DOXA se clôturera avec Any Other Way: The Jackie Shane Story, qui relate le parcours d’une des premières interprètes transgenres noires du monde musical. Cinq documentaires puissants et personnels de l’ONF prennent l’affiche à DOXA 2024.

Communiqué de presse

Le 4 avril 2024 – Vancouver – Office national du film du Canada (ONF)

Le Festival du film documentaire DOXA de Vancouver (qui se déroulera du 2 au 12 mai) présentera des récits extraordinaires de partout au Canada en proposant une sélection de cinq œuvres documentaires éminemment personnelles produites ou coproduites par l’Office national du film du Canada.

Don’t Let the Sun Catch You Crying, des cinéastes winnipegois Natalie Baird et Toby Gillies, sera projeté en première mondiale à DOXA. Dans ce bref documentaire d’animation, l’imagination d’Edith Almadi transcende le deuil et nous révèle un univers artistique vivant porté par l’amour.

La soirée de clôture du festival mettra à l’affiche, en première britanno-colombienneAny Other Way: The Jackie Shane Story (Banger Films/ONF), des réalisateurs torontois Michael Mabbott et Lucah Rosenberg-Lee. Vedette du R&B ayant éclipsé Etta James et Little Richard, la chanteuse de soul noire transgenre Jackie Shane a tracé une voie extraordinaire. Quarante ans après sa disparition soudaine de la scène, cette icône du 20e siècle rétablit enfin les faits.

DOXA proposera également, en première nord-américaine, la fable documentaire immersive A Man Imagined, de Brian M. Cassidy et Melanie Shatzky. Le film brosse un portrait intime et hallucinatoire d’un homme atteint de schizophrénie.

Deux autres premières britanno-colombiennes figurent au programme :

Le court métrage documentaire Am I the skinniest person you’ve ever seen? (Compass Productions/9466-7565 Québec/ONF), de la réalisatrice montréalaise Eisha Marjara, relate l’histoire de deux sœurs qui, pour s’amuser, entreprennent un régime ensemble — jusqu’à ce que leur projet prenne une tournure sombre.

Le long métrage documentaire hybride Wilfred Buck (Door Number 3 Productions/ONF), de la cinéaste anishinaabe Lisa Jackson, établie à Toronto, suit le parcours d’un aîné cri charismatique et irrévérencieux du nom de Wilfred Buck, parvenu à surmonter une déchirante histoire en se réappropriant la connaissance et les rites ancestraux liés aux étoiles.

À propos des films

  • Am I the skinniest person you’ve ever seen? (Suis-je la plus maigre ?), d’Eisha Marjara (22 min) | première britanno-colombienne
    Dossier de presse, version française à venir : mediaspace.nfb.ca/epk/am-i-the-skinniest-person-youve-ever-seen
    Production : Joe Balass (Compass Productions) ; Ariel Nasr (ONF)

« Hé, faisons un régime ensemble ! » Dans une petite ville du Québec, les jeunes Eisha et Seema — plus que sœurs, véritables âmes sœurs — se lancent dans un régime commun, un but commun. Mais leur projet insouciant tourne mal et pousse Eisha au seuil de la mort. Consumée par l’anorexie, l’adolescente lutte contre son propre corps, fragile, coincé entre l’enfance et l’âge adulte. Des décennies plus tard, l’adulte revisite son passé dans une œuvre exquise d’auto-ethnographie, où elle évoque sa jeunesse particulière avec un lyrisme douloureux.

Eisha Marjara a réalisé plusieurs films primés, dont Desperately Seeking Helen, lauréat du prix de la Semaine de la critique de Locarno. Vénus (2017), une comédie dramatique, a remporté le prix EDA du meilleur long métrage de fiction au Festival du film de Whistler et le Prix du meilleur long métrage à Cinequest, entre autres distinctions. Eisha a également signé le roman pour jeunes adultes Faerie (Fée), qui a fait l’objet de critiques élogieuses, et son prochain long métrage, Calorie, en est à l’étape de la postproduction.

  • Any Other Way: The Jackie Shane Story (Vivre et laisser vivre : la voix de Jackie Shane), de Michael Mabbott et Lucah Rosenberg-Lee (99 min) | première britanno-colombienne | *film de clôture
    Dossier de presse : espacemedia.onf.ca/epk/jackie-shane
    Production : Amanda Burt, Sam Dunn, Scot McFadyen et Michael Mabbott (Banger Films) ; Justine Pimlott (ONF)

Nous assistons ici au retour d’une icône. Reconnue pour sa présence électrisante sur scène, la chanteuse de soul transgenre Jackie Shane éclipsait même les plus grands artistes de R&B, déjouant les obstacles avec son talent naturel, son courage et sa franchise absolue. Au moyen de conversations téléphoniques inédites, d’animations éblouissantes et d’une formidable piste audio, sa vie et sa carrière extraordinaires nous sont enfin intégralement révélées dans ce portrait remarquable que signe le producteur exécutif Elliot Page.

Le premier long métrage de Michael Mabbott, The Life and Hard Times of Guy Terrifico, a été présenté en première au Festival international du film de Toronto (TIFF), où il a été acclamé par le public et la critique et a reçu le Prix du meilleur premier long métrage canadien. Sa deuxième réalisation, Citizen Duane, a également été projetée en première au TIFF. Sa première œuvre documentaire, Music Lessons, a été présentée en première à Hot Docs.

Lucah Rosenberg-Lee a été adopté en République dominicaine par une famille de la Ville Reine, où il a développé son amour de l’activisme à travers le cinéma, ainsi que la passion qui le pousse à raconter des histoires sur les plus marginalisés. Lucah a produit et réalisé divers projets cinématographiques, dont Passing et For Nonna Anna, qui ont été projetés au TIFF, à Inside Out et à Sundance.

Brève méditation sur l’amour, le deuil et l’imagination, Don’t Let the Sun Catch You Crying est né d’une collaboration entre Edith Almadi, mère et aînée qui assure la narration du film, et les cinéastes Natalie Baird et Toby Gillies. Sous la forme d’un documentaire d’animation dessiné à la main, cette œuvre poétique célèbre l’existence et le pouvoir transformateur de l’art, qui nous élève et nous transcende. Alliant des dessins colorés aux paroles simples et pourtant magiques d’Edith, le film se penche sur le lien indéfectible qui nous unit aux êtres chers disparus. En rendant hommage à la vie de son fils au sein du cosmos, les dessins d’Edith présentent des couleurs, des formes et des métaphores qui nous rappellent le pouvoir intemporel qu’exercent sur nous l’amour, la gravité et la grâce jusqu’à notre dernier souffle.

Les artistes visuels de Winnipeg Natalie Baird et Toby Gillies partagent, depuis dix ans, une pratique enracinée dans l’expérience et l’exploration axées sur le dessin, la photographie, le cinéma et la collaboration avec les membres de la communauté. Ils s’efforcent, par leur démarche artistique, d’établir des rapports de réciprocité au moyen d’expériences artistiques partagées avec les gens de leur quartier et au-delà — qu’il s’agisse d’unités de soins fermées, de parcs municipaux ou de la banquise de l’Extrême-Arctique canadien. Don’t Let the Sun Catch You Crying est le premier film réalisé à titre professionnel par le tandem.

  • A Man Imagined (Un homme imaginé), de Brian M. Cassidy et Melanie Shatzky (62 min) | première nord-américaine
    Dossier de presse : espacemedia.onf.ca/epk/un-homme-imagine
    Production : Rohan Fernando

Repoussant les limites du cinéma de non-fiction, Un homme imaginé brosse un portrait intime et hallucinatoire d’un homme atteint de schizophrénie. Réalisé en étroite collaboration avec Lloyd, 67 ans, le film suit le parcours en dents de scie d’un homme qui survit dans la rue depuis des décennies, résistant à des hivers rigoureux et à des étés torrides, alors qu’il vend des rebuts aux automobilistes, dort dans des décharges et s’abandonne à des rêveries quasi psychédéliques. Lorsque Lloyd révèle un détail surprenant de son passé, les cinéastes tentent de l’aider à reconstituer une histoire qui semble contenir un mystère indicible en son cœur.

Brian M. Cassidy et Melanie Shatzky se sont vu décerner de nombreux prix pour leur travail et ont été boursiers de MacDowell, de Yaddo et de l’IFP. Leur premier long métrage, Francine, mettant en vedette Melissa Leo, lauréate d’un Oscar, a été décrit comme « brut, intime et réalisé avec une acuité pénétrante » par The Hollywood Reporter et a figuré parmi les choix de la critique du New York Times. POV Magazine a pour sa part estimé que leur film The Patron Saints constituait « l’un des documentaires canadiens les plus puissants de ces dernières années ».

  • Wilfred Buck, de Lisa Jackson (92 min) | première britanno-colombienne
    Dossier de presse, version française à venir : mediaspace.nfb.ca/epk/wilfred-buck
    Production : Lisa Jackson (Door Number 3 Productions) ; Lauren Grant (Clique Pictures) ; Alicia Smith (ONF)

Passant de la Terre aux étoiles et d’hier à aujourd’hui, ce long métrage documentaire hybride suit l’extraordinaire parcours de vie de Wilfred Buck, parvenu à surmonter une déchirante histoire en se réappropriant la connaissance et les rites ancestraux liés aux étoiles. Le film est une adaptation des mémoires de Wilfred Buck, I Have Lived Four Lives. Jennifer Baichwal, Nicholas de Pencier et David Christensen (ONF) en ont assuré la production exécutive.

Lauréate de deux prix Écrans canadiens et en nomination pour un prix Webby, la cinéaste anishinaabe (Aamjiwnaang) Lisa Jackson a vu ses films projetés dans les grands festivals, dont Sundance, Tribeca, SXSW, London BFI et Hot Docs. L’expérience de réalité virtuelle Biidaaban: First Light, qu’elle a créée en 2018 pour l’ONF, a été visionnée par plus de 25 000 personnes. Son film Indictment, qui a remporté le Prix du meilleur documentaire au festival imagineNATIVE, est parmi les documentaires les plus visionnés de la CBC. Lisa Jackson s’est également vu décerner le prix Chicken & Egg 2022, ainsi que le prix DOC Vanguard 2021.

– 30 –

Restez branchés

Espace de visionnage en ligne à ONF.ca
Facebook ONF | Twitter ONF | Instagram ONF | Blogue ONF | YouTube ONF | Vimeo ONF
Perspective du conservateur | Les mots des cinéastes

L’ONF en bref

Personnes-ressources

Sophie St-Pierre
Attachée de presse, ONF
C. : 438-336-6449
s.st-pierre@onf.ca

Lily Robert
Directrice, Communications et affaires publiques, ONF
Cell. : 514-296-8261
l.robert@onf.ca

Détails de la page

Date de modification :