Déclaration conjointe sur la suspension temporaire des négociations techniques au sein du Groupe de travail international sur les crédits à l’exportation

Ankara/Berne/Brasilia/Bruxelles/Canberra/Oslo/Ottawa/Séoul/Tokyo/Washington/Wellington

19 novembre 2020

Nous, les vice-ministres du Groupe de travail international sur les crédits à l'exportation énumérés ci-dessous, croyons que les progrès réalisés dans les négociations techniques au sein du GTI exigent un consensus parmi les membres sur certaines questions fondamentales. Il s'agit notamment de la transparence des conditions offertes dans les transactions de financement à l'exportation, ainsi que d'une étendue qui s'applique à la fois aux exportations de biens et de services et à l'engagement envers les normes internationales de viabilité de la dette.

L'objectif du GTI était de s'entendre sur un nouvel ensemble de disciplines internationales parmi les principaux fournisseurs mondiaux de soutien gouvernemental au crédit à l'exportation. Le GTI est composé de 18 membres : Afrique du Sud, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée, États-Unis, Inde, Indonésie, Israël, Japon, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Norvège, Russie, Suisse, Turquie et Union européenne.

Après huit années de consultations, les positions des membres du GTI demeurent sensiblement divergentes en ce qui concerne les engagements sur ces questions fondamentales, en particulier la transparence. Par conséquent, nous ne pouvons justifier la poursuite de la participation aux négociations techniques du GTI tant que les membres n'auront pas pris les engagements de haut niveau nécessaires qui permettront la reprise des négociations techniques. Au cours de cette suspension de nouvelles négociations techniques, nous resterons ouverts à l'examen de propositions crédibles, en particulier sur la transparence, par les gouvernements membres du GTI pour discussion au niveau vice-ministériel. Nous sommes ouverts à tenir une réunion de haut niveau dans un an pour évaluer si les conditions sont propices à une reprise des négociations. Cette réunion pourrait avoir lieu à une date antérieure si les engagements nécessaires ont été pris.

Helen Stylianou, première secrétaire adjointe, ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, Australie

Sarquis José Buainain Sarquis, secrétaire au commerce extérieur et aux affaires économiques, ministère des Affaires étrangères, Brésil

Ava Yaskiel, sous-ministre déléguée, ministère des Finances, Canada

Sabine Weyand, directrice générale du commerce, Commission européenne

Maarten Verwey, directeur général des affaires économiques et financières, Commission européenne

Shigehiro Tanaka, vice-ministre, ministère de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie, Japon

Tae Sik Yoon, sous-ministre des Affaires internationales, Corée

Andrew Hagan, sous-secrétaire, Trésorerie, Nouvelle-Zélande

Lucie Katrine Sunde-Eidem, secrétaire d'État du ministre du Commerce et de l'Industrie, Norvège

Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, secrétaire d'État, Secrétariat d'État à l'économie, Suisse

Bülent Aksu, sous-ministre, ministère du Trésor et des Finances, Turquie

Brent McIntosh, sous-secrétaire aux Affaires internationales, département du Trésor, États-Unis

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :