Le gouvernement du Canada octroie de nouveaux fonds dans le cadre du Plan de protection des océans pour protéger les baleines

Communiqué de presse

Ottawa (Ontario) -- L'épaulard résident du sud fait partie des espèces les plus emblématiques du Canada et est confronté à des menaces telles que la présence de contaminants dans l’environnement. Le gouvernement du Canada investit dans les sciences en vue d’aider à protéger et à rétablir cette espèce.

Dans le cadre du Plan de protection des océans, l'honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a annoncé aujourd’hui un soutien supplémentaire de 72 000 $ au système de suivi de la pollution de l'Aquarium de Vancouver — un programme de surveillance qui permettra de déterminer les sources de contaminants dans les milieux marins de la Colombie-Britannique. Au total, le gouvernement du Canada a contribué près de 470 000 $ à la mise en œuvre de ce programme.

Le ministre LeBlanc a également annoncé la publication du rapport « Ce que nous avons entendu » au symposium sur les épaulards résidents du sud, qui a eu lieu à Vancouver, en Colombie-Britannique, en octobre 2017. Le rapport donne les grandes lignes des idées principales formulées par des experts des gouvernements du Canada et des États-Unis, du milieu universitaire, des organisations non gouvernementales de l'environnement, de l'industrie et des communautés autochtones au cours des trois jours du symposium. Des suggestions ont été formulées dans quatre domaines clés : la disponibilité des proies; les contaminants et le réseau trophique; le bruit et les perturbations physiques; et les mesures d'intégration.

Pour la saison de pêche du saumon de 2018, le Ministère prendra d’autres mesures de gestion des pêches en vue d’accroître la disponibilité du saumon quinnat dans les zones d’alimentation clés de l’épaulard résident du sud au sein de leur habitat essentiel. Ces mesures seront conçues pour améliorer l’accès à l’approvisionnement alimentaire des baleines, et pour réduire les perturbations physiques et acoustiques résultant des activités des pêches récréatives et commerciales. Dans un avenir proche, le MPO collaborera avec les parties prenantes sur ces nouvelles mesures.

Le Ministère mettra en œuvre ces mesures, à titre expérimental, en 2018. La surveillance de ces aires d’alimentation clés sera conçue de manière à évaluer l’efficacité des mesures proposées et prévoir une certaine souplesse afin d’adapter, au besoin, les mesures à long terme de gestion des pêches, au profit des épaulards résidents du sud.

Le Ministère entreprend également des travaux visant à accroître l’habitat essentiel des épaulards résidents du sud, pour inclure l’important habitat d’alimentation hivernale se trouvant au large de la côte ouest de l’île de Vancouver, dans le secteur du banc Swiftsure.

Grâce aux suggestions concrètes présentées au symposium, et s’appuyant sur d’exhaustifs travaux scientifiques et consultations, le gouvernement du Canada travaille sans relâche pour indiquer la voie à suivre pour l'épaulard résident du sud en mettant de l'avant des mesures essentielles à prendre immédiatement et à long terme.

Citations

« Notre gouvernement effectue d'importants investissements dans de vrais outils pour aider nos baleines en voie de disparition. Nous nous réjouissons à l'idée de poursuivre notre collaboration avec tous les secteurs en vue de protéger et de rétablir cette espèce emblématique ».

L'honorable Dominic LeBlanc, C. P., c. r., député, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

Faits en bref

  • Le Plan de protection des océans, d’1,5 milliard de dollars, est l'investissement le plus important jamais effectué pour protéger les côtes et les voies navigables du Canada. Grâce à ce plan, le gouvernement du Canada établit un système de sécurité maritime de classe mondiale, qui offre des possibilités économiques aux Canadiens aujourd'hui, tout en protégeant nos côtes et nos voies navigables pour les générations futures. Ces travaux sont réalisés en étroite collaboration avec les peuples autochtones, les intervenants locaux et les collectivités côtières.

  • L’épaulard résident du sud est inscrit sur la liste des espèces en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada, et est confronté à des menaces qui nuisent à son rétablissement, dont le déclin de la disponibilité et de la qualité de ses proies, les perturbations d’ordre acoustique et physique, et les contaminants environnementaux.

  • En octobre, le gouvernement du Canada a annoncé l’octroi de 7,2 millions de dollars pour financer une utilisation accrue des hydrophones numériques et des technologies océanographiques de réputation mondiale, qui bénéficieront à notre environnement côtier, et nous permettront de mieux comprendre l’environnement acoustique sous-marin, et éclairer les stratégies d’atténuation, en vue de protéger les mammifères marins, notamment les épaulards.

  • En août, nous avons annoncé l’octroi de 388 000 $ à l’Administration portuaire Vancouver-Fraser pour financer un essai de ralentissement de la vitesse des navires dans le détroit de Haro, en C.-B. — une importante aire d’alimentation estivale pour l’épaulard résident du sud. Le gouvernement du Canada a travaillé en étroite collaboration avec les représentants du programme ECHO (Enhancing Cetacean Habitat and Observation) de l’Administration portuaire Vancouver-Fraser, pour mener à bien ces études et les résultats sont en cours d’analyse.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Vincent Hughes
Attaché de presse
Cabinet du ministre
Pêches et Océans Canada
613-992-3474
Vincent.Hughes@dfo-mpo.gc.ca

C-AC-18-04F

Internet : www.dfo-mpo.gc.ca

Aimez notre page Facebook https://www.facebook.com/PechesOceansCanada

Suivez-nous sur Twitter!   https://twitter.com/MPO_DFO   


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :