Document d'information

Archivé - Document d'information - Perspectives de l’économie canadienne

Depuis 1994, le gouvernement fonde sa planification budgétaire sur la moyenne des prévisions économiques du secteur privé, ce qui confère un élément d’indépendance à ses prévisions budgétaires. Les prévisions économiques présentées dans cette section sont fondées sur une enquête réalisée pendant la première semaine de février 2016.

Compte tenu du climat économique actuel marqué par une incertitude accrue, le gouvernement présente les perspectives économiques et budgétaires actuelles sur un horizon de deux ans. Il continuera de surveiller étroitement l’évolution de la situation économique et financière et présentera de plus amples renseignements sur les perspectives dans le budget de 2016.

Lors de l’enquête de février 2016, les économistes du secteur privé ont révisé à la baisse leurs prévisions à court terme concernant la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel et l’inflation du PIB par rapport à celles publiées dans la Mise à jour des projections économiques et budgétaires de novembre 2015 (la Mise à jour de l’automne). Ils tenaient ainsi compte de l’incidence de la chute des prix du pétrole brut depuis la Mise à jour et de l’incertitude accrue et persistante sur la scène économique mondiale (graphique 1).

Les économistes du secteur privé s’attendent maintenant à une croissance du PIB réel de 1,4 % en 2016, en baisse par rapport au taux de 2,0 % prévu au moment de la Mise à jour de l’automne, et une croissance de 2,2 % en 2017, soit le rythme prévu au moment de la Mise à jour. Les prévisions du secteur privé figurent au tableau A.1 de l’annexe A du présent document.

Dans le cas du pétrole brut West Texas Intermediate (WTI), les économistes s’attendent maintenant à un prix moyen de 40 dollars américains le baril pour 2016, comparativement à 54 dollars américains le baril au moment de la Mise à jour de l’automne. Les prix moins élevés du pétrole brut ont incité les économistes du secteur privé à réviser à la baisse leurs prévisions en ce qui concerne l’inflation du PIB (l’indicateur le plus large de l’inflation des prix à l’échelle de l’économie) en 2016. D’après l’enquête de février, l’inflation du PIB devrait s’établir à 1,0 % en 2016, ce qui représente une baisse par rapport au taux de 2,1 % prévu lors de la Mise à jour de l’automne.

Depuis la Mise à jour de l'automne 2015, les économistes du secteur privé ont nettement révisé à la baisse leurs prévisions à court terme concernant la croissance du PIB réel et les prix du pétrole
Graphique 1
Graphique 1a - Croissance prévue du PIB réel
Sources : Statistique Canada; pour la Mise à jour de l'automne 2015, enquête d'octobre 2015 du ministère des Finances auprès d'économistes du secteur privé; enquête de février 2016 du ministère des Finances auprès d'économistes du secteur privé.
Graphique 1b - Prix prévus du pétrole brut WTI
Sources : Commodity Research Bureau; pour la Mise à jour de l'automne 2015, enquête d'octobre 2015 du ministère des Finances auprès d'économistes du secteur privé; enquête de février 2016 du ministère des Finances auprès d'économistes du secteur privé.

Compte tenu de l’évolution de la situation, la croissance du PIB nominal pour 2016 prévue lors de l’enquête de février s’établit à 2,4 %, comparativement à 4,2 % au moment de la Mise à jour de l’automne. Le PIB nominal prévu lors de l’enquête de février 2016 pour les années 2016 et 2017 est inférieur de plus de 20 milliards de dollars par année comparativement au niveau anticipé dans la Mise à jour, après l’ajustement aux fins de planification.

Le 12 février 2016, le ministre des Finances a rencontré des économistes du secteur privé afin de discuter des prévisions économiques établies lors de l’enquête de février 2016, ainsi que des risques entourant les perspectives. La moyenne des prévisions du secteur privé indique que la faiblesse de la situation économique mondiale et le choc des prix du pétrole devraient continuer de peser sur l’économie du Canada en 2016.

Étant donné les risques indiqués ci-dessus, le gouvernement a jugé qu’il convenait, aux fins de la planification budgétaire, d’ajuster à la baisse les prévisions du secteur privé à l’égard du PIB nominal (l’indicateur le plus large de l’assiette fiscale) de 40 milliards de dollars par année pour 2016 et 2017 (tableau 1). Cela correspond généralement à une réduction des prévisions moyennes de croissance du secteur privé à l’égard du PIB nominal de 2 % pour 2016.

Tableau 1
Hypothèses de planification de février 2016 concernant le PIB nominal
G$

2015 2016 2017
Mise à jour de l’automne 2015 (après l’ajustement aux fins de planification)1 1 983 2 057 2 153
Enquête de février 2016 1 988 2 036 2 129
Écart entre l’enquête de février 2016 et la Mise à jour de l’automne 2015 (après l’ajustement aux fins de planification)1 5 -21 -23
Ajustement des prévisions -40 -40
Enquête de février 2016 (après l’ajustement aux fins de planification) 1 988 1 996 2 089
Écart entre les hypothèses aux fins de planification de l’enquête de février 2016 (après l’ajustement aux fins de planification) et celles de la Mise à jour de l’automne 2015 5 -61 -63
1 Les chiffres ont été redressés en raison de la révision historique du Système de comptabilité nationale du Canada publiée par Statistique Canada.
Sources : Pour la Mise à jour de l’automne 2015, enquête d’octobre 2015 du ministère des Finances auprès d’économistes du secteur privé; enquête de février 2016 du ministère des Finances auprès d’économistes du secteur privé

La variation du PIB nominal prévu aux fins de planification entre la Mise à jour de l’automne 2015 et l’enquête de février 2016 se chiffre à plus de 60 milliards de dollars par année pour 2016 et 2017.

Le gouvernement continuera d’analyser l’évolution de la situation économique et les risques connexes afin de déterminer s’il conviendra de maintenir cet ajustement des prévisions à l’avenir. L’ajustement comporte une incidence budgétaire d’environ 6 milliards de dollars par année en 2016-2017 et en 2017-2018.

Compte tenu des résultats de l’enquête de février, de l’ajustement appliqué aux prévisions du secteur privé concernant le PIB nominal et de l’évolution de la situation budgétaire depuis la Mise à jour de l’automne, le solde budgétaire devrait correspondre à un déficit de 18,4 milliards de dollars pour 2016-2017 et de 15,5 milliards pour 2017-2018 (graphique 2). On observe toutefois une légère amélioration de 0,7 milliard du solde projeté pour 2015-2016, laquelle se traduit par un déficit de 2,3 milliards.

L’annexe B présente un résumé de l’incidence de l’évolution de la situation économique et budgétaire depuis la Mise à jour de l’automne dans le tableau B.1, ainsi que la situation financière révisée du gouvernement dans le tableau B.2.

Les perspectives budgétaires se sont détériorées depuis la Mise à jour de l'automne

Graphique 2 - Solde budgétaire
Source : Ministère des Finances.

Le gouvernement est résolu à offrir le soutien dont l’économie a besoin, et ce, d’une façon responsable sur le plan budgétaire. En particulier, il maintient son engagement de maintenir un faible ratio de la dette au PIB et de placer ce ratio sur une trajectoire descendante. Vu le degré élevé d’incertitude économique, le gouvernement continuera de veiller à ce que les nouveaux investissements soient étroitement liés à une croissance économique qui renforce la classe moyenne et soutienne les personnes qui travaillent fort pour en faire partie, tout en préservant l’avantage d’un faible niveau d’endettement.

Tableau A.1
Moyenne des prévisions du secteur privé
%, sauf indication contraire

2015 2016 2017
Croissance du PIB réel
Budget de 20151 2,1 2,2 2,3
Mise à jour de l’automne 20151 1,3 2,0 2,2
Enquête de février 2016 1,2 1,4 2,2
Inflation du PIB
Budget de 20151 -0,3 2,6 2,3
Mise à jour de l’automne 20151 -0,3 2,1 2,4
Enquête de février 2016 -0,4 1,0 2,4
Croissance du PIB nominal
Budget de 20151 1,8 4,9 4,7
Mise à jour de l’automne 20151 1,0 4,2 4,6
Enquête de février 2016 0,7 2,4 4,6
PIB nominal (G$)
Budget de 20151 2 008 2 106 2 204
Mise à jour de l’automne 20151 1 993 2 077 2 173
Mise à jour de l’automne 2015 après l’ajustement aux fins de planification1 1 983 2 057 2 153
Enquête de février 2016 1 988 2 036 2 129
Écart entre l’enquête de février 2016 et la Mise à jour de l’automne 2015 après l’ajustement aux fins de planification1 5 -21 -23
Taux des bons du Trésor à 3 mois
Budget de 2015 0,6 1,0 2,0
Mise à jour de l’automne 2015 0,5 0,6 1,3
Enquête de février 2016 0,5 0,5 0,7
Taux des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans
Budget de 2015 1,7 2,5 3,2
Mise à jour de l’automne 2015 1,5 2,1 2,8
Enquête de février 2016 1,5 1,6 2,3
Taux de change (cents US / $CAN)
Budget de 2015 79,2 80,8 83,6
Mise à jour de l’automne 2015 78,2 75,4 78,8
Enquête de février 2016 78,3 72,1 75,9
Taux de chômage
Budget de 2015 6,7 6,6 6,3
Mise à jour de l’automne 2015 6,8 6,8 6,6
Enquête de février 2016 6,9 7,1 6,9
Inflation de l’IPC
Budget de 2015 0,9 2,2 2,0
Mise à jour de l’automne 2015 1,2 2,0 2,1
Enquête de février 2016 1,1 1,6 2,0
Croissance du PIB réel aux États-Unis
Budget de 2015 3,1 2,9 2,6
Mise à jour de l’automne 2015 2,6 2,7 2,6
Enquête de février 2016 2,4 2,3 2,4
Prix du pétrole brut WTI ($US / baril)
Budget de 2015 54 67 75
Mise à jour de l’automne 2015 49 54 64
Enquête de février 2016 49 40 52
1 Les chiffres ont été redressés en raison de la révision historique du Système de comptabilité nationale du Canada publiée par Statistique Canada.
Sources : Pour le budget de 2015, enquête de mars 2015 du ministère des Finances auprès d’économistes du secteur privé; pour la Mise à jour de l’automne 2015, enquête d’octobre 2015 du ministère des Finances auprès d’économistes du secteur privé; enquête de février 2016 du ministère des Finances auprès d’économistes du secteur privé

Tableau B.1
Sommaire de l’évolution de la situation économique et budgétaire depuis la Mise à jour de l’automne
G$

Projections

2015-2016 2016-2017 2017-2018
Solde budgétaire selon la Mise à jour de l’automne -3,0 -3,9 -2,4
Évolution de la situation économique et budgétaire depuis la Mise à jour de l’automne1 0,7 -14,5 -13,1
Dont les facteurs principaux :
Baisse d’impôt pour la classe moyenne et autres mesures fiscales annoncées en décembre -0,4 -1,3 -1,2
Paiement de stabilisation à l’Alberta -0,3
Réfugiés syriens -0,4 -0,2 -0,1
Remboursement de Pratt & Whitney Canada (coût net) 1,0 0,0 -0,1
Annulation des économies liées aux congés de maladie -0,9 -0,2 -0,2
Stratégie pangouvernementale en Irak, en Syrie, en Jordanie et au Liban -0,5 -0,5
Programme Emplois d’été Canada -0,1 -0,1

Total partiel -0,8 -2,3 -2,1
Solde budgétaire révisé -2,3 -18,4 -15,5

Évolution de la situation économique et budgétaire par composante1 :
Revenus budgétaires
Impôt sur le revenu des particuliers 0,4 -7,6 -5,9
Impôt sur le revenu des sociétés 2,1 -1,2 -1,0
Autres revenus fiscaux -0,2 -1,7 -1,6
Cotisations d’assurance-emploi -0,2 -0,3 -0,2
Autres revenus 0,3 -1,4 -1,5

Total 2,4 -12,2 -10,2
Charges de programmes
Principaux transferts aux particuliers 0,4 0,2 0,5
Principaux transferts aux autres administrations -0,6 -0,3 0,0
Charges de programmes directes -1,8 -2,5 -4,4

Total -1,9 -2,6 -3,9
Frais de la dette publique 0,2 0,2 1,0
Total – Évolution de la situation économique et budgétaire 0,7 -14,5 -13,1
Nota – Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué. 1 Un nombre négatif indique une détérioration du solde budgétaire (en raison d’une baisse des revenus ou d’une hausse des dépenses), alors qu’un nombre positif indique une amélioration du solde budgétaire (en raison d’une hausse des revenus ou d’une baisse des dépenses).

Malgré les difficultés économiques actuelles, les perspectives budgétaires de 2015-2016 se sont légèrement améliorées, passant d’un déficit projeté de 3,0 milliards de dollars à un déficit de 2,3 milliards, découlant de la vigueur continue des revenus mensuels, particulièrement au titre de l’impôt sur le revenu des sociétés. Les perspectives plus favorables au chapitre des revenus sont partiellement compensées par la hausse des dépenses projetées liée aux décisions prises depuis la Mise à jour de l’automne.

Pour les exercices 2016-2017 et 2017-2018, les variations des revenus et des charges sont les suivantes :

Le tableau B.2 résume la situation budgétaire du gouvernement sur la durée de la période de prévision. Les projections sont fondées sur les prévisions économiques du secteur privé de février 2016; elles ont été ajustées aux fins de planification et tiennent compte de l’évolution de la situation budgétaire depuis la Mise à jour de l’automne.

Tableau B.2
État sommaire des opérations
G$

Projections

2015-2016 2016-2017 2017-2018
Revenus budgétaires 290,8 286,1 298,8
Charges de programmes 267,4 278,9 288,1
Frais de la dette publique 25,7 25,6 26,2

Total des charges 293,1 304,5 314,3
Solde budgétaire -2,3 -18,4 -15,5
Dette fédérale1 616,2 634,6 650,1
% du PIB
Revenus budgétaires 14,6 14,3 14,3
Charges de programmes 13,5 14,0 13,8
Frais de la dette publique 1,3 1,3 1,3
Solde budgétaire -0,1 -0,9 -0,7
Dette fédérale 31,0 31,8 31,1
Nota – Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué. 1 Le niveau projeté de la dette fédérale pour 2015-2016 prend en compte une estimation des autres éléments du résultat global.

Recherche d'information connexe par mot-clés

L'hon. William Francis Morneau Finances Canada Gouvernement et vie politique

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :