Simon Fraser (1776-1862)

Document d'information

Né au Vermont, en 1776, Simon Fraser est l’un des premiers explorateurs d’origine européenne à parcourir l’intérieur de la Colombie‑Britannique et le premier à descendre, en 1808, le fleuve qui porte aujourd’hui son nom; il était accompagné de guides des Premières Nations Tse'Khene, Secwepemc, St'at'imc, Nlaka'pamux et Sto:lo, de voyageurs canadiens-français et d’autres personnes et il a acquis des connaissances auprès des peuples autochtones qu’il a rencontrés chemin faisant. Son expédition sur le fleuve Fraser constitue l’un des plus glorieux exploits du genre au Canada.

Fraser est partenaire de la Compagnie du Nord-Ouest à l’époque où la concurrence règne dans le commerce de la fourrure. Il commence sa carrière en 1792, comme apprenti commis à Montréal. Promu au poste d’hivernant en 1801, il est responsable de la gestion de certains des postes de l’entreprise, ainsi que des activités pratiques d’acquisition des fourrures auprès de la population locale. Son ascension coïncide avec la montée de la Compagnie du Nord‑Ouest à titre de force commerciale importante. Elle contrôle plus des deux tiers de la traite des fourrures au Canada avant de finalement fusionner avec son principal concurrent, la Compagnie de la Baie d’Hudson, en 1821. L’expansion de la Compagnie du Nord‑Ouest s’explique en grande partie par la contribution d’explorateurs comme Alexander Mackenzie, Simon Fraser et David Thompson, qui ont tous travaillé pour l’entreprise durant cette période.

Comme de nombreux explorateurs et commerçants de fourrures de cette époque, Fraser sait qu’il a besoin de l’aide et des connaissances des peuples autochtones. Il effectue l’exploration du fleuve Fraser (qu’il pensait alors être le fleuve Columbia) en compagnie d’une vingtaine d’hommes, dont des voyageurs canadiens-français, des commis écossais, des chasseurs métis et des guides autochtones. Avant de pénétrer dans les territoires des Premières Nations, il envoie souvent des représentants autochtones pour informer les collectivités locales de son arrivée imminente et les rassurer sur les intentions pacifiques de son groupe. Les groupes autochtones rencontrés lors de l’expédition fournissent aux voyageurs des renseignements, des conseils, des guides, de la nourriture et des canots essentiels. Les récits oraux des voyages de Fraser se sont transmis dans plusieurs des collectivités rencontrées.

Les expéditions de Fraser et les postes de traite qu’il a créés favorisent l’expansion de la Compagnie du Nord‑Ouest au-delà des Rocheuses et, par conséquent, une présence britannique permanente sur un territoire non encore cartographié par les Européens. L’explorateur est en quête d’une voie navigable qui mène de l’intérieur des terres à la côte. Entre 1805 et 1808, il traverse les Rocheuses et s’emploie à tracer le parcours du fleuve Columbia jusqu’à son embouchure, et ce, en donnant le nom de Nouvelle-Calédonie à la région qui constitue aujourd’hui le centre‑nord de la province. Il établit le fort McLeod en 1805, premier peuplement européen permanent à l’ouest des Rocheuses, sur le territoire de l’actuelle Colombie‑Britannique. L’année suivante, il établit fort St. James, fort Fraser et fort George (aujourd’hui Prince George). En 1808, il effectue son dernier voyage, qui fut aussi le plus difficile, avec un groupe de 24 hommes sur une rivière menant au détroit de Georgia; il découvre alors qu’il ne s’agit pas du fleuve Columbia, comme il le pensait, mais plutôt d’un autre cours d’eau, le fleuve Fraser.

Simon Fraser n’a pas réussi à trouver une voie d’eau viable menant au Pacifique pour la Compagnie du Nord‑Ouest, son expédition ayant fait face à de dangereux et difficiles canyons, plus particulièrement le canyon  Hell Gate et le Black Canyon sur le fleuve Fraser. Ses expéditions ont toutefois favorisé la découverte éventuelle d’un lien navigable entre le Pacifique et l’intérieur de la Colombie‑Britannique. En plus de mettre en place les premiers établissements européens de la Colombie‑Britannique, il a contribué aux ambitions continentales de l’un des empires commerciaux les plus importants du 19siècle au Canada. Enfin, Fraser prit sa retraite de la Compagnie du Nord-Ouest, se maria en 1820 et s’établit près de Cornwall, en Ontario. Il est décédé en août 1862, à l’âge de 86 ans.

-30-

Produit connexe

Simon Fraser descend le fleuve Fraser, 1808. (Bibliothèque et Archives Canada).


Recherche d'information connexe par mot-clés

Parcs Canada Histoire et archéologie

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :