Le gouvernement du Canada annonce la désignation de trois nouveaux phares patrimoniaux dans les Maritimes 

Communiqué de presse

Le phare de Margaretsville, le phare de la pointe à Jérôme (phare avant) et le phare de Caissie Point désormais protégés en vertu de la Loi sur la protection des phares patrimoniaux.

Le 2 juin 2022                           Ottawa (Ontario)                   Agence Parcs Canada

Les lieux patrimoniaux sont le reflet de la richesse et de la diversité des histoires du Canada et donnent une occasion d’en apprendre davantage sur notre histoire diversifiée.

Aujourd’hui, l’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, a annoncé la désignation du phare de Margaretsville, en Nouvelle-Écosse, ainsi que la désignation du phare de la pointe à Jérôme (phare avant) et du phare de Caissie Point, tous deux au Nouveau-Brunswick, comme phares patrimoniaux en vertu de la Loi sur la protection des phares patrimoniaux du Canada.

Construit en 1859, le phare de Margaretsville a été l’un des premiers phares établis du côté néo-écossais de la baie de Fundy. Le phare de Caissie Point, construit en 1872 dans le village de Cap-de-Caissie, sur la côte sud-est du Nouveau-Brunswick, était considéré comme l’un des phares les plus importants construits sur le détroit de Northumberland en raison du nombre de navires faisant le commerce de marchandises au port de Shediac. Le phare de la pointe à Jérôme (phare avant) a été construit en 1916 près de la ville de Bouctouche, au Nouveau-Brunswick, et fait partie de la deuxième génération de feux d’alignement pour marquer le port de Bouctouche.

Ces nouvelles désignations portent à 109 le nombre total de phares répartis dans huit provinces qui sont maintenant protégés en vertu de la Loi sur la protection des phares patrimoniaux. On compte parmi ces désignations quelques-uns des phares les plus importants du pays sur les plans architectural et historique, notamment le phare de Fisgard en Colombie-Britannique, le phare de l’île du Pot à l’Eau-de-Vie au Québec, et le phare de Point Amour à Terre-Neuve-et-Labrador, de précieux symboles du patrimoine maritime de notre pays.

Le gouvernement du Canada continue de travailler en collaboration avec les groupes communautaires et les autres ordres de gouvernement afin de faciliter la désignation des phares patrimoniaux et d’assurer leur protection pour le bénéfice et le plaisir des générations futures. Les désignations en vertu de la Loi sur la protection des phares patrimoniaux sont faites par le ministre de l’Environnement et du Changement climatique sur la recommandation de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

                                                                                                                        -30-

Multimédia supplémentaire

IMAGE DE GAUCHE: Phare de Margaretsville, Nouvelle-Écosse. Crédit pour l’image : Pêches et Océans Canada IMAGE DU MILIEU: Phare de la pointe à Jérôme (phare avant), Nouveau-Brunswick. Crédit pour l’image: Contentworks, Inc. IMAGE DE DROITE: Phare de Caissie Point, Nouveau-Brunswick. Crédit pour l’image : Pêches et Océans Canada

Citations

« Je suis fier d’ajouter ces trois phares à la famille des phares patrimoniaux désignés. Les phares symbolisent depuis longtemps la force, la sécurité et un port sûr, jouant un rôle crucial dans la protection des marins. Le gouvernement du Canada s’est engagé à préserver autant d’exemples que possible de ces symboles importants de notre patrimoine maritime pour les générations futures. »

L’honorable Steven Guilbeault
Ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada

 

« Le phare de la pointe à Jérôme (phare avant) et le phare de Caissie Point témoignent de l’étroite relation du Nouveau-Brunswick avec l’océan Atlantique et ses abondantes ressources. En les désignant en vertu de la Loi sur la protection des phares patrimoniaux, notre gouvernement s’assure qu’ils demeurent une composante intégrale de notre paysage côtier pour les générations futures. »

L’honorable Dominic LeBlanc
Ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités et député de Beauséjour, Nouveau-Brunswick

« Les phares ont servi et continuent de servir des usages importants dans nos communautés côtières. Je suis fier que notre gouvernement investisse pour préserver ces points d’intérêt importants et historiques dans les Maritimes. »

Kody Blois
Député de Kings-Hants, Nouvelle-Écosse

Faits en bref

  • Le phare de Margaretsville est une tour de phare carrée et effilée de 9,7 mètres (32 pieds) de haut, dotée d’une large marque de jour horizontale noire et d’un toit noir sur la lanterne, ce qui est unique en Nouvelle-Écosse. Ruth Earley, gardienne de 1907 à 1910, a été l’une des premières femmes à occuper officiellement le poste de gardienne en Nouvelle-Écosse. 

  • Le phare de Caissie Point, situé au Nouveau-Brunswick, est un phare en bois de 13,9 mètres (45,6 pieds) de haut, carré et effilé. Le phare continue de guider les navigateurs et les bateaux de plaisance sur la mer.

  • Le phare de la pointe à Jérôme (phare avant), situé sur le côté nord du port de Bouctouche au Nouveau-Brunswick, est une tour en bois carrée et effilée de 6,3 mètres (20,6 pieds) de haut. Il est considéré comme un excellent exemple du style de phare en bois, de forme carrée et conique, et continue de servir de repère aux marins qui naviguent dans le chenal d’accès au port. 

  • Parmi les 109 phares patrimoniaux désignés, 43 sont gérés par le gouvernement fédéral et 66 sont gérés par de nouveaux propriétaires non fédéraux. 

  • La Loi sur la protection des phares patrimoniaux a été établie en 2010 pour protéger les phares ayant une valeur patrimoniale importante qui appartiennent au gouvernement fédéral. La Loi protège le caractère patrimonial des phares désignés et oblige les propriétaires à les entretenir de façon raisonnable.

  • Les désignations en vertu de la Loi sur la protection des phares patrimoniaux sont faites par le ministre de l’Environnement et du Changement climatique sur la recommandation de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

  • Créée en 1919, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada conseille le ministre de l’Environnement et du Changement climatique sur l’importance historique nationale des personnes, des lieux et des événements qui ont marqué l’histoire du Canada. En collaboration avec Parcs Canada, la Commission s’assure que les éléments revêtant une importance historique nationale sont reconnus et que ces histoires importantes sont communiquées à la population canadienne.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Kaitlin Power
Attachée de presse     
Cabinet du ministre de l’Environnement et du Changement climatique
819-230-1557
kaitlin.power@ec.gc.ca


Relations avec les médias
Agence Parcs Canada
1-855-862-1812
pc.media@pc.gc.ca

 

Détails de la page

Date de modification :