Soutien émotionnel et charge de travail

Mark est un employé à temps plein à durée indéterminée depuis huit ans au sein de la section où se retrouve son poste d’attache courant.  Son épouse, Claudette, souffre d’un cancer progressif et elle doit suivre, et ce, depuis trois ans, des traitements par intermittence qui peuvent prolonger sa vie. Mark est très reconnaissant de la souplesse dont fait preuve son employeur, ce qui lui a permis d’utiliser diverses mesures de congés afin d’aider Claudette dans sa démarche de traitements et sa condition de santé. Cependant, Mark affiche maintenant un solde de plus en plus négatif de congés payés disponibles mais il désire fortement continuer à travailler pour soutenir ses collègues et pour le revenu (Claudette n’est plus en mesure de travailler et le couple dépend de son salaire).

Mark vient travailler régulièrement et il est évident qu’il vit des périodes de stress important. Cela le réconforte beaucoup de passer un temps considérable à en discuter un à un avec ses différents collègues.  Mike, un employé de sa section, rencontre le gestionnaire pour exprimer ses inquiétudes de façon confidentielle au sujet du fait que lui-même et un ou deux autres employés ressentent que le soutien émotionnel que l’on fournit à Mark représente un obstacle de taille à la productivité, que les employés portent une part disproportionnée de la charge de travail et que la situation doit changer.

En tant que gestionnaire, que feriez-vous?

Faites nous parvenir votre rétroaction ainsi que des suggestions pour les scénarios futurs.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :