Projets de recherche

Sur cette page

À l'Institut canadien de conservation (ICC), l'aspect recherche et développement est au cœur du service et des activités de transmission du savoir et est motivé par les besoins du milieu du patrimoine canadien. Apprenez-en davantage sur les activités de recherche et de développement que mène l'ICC sur la préservation et la conservation des collections patrimoniales du Canada.

Projets de recherche actifs

Analyse des dommages par émission acoustique : les structures de bois et l’environnement muséal

Description du projet

Bon nombre de musées consomment beaucoup d’énergie pour maintenir les tolérances serrées de température et d’humidité relative. Cela peut améliorer les conditions de préservation : cependant, les inconvénients sont un impact environnemental et des coûts accrus. La profession de la conservation pourrait tirer profit d’une meilleure compréhension du niveau de risque auquel les collections sont soumises si de grandes fluctuations sont permises pour des matériaux particuliers. La mise à l’essai par émission acoustique (EA) constitue une technique d’analyse qui montre des résultats prometteurs pour soutenir les décisions portant sur le contrôle environnemental pour les collections patrimoniales.

Un système d’émission acoustique à canaux multiples servira à évaluer l’impact physique d’un environnement muséal variable sur des objets en bois, suivant les lignes directrices de l’American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers (ASHRAE) comme cadre de contrôle. L’examen d’échantillons de menuiserie en bois déjà endommagés en raison des conditions environnementales permettra de faire une sélection de différentes conceptions de joints présentant un grand éventail de vulnérabilité aux fluctuations. Ces échantillons serviront aussi à établir un prototype de méthode d’essai, tandis que de nouveaux échantillons seront fabriqués pour appliquer la méthode de mise à l’essai mise au point. Les nouveaux échantillons seront par la suite soumis à des cycles environnementaux variés; –l’émission sera suivie en fonction des fluctuations d’humidité relative (HR) et des durées d’exposition au moyen de senseurs d’EA à large bande qui détectent l’éventail de fréquences émises par la fracture du bois. Le travail pourrait comprendre une surveillance in situ d’un objet muséal comme étude de cas complémentaire, au moyen d’un système à deux canaux ayant une configuration similaire. Les résultats de ces travaux viendront s’ajouter aux études semblables menées dans d’autres organisations, dont une étude en cours au Getty Conservation Institute (GCI) où divers objets sont exposés à des fluctuations d’humidité. Un effort de collaboration au moyen de la mise à l’essai par EA permettra de tirer des conclusions plus générales au sujet des effets de l’environnement muséal, étant donné que la gamme de matériaux et de structures dans les musées est vaste.

Chef de projet à l’Institut canadien de conservation

Eric Hagan

Équipe de projet

Anne-Stéphanie Etienne

Liens/partenariats

Michal Lukomski (Getty Conservation Institute)

Présentations

Hagan, E., et S. Michalski. « Applying Acoustic Emission Analysis at CCI: An Investigation of Damage to Sample Wood Structures During RH Fluctuations in a Climate Simulator », exposé présenté au Acoustic Emission Experts Meeting, Getty Conservation Institute, Los Angeles (Californie), 13-14 novembre 2017.

Hagan, Eric W. S. « Acoustic Emission Analysis of Humidity-Induced Damage to Model Wood Structures », communication présentée au Research and Technical Studies Group, 47e Réunion annuelle de l’American Institute for Conservation, Uncasville (Connecticut), 13-17 mai 2019.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

129183

Effet de l’environnement sur la cellulose

Description du projet

Depuis quelques décennies, il y a de plus en plus d'intérêt pour la surveillance des polluants dans les archives en Amérique du Nord et en Europe. Après s'être concentrés surtout sur les polluants extérieurs, comme l'ozone, les NOX et le SO2, on s'intéresse maintenant à la surveillance des polluants intérieurs qui proviennent des produits et de la collection elle-même. À mesure que l'on analyse les polluants intérieurs, le besoin de connaître leurs effets sur les collections d'œuvres en papier devient de plus en plus une priorité. En 2009, l'ICC et le Centre de recherche sur la conservation des collections ont regroupé leurs ressources pour déterminer les répercussions des composés carbonylés courants qui sont libérés par la dégradation des papiers. Ces nouvelles données peuvent aider les gestionnaires d'archives à optimiser leurs stratégies de conservation des collections d'œuvres en papier.

Le projet permettra aux gestionnaires d'archives de cibler les polluants intérieurs les plus nocifs dont les concentrations devraient être réduites au minimum dans les collections qui contiennent des papiers acides ou non acides.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Jean Tétreault

Équipe de projet

Paul Bégin, Season Tse, Scott Williams, Diogenes Vedoy

Liens/partenariats

Anne-Laurence Dupont (Centre de recherche sur la conservation des collections)

Publications

Tétreault, J., A.-L. Dupont, P. Bégin et S. Paris. « The Impact of Volatile Compounds Released by Paper on Cellulose Degradation in Ambient Hygrothermal Conditions », Polymer Degradation and Stability, vol. 98 (2013), p. 1827-1837.

Dupont A.-L., D. Réau, P. Bégin, S. Paris-Lacombe, J. Tétreault et G. Morthac. « Accurate Molar Masses of Cellulose for the Determination of Degradation Rates in Complex Paper Samples », Carbohydrate Polymers, vol. 202 (December 2018), p. 172-185.

Tétreault, J., P. Bégin, S. Paris-Lacombe et A.-L. Dupont. « Modelling Considerations for the Degradation of Cellulosic Paper », Cellulose, vol. 26 (2019), p. 2013-2033.

Présentations

Dupont, Anne-Laurence, Jean Tétreault, Paul Bégin et S. Paris. « Carbonyl Vapors and Their Impact on Paper Degradation », communication présentée à la conférence Cost Action D42: Impact of the Indoor Environment on the Preservation of our Moveable Heritage, Dublin (Irlande), 9 novembre 2010.

Dupont, Anne-Laurence, Jean Tétreault, Paul Bégin et S. Paris. « The Impact of Carbonyl Vapours and Hydrogen Peroxide on Cellulose Degradation », communication présentée à la Indoor Air Quality Conference, Londres (R.-U.), juin 2012.

Tétreault. J., et A.-L. Dupont. « Degradation of Paper Under Various Adverse Environmental Conditions », communication présentée à la Indoor Air Quality Conference, Prague, République tchèque, avril 2014.

Tétreault, J., P. Bégin et A.-L. Dupont. « Degradation of Paper Under Adverse Environmental Conditions: Modelling Considerations ». communication présentée au American Chemical Society National Meeting & Exposition, Denver (Colorado), 26 mars 2015.

Tétreault, J., A.-L. Dupont, P. Bégin et S. Paris. « Degradation of Paper Under Adverse Environmental Conditions: Modelling Considerations and Calibration with Experimental Data », communication présentée à la Indoor Air Quality Conference, Birmingham (R.-U.), mars 2016.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

120135

Enquête sur l’utilisation du blanc de Cambridge par les artistes canadiens

Description du projet

Ce projet a pour but d’évaluer dans quelle mesure les artistes canadiens ont utilisé le blanc de Cambridge en procédant à l’analyse d’une large sélection de peintures de la collection du Musée des beaux-arts du Canada, et ce, en recourant principalement à des techniques non destructives.

Les recherches menées précédemment par l’ICC ont montré que Tom Thomson et des artistes du Groupe des sept ont utilisé abondamment un pigment blanc qui se composait d’un mélange de sulfate de plomb et de blanc de zinc combinés dans des proportions précises. Le pigment avait été nommé blanc de Freeman, d’après le nom du titulaire du brevet. Ce pigment n’a pas encore été découvert dans les œuvres d’autres artistes, qu’ils soient canadiens ou étrangers. Par conséquent, sa présence dans une peinture attribuée, avec les réserves d’usage, à Thomson ou au Groupe des sept est vue comme un élément positif.

Les recherches subséquentes ont montré que la peinture blanche utilisée par ces artistes était le « New Flake White » (aussi appelé blanc de Cambridge) de la marque Cambridge Colours, qui était produit en Angleterre par Madderton & Co. et distribué au Canada par Artists’ Supply Co. à Toronto. Cela soulève la question de l’utilisation de cette peinture par d’autres artistes canadiens pendant la période où elle était offerte sur le marché, c’est-à-dire de 1891 à 1943.

Les résultats de cette recherche pourront être utiles aux conservateurs, aux restaurateurs, aux scientifiques, aux historiens de l’art, aux organismes d’application de la loi et aux collectionneurs.

Chef de projet à l’Institut canadien de conservation

Marie-Claude Corbeil

Équipe de projet

Eric J. Henderson

Liens/partenariats

Sue Walker (Musée des beaux-arts du Canada), Doris E. Couture-Rigert (Musée des beaux-arts du Canada), Stephen Gritt (Musée des beaux-arts du Canada)

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

131015

Estimation de l'accroissement de la population d'insectes nuisibles comme outil de mesure des risques relatifs et absolus courus par les collections

Description du projet

Ce projet vise à élaborer des modèles de la population d'insectes nuisibles en se basant sur les espèces observées. Ces derniers serviront de méthodes de renseignement sur les risques relatifs et absolus que posent ces insectes pour les collections. Les données permettront de réduire l'incertitude découlant des résultats fragmentaires sur les insectes nuisibles obtenus par observation ou à l'aide de pièges.

Les travaux de recherche du projet serviront aussi de fondement aux activités d'estimation de la vulnérabilité des objets aux insectes nuisibles, car les facteurs dynamiques associés à cette population influent grandement sur l'importance des pertes. Les résultats des méthodes d'estimation des risques associés aux insectes nuisibles constituent souvent des approximations de données existantes (lesquelles, dans bien des cas, ne peuvent être estimées avec justesse sans utiliser la technique de marquage et de recapture) ou représentent des valeurs prévues possibles établies à partir de taux de croissance de la population qui dépendent du milieu d'étude.

La méthode de piégeage d'insectes fait maintenant couramment partie de tout programme de lutte intégrée contre les ravageurs, mais une certaine confusion persiste toutefois au sujet de l'utilité des données de piégeage d'insectes. Jusqu'à maintenant, l'accent était mis sur la détermination de l'emplacement précis d'une infestation plutôt que sur l'estimation de la variation des données brutes. Il est possible d'accroître la pertinence de données sporadiques communes aux programmes de piégeage en calculant les dommages potentiels (le risque) et en se basant sur le taux de fécondité d'une espèce ainsi que sur les réactions d'une population aux conditions ambiantes du milieu. Très peu d'études ont été réalisées jusqu'à maintenant dans ce domaine et il n'existe que quelques publications qui traitent du taux de consommation des objets par les organismes nuisibles.

Les résultats du projet de recherche seront utiles, à court terme, aux autres chercheurs qui travaillent sur les organismes nuisibles. Les modèles et les résultats des travaux serviront de sources d'information pour les restaurateurs et les gestionnaires de collection qui veulent adopter les meilleures pratiques pour réduire au minimum les infestations d'organismes nuisibles et, le cas échéant, de régler les problèmes connexes.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Tom Strang

Liens/partenariats

Rika Kigawa (National Research Institute for Cultural Properties)

Publications

Strang, T. « The Use of Thermal Control Against Insect Pests of Cultural Property », dans Proceedings of the 11th International Working Conference on Stored Product Protection, Chiang Mai, Thailand, 24–28 November, 2014 (sous la direction de F. H. Arthur, R. Kengkanpanich, W. Chayaprasert et D. Suthisut), s. l., s. é., 2014.

Présentations

Strang, T. « Pest Insect Population Growth Estimates as a Measure of Relative and Absolute Risk to Collections », communication présentée à la International Conference on Integrated Pest Management (IPM) in Museums, Archives and Historic Houses, Vienne (Autriche), 5-7 juin 2013.

Strang, T. « Toward Pest Insect Population Growth Estimates as a Measure of Relative and Absolute Risk to Collections », communication présentée au MuseumPests 2014: Integrated Pest Management for Museums, Libraries, Archives and Historic Sites, Williamsburg (Virginie), 27-28 mars 2014.

Strang, T. « The Use of Thermal Control Against Insect Pests of Cultural Property », communication présentée à la 11th International Working Conference on Stored Product Protection, Chiang Mai (Thaïlande), 24-28 novembre 2014.

Strang, T. « Population Dynamics: Lessons for IPM Trapping and Inspection Programs », exposé présenté au personnel du Kyushu National Museum, Dazaifu (Japon), 25 octobre 2017.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

125320

Étude des propriétés de l’écorce de bouleau : décoloration à la lumière, décoloration à la vapeur de solvant et mémoire élastique

Description du projet

But : (1) Quantifier le changement de couleur de l’écorce de bouleau exposée à (1A) la lumière ou (1B) des vapeurs de solvant; (2) examiner l’étendue de la mémoire plastique et voir si les variations de pression, le temps d’application de contraintes ou la courbure lors de l’application de contraintes sont efficaces pour réduire la mémoire plastique quand on a recours à des traitements d’aplanissement ou de remise en forme.

Justification et méthode

Partie 1A Lumière : Empiriquement, nous savons que l'écorce de bouleau pâlit, du côté du cambium, lorsqu'elle est exposée à la lumière (on a observé des objets ayant pâli), mais nous ne disposons pas de données précises sur le sujet. La contribution des UV n'est pas connue. La couleur de l’écorce de bouleau varie (orange foncé à jaune), et l’on ne sait pas si toutes les nuances pâlissent également. L'évaluation des risques est difficile en l’absence de données quantifiées. Le test de microvieilissement à la lumière sera utilisé dans l’analyse des échantillons. Grâce à des boîtes de lumière de l’ICC, les échantillons seront exposés à la lumière jusqu’à ce qu’ils atteignent divers degrés de décoloration, soit une décoloration à peine perceptible à une décoloration très visible. Des mesures colorimétriques seront effectuées. L’expérience sera ensuite répétée mais, cette fois, des enregistreurs de données seront utilisés, et les échantillons seront exposés à la lumière passant au travers d’une fenêtre pour obtenir une lumière visible comportant un composant UV.

Partie 1B Vapeurs de solvant : L’exposition de l’écorce de bouleau à des vapeurs de méthanol ou d’éthanol est un traitement courant de remise en forme de l’écorce (Gilbert, Studies in Conservation, 1986, p. 177-184). Gilbert a découvert que la décoloration lors de l’emploi d’éthanol était « beaucoup moins grande » qu’avec d’autres solvants (acétone) et qu’elle « était minimisée » quand on utilisait le méthanol, mais n’a pas fourni de données quantitatives. D’autres auteurs (Anastassiades, JCAC, 2001, p. 15-26) ont émis des mises en garde sur la décoloration en cas d’exposition à des solvants liquides (c.-à-d. lors des traitements de nettoyage ou d’adhérence) sans quantification. Cette recherche permettrait d’obtenir des données quantitatives avec des mesures colorimétriques.

Partie 2 : Mémoire plastique : L’écorce de bouleau a une mémoire plastique quand on la remet en forme avec des vapeurs de solvant : elle finit par se courber de nouveau partiellement, mais rien n’est quantifié. De plus, les paramètres qui pourraient minimiser cette situation ne sont pas connus. Cette recherche permettrait de quantifier le recourbage en % et d’examiner les paramètres (temps sous contrainte, courbure et pression appliquée).

Utilisateurs visés : les restaurateurs effectuant des traitements sur de l’écorce de bouleau; musées exposant de l’écorce de bouleau.

Chef de projet à l’Institut canadien de conservation

Carole Dignard

Équipe de projet

Season Tse, Sonia Kata, Megan Narvey, Jennifer Poulin, Eric J. Henderson

Liens/partenariats

Daniel Pinock Smith, artisan Anishinabeg spécialisé dans les canoés

Publications

Dignard, C., S. Tse, S. Kata et J. Poulin. « A Comparison of Ethanol and Methanol Vapour Treatments for Reshaping Birch Bark. » dans ICOM-CC 18th Triennial Conference, Copenhagen, 4-8 September, 2017: Preprints (sous la direction de J. Bridgland), Paris (France), Conseil international des musées, 2017.

Tse, S., C. Dignard, S. Kata et E. J. Henderson. « A Study of the Light Sensitivity of Birch Bark », Studies in Conservation, vol. 63 (2018), p. 423-440.

Présentations

Dignard, Carole, Season Tse et Sonia Kata, « A Study of the Light Sensitivity of Birch Bark Part 1: Exposure to Visible Light (no UV) », affiche présentée à la 43e Réunion annuelle de l’American Institute for Conservation, Miami (Floride) 14-17 mai 2015.

Dignard, C., S. Tse, E. J. Henderson et S. Kata. « A Study on Light Discoloration of Birchbark », communication présentée au 44e Congrès annuel de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, Kingston (Ontario), 10-12 mai 2018.

Dignard, C., S. Tse, S. Kata et J. Poulin. « A Study of Birch Bark Properties: Light Discoloration, Solvent Vapour Discoloration and Reshaping, and Plastic Memory », communication présentée au Gordon Research Conference: Scientific Methods in Cultural Heritage Research, Newry (Maine), 31 juillet au 8 août 2016.

Dignard, C., S. Tse, S. Kata et J. Poulin. « A Comparison of Ethanol and Methanol Vapour Treatments for Reshaping Birch Bark », communication présentée au 18e Congrès triennal de l’ICOM-CC, Copenhague (Danemark), 4-8 septembre 2017.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

126702

Études sur les agents de consolidation du bois

Description du projet

Ce projet a été conçu pour quantifier et qualifier les changements de dimension qui surviennent dans le bois ayant été exposé à des agents de consolidation et à des solvants.

Le projet poursuit les buts suivants : déterminer les changements de dimension qui surviennent dans des pièces en diverses essences de bois à la suite d'une exposition à des solvants et à des agents de consolidation précis. Cela a pour but de déterminer, dans la mesure du possible, s'il existe un ou des facteurs de prévision qui peuvent être utilisés pour anticiper la réponse du bois à un agent de consolidation et à son solvant, pour cerner la relation entre le solvant et l'agent de consolidation qui n'entraînera qu'un changement minime ou aucun changement dans le bois. Les avantages prévus sont que des recommandations seront formulées quant à la meilleure combinaison de solvant et d'agent de consolidation qui permettrait de réduire au minimum les changements de dimension par suite de la consolidation globale d'objets en bois endommagés.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Wendy Baker

Publications

Baker, W., et D. Grattan. « Search for a Dimension-Neutral Effect in the Solvent Treatment of Wood », dans Facing the Challenges of Panel Paintings Conservation: Trends, Treatments, and Training, Proceedings from the Symposium Facing the Challenges of Panel Paintings Conservation: Trends, Treatments, and Training, The Getty Center, Los Angeles, CA, May 17-18, 2009 (sous la direction de A. Phenix et S. A. Chui), Los Angeles (Californie), Getty Conservation Institute, 2009, p. 195-196.

Baker, W., et D. Grattan. « Dimensional Changes of Wood Immersed in Different Consolidant Agents », dans Symposium 2011, Adhesives and Consolidants for Conservation: Research and Applications, Ottawa (Ontario), Institut canadien de conservation, 2011.

Présentations

Baker, Wendy et David Grattan. « Mapping and Predicting the Action of Organic Solvents on Wood: Search for a Dimension-Neutral Effect, » communication présentée au Wooden Artifacts Group, 38e Réunion annuelle de l'American Institute for Conservation, Milwaukee, 11-14 mai 2010.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

86045

Évaluation de logiciels d’analyse des erreurs et de récupération du contenu des supports

Description du projet

Cette recherche a pour but de trouver et d’évaluer des outils logiciels et éventuellement de l’équipement peu coûteux qui pourraient servir à évaluer l’état des supports et à récupérer l’information stockée sur des supports endommagés ou détériorés.

Alors que les institutions commencent à évaluer l’état des supports électroniques contenus dans leurs collections, la nécessité de disposer de techniques d’analyse fiables et abordables s’accentue. Souvent, les supports électroniques semblent en bon état mais, si on ne les fait pas fonctionner et si on ne les analyse pas, il est impossible de savoir dans quelle mesure leur contenu est lisible. Cette étude cherchera à découvrir et à évaluer de nouveaux programmes logiciels et de nouveaux équipements servant à déterminer l’état des supports. Le projet ne porterait pas uniquement sur les disques optiques, mais aussi sur d’autres types de supports, comme les disquettes, les disques durs et les bandes magnétiques. La recherche aborderait une autre question, celle de la récupération de l’information contenue sur les supports problématiques. Différents types de logiciels peuvent extraire l’information des supports électroniques qu’on ne peut pas faire fonctionner. Plusieurs de ces outils seront évalués pour déterminer leur efficacité.

Ce type d’étude sera utile à toute institution qui a des supports de stockage électroniques dans ses collections. L’accent sera mis sur les outils gratuits ou peu coûteux afin que la solution soit viable pour tous. Les résultats seront intégrés au contenu de l’atelier sur les supports d’information modernes et publiés dans une Note de l’ICC.

Chef de projet à l’Institut canadien de conservation

Joe Iraci

Publications

Iraci, J. Logiciel d’analyse des erreurs et de récupération des fichiers sur support de stockage numérique. Notes de l’ ICC 19/2, Ottawa (Ontario), Institut canadien de conservation, 2019.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

129851

Les matériaux et techniques de J.E.H. MacDonald

Description du projet

Ce projet a pour but d'analyser les matériaux et de déterminer les techniques utilisés par J.E.H. MacDonald (1873-1932) pour établir une base de données qui permettra d'élaborer des traitements pour ses œuvres et de choisir les conditions adéquates lors de leur exposition et de leur mise en réserve. Les résultats des analyses effectuées dans le cadre du projet serviront aussi de référence pour résoudre des problèmes d'attribution.

Des peintures représentatives seront examinées et des échantillons seront prélevés et analysés en utilisant diverses techniques.

Les utilisateurs des résultats des travaux comprennent des conservateurs, des restaurateurs, des scientifiques, des historiens de l'art, des artistes, des organismes d'application de la loi, des collectionneurs et des membres du grand public au Canada.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Kate Helwig

Équipe de projet

Elizabeth Moffatt, Dominique Duguay, Jennifer Poulin, Paul Bégin, Maeve Moriarty, Kamila Bladek et Clémentine Mansas

Liens/partenariats

Alison Douglas (Collection McMichael d’art canadien), Katerina Atanassova (auparavant Collection McMichael d’art canadien), Janine Butler (Collection McMichael d’art canadien)

Publications

Helwig, K., E. Moffatt, M.-C. Corbeil et D. Duguay. « Early Twentieth-Century Artists' Paints in Toronto: Archival and Material Evidence », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 40 (2015), p. 19-34.

Présentations

Helwig, K., A. Douglas, D. Duguay et E. Moffatt. « The Painting Materials and Techniques of J.E.H. MacDonald: Oil Sketches from 1909–1922 », communication présentée à la 44e Réunion annuelle de l’American Institute for Conservation et 42e Congrès annuel de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, Montréal (Québec), 13-17 mai 2016.

Kate Helwig, « The Materials and Techniques of J.E.H. MacDonald: Research at the Canadian Conservation Institute », exposé ouvert au public présenté à la Collection McMichael d’art canadien, 2018.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

125314

Les matériaux et techniques de Louis Dulongpré

Description du projet

Ce projet a pour but d'établir une base de données qui contient des renseignements sur les matériaux et les techniques utilisés pour réaliser diverses peintures à l'huile attribuées à Louis Dulongpré, et sur leur état. Les renseignements permettront de mieux comprendre les méthodes de travail de l'artiste et fourniront un point de départ pour résoudre des problèmes d'attribution.

L'examen de peintures qui appartiennent à un certain nombre de musées sera entrepris dans le cadre du projet. Les travaux comprennent l'examen visuel, la photographie technique, la radiographie, ainsi que l'analyse de la peinture et des couches de préparation à l'aide de techniques scientifiques. Certaines peintures devront être expédiées à l'ICC pour en réaliser l'examen, alors que d'autres seront examinées sur place, dans les différents musées qui participent au projet.

Les utilisateurs des résultats des travaux comprennent des conservateurs, restaurateurs, scientifiques, historiens de l'art, artistes, organismes d'application de la loi, collectionneurs et membres du grand public, au Canada et à l'étranger.

Les résultats du projet et l'information qui en découlera aideront les conservateurs, les restaurateurs et les scientifiques en leur fournissant des renseignements indispensables sur les techniques et les matériaux utilisés par Dulongpré, qui serviront lors d'études d'authentification et d'attribution et lors de l'évaluation des exigences de ses œuvres en matière de conservation.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Kate Helwig

Équipe de projet

Carl Bigras, Debra Daly Hartin, Jennifer Poulin, Jeremy Powell, Stephanie Barnes, Maeve Moriarty

Liens/partenariats

Barbara Klempan (auparavant Queen's University), René Villeneuve (Musée national des beaux-arts du Canada), Gilbert Gignac

Publications

Helwig, Kate, et Debra Daly HARTIN. « A Starch-based Ground Layer on a Painting Attributed to Louis Dulongpré », Journal de l'Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 24 (1999) p. 23-28.

Présentations

Helwig, K., et D. Daly Hartin. « The Materials and Techniques of Louis Dulongpré: Oil Portraits from 1800-1825 », communication présentée au 44e Congrès annuel de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, Kingston (Ontario), 8-12 mai 2018.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

82213

Les matériaux et techniques de Marc-Aurèle Fortin

Description du projet

Le but de ce projet est d'analyser les matériaux et de documenter les techniques utilisés par Marc-Aurèle Fortin pour créer une base de données qui aidera à formuler des traitements et à choisir les conditions appropriées pour l'exposition et la mise en réserve des œuvres. Le projet fournira des analyses de référence pour les tableaux dont l'attribution est mise en doute.

L'exposition rétrospective organisée par le Musée national des beaux-arts du Québec en 2011 offrait une excellente occasion d'étudier les œuvres de Fortin, qui a peint en se servant d'une large panoplie de matériaux. Une sélection représentative de tableaux sera examinée et des échantillons seront prélevés et analysés à l'aide de diverses méthodes. Un article basé sur les résultats du projet sera inclus dans le catalogue de l'exposition.

Les résultats des travaux seront utiles aux conservateurs, restaurateurs, scientifiques, historiens de l'art, artistes, organismes d'application de la loi, collectionneurs et membres du grand public au Canada.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Marie-Claude Corbeil

Équipe de projet

Elizabeth Moffatt, Jennifer Poulin, Eric J. Henderson

Liens/partenariats

Claude Belleau (auparavant Musée national des beaux-arts du Québec)

Publications

Corbeil, Marie-Claude, Elizabeth Moffatt, Claude Belleau, Eric J. Henderson et Jennifer Poulin. « Une étude des matériaux et techniques de Marc-Aurèle Fortin », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 43 (2018), p. 3-20.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

96903

Modèle de la probabilité d'écoulement et de rupture dans une collection diversifiée soumise à des écarts d'humidité relative et de température

Description du projet

Le projet a pour objectif de mettre au point un outil qui permet d'évaluer les risques de dommages mécaniques subis par une collection, causés par des écarts de température et d'humidité relative (HR).

Les lignes directrices pour les écarts d'HR et de température sont réexaminés, particulièrement en ce qui a trait à la durabilité (p. ex., Rethinking the Museum Climate, 12 et 13 avril 2010, Museum of Fine Arts, Boston, et Groupe d'experts IIC/AIC : The Plus/Minus Dilemma, Milwaukee, 13 mai 2010). Le principal point qui pose problème concerne le modèle de retenue uniforme, utilisé par les scientifiques pour prévoir la réponse à ces écarts. En fait, ce modèle simple n'est pas représentatif du comportement des objets « hautement sensibles » dont la structure entraîne une concentration des contraintes.

Pendant 25 ans, nous avons accumulé beaucoup de données sur les dommages mécaniques subis par certains matériaux comme la peinture, la colle et le bois, qui sont causés par le temps, la température et l'humidité. Ce dont on ne disposait pas jusqu'à tout récemment est un logiciel convivial qui pourrait traiter toutes ces données dans un modèle complexe, et appliquer une certaine variabilité simultanément.

L'ICC a travaillé à l'élaboration d'un outil logiciel, Analytica, qui est utilisé dans l'analyse de risques pour modéliser avec exactitude ce type de problème. Un modèle de validation de principe a été mis au point; il doit maintenant être peaufiné et doit intégrer les données. En résumé, il s'agira d'un modèle qui peut combiner le « modèle de retenue uniforme » et toutes les données disponibles, en plus de tenir compte des préoccupations clés des utilisateurs relativement à la variabilité.

Les utilisateurs du modèle (soit toute personne qui utilise une version à programme exécutable du logiciel) sont les scientifiques en conservation et les restaurateurs qui souhaitent explorer divers scénarios « simulés » à mesure qu'ils changent ou ajoutent des propriétés aux matériaux ou des types d'assemblage.

Les utilisateurs des résultats du projet comprennent l'ensemble de la communauté de la conservation, qui pourrait ainsi disposer d'un outil commun d'expression du risque pour une collection diversifiée soumise à des écarts de nature diverse.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Stefan Michalski

Publications

Michalski, S. « Stuffing Everything We Know About Mechanical Properties into One Collection Simulation », dans Climate for Collections: Standards and Uncertainties (sous la direction de J. Ashley-Smith, A. Burmester et M. Eibl), Londres (Royaume-Uni), Archetype Publications, 2013, p. 346-361.

Michalski, S. « The Power of History in the Analysis of Collection Risks from Climate Fluctuations and Light », dans ICOM-CC 17th Triennial Conference, Melbourne, 15–19 September 2014: Preprints (sous la direction de J. Bridgland), Paris (France), Comité de l’ICOM pour la conservation, 2014.

Michalski, S. « Climate Guidelines for Heritage Collections: Where We Are in 2014 and How We Got Here », dans Proceedings of the Smithsonian Institution Summit on the Museum Preservation Environment (sous la direction de Sarah Stauderman et William G. Tompkins), Smithsonian Institution Scholarly Press, Washington D.C., 2016, p. 7-33.

Présentations

Michalski, Stefan. « Stuffing Everything We Know About Mechanical Properties into One Collection Simulation », communication présentée à la 8th International Conference on Climate Change, Munich (Allemagne), 7-9 novembre 2012.

Michalski, S. « The Power of History in the Analysis of Collection Risks from Climate Fluctuations and Light », communication présentée au 17e Congrès triennal de l’ICOM-CC, Melbourne (Australie), 15-19 septembre 2014.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

121234

Premiers colorants synthétiques : Identification et solidité à la lumière

Description du projet

Ce projet de recherche permettra d’approfondir les connaissances sur les premières couleurs synthétiques grâce à leur identification et à leur caractérisation par chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (CG-SM) et de l’évaluation de la solidité à la lumière de matériaux représentatifs dans des conditions semblables à celles qu’on retrouve dans l’environnement des musées.

L’invention rapide des teintures synthétiques s’est amorcée quand Perkins a créé la mauvéine en 1856; la première édition du Colour Index (1924) en contenait plus de 1 200. Les couleurs synthétiques se retrouvent maintenant dans un large éventail de matériaux des collections patrimoniales, qui vont des textiles aux plastiques colorés. Un bon nombre des premières couleurs étaient très sensibles à la lumière, et ont subi une dégradation considérable à cause de leur exposition. À partir de l’information provenant des données de recensement, des textes de l’époque et des experts en conservation, on a défini un sous-ensemble des premiers colorants synthétiques en vogue. La recherche, qui portera sur quelque 100 teintures courants découverts avant 1900, visera à les identifier au moyen de la CG-SM, et à évaluer la solidité à la lumière d’échantillons de textiles teints au 19e siècle à l’aide d’un fadéomètre mis au point par l’ICC.

Les résultats du projet seront configurés de manière à permettre un large accès. Il y aura entre autres un répertoire des spectres de masse accessible à tous. Ceci aidera les autres chercheurs à identifier les colorants synthétiques et à interpréter les risques associés à l’exposition à la lumière. Le transfert des connaissances à la grande communauté de la conservation s’en trouvera également facilité.

Chef de projet à l’Institut canadien de conservation

Eric Hagan

Équipe de projet

Jennifer Poulin, Itxel Castro-Soto, Marianne Breault

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

131050

Programme de lutte intégrée contre les ravageurs – Analyse de la gravité de l'infestation d'armoires de rangement de mammifères à partir de données d'un programme décennal d'inspection annuelle des spécimens

Description du projet

Ce projet a pour but d'élaborer un protocole d'inspection visuelle et un programme de traitement qui permettent au personnel responsable des collections d'en assurer la protection contre les insectes, animaux nuisibles et les parasites, et ce, malgré l'absence d'agents de protection chimiques dans les armoires de rangement. Les règlements interdisant l'utilisation de certains agents de protection, comme le naphtalène et le dichlorvos (DDVP), ont entraîné leur élimination des armoires de rangement. De plus, la protection de millions de spécimens conservés dans des musées d'histoire naturelle repose maintenant sur l'intégrité des armoires et diverses autres mesures d'un programme de lutte intégrée contre les ravageurs (PLIR). Ce projet a d'abord été conçu comme étude à long terme, en 1994, lorsque les deux chercheurs de l'équipe ont constaté qu'il fallait acquérir et publier des composants économiques de pratiques recommandées dans le cadre d'un PLIR. Une échelle d'intensité a été élaborée pour évaluer le degré d'infestation d'armoires de rangement, laquelle comprend une valeur seuil d'intervention qui correspond à une situation où il faut exécuter le traitement des matières infestées.

Les employés de la Division de mammalogie ont intégré le protocole d'inspection à leurs travaux annuels. Ils ont aussi participé à une étude décennale durant laquelle diverses données ont été consignées, dont la nature des insectes et animaux nuisibles et des parasites, leur emplacement, la gravité de l'infestation et le temps consacré à l'inspection. Une base de données pouvant contenir l'information appropriée et faciliter l'analyse des résultats a été élaborée. Parmi les résultats obtenus jusqu'ici, mentionnons une évaluation qui a permis d'établir la relation entre le type d'armoire de rangement et la fréquence de répétition de l'infestation, ce qui a démontré le besoin de remplacer des armoires d'un type particulier, dans le cadre du projet de déménagement de la collection de mammalogie. Il a ainsi été possible de déterminer les coûts additionnels associés à l'utilisation d'armoires de rangement inefficaces, entre autres, au chapitre des dommages cumulatifs subis par les spécimens et des efforts déployés par les employés pour traiter les infestations ultérieures.

Les clients cibles sont, entre autres, les organismes qui prévoient demander aux employés d'effectuer annuellement une inspection visuelle des collections pour déceler tout problème d'infestation par des insectes et animaux nuisibles et des parasites. Ils comprennent aussi les personnes et organismes ayant besoin de renseignements sur le temps nécessaire pour mettre en œuvre les mesures adéquates et sur leur degré d'efficacité, pour décider si les avantages réels justifient l'emploi de notre protocole.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Tom Strang

Liens/partenariats

Jeremy Jacobs (National Museum of the American Indian)

Publications

Strang, T., et J. Jacobs. « Seeing is Believing, a Fourteen-Year Study on Efficacy and Economics of Visual Inspections to Protect a Large Mammal Collection from Insect Pests », Collection Forum, vol. 32 (2018), p. 59-90.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

85852

Programme de recherche sur le vieillissement du papier de l'Institute for Standards Research de l'American Society for Testing and Materials : étude sur le vieillissement naturel

Description du projet

L'objectif du projet est d'étudier le vieillissement naturel des papiers utilisés dans le cadre du programme de recherche sur le vieillissement du papier de l'Institute for Standards Research de l'American Society for Testing and Materials (ISR/ASTM). Les échantillons de papier sont conservés dans dix installations réparties en Amérique du Nord, dont la bibliothèque de l'ICC. Dans le cadre des travaux du programme, des échantillons doivent être retirés des endroits où ils sont conservés, à divers intervalles entre 2000 et 2098. Ensuite, ils doivent être expédiés aux laboratoires de l'ICC, de la US Library of Congress, de l'Image Permanence Institute et du US Forest Products Laboratory, pour y être mis à l'essai. L'ICC a accepté d'effectuer des essais de résistance à la traction, de résistance à la traction à mâchoires jointives et de résistance au déchirement.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Diogenes Vedoy

Équipe de projet

Paul Bégin

Liens/partenariats

Daniel Burge (Rochester Institute of Technology), Jeanette Adams (Library of Congress), Alan Rudie (United States Department of Agriculture Forest Service).

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

120400

Risques pour les collections dans le contexte des activités et des lieux d’exposition non traditionnels

Description du projet

Ce projet de recherche a pour but de « concevoir des activités intégrées de recherche, de traitement et de diffusion en vue de soutenir la prise de décisions concernant les activités et les salles d’exposition non traditionnelles, en proposant notamment des outils adaptés et basés sur l’évaluation des risques ». Il cherchera à évaluer l’ampleur des risques auxquels les objets de collection sont exposés dans le contexte de la tenue d’activités non traditionnelles dans les galeries et de leur présentation dans des salles d’exposition non traditionnelles. Les résultats de l’analyse des risques serviront à développer des outils pour aider les professionnels du secteur du patrimoine à prendre des décisions judicieuses en fonction du risque pour la préservation de leurs collections et l’accès à celles-ci dans le cadre de ce type d’activités et de salles d’exposition.

Actuellement, les professionnels du secteur du patrimoine font face avec anxiété aux pressions qu’ils subissent pour participer à des expositions et à des activités non traditionnelles, car le risque que les choses tournent mal et que les objets des collections soient endommagés est certainement présent. Les clients ont exprimé leur besoin d’information à cet égard au cours des consultations qui ont orienté le plan stratégique actuel de l’ICC. Nous ne disposons pas de données ou d’analyses systématiques portant sur l’ampleur des risques liés à de telles activités ou sur la différence de risque entre des activités de ce genre et l’utilisation normale des objets et des espaces muséaux. Les données seraient recueillies dans le cadre de réunions avec des professionnels et aussi, lorsqu’ils sont disponibles, dans les dossiers des collections de plusieurs institutions participant à de genre d’activités non traditionnelles (p. ex. banques d’œuvres d’art, collections des universités et musées traditionnels) afin que les résultats soient plus susceptibles d’être généralisés.

Les résultats de la recherche serviraient à orienter le développement d’outils pour aider les administrateurs de musées, les conservateurs, les restaurateurs et les gestionnaires de collections à prendre des décisions concernant l’utilisation des collections dans des contextes non traditionnels.

Chef de projet à l’Institut canadien de conservation

Irene Karsten

Équipe de projet

Itxel Castro-Soto, Marianne Breault

Liens/partenariats

Sarah Patterson (Ville d’Ottawa), Amy Jenkins (Conseil des arts du Canada)

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

130562

Solution de trempage de l’argent : thiourée résiduelle et reternissement de l’argent

Description du projet

Les solutions de trempage de l’argent ont mauvaise réputation dans la communauté de la conservation en raison de rapports indiquant que les alliages d’argent ou l’argent doré ternissent de nouveau et plus rapidement après qu’ils aient été nettoyés avec une solution de trempage. Ces solutions de trempage contiennent de la thiourée (un agent complexant) ainsi qu’un acide fort (p. ex., phosphorique, sulfurique ou chlorhydrique). Le reternissement serait causé par la thiourée résiduelle adsorbée restée sur la surface. On s’inquiète aussi de la porosité qui se développe sur l’argent après des cycles répétés de ternissement suivi d’un nettoyage avec une solution de trempage; cette porosité peut influer sur le taux de ternissement en augmentant la surface ou en enfermant de la thiourée dans les pores. Les objectifs de cette recherche sont de déterminer si 1) la thiourée résiduelle peut disparaître au rinçage, 2) la thiourée résiduelle peut causer un ternissement visible sur l’argent avec le temps, 3) la porosité affecte le ternissement par le sulfure d’hydrogène (avec ou sans thiourée résiduelle) et 4) la thiourée résiduelle contribue à une augmentation du ternissement par le sulfure d’hydrogène (c.-à-d. agit comme catalyseur).

Chef de projet à l’Institut canadien de conservation

Lyndsie Selwyn

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

129062

Stabilité des disques optiques et des rubans magnétiques

Description du projet

Ce projet sert à recueillir des résultats qui permettront au personnel des archives et des bibliothèques d'identifier les disques de bonne qualité et de confirmer les affirmations des fabricants à propos de leurs produits.

Les résultats d'expériences sur la capacité de récupération après sinistre des disques optiques indiquent qu'il existe une différence assez importante entre les différents types de disques, laquelle pourrait aussi se refléter dans leur durée de vie. Dans le cadre de ce projet, des disques compacts (CD) seront mis à l'épreuve à l'aide d'essais normalisés pour déterminer la différence de durée de vie des différents types de produits et de les classer en fonction de leur stabilité relative. Des expériences de même nature seront aussi exécutées sur des rubans magnétiques de format VHS.

De nombreux disques de différentes natures seront mis à l'essai : disques audionumériques (CD audio), disques compacts inscriptibles (CD-R), disques compacts réinscriptibles (CD-RW), vidéodisques numériques (DVD), DVD inscriptibles (DVD-R) et DVD réinscriptibles (DVD-RW). Les disques subiront des traitements de vieillissement à 80 ºC et 85 % d'humidité relative, pendant des périodes de 500, 1000, 1500 et 2000 heures. Le taux d'erreur sur les blocs et d'autres paramètres clés seront mesurés, ce qui permettra de comparer la stabilité relative des différents types de disques. Les valeurs réelles de durée de vie ne seront pas déterminées, car le processus exigerait un calendrier d'exécution beaucoup plus long et d'importantes ressources.

Les utilisateurs des résultats du projet comprennent le personnel des archives, des bibliothèques, des musées ou de tout établissement qui recueille des renseignements sur ces supports d'information.

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Joe Iraci

Publications

Iraci, Joe. « The Relative Stabilities of Optical Disc Formats », Restaurator, vol. 26, 2005, p. 134-150.

Iraci, Joe. « The Stability of DVDs Optical Disc Formats », Restaurator, vol. 32, 2011, p. 39-59.

Iraci, J. « Longevity of Optical Disc Media: Accelerated Ageing Predictions and Natural Ageing Data », Restaurator, vol. 38 (septembre 2017), p. 273-298.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

83365

Système d’information géographique (SIG) des dangers et des risques pour les établissements culturels canadiens

Description du projet

De nombreux dangers pèsent sur les collections en raison de facteurs tectoniques, des conditions météorologiques, des feux de forêt et de facteurs géographiques qui augmentent les risques comme les inondations. Ce sont des événements graves qui menacent de défaire tout le travail de préservation. Un SIG rend gérable l’examen de ces dangers. L’aspect apparemment aléatoire de ces événements est réduit en utilisant une approche continentale de l’évaluation, ce qui s’inscrit dans le mandat national de l’ICC pour l’aide à la préservation des biens culturels. Cette base de données du SIG constituera une ressource importante pour l’ICC et les établissements canadiens du patrimoine culturel laquelle les aidera à évaluer leur profil de risque.

Les données sur ces événements existent dans un format de SIG maniable par les organismes canadiens qui protègent la propriété et la vie. Ces outils qui deviennent disponibles pour l’évaluation sismique, la durée utile des structures de bois, les impacts des changements climatiques, les ensembles de données atmosphériques sur les gaz et les particules polluants utilisent des bases de données de SIG. L’ICC peut générer des valeurs en ce qui a trait aux risques importants aux établissements grâce à une approche s’appuyant sur le SIG, peut rendre ces outils disponibles en vue d’aider les établissements individuellement et peut examiner la vulnérabilité au niveau de l’ensemble des établissements.

Les programmes énergétiques nationaux utilisent des cartes de degrés jours pour calculer le chauffage et la climatisation. Ces ressources peuvent aider les établissements à concevoir leurs lignes directrices concernant les conditions ambiantes (norme ASHRAE). La modélisation basée sur le SIG peut examiner les facteurs pertinents et l’échelle des coûts associés à l’application de ces lignes directrices.

Par la géolocalisation des ressources culturelles du Canada, les magnitudes et la périodicité des menaces aux établissements et à l’ensemble des établissements aidés par l’ICC seront disponibles. Cette ressource sera offerte à l’ICC et à ses clients.

Chef de projet à l’ICC

Tom Strang

Présentations

Strang, T. « The Big Picture: A Geographic Information System (GIS) of Hazards to Canadian Museums / L’ensemble de la situation : un système d'information géographique (SIG) des dangers pour les musées canadiens », communication présentée à la séance « Risk to Restoration: Game Changers in Risk and Restoration for Museums in a Digital World », au Congrès national de l’Association des musées canadiens, Ottawa (Ontario), 4-7 avril 2017.

Strang, T. « Developing a GIS of Hazards for Canadian Cultural Institutions », communication présentée au Congrès annuel de la Society for the Preservation of Natural History Collections, Dunedin (Nouvelle-Zélande), 25 août au 1er septembre 2018.

Strang, T. « Developing a GIS of Hazards for Canadian Cultural Institutions », exposé présenté au personnel de la Division de la science de la conservation du Musée national Kyushu, Dazaifu (Japon), 13 septembre 2018.

Strang, T. « Developing a GIS of Hazards for Canadian Cultural Institutions », exposé présenté au personnel de la Division de la science de la conservation du Musée national d’ethnologie, Osaka, Japan, 19 septembre 2018.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

129090

Projets de recherche terminés depuis 2014

Note : Les descriptions des projets sont celles soumises au début du projet et n’ont pas été mises à jour.

Analyse thermomécanique de peintures d'artistes

Description du projet

De nombreux rapports sur les propriétés mécaniques existent dans la littérature de la science de la conservation sur les matériaux faisant partie des collections de musées et sur les produits de conservation. Dans cet ensemble de documents, un domaine très peu traité est l'effet combiné de la température et de la vitesse de déformation sur les liants organiques. Le but de ce projet est de décrire de manière générale les propriétés thermomécaniques des feuilles de peinture et des matériaux de conservation connexes. Pour ce faire, il faut mesurer la résistance à la rupture des matériaux en fonction de la température et de la vitesse de déformation pour différentes teneurs en humidité. Le projet portera aussi sur la possibilité de représenter le module d'élasticité et les courbes maîtresses de la rupture-déformation pour prolonger l'échelle de temps expérimentale. Les résultats tirés de cette étude permettront de mieux comprendre les effets du milieu ambiant sur les collections des musées pour des conditions allant de l'entreposage au transport. Ils pourraient aussi simplifier le choix de produits de conservation adéquats, y compris des adhésifs et des agents de consolidation. Un exemple d'application est la mise au point d'une solution de rechange au Beva, qui est en cours à la National Gallery of Art de Washington, en collaboration avec des chercheurs d'autres institutions.

Le projet comporte trois phases :

  • Phase 1 (2011-2012) : Construction d'une enceinte environnementale pour la machine d'essai universelle
  • Phase 2 (2012-2013) : Préparation et essai des matériaux
  • Phase 3 (2013-2014) : Analyse et diffusion

L'équipement mis au point pour ce projet devrait être utilisé dans d'autres projets de l'ICC; par conséquent, la phase 1 aura une incidence plus importante sur la recherche.

Période d'exécution du projet

2011 à 2016

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Eric Hagan

Publications

Hagan, E., M. N. Charalambides, C. R. Young et T. J. Learner. « The Effects of Strain Rate and Temperature on Commercial Acrylic Artist Paints Aged One Year to Decades », Applied Physics A, vol. 121, no 3 (2015), p. 823-835.

Hagan, E. « Thermo-mechanical Properties of White Oil and Acrylic Artist Paints », Progress in Organic Coatings, vol. 104 (mars 2017), p. 28-33.

Présentations

Hagan, E. « Time and Temperature Effects on the Stress-Strain Response of Artist Paints with Different Binding Media », communication présentée à la Gordon Research Conference: Scientific Methods in Cultural Heritage Research, Newry (Maine), 27 juillet au 1er août 2014.

Hagan, E. A Broader « Look at the Mechanical Properties of Artist Paints with Different Binding Media: Effects of Temperature, Strain Rate and Moisture Content », communication présentée au ICOM-CC Joint Working Group Interim Meeting on Physical Issues in the Conservation of Paintings, Paris (France), 29-30 septembre 2016.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

122219

Antioxydants pour le traitement des encres et des colorants contenant du cuivre utilisés sur le papier

Description du projet

Le but du projet est de comparer l'efficacité de deux antioxydants, le bromure de tétrabutylammonium et le bromure de 1-éthyl-3-méthylimidazolium, dans la stabilisation des encres et des pigments qui contiennent du cuivre.

Bien que le phytate de calcium soit efficace pour retarder la corrosion du papier causée par les encres qui contiennent du fer, celui-ci ne convient pas pour stabiliser les encres et les pigments qui contiennent du cuivre. Plusieurs encres et de pigments utilisés sur des documents papier contiennent du cuivre et diverses études montrent que les ions cuivre sont beaucoup plus actifs que le fer comme catalyseurs de l'oxydation du papier.

Les dommages sont évidents sur un objet d'une importance historique et culturelle notable, le livre de prières Haggadah, qui appartient à Bibliothèque et Archives Canada (BAC) et qui a besoin d'être restauré. Les encres et pigments qui contiennent du cuivre dans ce livre ne peuvent pas être soumis à des traitements aqueux. Le projet européen InkCor au financement partagé a permis de cerner un certain nombre d'antioxydants qui peuvent être utilisés dans des solutions non aqueuses. En collaboration avec BAC, ce projet vise à évaluer l'efficacité de deux de ces antioxydants pour stabiliser des composés qui contiennent du cuivre.

Des encres ferro-galliques qui contiennent du cuivre et des pigments à base de cuivre (vert-de-gris et atacamite) commerciaux ou préparés en laboratoire seront appliquées sur du papier non encollé Whatman nº 1 et vieillis. Ils seront ensuite exposés à des solutions à base d'eau ou d'alcool qui contient des antioxydants et subiront un vieillissement thermique à l'aide de la méthode à tubes scellés. Des analyses seront réalisées après le vieillissement pour déterminer l'efficacité des traitements.

Période d'exécution du projet

2009 à 2014

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Season Tse

Équipe de projet

Sherry Guild

Liens/partenariats

Maria Bedynski (Bibliothèque et Archives Canada), Doris St-Jacques (Bibliothèque et Archives Canada)

Publications

Tse, Season, Maria Trojan-Bedynski et Doris St-Jacques. « Treatment Considerations for the Haggadah Prayer Book: Evaluation of Two Antioxidants for Treatment of Copper-Containing Inks and Colorant », The Book and Paper Group Annual, vol. 31, 2012, p. 87-97.

St-Jacques, Doris, Maria Bedynski, Lynn Curry et Season Tse. « A 1763 Illuminated Haggadah Manuscript: How Ineffective Past Treatments Resulted in an Antioxidant Research Project, Impacting Current Treatment Decisions », dans Paper Conservation: Decisions & Compromises: ICOM-CC Graphic Document Working Group Interim Meeting, Viennae (Autriche) du 17-19 April 2013 (sous la direction de Lieve Watteeuw et Christa Hoffman), Vienne (Autriche) ICOM, p. 17-20.

Trojan-Bedynski, Maria, Doris St-Jacques, Lynn curry et Season Tse. « The Altona Haggadah: The History, Conservation and Rebinding of an Eighteenth-century Illuminated Manuscript », dans Care and Conservation of Manuscripts 14: Proceedings of the Fourteenth International Seminar Held at the University of Copenhagen 17th-19th October 2012 (sous la direction de M. J. Driscoll), Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2014, p. 157-176.

Présentations

Tse, Season, Maria Bedynski et Doris St-Jacques. « Treatment Considerations for the Haggadah Prayer Book: Evaluation of Two Antioxidants for Treatment of Copper Containing Inks and Colourants », communication présentée à la Book and Paper Specialty Group, 40e Réunion annuelle de l’American Institute for Conservation, Albuquerque, NM, 8-11 mai 2012.

Bedynski, Maria, Doris St-Jacques, Lynn curry et Season Tse. « The Altona Haggadah: The History, Conservation and Rebinding of an Eighteenth-century Illuminated Manuscript », communication présentée à la Care and Conservation of Manuscripts Conference, Copenhague (Danemark) 17-19 octobre 2012.

St-Jacques, Doris, Maria Bedynski, Lynn Curry et Season Tse. « A 1763 Illuminated Haggadah Manuscript: How Ineffective Past Treatments Resulted in an Antioxidant Research Project, Impacting Current Treatment Decisions », communication présentée à la réunion intérimaire de l'ICOM-CC Graphic Document Working Group, Vienne (Autriche), 17-19 avril 2013.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

101119

Caractérisation de l'ambre canadien

Description du projet

Ce projet a pour but de caractériser un groupe d'échantillons d'ambre provenant de différentes sources au Canada, en les analysant par spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (IRTF) et par chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (CG-SM). L'objectif est d'en déterminer la composition chimique et d'établir s'il est possible de distinguer des échantillons d'ambre provenant de différents lieux.

Selon des résultats préliminaires, les échantillons d'ambre canadien possèdent des propriétés caractéristiques qui sont différentes de celles d'ambre provenant d'Europe. La composition chimique de l'ambre canadien n'est pas clairement établie. Les travaux du projet permettront d'étudier la composition chimique de ces matériaux qui étaient importants pour les premiers peuples autochtones et les résultats pourraient aider les archéologues à établir les routes commerciales.

Les utilisateurs des résultats du présent projet comprennent des archéologues et des musées canadiens.

Période d'exécution du projet

2003 à 2016

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Jennifer Poulin

Équipe de projet

Kate Helwig

Publications

Poulin, Jennifer, et Kate Helwig. « Class Id Resinite from Canada: A New Sub-class Containing Succinic Acid », Organic Geochemistry, vol. 44, 2012, p. 37-44.

Poulin, J., K. Helwig. « Inside Amber: The Structural Role of Succinic Acid in Class Ia and Class Id Resinite », Analytical Chemistry, vol. 86 (2014), p. 7428-7435.

Poulin, J., et K. Helwig. « Inside Amber: New Insights into the Macromolecular Structure of Class Ib Resinite », Organic Geochemistry, vol. 86 (2015), p. 94-106.

Poulin, J., et K. Helwig. « The Characterisation of Amber from Deposit Sites in Western and Northern Canada », Journal of Archaeological Science: Reports, vol. 7 (2016), p. 155-168.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

86101

Caractérisation de la pierre artificielle de sculptures et de monuments exposés à l'extérieur

Description du projet

Ce projet a pour but d'obtenir des renseignements sur les compositions de pierres artificielles. Il vise aussi à déterminer les types de pierres artificielles, à décrire celles qui existent et qui pourront ainsi servir de matériaux de référence pour les analyses futures et à élaborer un protocole analytique permettant de catégoriser plus facilement ces types de matériaux. Il est essentiel d'acquérir des connaissances sur les matériaux utilisés dans les sculptures et monuments extérieurs en pierre artificielle pour établir le traitement de conservation approprié. L'identification de la pierre artificielle, dont la composition varie grandement, est complexe sans le recours à l'analyse.

Le projet a pour but de fournir des renseignements sur les différentes pierres artificielles utilisées pour construire les sculptures et monuments religieux exposés à l'extérieur. Les renseignements obtenus sur les caractéristiques des différentes compositions de pierres artificielles utilisées dans divers studios pourraient simplifier la prise de décisions relatives à la conservation, sans avoir à recourir à l'analyse de chaque sculpture. Les données recueillies peuvent aussi aider à déterminer la provenance d'un objet particulier lorsqu'on possède peu de renseignements sur celui-ci.

Des échantillons de pierres artificielles représentatifs seront caractérisés en combinant les renseignements disponibles sur la provenance des matériaux (comme la date d'exécution de la sculpture et le studio d'origine) et sur la nature des matériaux ayant pu être incorporés à certains types de pierres, la documentation photographique des matériaux composant l'objet, et les résultats d'analyse. L'étape initiale du projet consistera à effectuer une recherche documentaire, à réunir des échantillons de pierres artificielles bien documentés et à établir clairement les principales catégories de pierres artificielles devant être analysées. Les stratégies appropriées qui assureront l'efficacité de l'analyse des matériaux seront ensuite définies. Dans le cadre du projet, il pourrait être nécessaire d'avoir recours aux compétences d'autres spécialistes de l'analyse pour exécuter, par exemple, la préparation de lames minces et l'interprétation des résultats de leur analyse pétrographique, ou encore, l'analyse des échantillons par spectrophotométrie d'absorption atomique ou plasma induit par haute fréquence.

Les utilisateurs des résultats du présent projet comprennent des historiens du patrimoine architectural, des historiens de l'art, des restaurateurs et des conservateurs canadiens.

Période d'exécution du projet

2004 à 2017

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Dominique Duguay

Équipe de projet

Elizabeth Moffatt, Jane Sirois, Melanie Raby

Liens/partenariats

Isabelle Paradis (Centre de conservation du Québec)

Publications

Duguay, D., J. Sirois, M. Raby et I. Paradis. « Characterization of Artificial Stone Used for Outdoor Monuments and Sculpture in Quebec », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 41 (2016), p. 3-18.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

93922

Détermination des isothermes de sorption et des paramètres de Guggenheim-Anderson-de Boer

Description du projet

Ce projet vise à déterminer les isothermes de sorption de divers matériaux que l'on trouve dans les bibliothèques, les archives et les musées. Il vise à obtenir des données pertinentes pour l'élaboration de nouveaux isopermes basés sur la relation entre l'humidité relative et la teneur en humidité, pour lesquels la modélisation révisée tient maintenant compte de l'équation d'Arrhenius et de l'isotherme de sorption d'humidité, qui est modélisé le mieux par l'équation de Guggenheim-Anderson-de Boer (GAB). Les résultats obtenus peuvent être utilisés pour améliorer l'exactitude des isopermes et pour aider à élaborer des stratégies de mise en réserve des matériaux qu'on trouve dans les collections. Les isothermes de sorption, de même que les paramètres GAB, seront déterminés pour des matériaux dont la valeur d'énergie d'activation utilisée dans l'équation d'Arrhenius est connue, soit deux papiers cellulosiques (ASTM nº 1 et ASTM nº 3) et le triacétate de cellulose.

Période d'exécution du projet

2009 à 2017

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Paul Bégin

Équipe de projet

David Grattan, Tom Strang

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

120409

Effets des modificateurs sur la stabilité d'un adhésif à base d'émulsion de copolymère acétate de vinyle-éthylène

Description du projet

Le projet a pour but de cerner les modificateurs qui n'ont pas d'effets néfastes sur la stabilité d'un adhésif à base de copolymère acétate de vinyle-éthylène (AVE), pour pouvoir élaborer une formulation d'adhésif de conservation adéquate. Dix-huit modificateurs courants ont été ajoutés, en concentrations connues, à une dispersion d'AVE bien caractérisée. De plus, des échantillons ont été soumis à un vieillissement dans le noir ou à la lumière, pendant environ cinq ans. Pour déterminer si le vieillissement cause des modifications importantes de l'adhésif, des paramètres particuliers ont été surveillés, soit le jaunissement de l'échantillon, le pH, la flexibilité, la force de cohésion, le lustre et la capacité d'enlèvement.

Période d'exécution du projet

1993 à 2016

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Jane Down

Équipe de projet

Jennifer Benson, Noorin Samji

Publications

Down, Jane L. « Adhesive Projects at the Canadian Conservation Institute », dans Resins Ancient and Modern, Pre-prints of the SSCR's 2nd Resins Conference held at the Department of Zoology, University of Aberdeen (sous la direction de Margot M. Wright et Joyce H. Townsend), Édimbourg (R.-U.), SSCR, 1995, p. 4-12.

Down, Jane L. « À la recherche d'un meilleur adhésif en émulsion pour la conservation – Rapport préliminaire sur les effets des modificateurs sur la stabilité d'un adhésif à base d'une émulsion de copolymère acétate de vinyle/éthylène », rapport technique (ICC) 1, 2000.

Down, J. « The Effect of Modifiers on the Stability of a Vinyl Acetate/Ethylene Copolymer Dispersion », Studies in Conservation, vol. 61, no 1 (janvier 2016), p. 26-45.

Présentations

Down, Jane L. « Adhesive Projects at the Canadian Conservation Institute », communication présentée à la conférence sur les résines (Resins Conference) de la Scottish Society for Conservation and Restoration, Aberdeen (Écosse), 13-14 septembre 1995.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

68451

Enlèvement des taches de fer sur des artéfacts archéologiques fabriqués en bois et en fer

Description du projet

Les parties de bois gorgé d'eau des objets archéologiques qui contiennent aussi du fer sont parfois gravement tachées par les produits de corrosion du fer qui sont souvent orange. Le but de ce projet est de choisir parmi huit solutions chimiques celle qui enlèvera le mieux et le plus rapidement les taches de la surface du bois tout en réduisant au minimum l'attaque du fer, avant le traitement du bois gorgé d'eau. Les huit solutions chimiques sont : 10 % poids/volume (p/v) d'hydrosulfite de sodium, 2 % p/v d'acide thioglycolique, 2 % p/v d'acide oxalique, 1 % p/v de poly(vinyl pyrrolidone), 1 % volume/volume (v/v) d'acide phosphorique, 1 % v/v d'acide phosphorique plus 1 % p/v de poly(vinyl pyrrolidone), 1 % p/v d'acide éthylènediaminetétraacétique plus 0,5 % p/v de sel pentasodique de l'acide diéthylènetriaminepentaacétique, et 1 % p/v d'acide éthylènediaminetétraacétique plus 10 % p/v d'hydrosulfite de sodium. Ce projet fait partie d'une série en cours de préparation qui portera sur les traitements chimiques des métaux.

Le travail expérimental a été exécuté dans les installations de Parcs Canada, à la suite de questions précises formulées par des archéologues. Puisque le problème est général, les résultats des travaux devraient être utiles à la plupart des archéologues qui s'occupent de ces matériaux. Les usagers qui tireront parti de ces travaux sont les restaurateurs d'objets archéologiques en métal.

Période d'exécution du projet

2005 à 2014

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Lyndsie Selwyn

Équipe de projet

Cliff Cook, Tara Grant, Sherry Guild, Season Tse, Jan Vuori

Liens/partenariats

Michael Eisen (Parcs Canada), Ron Fairman (Parcs Canada), Sylvie Labroche (EPCCArc'Antique)

Publications

Selwyn, Lyndsie, et Season Tse. « The Chemistry of Sodium Dithionite and Its Use in Conservation », Reviews in Conservation, vol. 9, 2008, p. 61-73.

Selwyn, L., C. Cook, W. R. McKinnon, R. Fairman et S. Labroche. « Iron Stain Removal from Archaeological Composite Artifacts Made of Wood and Iron », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 38 (2013), p. 31-42.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

93854

Évaluation d'adhésifs à base de poly(acétate de vinyle) et d'acrylique sélectionnés

Description du projet

Ce projet vise à étudier divers adhésifs à base de poly(acétate de vinyle) et d'acrylique. Le projet a été élaboré en collaboration avec une équipe de restaurateurs pour mesurer les propriétés des adhésifs jugées importantes par les restaurateurs pour les applications en conservation.

Le projet consiste à effectuer une présélection par analyse chimique des adhésifs commerciaux à base de poly(acétate de vinyle) et d'acrylique qui ont été rassemblés (environ 150). Les résultats de l'analyse permettent de regrouper les adhésifs selon leur classe chimique; un produit représentatif de chaque classe est ensuite sélectionné pour être soumis à des essais plus poussés. Environ 25 adhésifs distincts à base de poly(acétate de vinyle) et 25 adhésifs différents à base d'acrylique ont ainsi été choisis. Des échantillons de ces adhésifs sont préparés et soumis à un vieillissement naturel dans l'obscurité (22 °C, humidité relative [HR] de 45 %) ou à la lumière (190 µW / lumen, 700 à 800 lux). Par la suite, le pH (l'acidité ou l'alcalinité), l'émission de composés volatils nocifs, la flexibilité, la force de cohésion et le jaunissement de pellicules d'adhésifs sèches sont mesurés sur une base annuelle pendant les 4 ou 5 premières années (certaines propriétés le sont moins souvent), puis tous les 10 ans environ.

Les résultats sont calculés, inscrits dans un tableau ou sur un diagramme (ou les deux); les conditions ou les critères adéquats sont déterminés pour chaque propriété, puis chaque adhésif est évalué en fonction de ces critères pour en déterminer l'acceptabilité. Des recommandations sont ensuite formulées. Un article sur les résultats est rédigé puis publié dans une revue renommée avec comité de lecture. Le premier article est publié après les quatre ou cinq premières années de vieillissement et des mises à jour sont publiées par la suite, au fur et à mesure qu'elles sont terminées.

Période d'exécution du projet

1982 à 2015

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Jane Down

Équipe de projet

Scott Williams, Jennifer Benson, Noorin Samji

Publications

Down, Jane L. « Adhesive Testing at the Canadian Conservation Institute, Past and Future », dans Adhesives and Consolidants: Preprints of the Contributions to the IIC Paris Congress, 2-8 September 1984 (sous la direction de N.S. Brommelle et coll., Londres (R.-U.), IIC, 1984, p. 18-21.

Down, Jane L., et R. Scott Williams. « A Report on the Evaluation of Selected Poly(vinyl acetate) and Acrylic Adhesives for Use in Paper Conservation », dans Conservation of Historic and Artistic Works on Paper, Proceedings of Symposium 88 (sous la direction de H.D. Burgess), Ottawa (Ontario), ICC, 1994, p. 163-180.

Down, Jane L. « Poly(vinyl acetate) and Acrylic Adhesives: A Research Update », dans Holding It All Together: Ancient and Modern Approaches to Joining, Repair and Consolidation (sous la direction de J. Ambers et coll.), Londres (R.-U.), Archetype, 2009, p. 91-98.

Down, Jane L. « The Evaluation of Selected Poly(vinyl acetate) and Acrylic Adhesives: A Final Research Update », Studies in Conservation, vol. 60, no 1 (2015), p. 33-54.

Présentations

Down, Jane L. « Adhesive Testing at the Canadian Conservation Institute, Past and Future », communication présentée à la conférence de l'IIC Adhesives and Consolidants, Paris (France), 2-8 septembre 1984.

Down, Jane L. « Poly(vinyl acetate) and Acrylic Adhesives: A Research Update », communication présentée à la conférence du British Museum Holding it All Together: Ancient and Modern Approaches to Joining, Repair and Consolidation, Londres (R.-U.), 21-22 février 2008.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

73767

Évaluation de rubans et de papier de soie fixés à chaud de qualité archives

Description du projet

Le but de ce projet est d'étudier les propriétés chimiques et mécaniques et la facilité d'enlèvement de divers rubans et papiers de soie fixés à chaud commerciaux pour comprendre leurs effets sur le papier et déterminer lesquels causeraient le moins de dommages. Ces matériaux continuent d'être très utilisés, mais leurs effets sur les substrats sont mal compris.

Des rubans et des papiers de soie fixés à chaud commerciaux seront analysés pour en connaître les principaux composants chimiques. On prendra aussi des mesures du pH. Les résultats serviront à présélectionner les produits qui seront soumis aux essais complets et à en réduire le nombre.

Les essais complets serviront à estimer les caractéristiques suivantes après un vieillissement de cinq à dix ans dans l'obscurité, dans des conditions ambiantes, ou sous un éclairage standard :

  • La détérioration du substrat par mesure du degré de polymérisation, du pH, de la couleur, de la translucidité, de la libération de gaz, et par l'essai d'activité photographique.
  • La facilité d'enlèvement, à l'aide de méthodes de conservation classiques, d'essais de pelage du papier à 180° à chaud et à froid, et d'une méthode de perte de poids par immersion dans un solvant.
  • Les propriétés mécaniques par essais de pelage sur différents substrats à 180° et essais de traction sur les composites.

Les essais complets viseront aussi à déterminer si les produits sont faciles d'application et si leurs supports conviennent. L'évaluation des résultats permettra de déterminer si les produits conviennent. Un rapport sera rédigé et soumis aux fins de publication.

Tous les conservateurs qui utilisent des rubans et du papier de soie fixé à chaud ou qui doivent enlever ces produits des objets tireront avantage de ce projet.

Période d'exécution du projet

1997 à 2014

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Jane Down

Équipe de projet

Sherry Guild, Greg Hill, Joe Iraci, Season Tse, Scott Williams, Christine McNair

Liens/partenariats

Kathleen Westbury (Parcs Canada), Doris St-Jacques (Bibliothèque et Archives Canada), Elissa O'Loughlin (Walters Art Museum)

Publications

Down, Jane L., R. Scott Williams, Season Tse et Sherry Guild. « The CCI Tapes and Heat-set Tissues Project », PapierRestaurierung, vol. 7, no 1, 2006, p. 13-17.

Westbury, Elissa O'Loughlin, Elzbieta Kaminska, R. Scott Williams, Joe Iraci et Season Tse. « État du projet de l'ICC sur les rubans adhésifs et les papiers de soie fixés à chaud », dans Symposium 2011 – Adhésifs et consolidants pour la conservation : Recherche et applications [en ligne], Ottawa (Ontario), ICC, 2011.

Down, J., S. Guild, G. Hill, C. McNair, D. St-Jacques et K. Westbury. « Evaluation of Selected Adhesive Tapes and Heat-set Tissues – A Final Update », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 38 (2013), p. 14-25.

Présentations

Down, Jane L. « Report on the CCI Tapes and Heat-set Tissues Project », communication présentée au congrès de l'IADA This Will Stick Forever, Budapest (Hongrie), mai 2005, et au Research and Technical Studies Group, 33rd Réunion annuelle de l’American Institute for Conservation, Minneapolis (Minnesota), juin 2005.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

68827

Examen des phénomènes de formation et de croissance des moisissures dans des milieux dynamiques et statiques

Description du projet

Ce projet a pour objet de changer les lignes directrices environnementales relatives à la croissance de moisissures qui sont actuellement en vigueur. Pour ce faire, un examen poussé des publications et des résultats de recherche les plus récents dans le domaine de la formation et de la croissance des moisissures sera fait.

Les conditions initiales qui favorisent la croissance des moisissures (soit un taux d'humidité relative [HR] trop élevé) ont longtemps servi de fondement à l'élaboration des spécifications pour assurer la régulation des conditions ambiantes pour protéger les biens culturels. Les lignes directrices consistaient parfois en de simples critères d'interdiction basés sur une seule valeur numérique (p. ex., s'assurer que l'HR est < 65 %) ou en des listes descriptives des réactions prévues des moisissures à diverses valeurs d'HR. Les valeurs limites indiquées dans certaines publications sur la croissance des moisissures comportaient aussi des erreurs, car les auteurs ne fournissaient aucun exemple concret de dommages subis par des matériaux présents dans les biens culturels.

L'approche la plus récente est fondée sur l'utilisation de modèles éprouvés pour prévenir la formation de moisissures dans les bâtiments où les conditions ambiantes sont caractérisées par des températures fraîches, en tenant compte d'éléments particuliers, de nature scientifique et pratique, lors de la conception desdits bâtiments. Toutefois, les modèles basés sur les composants scientifiques des bâtiments ne tiennent pas compte des matériaux les plus sensibles (p. ex., les agents liants et les colles d'origine animale), sauf comme « conditions de laboratoire » exceptionnelles. Les modèles susmentionnés ne tiennent pas compte de telles conditions, car ils traitent principalement des matériaux de construction courants, et non pas des finis décoratifs ou des composants intégrés sensibles.

Le dépassement des valeurs limites établies par des modèles statiques de la croissance des moisissures ne cause pas à coup sûr des dommages, car les fluctuations des conditions ambiantes changent les valeurs limites. Les modèles dynamiques permettent de calculer ces effets. Ils peuvent aussi entraîner un déplacement des valeurs nominales du taux d'HR intérieure, établies dans les lignes directrices d'écoconception, jusqu'à des plages qui, jusqu'ici, étaient considérées comme dangereuses pour nos clients (en se basant sur des valeurs seuils de modèles statiques). Il est essentiel d'expliquer clairement à nos clients la complexité des nouveaux modèles dynamiques pour leur fournir des arguments solides s'ils veulent « élargir » les plages de valeurs seuils des lignes directrices sur les moisissures de manière sûre et compréhensible, et, ce qui est aussi important, s'ils veulent, au besoin, restreindre les plages de conditions limites dans le cas de milieux où se trouvent des biens culturels réellement sensibles.

Les résultats du projet de recherche seront utilisés par des restaurateurs, des gestionnaires de collection et des gestionnaires d'installations muséales, pour assurer la conservation sûre des collections, conformément aux nouvelles lignes directrices d'écoconception.

Période d'exécution du projet

2012 à 2019

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Tom Strang

Liens/partenariats

Rika Kigawa (National Research Institute for Cultural Properties)

Publications

Strang, T. « Mould Risk to Cultural Property: On the Problem of Defining Adverse Environmental Conditions and Potential for Harm », dans Microbial Biodeterioration of Cultural Property: Recent Topics on the Investigation of and Countermeasures for Biodeterioration of Outdoor/Indoor Properties and Disaster-affected Objects. Proceedings from the 36th International Symposium on the Conservation and Restoration of Cultural Property, Tokyo, 5-7 December 2012 (sous la direction du Center for Conservation Science and Restoration Techniques), Tokyo (Japon), National Research Institute for Cultural Properties, 2013, p. 149-166.

Présentations

Strang, T. « Mould Risk to Cultural Property – On the Problem of Defining Adverse Environmental Conditions and Potential for Harm », communication présentée au 39e Congrès annuel de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, Saint John (Nouveau-Brunswick), 21-25 mai 2013.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

125310

Finis transparents sur les meubles en bois au Canada, jusqu'en 1914

Description du projet

Le but de ce projet est d'élaborer un protocole pour prélever des échantillons de fini et d'identifier la composition des finis transparents d'origine utilisés sur les meubles en bois fabriqués au Canada avant la Première Guerre mondiale.

Les renseignements recueillis sur les finis transparents permettront de choisir des voies de traitement futures et d'accroître les connaissances sur les matériaux de finition utilisés dans les collections canadiennes. Les renseignements recueillis permettront de vérifier certaines hypothèses concernant les finis transparents et ils pourraient mettre en lumière des variations régionales.

Pour appuyer le travail d'analyse et tirer parti des contacts personnels et de la documentation dont ils disposent sur la conservation des meubles, des échantillons seront d'abord prélevés sur des meubles du Nouveau-Brunswick, du Québec et de l'Ontario dont la provenance est connue.

Un protocole d'échantillonnage sera élaboré afin de garantir l'obtention de résultats exacts et cohérents.

L'analyse scientifique des échantillons précisera la composition du fini. Ces renseignements de base pourront être consultés par les conservateurs et les restaurateurs et d'autres professionnels des musées, ainsi que par les historiens et les étudiants de la culture matérielle dans tout le pays.

Période d'exécution du projet

2007 à 2016

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Amanda Salmon

Équipe de projet

Elizabeth Moffatt, Jennifer Poulin, James Hay, Alastair Fox

Publications

Moffatt, E., A. Salmon, J. Poulin, A. Fox et J. Hay. « Characterization of Varnishes on Nineteenth-Century Canadian Furniture », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 40 (2015), p. 3-18.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

96609

Les matériaux et techniques de Jean-Antoine Aide-Créquy

Description du projet

Ce projet a pour objet d'analyser les matériaux et de documenter les techniques utilisés par Jean-Antoine Aide-Créquy. Ce dernier est un artiste important dans l'histoire de la peinture canadienne, car il a œuvré juste après la Conquête anglaise de 1759, au cours d'une période charnière où, faute de pouvoir importer des œuvres de France, on assiste à l'émergence d'une peinture locale. L'étude des matériaux et des techniques d'Aide-Créquy enrichira nos connaissances de cette période importante de l'histoire de l'art canadien en permettant, entre autres, de savoir quels étaient les matériaux alors disponibles pour la peinture.

Il ne reste que huit tableaux de cet artiste, dont la plupart sont signés et datés. Deux tableaux ont déjà fait l'objet d'analyses à l'occasion de leur traitement au Centre de conservation du Québec. Les six autres appartiennent à des paroisses ou à des communautés religieuses de la région de Québec et de Charlevoix. Ils seront examinés sur place et feront l'objet de prélèvement d'échantillons, qui seront par la suite analysés à l'aide de diverses méthodes.

Les utilisateurs des résultats de ce projet comprennent des historiens de l'art, des conservateurs et des restaurateurs au Canada.

Période d'exécution du projet

2004 à 2017

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Marie-Claude Corbeil

Équipe de projet

Elizabeth Moffatt

Liens/partenariats

Élisabeth Forest (Centre de conservation du Québec)

Publications

Forest, É., M.-C. Corbeil et E. Moffatt. « Jean-Antoine Aide-Créquy (1749-1780) : matériaux et technique picturale », Annales d’histoire de l’art canadien, vol. 36, no 2 (2015), p. 10-47.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

89313

Outils d'évaluation des risques subis par les collections

Description du projet

Le but du projet est d'élaborer un manuel et des outils d'évaluation des risques subis par les collections. Ceux-ci seront utilisés pour les cours en partenariat avec le Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), ainsi que par un service d'évaluation des risques offert aux musées par l'Institut canadien de conservation (ICC). L'exécution d'une bonne partie des travaux de mise au point sera fonction des besoins établis dans le cadre des projets pilotes d'évaluation des risques.

Période d'exécution du projet

2006 à 2016

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Stefan Michalski

Publications

Michalski, S., et J. L. Pedersoli Jr. La méthode ABC pour appliquer la gestion des risques à la préservation des biens culturels, Ottawa (Ontario), Institut canadien de conservation, 2016.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

96638

Préservation des œuvres sur papier contenant de l'encre ferro-gallique dans les collections canadiennes – Recherche sur les méthodes de traitement en milieu aqueux

Description du projet

L'objectif du projet est d'évaluer les effets de huit traitements de conservation sur des documents originaux qui contiennent de l'encre ferro-gallique.

Cinq documents qui contiennent de l'encre ferro-gallique qui datent du milieu à la fin du XIXe siècle, donnés par les Archives nationales du Québec, ont été utilisés dans le cadre du projet. Chaque document a été traité à l'aide de huit méthodes différentes par Valeria Orlandini, stagiaire au Centre de préservation de Gatineau de Bibliothèque et Archives Canada, en juillet 2002. Les cinq séries d'échantillons traités ont subi un vieillissement artificiel à l'aide de la chaleur (80 ºC, à 65 % HR [humidité relative]), de la lumière (batterie de lampes fluorescentes, sans filtre UV) et de l'humidité (22 ºC, à 85 % HR). Un spectrophotomètre Minolta 2022 a été employé pour effectuer l'évaluation quantitative du changement de couleur, alors que les modifications d'aspect des documents feront l'objet d'un examen visuel par un groupe de spécialistes. Des méthodes d'imagerie seront aussi utilisées, comme une caméra MuSIS et des scanneurs à plat, et des techniques classiques comme que la photographie de fluorescence UV et la photographie IR. Les différentes méthodes d'imagerie seront comparées quant à l'exactitude avec laquelle elles peuvent documenter l'altération de la couleur et les modifications d'ordre physique de l'encre et du papier. Les échantillons traités et vieillis artificiellement, conservés dans des laboratoires à température et à HR régulées, seront aussi examinés à intervalles de cinq ans pour déterminer s'il y a eu altération de la couleur.

Les utilisateurs des résultats du projet comprennent des restaurateurs et les personnes responsables des collections qui contiennent de l'encre ferro-gallique dans les archives, les bibliothèques et les musées de beaux-arts qui veulent en savoir plus sur les incidences possibles de certains traitements de conservation sur les documents de leurs collections qui contiennent de l'encre ferro-gallique.

Période d'exécution du projet

2002 à 2015

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Season Tse

Équipe de projet

Carl Bigras, Malcolm Bilz, Sherry Guild, Jane Sirois, Scott Williams, Gregory Young, Jason Anema.

Liens/partenariats

Harold Holland (Conseil des Archives Nouveau-Brunswick), Maria Bedynski (Bibliothèques et Archives Canada), Valeria Orlandini, Doug Goltz (Université de Winnipeg), Rob Waller (Protect Heritage Corp.)

Publications

Tse, Season, Sherry Guild, Maria Trojan-Bedynski et Valeria Orlandini. « Effect of Aqueous Treatments on 19th Century Iron Gall Ink Documents: Part 2: Artificial Aging by Heat, Humidity and Light », dans 2nd Iron Gall Ink Meeting: Final Conference - Newcastle upon Tyne, UK, January 24-27,2006: Pre-conference Proceedings, Newcastle upon Tyne (R.-U.), MIP, 2006, p. 40-42.

Tse, Season, et Robert Waller, « Developing a Risk Assessment Model for Iron Gall iInk on Paper », dans ICOM-CC, 15th Triennial Conference, New Delhi (India), 22-26 September 2008: Preprints, volume 1 (sous la direction de Janet Bridgland), New Delhi, Allied Publishers Pvt., 2008, p. 301-309.

Tse, Season, Douglas Goltz, Sherry Guild, Valeria Orlandini et Maria Trojan-Bedynski. « Effect of Aqueous Treatments on Nineteenth-Century Iron Gall Ink Documents: Assessment Using Hyperspectral Imaging », Book and Paper Group Annual, vol. 28, 2009, p. 75-82.

Tse, Season, Sherry Guild, Valeria Orlandini et Maria Trojan-Bedynski. « Microfade Testing of 19th Century Iron Gall Inks », dans American Institute for Conservation Textile Speciality Group Postprint, vol. 20, 2010, p. 167-180.

Tse, Season, Sherry Guild, et Amanda Gould. « A Comparison of Aqueous Versus Ethanol Modified Calcium Phytate Solutions for the Treatment of Iron-Gall Ink Inscribed Paper », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 37 (2012), p. 3-16.

Guild, Sherry, Season Tse et Maria Trojan-Bedynski, « Technical Note on Treatment Options for Iron Gall Ink on Paper with a Focus on Calcium Phytate », Journal de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, vol. 37 (2012), p. 17-21.

Présentations

Tse, Season. « Effect of Aqueous Treatments on 19th Century Iron Gall Ink Documents: Part 2: Artificial Aging by Heat, Humidity and Light », communication présentée à la 2e Iron Gall Ink Meeting, Newcastle upon Tyne (R.-U.), 24-27 janvier 2006.

Tse, Season, Maria Trojan-Bedynski, Sherry Guild, Harold Holland and Valeria Orlandini. « Canadian Iron Gall Ink Project Part I: Update on Workshop, Research and Publications », communication présentée à la 32e Conférence annuelle de l'Association canadienne pour la conservation et la restauration, Toronto (Ontario), 17-19 mai 2006.

Tse, Season. « Iron Gall Ink: What Is It and Why Should We Care », communication présentée à la conférence du Canadian Council of Archives, Archives and You, Halifax (Nouvelle-Écosse), 10-11 mai 2007.

Tse, Season, et Robert Waller, « Developing a Risk Assessment Model for Iron Gall Ink on Paper », communication présentée au 18e Congrès triennial de l’ICOM-CC, New Delhi (Inde), 22-26 septembre 2008.

Goltz, Doug. « Evaluation of Aqueous Treatments on 19th Century Iron Gall Ink Documents Using Hyperspectral Imaging », communication présentée à la 37e Réunion annuelle de l'AIC Book and Paper Specialty Group, Los Angeles, (Californie), 19-22 mai 2009.

Tse, Season. « Calcium Phytate Treatment on 19th Century Iron Gall Ink Documents: Overall Summary of Research Results and Implications on Treatment », communication présentée à la 38e Réunion annuelle de l'AIC Book and Paper Specialty Group, Milwaukee (Wisconsin), 11-14 mai 2010.

Guild, Sherry. « Treatment Options for Iron Gall Ink on Paper », communication présentée au 36e Congrès annuel de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, Ottawa (Ontario), 10-12 juin 2010.

Tse, Season. « Ethanol Modified Calcium Phytate Treatments for Iron Gall Ink Documents », communication présentée au 36e Congrès annuel de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, Ottawa (Ontario), 10-12 juin 2010.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

92399

Projet de doublage de l'Institut canadien de conservation – Phase III

Description du projet

Le projet de doublage est un projet à long terme qui vise à étudier le comportement de divers systèmes de doublage et leur capacité à réduire au minimum les défauts d'une peinture. Les travaux de recherche antérieurs de Marion Mecklenburg et de Gerry Hedley ont accru notre compréhension du comportement mécanique des peintures et des supports de doublage. Par conséquent, des tissus comme le polyester sont maintenant utilisés comme supports de doublage. Mais le comportement de ces supports pour résister aux contraintes subies par une peinture correspond-il exactement à celui de nos conceptions théoriques? Le projet a pour but d'évaluer l'efficacité de supports de doublage particuliers qui servent à assurer la rigidité d'une peinture tout en supportant les tensions s'exerçant dans celle-ci en réaction à des contraintes à court terme (chocs) et à long terme (formation de cuvettes et de craquelures, variations d'humidité relative (HR) et de température). Les résultats aideront le restaurateur à choisir le meilleur support de doublage en tissu pour une peinture donnée.

L'élaboration d'une méthode expérimentale normalisée permettra de réaliser des essais comparatifs avec d'autres supports de doublage et d'établir d'autres méthodes moins intrusives de stabilisation structurelle.

Période d'exécution du projet

2003 à 2016

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Debra Daly Hartin

Équipe de projet

Stefan Michalski, Eric Hagan

Publications

Daly Hartin, Debra, et Stefan Michalski. « Methodology and Status of the Lining Project, CCI », dans ICOM-CC 8th Triennial Meeting, Sydney, Australia, 6-11 September, 1987: Preprints, Los Angeles (Californie), GCI, 1987, p. 145-152.

Daly Hartin, Debra, Stefan Michalski et Christie Pacquet. « Ongoing Research in the CCI Lining Project: Peel Testing of BEVA 371 and Wax-resin Adhesives with Different Lining Supports  », dans ICOM-CC 10th Triennial Meeting, Washington, DC, USA, 22-27 August 1993 : Preprints, Londres (R.-U.), James & James, 1993, p. 128-134.

Michalski, Stefan et Debra Daly Hartin. « CCI Lining Project: Preliminary Testing of Lined-Model Paintings », dans ICOM-CC 11th Triennial Meeting, Edinburgh, 1-6 September 1996: Preprints, Londres (R.-U.), James & James, 1996.

Daly Hartin, Debra, Eric Hagan, Stefan Michalski et Mylène Choquette. « CCI Lining Project: Testing of Lined Model Paintings from Fractions of a Second to Decades », dans ICOM-CC 16th Triennial Conference, Lisbonne, 19-23 September 2011: Preprints, Lisbonne (Portugal), Critério, 2011.

Daly Hartin, D., S. Michalski, E. Hagan et M. Choquette. « Overview of the CCI Lining Project: Do Linings Prevent Cracking and Cupping in Paintings? », dans AIC Paintings Specialty Group Postprints, vol. 28, 2015 (sous la direction de B. Buckley), Washington (D.C.), The American Institute for Conservation of Historic and Artistic Works, 2015, p. 137-150.

Présentations

Daly Hartin, Debra et Stefan Michalski. « Lined Paintings - Research; Tests of Beva and Wax-Resin Linings », communication présentée au Gerry Hedley Memorial Forum: Mechanical Behaviour of Paintings - Experience and Theory, Ottawa (Ontario), 1993.

Michalski, Stefan et Debra Daly Hartin. « CCI Lining Project: Preliminary Testing of Lined-Model Paintings », affiche présentée à la conférence de l’UKIC, Lining and Backing: The Support of Paintings, Paper and Textiles, Londres (R.-U.), 7-8 novembre 1995.

Daly Hartin, Debra, Eric Hagan, Paul Marcon, Stefan Michalski et Tom Strang. « Research and Development into Structural Treatments of Paintings; CCI Lining Project and CCI Octoprobe », communication présentée à la reunion intérimaire du groupe des peintures de l'ICOM-CC Current Practice and Recent Developments in the Structural Conservation of Paintings on Canvas Supports, Vantaa (Finlande), 16-18 septembre 2010 (disponible sur DVD).

Daly Hartin, Debra, Eric Hagan et Stefan Michalski. « CCI Lining Project: Testing of Lined Model Paintings from Fractions of a Second to Decades », communication présentée à des étudiants en conservation de l'Université Queen's et du Collège Sir Sanford Fleming, Ottawa (Ontario), 30 octobre 2011.

Daly Hartin, Debra et Eric Hagan. « The CCI Lining Project; A Display an Discussion », démonstration durant la journée de démonstrations du Symposium sur les adhésifs organisé par l'ICC, Ottawa (Ontario), octobre 2011.

Michalski, S., D. Daly Hartin, E. Hagan et M. Choquette. « The CCI Lining Project Final Results: Extreme Temperatures, Extreme Humidities and Complete Master Curves », affiche présentée au 17e Congrès triennal de l’ICOM-CC, Melbourne (Australie), 2014.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

86055

Recherche sur le microvieillissement à la lumière

Description du projet

Le projet a pour but d'acquérir l'expérience nécessaire, avec différents substrats et colorants, et de comprendre le potentiel et les limites du microvieillissement à la lumière, pour que cet outil puisse être utilisé pour des services sur le terrain et pour la recherche.

Le dispositif de microvieillissement à la lumière (Oriel) a été mis au point par Paul Whitmore (Art Conservation Research Center de l'Université Carnegie Mellon), à la fin des années 1990, pour cerner directement les matériaux photosensibles dans les collections des musées. La technique consiste à diriger un faisceau lumineux (0,4 mm) de très grande intensité (~6 millions de lux) sans ultraviolets directement sur un objet, à enregistrer son spectre visible et à mesurer, en même temps, le changement de couleur qui peut se produire pendant l'exposition à la lumière. À ce jour, on retrouve environ 14 instruments de ce type dans le monde.

L'expertise de l'ICC relative à l'éclairage des musées (Michalski - Règle à calcul pour déterminer les dommages causés par la lumière, calculateur des dommages causés par la lumière), l'expérience antérieure acquise dans le domaine du microvieillissement à la lumière (Michalski et Costain, 1994) et la nécessité de déterminer directement la solidité à la lumière du colorant rouge sur le premier drapeau unifolié canadien ont contribué à la décision, prise par l'ICC, d'acheter l'appareil en 2006. L'appareil Oriel a été assemblé en décembre 2007 avec l'aide de personnes de l'extérieur. La nouveauté et la nature très complexe de la technique exigent un effort constant en vue de l'amélioration, de la caractérisation et de la normalisation de l'échantillonnage, de la collecte de données et des protocoles de production de rapports.

Période d'exécution du projet

2010 à 2015

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Season Tse

Liens/partenariats

Jim Druzik (Getty Conservation Institute)

Publications

Tse, Season, Sherry Guild, Valeria Orlandini et Maria Trojan-Bedynski. « Microfade Testing of 19th Century Iron Gall Inks », dans American Institute for Conservation Textile Specialty Group Postprint, vol. 20, 2010, p. 167-180.

Tse, Season, Luci Cipera et Carolyn Leckie. « Microfade Testing to Support Exhibition Decisions: The Catherine Parr Traill Scrapbooks », Collection Forum, vol. 25 no 1 (2011), p. 92-106.

Présentations

Tse, Season. « Microfade Testing of 19th Century Iron Gall Inks » communication présentée à la réunion du 38th Annual AIC Textile Speciality Group, Milwaukee (Wisconsin), 11-14 mai 2010.

Tse, Season, Luci Cipera et Carolyn Leckie. « Catharine Parr Traill Scrapbooks: Microfade Testing of Herbaria Collection and Exhibition Decisions », communication présentée à la conférence SPNHC CBA-ABC, Ottawa (Ontario), 31 mai au 5 juin 2010

Tse, Season, et Nancy E. Binnie. « Microfade Testing - a New Onsite Service for Predicting the Fading of Objects » affiche présentée au 36e Congrès annuel de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, Ottawa (Ontario), 10-12 juin 2010.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

121459

Récupération de DVD, de disques Blu-ray et de supports de mémoire flash en cas de sinistre

Description du projet

Cette étude a pour but d'examiner la résistance à l'immersion de supports d'information modernes et leur capacité de récupération après immersion. Des données seront aussi recueillies sur les effets d'autres types de sinistres (chocs, exposition à la chaleur, etc.) sur de tels matériaux et sur leur capacité de récupération.

Des expériences antérieures visant à étudier la récupération de supports d'information modernes en cas de sinistre (voir le bulletin technique nº 25, La récupération des supports d'information modernes : disques compacts, bandes magnétiques et disquettes) ne traitaient pas des DVD, des disques Blu-ray ou des supports de mémoire flash. Pour exécuter les travaux initiaux, ces matériaux plus récents seront donc soumis à des essais d'immersion dans l'eau et à diverses méthodes de séchage pour déterminer leur résistance à l'immersion et les effets des méthodes de séchage sur les supports.

Il n'existe actuellement aucune source d'information sur la récupération de ces nouveaux supports en cas de sinistre. Les renseignements découlant de la présente étude seront donc très utiles à tout organisme du patrimoine dont les collections comprennent de tels supports et qui doit en assurer la conservation. Les résultats de l'étude serviront aussi de compléments à ceux obtenus dans le cadre d'études antérieures réalisées à l'ICC et portant sur la récupération de supports d'information modernes.

Période d'exécution du projet

2013 à 2017

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Joe Iraci

Publications

Iraci, J. « The Soaking Resistance of Electronic Storage Media », Restaurator, vol. 38, no 1 (mars 2017), p. 33-75.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

125275

Réponse structurale des peintures sur toile aux forces subies durant l'expédition

Description du projet

Ce projet vise l'étudie de la manière dont les peintures sur toile répondent aux vibrations et aux chocs subis durant leur expédition. Le projet vise aussi à déterminer à quel moment la structure des toiles risque d'endommager l'état des couches de peinture. Il permettra aussi d'évaluer l'efficacité de plusieurs mesures d'atténuation des effets pouvant être utilisées pour limiter l'intensité de ces forces ou les réactions qu'elles causent, ou les deux. La recherche combine des renseignements théoriques sur la réponse de structures qui sont semblables à des structures de peintures sur toile et des données sur les propriétés des matériaux utilisés pour peindre avec des vérifications expérimentales utilisant des peintures d'essai. Le type de couche de peinture et l'épaisseur des couches examinés dans cette étude sont représentatifs de peintures à l'huile ou de peintures acryliques vieillies et fragiles à basse température (c.-à-d. présentant une faible souplesse) ayant une épaisseur de 0,5 à 1 mm. Cette étude porte essentiellement sur des portraits. Les dimensions de la plupart des peintures d'essai sont de 64 cm sur 76 cm.

Le projet permettra de vérifier et de comparer les résultats avec ceux obtenus antérieurement avec de nouveaux instruments de mesure. Les études sur les caractéristiques de la réponse structurale et sur le seuil des dommages seront documentées et analysées avec de l'équipement photographique numérique, des méthodes et des logiciels améliorés.

Les résultats du projet seront utiles aux professionnels qui travaillent dans les musées, les archives et les galeries d'art, et aux gestionnaires des compagnies de transport qui supervisent l'expédition de peintures sur toile. Les connaissances acquises permettront d'identifier les meilleures pratiques pour l'expédition sûre de ces œuvres. Le comportement structural des peintures sur toile décrit dans le projet présentera de l'intérêt pour les personnes qui étudient de manière approfondie les effets des forces sur les matériaux peints. Les résultats pratiques de ce projet, comme les méthodes visant à quantifier la tension des toiles basée sur des mesures de la fréquence naturelle, présenteront de l'intérêt pour les chercheurs et les professionnels des traitements de conservation et de restauration. Ils permettront aussi de cerner d'autres domaines d'étude.

Période d'exécution du projet

2010 à 2014

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Paul Marcon

Équipe de projet

Mylène Choquette, Helen McKay, Debra Daly Hartin, Wendy Baker

Liens/partenariats

Alexis Soldano, Wendy Crawford, Bethany-Jo Mikelait

Présentations

Crawford, W., P. Marcon et B. J. Mikelait. « Gatorfoam to Improve the Structural Integrity of Paintings: Prevention of Damage from In-House Handling », communication présentée au 43e Congrès annuel de l’Association canadienne pour la conservation et la restauration, Edmonton (Alberta), 28-30 mai 2015.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

121414

Stockage à long terme sur des disques Blu-ray

Description du projet

Ce projet a pour but d'étudier la possibilité de stocker à long terme de l'information numérique sur des disques optiques Blu-ray inscriptibles (BD-R) et effaçables (BD-RE).

L'avantage du format Blu-ray par rapport aux formats CD et DVD est sa plus grande capacité. Comme l'enregistrement sur couches multiples est possible sur les disques Blu-ray, leur capacité peut atteindre 100 MO (ou l'équivalent de 20 DVD à une seule couche). Cela fait du format Blu-ray le support idéal pour le stockage de vidéos non compressées de haute qualité, de grands fichiers d'images, de copies de sauvegarde, etc.

Certains organismes envisagent déjà d'utiliser le format Blu-ray pour combler leurs besoins en matière de stockage, particulièrement pour la numérisation de formats vidéo de haute qualité qui sont périmés ou presque périmés. La structure et les composants qui constituent les disques Blu-ray sont différents de ceux des CD et des DVD. Comme il n'existe que très peu d'information utile sur les disques Blu-ray, il est nécessaire de les étudier pour être en mesure de conseiller les clients quant à leur utilisation pour le stockage à long terme de l'information.

Le projet consistera à examiner les publications sur le sujet afin d'obtenir des renseignements détaillés sur la structure, la détérioration, la longévité, le stockage et la manutention de ce format. Il vise essentiellement à trouver des études sur la longévité et la stabilité de ce format, ainsi qu'à trouver de l'équipement d'analyse et des logiciels servant à l'évaluation des disques Blu-ray. Les résultats de cette recherche documentaire initiale peuvent mener à la conception d'un projet de recherche qui étudiera la stabilité de ce support, similaire aux études antérieures réalisées à l'ICC.

Les archives, les bibliothèques et les musées, entre autres, peuvent utiliser ou envisager d'utiliser ce type de support et il est nécessaire de disposer d'information pour pouvoir la communiquer aux clients. L'information recueillie dans le cadre du projet pourra être utilisée pour créer divers documents diffusés sur le site Web de l'ICC et servira à mettre à jour les documents de l'atelier sur les supports d'information modernes.

Période d'exécution du projet

2011 à 2019

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Joe Iraci

Publications

Iraci, J. « Blu-Ray Media Stability and Suitability for Long-Term Storage », Restaurator, vol. 39, no 2 (juin 2018), p. 129-155.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

122140

Stockage à long terme sur des supports à mémoire flash

Description du projet

Ce projet permet d'étudier la possibilité de stocker à long terme de l'information numérique sur des supports à mémoire flash comme les clés USB, les cartes mémoire flash et les disques à mémoire flash.

Les supports de stockage à mémoire flash sont complètement différents des rubans et des disques optiques. Puisque de nombreux appareils utilisent cette technologie, le stockage sur support à mémoire flash est largement répandu aujourd'hui. Il est actuellement plus coûteux que de nombreux autres types de supports de stockage, mais le coût par MO diminue chaque année. Pour cette raison, et pour leur facilité d'utilisation, leur petite taille et leur côté pratique, ces supports constituent un moyen de stockage intéressant.

Selon l'avis général, le support à mémoire flash est très durable, mais il existe peu de données sur sa stabilité à long terme. Ce format n'est généralement pas utilisé pour le stockage à long terme, mais plutôt pour déplacer de l'information et la transposer d'un appareil à un autre. Cependant, comme dans le cas de nombreux autres types de supports de stockage, ce format finira par se retrouver dans les collections des institutions et sera utilisé pour le stockage à long terme lorsque cette méthode deviendra rentable. L'information contenue sur le format mémoire flash doit être mise à la disponibilité de ces institutions afin qu'elles puissent savoir comment traiter ce genre de format.

Le projet sur le format mémoire flash vise à examiner les publications sur le sujet pour obtenir des renseignements détaillés sur la structure, la détérioration, la longévité, le stockage et la manutention de ce format. Il sert aussi à trouver de l'information sur l'équipement d'analyse et les logiciels servant à évaluer les supports de format mémoire flash. Les résultats de ces recherches pourraient mener à un projet de recherche portant sur la stabilité de ce type de support.

Les archives, les bibliothèques et les musées, entre autres, peuvent utiliser ou envisager d'utiliser ce type de support et il est nécessaire de disposer d'information pour pouvoir la communiquer aux clients. L'information recueillie dans le cadre du projet pourra être utilisée pour créer divers documents diffusés sur le site Web de l'ICC et servira à mettre à jour les documents de l'atelier sur les supports d'information modernes.

Période d'exécution du projet

2011 à 2019

Chef de projet à l'Institut canadien de conservation

Joe Iraci

Publications

Iraci, Joe. « Suitability of Flash Media for the Long-Term Storage of Information ». Restaurator, vol. 40, no 2 (juin 2019), p. 97-122.

Numéro de référence de l'Institut canadien de conservation

122142

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :