Équipe Moskaliuk

Membres de l’équipe

Wiktor Moskaliuk, Architecte, AECOM
Larysa Kurylas, Artiste, The Kurylas Studio
Claire Bedat, Architecte paysagiste, AECOM
Alan Becking, Architecte paysagiste, AECOM

Esprit du design

Égalité, libertés, justice et représentation. Ces quatre principes, qui garantissent les droits des citoyens dans une démocratie, sont inscrits sur des piliers de granit blanc solidement ancrés à la roche mère, dans le Jardin des provinces et des territoires, à Ottawa.

Le monument se trouve au centre d’un espace ovale propice à la contemplation, qui symbolise le refuge qu’est le Canada. Rayonnant à partir du centre du monument, 200 lames de bronze – dignes silhouettes érigées en pleine terre parmi les plantes – rappellent aux visiteurs le triomphe de l’esprit humain face à la nature déshumanisante et oppressive des régimes communistes. Les noms de cinq victimes honorées par leurs familles canadiennes sont gravés sur chacune de ces lames. Mille histoires de la répression communiste seront rendues accessibles grâce à des liens Internet. Chaque lame représente aussi 500 000 victimes, l’ensemble représentant en tout près de 100 millions de morts attribuées au communisme dans le monde.

Transcription de Monument aux victimes du communisme : Video - Équipe Moskaliuk

La narration de cette vidéo est traduite de l’anglais au français.

Les éléments visuels décrits dans la vidéo sont en animation 3D.

Larysa Kurylas (artiste) : « Égalité, libertés, justice et représentation. Ces quatre principes, qui garantissent les droits des citoyens dans une démocratie, sont inscrits sur des piliers de granit blanc solidement ancrés à la roche mère, dans le Jardin des provinces et des territoires, à Ottawa. »

[Texte à l’écran (traduit de l’anglais au français) :
Égalité
Libertés
Justice
Représentation]

[Vues du lieu commémoratif montrant quatre piliers cunéiformes en granit blanc de quatre mètres de haut, installés dans un espace ovale pavé dans un substrat rocheux d’environ dix mètres de diamètre. Cet espace est entouré de deux cents colonnes en bronze et élancées de 1,8 mètre, appelées lames, qui rayonnent en 14 groupes]

[On voit les visiteurs qui approchent le monument commémoratif et le regardent]

Larysa Kurylas : « Venues de partout dans le monde, des victimes du communisme ont trouvé refuge au Canada. Elles ont trouvé l’égalité des chances dans la recherche du bonheur et du succès. Elles ont trouvé les libertés de religion, de parole et de réunion, entre autres. Elles ont trouvé la justice et un traitement équitable en vertu de la loi. »

[Vues de visiteurs en train de marcher le long des sentiers à travers le Jardin des provinces et des territoires menant au monument commémoratif]

Larysa Kurylas : « Et elles ont trouvé un système de représentation garantissant le droit à l’autonomie gouvernementale. La démocratie protège ces droits fondamentaux de la personne, un fait compris implicitement par les centaines de milliers de réfugiés des régimes communistes qui ont finalement trouvé la dignité en vivant au Canada. »

[Vue des bancs qui font face à l’espace ovale central, et des plantations avoisinantes]

Larysa Kurylas : « Le monument se trouve au centre d’un espace ovale propice à la contemplation, qui symbolise le refuge qu’est le Canada. »

[Vue de l’entrée du lieu commémoratif présentant une grande structure en bronze en forme de triangle avec le nom du monument commémoratif et une inscription]

Larysa Kurylas : « Rayonnant à partir du centre du monument, 200 lames de bronze – dignes silhouettes érigées en pleine terre parmi les plantes – rappellent aux visiteurs le triomphe de l’esprit humain face à la nature déshumanisante et oppressive des régimes communistes. »

[Vue du monument commémoratif illuminé la nuit]

Larysa Kurylas : « Les noms de cinq victimes honorées par leurs familles canadiennes sont gravés sur chacune de ces lames. Mille histoires de la répression communiste seront rendues accessibles grâce à des liens Internet. Chaque lame représente aussi 500 000 victimes, l’ensemble représentant en tout près de 100 millions de morts attribuées au communisme dans le monde. »

[Texte à l’écran (traduit de l’anglais au français) :
Monument aux victimes du communisme
Le Canada, une terre d’accueil
Architecte chef/ Chef de projet
Wiktor Moskaliuk, OAA
AECOM Canada Architects Ltd.
Artiste
Larysa Kurylas
The Kurylas Studio
Architecte paysagiste
Claire Bedat, RLA
AECOM]

[AECOM The Kurylas AS Studio]

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :