Médaille de la reine pour tireur d'élite

Description officielle, admissibilité, critères et histoire de la Médaille de la reine pour tireur d’élite.

Médaille de la reine pour tireur d'élite

Médaille de la reine pour tireur d'élite

Contexte

La première Médaille de la reine pour tireur d’élite relevait du régime britannique de distinctions honorifiques. En juin 1968, après l’unification des Forces canadiennes, Sa Majesté la reine a sanctionné l’octroi de cette médaille au Canada. Ce n’est toutefois qu’en 1991 que le Conseil privé du Canada en a recommandé la création et l’institution au pays. Le 28 août 1991, Sa Majesté a signé les lettres patentes autorisant la création au Canada de la Médaille de la reine pour tireur d’élite. Notez que bien que cette médaille soit de caractère militaire, la Médaille de la reine pour tireur d’élite est responsable de son administration.

Admissibilité et critères

Deux médailles sont attribuées chaque année depuis 1991 : l’une à un membre de la Force régulière, l’autre à un membre de la Réserve des Forces canadiennes ou de la Gendarmerie royale du Canada, chacun des récipiendaires devant obtenir le meilleur résultat global de sa catégorie aux étapes un et deux de l’épreuve pour cette médaille.

Description

Médaille en argent de 36 mm (1,42 pouce) de diamètre comportant une mince bordure en relief.

À l’avers figure l’effigie couronnée de Sa Majesté entourée de l’inscription « ELIZABETH II DEI GRATIA REGINA » et du mot « CANADA » au bas»;

Au revers figurent une représentation de la Renommée tournée vers la gauche se levant de son trône, tenant de la main gauche une trompette et de la main droite une couronne de laurier qu’elle s’apprête à déposer sur la tête d’un guerrier. Ce guerrier tourné vers la droite prend appui sur son pied droit, son pied gauche étant posé sur l’estrade. Il tient dans sa main droite un arc et un carquois rempli de flèches et sur son genou gauche est placée une cible percée en son centre de trois flèches.

Jusqu’en 2002, une griffe simple liait la médaille à une barrette droite, simple et fixe. Depuis 2002, la médaille est fixée à une barrette de suspension droite ornée d’une fleur de lys similaire à celle des Médailles pour services distingués.

Le ruban pourpre de 32 mm de largeur est bordé de chaque côté d’une bande noire de 9 mm qui comporte en son centre une bande beige de 3 mm. Le ruban est identique à celui utilisé pour la médaille britannique.

Jusqu’en 2002, les « barrettes de la date » étaient rivetées à la barrette de suspension de la médaille comme cela était le cas pour l’ancienne médaille britannique. Depuis 2002, les barrettes sont cousues au centre du ruban.

Barrette(s)

Cette médaille est décernée avec une barrette simple sur laquelle est inscrite l’année de l’épreuve; toute attribution subséquente de cette médaille est dénotée uniquement par une barrette supplémentaire.

Port de l’insigne

La médaille se porte conformément à l’ordre de préséance prescrit dans la Directive canadienne sur les ordres, décorations et médailles, et de la façon suivante : sur le côté gauche de la poitrine, suspendue au ruban décrit ci-dessus, après la Médaille pour services distingués des agents de la paix et avant la Médaille du service de l’Ordre très vénérable de Saint-Jean de Jérusalem.

Initiales honorifiques

L’utilisation d’initiales honorifiques n’est pas permise pour cette médaille.

Notes historiques

Jusqu’en 1991, la médaille décernée au Canada était identique à son équivalent britannique.

La médaille actuelle a été dessinée par Bruce Beatty.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :