Lancement d’un entraînement de pointe pour les Forces armées canadiennes en vue d’opérations en zone urbaine

Le 23 mars 2022 - Nouvelles de la Défense

armée
Légende

Des soldats de l’Armée canadienne assurent la sécurité d’un village dans le cadre de l’exercice Maple Resolve 21 se déroulant dans la zone d’entraînement du détachement Wainwright de la Base de soutien de la 3e Division du Canada.

Source : Caporal Djalma Vuong-De Ramos, photo des Forces armées canadiennes

Il est crucial de donner régulièrement aux membres des Forces armées canadiennes (FAC) un entraînement réaliste et exigeant pour leur permettre de réussir des opérations dans n’importe quel environnement et dans n’importe quelles conditions. En investissant dans des installations d’instruction de pointe, le gouvernement du Canada s’assure que les membres des FAC sont prêts à relever des défis opérationnels modernes, dont celui posé par la fréquence accrue des opérations menées dans des zones urbaines, ce qui constitue une priorité de la politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement.

En date d’août 2021, les FAC disposent maintenant de quatre nouveaux sites d’entraînement en zone urbaine simulée pleinement opérationnels :

En combinant du matériel et des logiciels de simulation réelle avec des structures de pointe et des éléments interactifs, ces sites offrent aux équipes de l’Armée canadienne une capacité améliorée d’entraînement qui reproduit fidèlement les conditions et les difficultés que pourrait vivre un soldat lors des combats menés en zone urbaine.

Selon le scénario d’entraînement donné, les effets simulés peuvent comprendre des sons de tirs d’artillerie, l’odeur d’explosifs ou le flash d’une détonation, ainsi que des cibles contextuelles, des simulations d’attaques aériennes ou de panne d’électricité dans un bâtiment. Ce nouvel équipement urbain est entièrement intégré au système de simulation d’effets d’armes actuellement en service, offrant ainsi aux soldats une expérience d’instruction complètement immersive et réaliste.

Ces systèmes ont été livrés dans le cadre du projet du Système d’entraînement aux opérations en zone urbaine (SEOZU).

Le SEOZU est composé d’un groupe de bâtiments équipés de systèmes de suivi haute-fidélité, de caméras vidéo intérieures et extérieures, de haut-parleurs, de microphones, d’un éclairage infrarouge, de portes magnétiques défonçables et d’armes simulées, et comprend aussi des cibles contextuelles, des engins explosifs improvisés (EEI), des grenades traçables et des générateurs de fumée et d’odeurs.

Les opérateurs de système peuvent suivre les mouvements et les actions des soldats durant les exercices grâce à une cartographie en 2D et 3D, à des microphones et à des caméras, et ils peuvent intégrer différents effets simulés, selon les besoins. En outre, les exercices réels peuvent être enregistrés et examinés lors de l’analyse après action afin d’améliorer le rendement des soldats.

Les entraînements se feront à longueur d’année. Chaque site comprend entre 4 et 23 bâtiments d’entraînement et peut accueillir des équipes d’au moins 250 soldats. Le site le plus grand (Base de soutien de la 3e Division du Canada, détachement Wainwright) peut accueillir jusqu’à 1 500 soldats aux fins d’instruction collective.

Vidéo – Système d’entraînement aux opérations en zone urbaine 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :