Des morceaux de mousse de polyuréthane nouvelle et ancienne sont comprimés. La nouvelle mousse reprend sa forme; l’ancienne mousse subit une déformation permanente.]

Narrateur : « En examinant les données, vous pouvez détecter des occurrences d’humidité relative ou de températures inadéquates pour vos objets ou collections. »

[Image à l’écran : Un appareil d’enregistrement de données affiche un tracé indiquant une augmentation de l’humidité relative dans une exposition d’objets de métal.]

Narrateur : « Ce constat vous permettra de réagir de manière appropriée afin de protéger votre collection. » 

[Image à l’écran : On met en marche un déshumidificateur.]

[Image à l’écran : 3. Entretenir l’équipement]

Narrateur : « Souvenez-­vous que la surveillance doit se faire de façon continue et qu’il est important que votre équipement de surveillance produise des données fiables. »

[Image à l’écran : On remplace des piles et l’on recharge des appareils de surveillance de données environnementales.]

Narrateur : « L’entretien garantit le bon fonctionnement de l’équipement. Cela comprend le remplacement des piles, le rechargement de l’appareil et la vérification périodique de l’étalonnage des instruments pour s’assurer que les valeurs mesurées reflètent les conditions actuelles. »

[Image à l’écran : On vérifie l’étalonnage d’appareils de surveillance de données environnementales à l’aide d’un psychromètre.]

Narrateur : « Récapitulons. Pour être fiable, la surveillance des conditions ambiantes exige de suivre un processus en trois étapes. Un, rassembler les données à l’aide d’un enregistreur de données. Deux, analyser et interpréter les données. Et, trois, entretenir l’équipement de surveillance pour assurer la fiabilité des données. »

[Image à l’écran : L’énoncé « graphiques de température et d’humidité relative portant sur une période d’un an » est encerclé sur un formulaire.] 

Narrateur : « Ce processus vous permettra de soumettre des données concernant les conditions ambiantes dans votre établissement aux agences qui en auraient besoin pour vous accorder des prêts ou des subventions, et pour les processus d’accréditation. Il vous permettra aussi de prendre des décisions éclairées en ce qui concerne votre collection et sa préservation à long terme. »

[Image à l’écran : Un appareil d’enregistrement de données qui se trouve dans une aire d’entreposage d’une collection mixte.]

Narrateur : « Pour obtenir plus de renseignements sur les effets de l’humidité relative et de la température sur les collections, consultez le site web de l’ICC. »

[Image à l’écran : Les pages Web « Agent de détérioration : Température inadéquate » et « Agent de détérioration : Humidité relative (HR) inadéquate ».] 

[Signature de l'Institut canadien de conservation]

[Mot-symbole Canada]

Cette vidéo explique pourquoi les établissements patrimoniaux doivent surveiller les conditions ambiantes et la façon de procéder. Cette vidéo a été créée par l'Institut canadien de conservation.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :