Élimination de la discrimination raciale : une discussion qui doit se poursuivre

Le 7 mai 2021 - Nouvelles de la Défense

Le 21 mars dernier, les membres de l’Équipe de la Défense ont souligné la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale en participant à des activités virtuelles organisées d’un bout à l’autre du pays à l’occasion de cet événement. Ils se sont aussi tournés vers les médias sociaux pour accroître la sensibilisation, sous le thème « Étapes vers l’inclusion : Définir le cheminement ». Nous invitons maintenant toute l’Équipe de la Défense à poursuivre la discussion sur les mesures que nous devons prendre pour devenir une organisation plus inclusive.

Les dirigeants à tous les niveaux sont encouragés à entamer un dialogue respectueux, transparent et proactif sur la discrimination raciale. En effet, prendre connaissance des expériences vécues peut nous aider à mieux comprendre les obstacles systémiques auxquels font face quotidiennement certains de nos collègues de l’Équipe de la Défense. Toutes les formes de racisme sont destructrices. Nous devons donc demeurer déterminés à consulter, à discuter et à poser des questions au sujet des expériences réelles vécues par nos membres encore aujourd’hui, afin d’améliorer notre compréhension.

Pour ce faire, nous devons reconnaître que le racisme et la discrimination sous diverses formes ne visent pas uniquement les Autochtones, les Noirs et d’autres groupes racialisés. Ils comprennent aussi les préjugés à l’endroit de la communauté LGBTQ2, les préjugés sexistes et la suprématie blanche.

L’inclusion est l’une des valeurs fondamentales du ministère de la Défense nationale (MDN) et des Forces armées canadiennes (FAC), et nos hauts dirigeants se sont engagés à en faire une réalité. C’est pour cette raison qu’au cours de la dernière année, en plus de la politique sur la conduite haineuse publiée par le MDN et les FAC, le ministre de la Défense nationale, l’honorable Harjit S. Sajjan, a créé un groupe consultatif sur le racisme et la discrimination, et la sous-ministre et le chef d’état-major de la Défense ont mis sur pied le Secrétariat de lutte contre le racisme . Ces deux entités sont chargées de fournir des conseils et de formuler des recommandations sur la façon d’éliminer les obstacles systémiques au sein de notre organisation afin d’accroître le recrutement et le maintien en poste dans les FAC et d’assurer l’égalité des chances pour tous les membres de l’Équipe de la Défense. Il reste, toutefois, encore beaucoup à faire.

Récemment, le ministre Sajjan a annoncé l’intention du gouvernement du Canada de présenter, au nom de la population canadienne, des excuses aux descendants des membres du 2e Bataillon de construction. Se voyant d’abord refuser l’accès aux centres de recrutement, ce groupe de soldats noirs a finalement été autorisé à servir dans un rôle non combattant. Ainsi, en raison de la couleur de leur peau, ils ont été privés du droit de combattre aux côtés de leurs compatriotes blancs et ont été victimes de discrimination, de ségrégation et de mauvais traitements. Comme le déclarait le ministre Sajjan : « Notre histoire comprend des épisodes douloureux – des expériences d’injustice et d’intolérance – qu’il nous faut reconnaître. »

Selon le Mgén Steven Whelan, champion des minorités visibles pour l’Équipe de la Défense, favoriser la diversité au sein de notre organisation rend celle‑ci plus forte, et l’inclusion et la célébration des talents, des perspectives et des cultures uniques de nos soldats, marins et aviateurs leur permettent de contribuer pleinement à l’exécution des missions des FAC, au pays comme à l’étranger.

« Les comportements racistes discriminatoires et la conduite haineuse de quelque nature que ce soit vont à l’encontre de nos valeurs institutionnelles et sont entièrement inacceptables, explique‑t‑il. Faire une erreur en raison de son ignorance, mais être prêt à s’éduquer et à changer est une chose. Par contre, ça en est une autre de persister dans un comportement qui ne reflète pas les valeurs et l’éthique de notre organisation et du pays que nous servons. »

Nous devons tous être attentifs à nos préjugés, qu’ils soient conscients ou inconscients. Chaque membre du personnel du MDN et des FAC a le droit d’être traité avec équité, respect et dignité dans un milieu de travail exempt de racisme et de discrimination. Nous réalisons qu’il reste encore de nombreuses étapes à franchir dans notre cheminement pour nous améliorer, tant sur le plan personnel qu’en tant qu’organisation, et nous continuerons de renforcer notre engagement à créer un milieu de travail respectueux et inclusif. À cette fin, nous devons tous nous engager à écouter, à apprendre et à agir, et ce, pas uniquement lors de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, mais chaque jour. 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :