L’Accord États-Unis–Mexique–Canada stimulera la création d’emplois et la croissance économique dans le Sud-Ouest de l’Ontario 

Communiqué de presse

Le 2 novembre 2018 – London (Ontario) – Leader du gouvernement à la Chambre des communes

L’Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC) est un accord de libre-échange nord‑américain modernisé avantageux pour le Canada et les Canadiens. Il découle de la détermination démontrée par le Canada à la table de négociation et de sa volonté de mener à bien la tâche.

Pour promouvoir les avantages et les possibilités qu’offre l’AEUMC, l’honorable Bardish Chagger, leader du gouvernement à la Chambre des communes, a prononcé un discours au Canadian Club de London, au cours duquel elle a souligné l’importance de l’AEUMC pour favoriser la stabilité et la prévisibilité de nos échanges commerciaux avec notre plus grand marché, ainsi que la prospérité continue de l’économie de l’Ontario.

L’annonce du premier ministre Justin Trudeau concernant la conclusion de l’Accord États-Unis–Mexique–Canada constitue un grand pas en avant pour le commerce nord-américain, car cet accord resserre les liens économiques étroits qui unissent les trois pays, réaffirme la certitude des relations commerciales de longue date du Canada et favorise la création d’emplois bien rémunérés et de qualité pour les Canadiens.

Le Canada est le seul pays du G7 à avoir conclu des accords commerciaux avec tous les autres pays du G7. Une fois mis en œuvre, l’AEUMC aidera les Canadiens à demeurer concurrentiels à l’échelle mondiale et à prospérer dans une économie nord-américaine saine et intégrée.

Le gouvernement du Canada continuera de collaborer avec ses partenaires nord‑américains afin de peaufiner les détails d’un accord qui profitera à tous les Canadiens.

Citations

« Notre gouvernement fait confiance aux Ontariens et aux Canadiens. Nous croyons en ce que ce pays peut offrir et en sa capacité d’être concurrentiel sur la scène mondiale. C’est pourquoi nous avons cherché à conclure non pas un accord quelconque, mais plutôt un accord avantageux. Pour London, pour l’Ontario et pour le Canada. C’est précisément ce que nous avons obtenu dans le cadre de l’AEUMC. »

L’honorable Bardish Chagger, C.P., députée, leader du gouvernement à la Chambre des communes

« L’AEUMC est avantageux autant pour l’économie canadienne que pour les travailleurs et les familles de la classe moyenne du Canada. Il est conçu en fonction des enjeux commerciaux d’aujourd’hui et favorise la prospérité des Canadiens en veillant à ce que nos entreprises, nos entrepreneurs, nos travailleurs, nos éleveurs, nos agriculteurs et nos pêcheurs continuent d’avoir un accès préférentiel à notre plus important marché. » 

L’honorable Chrystia Freeland, C.P., députée, ministre des Affaires étrangères

Faits en bref

  • L'Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC) renforce notre importante relation commerciale avec nos partenaires nord-américains et offre une stabilité et une prévisibilité cruciales pour les entreprises et les travailleurs de l’Ontario. 

  • Pour l’Ontario, l’AEUMC assure le maintien de l’accès au marché pour 179,2 milliards de dollars d’exportations vers les États-Unis et de la stabilité pour les travailleurs qui dépendent d’emplois bien rémunérés axés sur l’exportation, notamment dans l’industrie automobile et les secteurs des pièces d’automobile, des plastiques, des pneus et des aliments transformés. 

  • Les règles d'origine renforcées par l’AEUMC pour les automobiles et les pièces d’automobile créeront pour les fabricants de pièces canadiens de l’Ontario des possibilités d'augmenter leurs ventes auprès des fabricants d’automobiles nord-américains.

  • Dans le secteur de l’agriculture, cet accord est une excellente nouvelle pour les milliers d’agriculteurs ontariens, dont la valeur totale des exportations vers le marché américain est de 11,8 milliards de dollars.

  • De nouvelles possibilités d’accès au marché seront offertes aux exportateurs ontariens dans les domaines du sucre raffiné, des produits contenant du sucre et de la margarine. 

  • Pour les secteurs soumis à la gestion de l’offre, l’Accord prévoit un accès accru au marché canadien pour les États-Unis, mais il est important de souligner qu’il prévoit le maintien des trois piliers du système de gestion de l’offre : le contrôle de la production, le contrôle des prix et le contrôle des importations. Pour atténuer l’incidence des modifications apportées en vertu de l'AEUMC, le gouvernement travaille en étroite collaboration avec l’industrie, notamment en mettant sur pied des groupes de travail, en vue d’atténuer les conséquences de toute perte de parts de marché.

  • Le marché régional concurrentiel à l’échelle mondiale créé en 1994 dans le cadre de l’Accord de libre-échange nord-américain original représente aujourd’hui près de 486 millions de consommateurs et un PIB combiné de plus de 22 000 milliards de dollars américains.

  • En 2017, le commerce trilatéral a atteint près de 1 100 milliards de dollars américains – une valeur qui a plus que triplé depuis 1993. 

  • Les États-Unis et le Mexique sont respectivement les premier et troisième partenaires du Canada en importance au chapitre du commerce de marchandises à l’échelle mondiale.

  • Le Canada est respectivement le deuxième et le cinquième partenaire commercial des États-Unis et du Mexique en importance, et le plus important marché d’exportation des États-Unis.

  • Le Canada et les États-Unis partagent la frontière la plus longue et la plus sécuritaire au monde. Chaque jour, elle est franchie par près de 400 000 personnes, et des marchandises et services d’une valeur de 2,4 milliards de dollars circulent entre les deux pays.

  • Les relations commerciales entre le Canada et les États-Unis figurent parmi les plus importantes du monde. Le Canada est le plus important marché des États-Unis; plus important que la Chine, le Japon et le Royaume-Uni réunis.

  • Pour en arriver à cet accord commercial trilatéral renouvelé, le premier ministre, les ministres, les parlementaires, les fonctionnaires fédéraux, les premiers ministres des provinces et les représentants de l’industrie ont dialogué directement avec les dirigeants politiques et commerciaux des États-Unis afin de défendre les intérêts des Canadiens.

  • Depuis janvier 2016, Équipe Canada s’est rendue aux États-Unis plus de 300 fois et a établi plus de 500 contacts individuels avec des responsables américains, dont le président, le vice-président, 16 membres du Cabinet des États-Unis, plus de 310 membres du Congrès et 60 gouverneurs et lieutenants-gouverneurs.

  • Pour aider à orienter les négociations, le gouvernement du Canada a consulté des Canadiens de partout au pays, lesquels étaient issus de tous les secteurs et de tous les milieux, au sujet du commerce. Les consultations comprenaient des réunions avec les provinces et les territoires, l’industrie, les syndicats, la société civile, les groupes de réflexion, les universitaires, les peuples autochtones, les femmes, les jeunes et la population en général.

Liens connexes

Personnes-ressources

Restez branchés

Suivez-nous sur Twitter et Facebook.

Renseignements aux médias :

Relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
Courriel : media@international.gc.ca
Téléphone : 343-203-7700

Relations avec les médias
Bureau du Conseil privé
Courriel : mediacentre@pco-bcp.gc.ca
Téléphone : 613-957-5420

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :