Entrevue Nouvelles de l'ED : Seyi Okuribido-Malcolm, directrice du Secrétariat de lutte contre le racisme

Vidéo / Le 26 mai 2021

Transcription

(E) Le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes ont annoncé récemment la mise sur pied du Secrétariat de lutte contre le racisme – une étape importante visant à favoriser un environnement fondé sur l’équité, la dignité et le respect pour tous les membres de l’Équipe de la Défense.

Seyi, merci beaucoup de vous être jointe à nous aujourd’hui. Pour commencer, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste le Secrétariat de lutte contre le racisme? Quelle incidence souhaite-t-il avoir pour l’Équipe de la Défense?

(S) Oui, je vous l’explique avec plaisir. Avant de continuer, je tiens toutefois à reconnaître avec respect que je vous adresse la parole en tant qu’habitante d’Ottawa, territoire traditionnel non cédé du peuple algonquin Anishinaabe.

En ce qui concerne le Secrétariat, nous tenons vraiment à adopter une approche axée sur le cœur, l’exécution et l’esprit. Je m’explique : sur le plan de l’esprit, nous allons réaliser un examen théorique dans le but de cerner les obstacles systémiques, et sur le plan de l’exécution, nous allons vraiment retrousser nos manches au Secrétariat pour voir comment nous pouvons démanteler le système en examinant les politiques et en prenant des mesures axées sur la responsabilisation, par exemple, des mesures concrètes qui changeront le cours des choses et les répercussions négatives qui, traditionnellement, se font surtout sentir par les peuples autochtones, les Noirs et les personnes racisées. Par ailleurs, un élément fondamental de notre approche, c’est le cœur. En effet, notre démarche est délibérée, compatissante et intentionnelle.

(E) Seyi, je suis certain que vous recevez cette question de temps en temps, mais j'aimerais savoir peut-être un peu pourquoi le Secrétariat de lutte contre le racisme met-il principalement l’accent sur le racisme envers les Noirs et les Autochtones?

(S) Oui, on me pose cette question assez souvent. J’affirme tout simplement qu’a priori, le Secrétariat de lutte contre le racisme a pour mandat de remédier à toutes les formes de racisme envers les Autochtones et toutes les personnes racisées. On nous a demandé de porter une attention particulière au racisme envers les Autochtones et les Noirs. C’est un domaine d’intérêt important pour notre premier ministre et le greffier du Conseil privé.

Vous savez, au Secrétariat, nous adhérons aux principes de conception universelle selon lesquels une conception à l’intention des utilisateurs en marge de la société accroît les chances de mettre sur pied quelque chose qui convient à la plupart des personnes, peu importe leur âge, leur taille, leurs capacités ou handicaps ou tout autre facteur lié à l’identité pouvant constituer un obstacle. Ainsi, la lutte contre le racisme examine la façon dont nous pouvons intégrer une conception universelle à nos efforts de réorganisation du système pour tout un chacun.

(E) Seyi, la dernière question. Qu'est-ce qu'on peut faire en tant qu'individu quotidiennement, pour influencer les changements et jouer un rôle plus efficace dans l’élimination du racisme systémique à la Défense?

(S) Oui. Je peux certainement le faire. Mais en toute honnêteté, pour remédier au problème que pose le racisme systémique, nous devons adopter une approche à trois niveaux, laquelle est fondée sur les individus, l’institution et la culture organisationnelle.

Sur le plan individuel, en tant qu’Équipe de la Défense, si nous développons une mentalité antiraciste, cela nous permettrait d’améliorer considérablement les choses. Nous devons apprendre à défaire nos préjugés en nous donnant ce défi chaque jour. Par conséquent, lorsque nous faisons des suppositions ou déclarons qu’une chose est vraie, nous devons nous interroger à savoir pourquoi nous agissons ainsi.

Pour terminer, je souhaite reprendre une citation de Ijeoma Oluo, auteure du livre So you want to talk about Race? Dans son livre, Ijeoma écrit : « La beauté de l’antiracisme, c’est qu’on n’a pas besoin de prétendre être libre de tout racisme pour être antiraciste. L’antiracisme est l’engagement à contrer le racisme partout où il se trouve, y compris en soi-même. »

(E) Seyi, mon amie, merci encore d'être avec nous aujourd'hui et de partager toute cette bonne information au sujet du Secrétariat de lutte contre le racisme. Et merci encore pour tous vos efforts, les efforts de votre équipe. Merci.

Lien connexe

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :