Représentant spécial du Secrétaire-général (Ruanda-Urundi)

Nom de l'opération internationale :  Représentant spécial du Secrétaire-général (Ruanda-Urundi)

Dates de l'opération internationale :   1962/06/27 – 1962/11/07

Organisme responsable : Nations Unies 

Nom de la région : Afrique

Lieu :   Rwanda - Burundi

Nom de l'opération canadienne :  Représentant spécial du Secrétaire-général (Ruanda-Urundi)

Dates de l'opération canadienne :   1962/06/27 – 1962/11/31

Mandat de la mission :   Le représentant spécial était responsable :

  • De voir au retrait des forces belges et
  • D’assister les gouvernements du Rwanda et de l’Urundi en vue de développer et organiser leur administration.

Notes sur la mission :  

            Suivant la Première Guerre mondiale, la Société des Nations plaça les anciennes colonies allemandes de Ruanda-Urundi sous un mandat belge, une allocation confirmée en 1946 par le Système de tutelle international des Nations Unies.  Vers la fin des 1950s, lorsque les colonies européennes en Afrique commencèrent à gagner leur indépendance, il eut des pressions pour l’indépendance des territoires fidéicommissaires aussi.  Cependant, à cause de leur statut comme territoire fidéicommissaire, l’indépendance du Ruanda-Urundi fut une affaire pour les Nations Unies et la Belgique.

            Deux commissions des Nations Unies furent établies pour le Ruanda-Urundi afin de rapporter sur les conditions du territoire et de surveiller la mise en œuvre du plan belge de transférer le pouvoir aux deux nouvelles nations de Rwanda et de Burundi qui gagnèrent leur indépendance le 1er juillet 1962.  La dissolution de tous les corps administratifs qui existaient pendant la période de tutelle et le transfert de leurs fonctions aux nouveaux états pris plus de deux ans.

            Le 27 juillet, précédent l’indépendance des états, l’Assemblée générale demanda au Secrétaire général de désigner un représentatif spécial pour surveiller la retraite des forces militaires belges des deux nations et pour fournir un appui au développement et à l’organisation des administrations des deux nouvelles nations. M. Taghi Nasr, Iranien à l'emploi des Nations Unies, fut désigné représentant spécial.  Six Observateurs militaires des Nations Unies (UNMOs) lui accompagnèrent sur l’opération, deux provenant de l’Inde, deux du Maroc, un du Canada et un de la Suède.  Ils furent tous empruntés de l’organisation des Nations Unies au Congo.

            La participation canadienne à la mission du représentatif spécial continua pour le major canadien qui avait fait partie du groupe de cinq personnes appartenant à la commission des Nations Unies pour le Ruanda-Urundi.  Le major et son collègue indien restèrent au Congo lorsque les autres membres de la commission partirent.  Suivant l’arrivée de M. Nasr, il devint un UNMO et fit responsable de surveiller la retraite des troupes belges.  Major Kolesar quitta le Ruanda et le Burundi le 31 juillet parce que la fin de sa tournée avec les Nations Unies approchait. 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :