Précautions à prendre si vous pensez que l’on vous épie

Plan pour garantir votre sécurité si vous pensez que l’on vous épie.

Il existe bien des façons de renforcer votre sécurité, peu importe que vous traitiez avec un épieur ou un agresseur ou que vous vouliez mettre fin à une relation abusive.

  • Appelez la police en composant le 911 si vous faites face à un danger immédiat. Dites au téléphoniste que vous pensez être en danger et que vous craignez pour votre sécurité. Dites-lui aussi si vous bénéficiez d’une ordonnance judiciaire de protection.
  • N’ayez aucune conversation avec un épieur. Cela l’encouragerait à poursuivre sa démarche. Si l’épieur vous offre de discuter de ses sentiments ou des raisons pour lesquelles il vous épie, l’entretien risque facilement de devenir violent s’il comprend que vous ne voulez plus avoir de contact avec lui. Les épieurs sont souvent incapables d’évaluer ou de maîtriser leurs propres émotions.
  • Planifiez vos mesures de protection et discutez-en avec vos enfants et tout autre membre de votre famille ou avec vos collègues qui pourraient être en danger. Dites à vos enfants exactement où ils peuvent aller et à qui ils peuvent faire confiance s’ils sont en danger ou ont besoin d’aide.
  • Trouvez un bon conseiller ou une personne fiable avec qui vous entretenir. Être victime de harcèlement peut être très effrayant et déroutant. En parler peut vous aider à conserver votre santé mentale et à demeurer fort sur le plan émotionnel.
  • Faites des préparatifs pour évacuer votre domicile et exercez-vous à ce faire, au cas où cela deviendrait nécessaire.
  • Versez les numéros à composer en cas d’urgence dans tous vos téléphones, surtout dans les téléphones cellulaires, ou fixez une étiquette portant ces numéros à tous les téléphones.
  • Obtenez une ordonnance de protection (autrefois appelée « ordonnance d’interdiction ») déclarant que l’épieur / le contrevenant ne peut pas vous suivre, entrer en contact avec vous, ou continuer d’autres façons à vous harceler. Appelez la police si l’épieur continue de vous gêner, une fois l’ordonnance délivrée par le tribunal.
  • Mettez les personnes en qui vous avez confiance – membres de la famille, amis, voisins, propriétaire de votre immeuble, collègues ou surveillant – au courant de votre situation. Si possible, remettez une photo ou une description de l’agresseur, de manière qu’ils puissent vous informer s’ils le voient dans les parages.
  • Si l’on vous suit, même dans la circulation, attirez l’attention de quelqu’un. Restez aussi calme que possible, mais rendez-vous là où il y a d’autres personnes, par exemple une entreprise voisine, et appelez la police locale en composant le 911.
  • Modifiez vos habitudes quotidiennes et empruntez des trajets différents autant que possible. Partez pour le travail à des heures différentes. Changez le jour où vous allez faire vos courses et rendez-vous dans des magasins différents.
  • Élaborez un code secret avec les personnes à qui vous parlez régulièrement au téléphone. Servez-vous du code pour signaler que vous êtes en danger sans alerter l’épieur. Par exemple, la phrase « Je donnerais n’importe quoi pour avoir un bol de crème glacée aux bleuets » pourrait signifier que vous êtes en danger et que la personne à qui vous parlez doit communiquer avec la police sur-le-champ.
  • Ayez un stylo et du papier avec vous et près du téléphone. Prenez note des heures et des dates des contacts indésirables et de ce qui a été dit à ces moments-là. Obtenez les noms et numéros de téléphone des témoins, le cas échéant.
  • Si vous ne connaissez pas l’interlocuteur, prenez note de tout renseignement qui permettrait de l’identifier (p. ex. homme ou femme, jeune ou vieux). Décrivez sur papier tout bruit de fond qui pourrait permettre de savoir d’où l’appel est fait.
  • Ne jetez ou ne détruisez jamais ce que l’épieur a pu vous envoyer. Les cartes, courriels, lettres, fleurs, cadeaux, etc. pourraient servir d’éléments de preuve utiles si jamais la police doit intervenir.
  • Prenez des photos de tout dommage matériel ou des résultats de tout acte de vandalisme. Conservez les éléments de preuve et prenez note des noms des témoins, mais ne courez aucun risque personnel pour recueillir des preuves dans votre cas.
  • Quand vous êtes à l’extérieur, restez dans les endroits bien éclairés où d’autres personnes sont présentes. Évitez de marcher seul(e).
  • Verrouillez en tout temps les portières de votre véhicule. Examinez l’intérieur et les environs de votre véhicule avant d’y prendre place.
  • Fiez-vous à votre instinct; ne passez pas outre à vos sentiments de peur et réagissez en obtenant de l’aide immédiatement.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :