Épaulards résidents du sud

Document d'information

Le gouvernement du Canada s’est engagé à prendre des mesures pour soutenir le rétablissement de l’épaulard résident du sud au large de la Colombie-Britannique. Il faudra notamment réduire les effets des contaminants persistants qui menacent son rétablissement, améliorer l’accès à un approvisionnement en nourriture adéquat et diminuer le niveau de bruits sous-marins dans son habitat. Le gouvernement s’emploie également à consolider les connaissances scientifiques, en lançant de nouvelles recherches sur les effets cumulatifs, afin d’établir une base pour orienter les mesures à venir et diminuer les effets du bruit sous-marin des navires.

Transports Canada dirige les travaux visant à réduire les effets du bruit sous-marin des navires, tandis que Pêches et Océans Canada est responsable du rétablissement global de l’espèce.

Voici des exemples de mesures qui aideront la population d’épaulards résidents du sud :

  • Avec l’appui financier du gouvernement du Canada, l’Institut de recherche océanographique côtière a tenu du 1er au 3 mai 2017 un atelier de trois jours avec des experts internationaux et nationaux en pollution par le bruit pour recommander la meilleure façon de mesurer les caractéristiques du bruit qui a le plus d’effets sur l’épaulard résident du sud. Ce travail comprenait l’élaboration d’un cadre pour orienter et évaluer les futures mesures d’atténuation tout en aidant à détecter, à mesurer et à décrire les changements dans la qualité de l’environnement acoustique des baleines.
  • Pêches et Océans Canada a été invité à fournir des conseils scientifiques dans le cadre d’un processus national d’examen par les pairs au Secrétariat canadien de consultation scientifique. Celui‑ci a permis d’évaluer les mesures éventuelles d’atténuation visant à réduire le bruit causé par les navires dans les habitats de l’épaulard résident du sud. Le Secrétariat canadien de consultation scientifique applique un processus d’examen par les pairs qui rassemble des scientifiques du milieu universitaire ainsi que des membres d’organisations gouvernementales et non gouvernementales. Il fournit des conseils et des recommandations techniques sur des questions scientifiques posées par le gouvernement. Une fois terminé, le rapport sera affiché sur le site Web du Secrétariat canadien de consultation scientifique.
  • Le gouvernement du Canada travaille avec l’entreprise JASCO Applied Sciences (Canada) Ltd pour étudier divers scénarios d’atténuation susceptibles de réduire les effets du bruit des navires dans les habitats de l’épaulard résident du sud. JASCO s’emploie à développer des modèles informatiques acoustiques qui prédisent les effets du bruit des navires et des autres sources de bruit industriel sur les écosystèmes marins. Le rapport de l’entreprise sera prêt sous peu et le gouvernement du Canada l’examinera avec intérêt.
  • En plus d’étudier les effets du bruit sur les épaulards résidents du sud et de favoriser une meilleure compréhension globale de l’espèce, le gouvernement du Canada organise un symposium à Vancouver les 11 et 12 octobre 2017. L’objet de ce symposium sur les épaulards résidents du sud sera de favoriser le dialogue et de mieux comprendre les options et responsabilités partagées liées à la protection et au soutien du rétablissement de cette espèce. Le symposium réunira des scientifiques, d’autres experts et des représentants gouvernementaux. Il permettra de développer les relations et les partenariats requis pour protéger et rétablir l’épaulard résident du sud, en confirmant les actions des acteurs clés, les rôles de chacun et les occasions de recherche en collaboration.
  • Les animaux ne connaissent ni frontières ni territoires et provinces, et les navires contribuent au bruit sous-marin. C’est pourquoi une collaboration à grande échelle est essentielle pour soutenir le rétablissement des épaulards résidents du sud. En juillet dernier, le gouvernement du Canada a soulevé la question du bruit sous-marin des navires devant le Comité de la protection du milieu marin de l’Organisation maritime internationale, en demandant aux pays qui ont des intérêts similaires de mettre en commun leurs pratiques exemplaires face à la situation et de trouver des solutions entre partenaires. Le gouvernement du Canada continue également de tenir des discussions avec des intervenants canadiens du milieu maritime (y compris des organisations non gouvernementales et de l’industrie) et ses partenaires aux États-Unis afin de déterminer les possibilités de collaboration dans ce domaine.
  • Transports Canada et Pêches et Océans Canada travaillent de près avec l’Administration portuaire Vancouver Fraser dans le cadre du programme Amélioration des habitats de cétacés et de leur observation (ECHO en anglais). Ce programme instaure des restrictions volontaires sur la vitesse des navires dans le détroit de Haro, une zone particulièrement importante pour les habitats névralgiques de l’épaulard résident du sud. Les données recueillies sur les changements dans l’environnement acoustique et le comportement des baleines aideront le gouvernement fédéral à définir ses actions futures.

Plan de protection des océans

Ces initiatives s’inscrivent dans le Plan de protection des océans de 1,5 milliard de dollars du gouvernement du Canada, soit une stratégie nationale visant à créer un système de sécurité maritime parmi les meilleurs au monde qui offre des possibilités économiques aux Canadiens dès maintenant, tout en protégeant nos côtes pour les générations futures. Le Plan de protection des océans est le plus gros investissement jamais réalisé pour protéger le littoral et les voies navigables du Canada. Ce plan comprendra de nouvelles mesures visant à favoriser la sécurité maritime et le transport maritime responsable et à protéger les milieux marins canadiens. Il offrira aussi de nouvelles possibilités aux collectivités autochtones et côtières.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :