Initiative d’emploi pour les conjoints de militaires : CK

Le 26 janvier 2021 - Nouvelles de la Défense

Légende

Cette initiative a eu un effet très positif sur ma famille.

Je suis mariée à un membre de la Marine royale canadienne depuis 10 ans. En septembre 2019, mon époux a reçu une affectation dans la région de la capitale nationale (RCN), et nous avons dû quitter Halifax, en Nouvelle-Écosse. Déménager dans une autre province et une autre ville signifiait de tout laisser derrière nous et de repartir à zéro. J’ai donc dû quitter mon emploi et j’ai commencé à chercher un travail lorsque nous sommes arrivés dans la RCN. En dépit de mon expérience et de mon curriculum vitae, j’ai eu du mal à trouver un emploi. Mon époux m’a alors envoyé un lien vers l’Initiative d’emploi pour les conjoints de militaires (IECM); nous n’en avions jamais entendu parler auparavant, mais j’ai décidé d’y postuler. Et je suis heureuse de l’avoir fait!

Le processus était facile! On me contactait tous les jours pour me proposer des offres d’emploi et des postes auxquels je pouvais postuler et qui me convenaient. En attendant de recevoir un appel de l’un des services de dotation, j’ai accepté un contrat pour travailler en tant qu’enseignante de français dans une école de langues privée. J’ai mis mon CV à jour en y ajoutant cette nouvelle expérience professionnelle et j’ai reçu encore plus d’offres d’emploi.

En février 2020, j’ai reçu un appel téléphonique d’un membre de l’organisation du Directeur général - Autorité des griefs des Forces canadiennes (DGAGFC) dans le but de passer une entrevue qui m’a permis d’obtenir un emploi occasionnel en tant qu’adjointe administrative. En raison de la pandémie de la COVID-19, ma date d’entrée en fonction a été repoussée, si bien que j’ai fini par commencer à travailler en juin plutôt qu’à la fin du mois de février. Après avoir travaillé 90 jours en tant qu’employée occasionnelle, on m’a nommée à un poste de durée indéterminée. Je me considère comme très chanceuse, car je fais partie d’une équipe formidable qui me donne l’impression d’appartenir à une grande famille. Je continue à rencontrer des gens formidables et je suis très fière de faire partie d’un ministère qui a une influence si positive sur les membres des Forces armées canadiennes (FAC).

Ce travail est idéal pour ma famille et moi, car en tant que mère de deux enfants de moins de trois ans, je dois être là pour eux quand ils sont à la maison. Cette initiative a eu un effet très positif sur ma famille.

J’ai parlé à de nombreux autres conjoints de militaires en personne ou par l’intermédiaire des médias sociaux, et la plupart d’entre eux sont reconnaissants envers l’IECM, parce que celle-ci les a aidés soit à trouver un poste dans leur domaine, soit à entamer une nouvelle carrière au sein du gouvernement.

Si je pouvais recommander quelque chose aux autres conjoints de militaires, je leur conseillerais de postuler pour faire partie de ce bassin de candidats. La recherche d’un emploi peut prendre quelques mois, mais cette attente en vaut la peine. Je n’ai pas perdu espoir, car les demandes de confirmation d’intérêt que j’ai reçues de l’équipe des Programmes nationaux de dotation des RH‑Civ pour les postes à pourvoir m’ont donné l’impression que les FAC se souciaient non seulement de leurs militaires, mais aussi de leurs familles. Les conjoints des membres des FAC sont une partie importante de leur vie quotidienne, et le fait d'aider les conjoints des militaires à réussir contribue également au succès des FAC.

Pour obtenir plus de renseignements sur les modalités d’emploi et d’accès au répertoire, visitez l’Initiative d’emploi pour les conjoints de militaires, ou communiquez avec l’équipe des programmes nationaux de dotation.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :