Commission des Nations Unies pour Ruanda-Urundi (UNCRU)

Nom de l'opération internationale :  Commission des Nations Unies pour Ruanda-Urundi (UNCRU)

Dates de l'opération internationale :   1962/02/23 – 1962/05/26

Organisme responsable :   Nations Unies

Nom de la région :  Afrique

Lieu :   Rwanda et Urundi

Nom de l'opération canadienne :   Commission des Nations Unies pour Ruanda-Urundi (UNCRU)

Dates de l'opération canadienne :   1962/03/21 – 1962/05/26

Mandat de la mission :   La commission était chargée: de réconcilier les diverses factions politiques; d'assurer le retour et la réinstallation des réfugiés; de garantir le respect des droits de la personne; de maintenir l’ordre public; d'organiser l’entraînement des forces locales et le retrait des forces belges.

Notes sur la mission :  

Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, le Ruanda-Urundi se trouvait sous la tutelle de la Belgique, à laquelle la Société des Nations avait confié l'administration des anciennes colonies allemandes. Ce mandat a été confirmé en 1946 par le Régime international de tutelle des Nations Unies. Vers la fin des années 50, lorsque les colonies africaines ont commencé à accéder à l'indépendance, des pressions croissantes ont été exercées sur les nations européennes afin qu'il en soit de même pour les colonies placées sous leur tutelle. En novembre 1959, des troubles ont commencé à survenir entre les Hutus et les Tutsis, au Ruanda. Parallèlement, la Belgique a annoncé sa politique devant mener à la dissolution de sa tutelle.

Après qu'une Commission des Nations Unies pour le Ruanda-Urundi composée de trois personnes a eu présenté à l'Assemblée générale son rapport sur les conditions dans les territoires en tutelle en juin 1962, l'Assemblée générale a créé une Commission des Nations Unies pour le Ruanda-Urundi de cinq personnes pour superviser la passation des pouvoirs de la Belgique aux deux nouvelles nations. Afin d'aider la Commission, on a demandé à des experts techniques de fournir des conseils relativement aux questions économiques, financières, judiciaires, policières et militaires. La Commission a présenté son rapport le 26 mai 1962, après quoi elle a été dissoute.

Le Canada a fourni de l’assistance spécialisée à la Commission dans les domaines policier et militaire. Deux officiers de la GRC ont évalué les capacités des forces policières au Ruanda et en Urundi et un officier de l’Armée canadienne a donné des conseils sur les forces militaires locales et sur le retrait prévu des forces belges. Le major canadien a été prêté par l'Organisation des Nations Unies au Congo le 23 mars. Une fois le mandat de la Commission terminé, ce major est demeuré au Ruanda-Urundi afin de travailler pour le compte du Représentant spécial du Secrétaire général.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :