Mieux comprendre les blessures musculosquelettiques

Le 9 mars 2021 - Nouvelles de la Défense

Image d'une joggeuse
Légende

Les blessures qui sont évitables ne devraient jamais empêcher un militaire de servir, c’est pourquoi nous souhaitons mieux comprendre ce problème et ses solutions.

Les blessures musculosquelettiques sont l’une des raisons médicales les plus courantes pour lesquelles les femmes membres des Forces armées canadiennes (FAC) sont libérées ou ne sont pas déployées. Nous pensons que les blessures qui sont évitables ne devraient jamais empêcher un militaire de servir, c’est pourquoi nous souhaitons mieux comprendre ce problème et ses solutions.

Les Programmes de soutien du personnel (PSP) des Services de bien-être et moral des Forces canadiennes (SBMFC) se sont donc associés à l’École des sciences de l’activité physique de l’Université d’Ottawa afin d’organiser des groupes de discussion pour mieux comprendre le risque de blessure musculosquelettique, en particulier celui des femmes pendant leurs périodes prénatales et post-partum. L’objectif du projet est d’utiliser les données des groupes de discussion pour orienter la création de meilleures stratégies d’entraînement qui contribueront à réduire le taux de blessures et de maintenir des normes de condition physique sans distinction de genre.

Si vous êtes une femme ou un homme entre 18 et 65 ans et sont dans l’un des groupes suivants :

S’il vous plait, contactez notre coordinateur de recherche et aidez-nous à améliorer votre expérience!

Kevin Semeniuk (L’Université d’Ottawa)
Courriel : ksemeniu@uottawa.ca
Téléphone : 613-562-5800 x1003

Merci de prendre le temps d’aider les membres des FAC!

Pour de plus amples informations visitez le Mieux comprendre les blessures musculosquelettiques (connexionfac.ca) (Vous quittez le site Web du Gouvernement du Canada).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :