Investir dans nos océans

Document d'information

Aujourd’hui, en marge de la réunion ministérielle du G7 dont le thème est la Collaboration sur le changement climatique, les océans et une énergie propre, le gouvernement du Canada a démontré son engagement à assumer un leadership solide à l’égard des menaces actuelles qui pèsent sur nos océans et nos pêches, en prenant des mesures pour aboutir à :

Combattre la pêche illicite

Afin de contrer les conséquences écologiques et économiques des activités mondiales de pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), le Canada reconnaît la nécessité de travailler davantage en collaboration avec les ONG et le secteur privé, en ayant recours à des technologies novatrices pour assurer le suivi et le partage des données concernant les activités de pêche illicite dans le monde. Le gouvernement du Canada investira jusqu’à 10 millions de dollars pour appuyer le développement et le déploiement de technologies satellitaires pouvant, à distance, identifier et surveiller les navires soupçonnés de s’adonner à la pratique de la pêche INN, ce qui est essentiel pour mettre un frein aux activités de pêche illicite et pour obliger les propriétaires de navires à rendre des comptes. Un investissement supplémentaire à hauteur de 1,6 million de dollars contribuera à étendre le partage de renseignements sur les pêches régionales entre les pays du Pacifique occidental et central, ainsi que mettre au point de nouveaux outils et des pratiques exemplaires afin d’éliminer les activités de pêche INN de leurs eaux territoriales.

Le partage public et un accès amélioré aux données conviviales sur la santé de nos stocks de poissons et la gestion de nos pêches s’avèrent d’importance cruciale pour assurer la durabilité de nos océans. Le gouvernement du Canada s’est également engagé à améliorer l’accès aux données conviviales, et soutient ainsi les activités de Global Fishing Watch ─ une organisation internationale sans but lucratif, faisant la promotion d’océans en santé, productifs et résilients grâce à la gouvernance transparente et efficace de leurs ressources marines.  

Lutter contre les déchets marins et la pollution plastique

À Charlevoix, les dirigeants du G7 ont reconnu l’urgence de la menace que pose sur les écosystèmes les déchets plastiques et marins des océans, et reconnu la valeur perdue du plastique dans le système de gestion des déchets. La pollution plastique s’avère un problème majeur pour la santé de nos océans, de nos lacs et de nos rivières, et aussi pour ces lieux et la faune tant prisés par les Canadiens. Le gouvernement fédéral s’engage à emboîter le pas pour faire sa part. Aujourd’hui, le gouvernement du Canada s’est engagé à détourner au moins 75 % des déchets plastiques de l’ensemble des opérations, des événements ou des réunions gouvernementales d’ici 2030. Il compte y parvenir en éliminant le plastique inutile à usage unique, en augmentant les taux de recyclage, et en tirant parti des décisions relatives aux achats et à l’approvisionnement, en vue de privilégier les produits plastiques durables.

Le gouvernement du Canada a aussi annoncé un investissement de 65 millions de dollars par le biais de la Banque mondiale pour créer un fonds visant à lutter contre les déchets plastiques dans les pays en développement, où le problème est le plus aigu. Ces investissements, sous forme de subventions de cofinancement, mettraient l’accent sur les installations de traitement des déchets solides et la capacité de construction des villes et des gouvernements locaux.

Ces nouveaux investissements arrivent à point au moment où le gouvernement fédéral, et les provinces et les territoires se préparent à se rencontrer en novembre prochain, pour envisager une approche nationale visant la réduction de la pollution plastique. Le gouvernement du Canada a lancé une consultation publique depuis le mois d’avril, qui a permis de recueillir plus de 14 000 propositions des Canadiens, qui suggèrent les éventuels critères de ces plans. La période de consultation publique s’est terminée le 21 septembre.

Le Canada a également fait l’annonce d’un investissement de 12 millions de dollars dans des approches et technologies novatrices conçues au Canada, dont l’objectif est d’arrêter le flot du plastique vers les océans.

Développer des communautés résilientes

Développer la résilience des côtes et des collectivités vulnérables face aux effets néfastes du changement climatique a été au centre de la présidence canadienne du G7. En vue d’appuyer ces efforts, le Canada fournira 60 millions de dollars pour aider les petits États insulaires en développement (PIED) à mieux se remettre sur pied à la suite de phénomènes climatiques extrêmes, notamment en accélérant leur transition vers des systèmes énergétiques plus propres. Ce financement permettra d’appuyer les efforts visant à accélérer la génération de sources d’énergie renouvelables, améliorer le rendement énergétique, et trouver plus rapidement des solutions à l’entreposage des batteries, de même qu’à améliorer l’équilibre entre les sexes dans ces secteurs.

Les membres du G7 et les organisations internationales appuient les efforts des PEID grâce à des initiatives bilatérales et multilatérales. Le gouvernement du Canada a lancé un dialogue en ligne avec la Campagne  #CaRESforSIDS pour souligner le travail qui est effectué sur le plan mondial en matière de systèmes énergétiques résilients et propres (CaRES).


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :