Commentaire : La consommation d’alcool au travail

Scénario : La consommation d’alcool au travail


Dans notre dilemme de septembre, « La consommation d’alcool au travail », nous examinons le cas d’un instructeur des Forces armées canadiennes (FAC) qui consomme de l’alcool au travail et se comporte occasionnellement de façon agressive à l’égard des stagiaires. Il nie avoir des problèmes lorsque vous, son collègue et ami, soulevez la question.

Le comportement de l’instructeur est une forme d’inconduite en raison de l’alcoolisme, qui contrevient aux Directives et ordonnances administratives de la défense 5019-7, Inconduite liée à l’alcool. Cette DOAD prévoit qu’« Un militaire qui commet une inconduite liée à l’alcool est passible de poursuites criminelles, ainsi que de mesures disciplinaires et administratives, y compris la libération ».

La dépendance à l’alcool ou à d’autres drogues dont souffre un employé et collègue peut avoir une incidence sur tout le monde au travail. Il est clair que l’alcoolisme de cet instructeur a déjà des effets néfastes sur son professionnalisme, la qualité de son travail et sa capacité à travailler.

En tant que collègue et ami, vous êtes bien placé pour en parler avec lui.

Il est évident que cet instructeur ne peut pas continuer à travailler sans obtenir de l’aide rapidement, car la situation présente un risque pour l’organisation, le militaire et son entourage. Sans intervention, il y a lieu de s’inquiéter de ce que ce comportement mène à l’automutilation et à des complications judiciaires.

À titre de membre des FAC, vous avez le devoir de signaler toute infraction à la DOAD 5019-7 au commandant du militaire, par l’entremise de la chaîne de commandement, la police militaire ou à un représentant du Juge-avocat général. Les employés du ministère de la Défense nationale peuvent informer leurs superviseurs s’ils font face à cette même situation.

Le meilleur argument que vous possédez dans les circonstances décrites ci-dessus est d’expliquer clairement à votre collègue et ami que s’il ne change pas immédiatement et radicalement de comportement, vous devrez recourir directement aux autorités – ce qui entraînera des résultats moins souhaitables pour lui. 

Vous pouvez lui offrir de le soutenir, quel que soit le résultat, et il sera peut-être reconnaissant de ce geste. L’intervention peut aussi prendre la forme de séances de counseling avec un thérapeute afin de déterminer les autres facteurs de sa vie qui le pousse à s’automédicamenter.

S’il refuse votre offre, vous êtes tenu de signaler la situation, conformément aux Ordonnances et règlements royaux applicables aux Forces canadiennes, volume 1, 4.02e ou volume 1, 5.02e, qui prévoit ce qui suit : « signaler aux autorités compétentes toute infraction aux lois, règlements, règles, ordres et directives pertinents qui régissent la conduite de toute personne justiciable du code de discipline militaire ».

Le premier principe du Code de valeurs et d’éthique du MDN et des FAC est de « Respecter la dignité de toute personne ». Dans le cas qui nous concerne, l’application de ce principe comporte deux volets, car, bien que les actions de votre ami soient irrespectueuses envers ses collègues et ses stagiaires, vous devez chercher à intervenir d’une façon qui respecte la dignité de la personne aux prises avec ce problème.

Faites-nous parvenir votre rétroaction, ainsi que vos suggestions pour les scénarios futurs.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :