Le gouvernement du Canada et la Première Nation Malécite de Viger concluent une entente sur les pêches

Communiqué de presse

30 août 2019

Cacouna (Québec) — Le gouvernement du Canada s’est engagé à renouveler ses relations avec les peuples autochtones en se fondant sur la reconnaissance des droits, le respect, la coopération et le partenariat. Dans la foulée de cet engagement, le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne (MPO), l’honorable Jonathan Wilkinson, la ministre des Relations Couronne-Autochtones, l’honorable Carolyn Bennett, et le Grand Chef de la Première Nation Malécite de Viger, Jacques Tremblay, ont annoncé aujourd’hui qu’ils ont accepté un plan à long terme visant à promouvoir la réconciliation dans le domaine des pêches.

L’Accord sur les ressources halieutiques renouvelable, d’une durée de 10 ans, porte sur des domaines d’intérêt mutuel dans les pêches. Elle contribuera à améliorer les relations avec les membres de la Première Nation Malécite de Viger et les résultats pour eux :

  • en reconnaissant les droits issus de traités de la Première Nation de récolter et de vendre du poisson dans le but d’assurer une subsistance convenable ;
  • en aidant à réduire les écarts socio-économiques en fournissant des fonds à la Première Nation pour l’acquisition d’un plus grand nombre de permis de pêche et de quotas, ainsi que de bateaux et d’engins de pêche ;
  • en établissant un processus pour une approche collaborative de gestion des pêches

L’Accord annoncé aujourd’hui s’inscrit dans un esprit de collaboration visant à faire progresser la reconnaissance des droits issus de traités des Premières Nations et marque un réel progrès sur les questions les plus importantes pour la Première Nation Malécite de Viger. La conclusion d’une entente à long terme profitera à la Première Nation en encourageant le développement de la pêche malécite.

Citations

« L’Accord de pêche à long terme conclue aujourd’hui établit un équilibre entre les droits et les intérêts des Premières Nations et de l’ensemble de la communauté des pêcheurs du Québec. La Première Nation Malécite de Viger a démontré son engagement à accroître et à diversifier sa participation à la pêche commerciale. Nous sommes parvenus à l’entente d’aujourd’hui grâce à un dialogue et à des négociations ouverts, et nous avons hâte de continuer à développer nos relations avec la Première Nation Malécite de Viger, à mesure que nous progressons sur la voie de la réconciliation. »

L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« L’Accord de pêche conclue aujourd’hui avec la Première Nation Malécite de Viger, qui met en œuvre ses droits issus de traités, est un exemple concret de progrès vers l’autodétermination au profit des membres de la collectivité. »

L’honorable Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones

« En plus de reconnaître nos droits dans les activités de pêche commerciale, cet Accord établit un nouveau modèle de collaboration dans la gestion des ressources halieutiques et des milieux marins. Avec cette entente, et notre projet de développement du Port de Gros-Cacouna, la Première Nation Malécite de Viger entend jouer un rôle dominant comme gardien du fleuve Saint-Laurent. »

Jacques Tremblay, Grand Chef de la Première Nation Malécite de Viger

« La signature de cette entente historique témoigne du travail de notre gouvernement pour faire avancer la réconciliation avec les communautés autochtones du Québec et du Canada. La mise en place de cette nouvelle entente à long terme aidera à soutenir les moyens de subsistance des pêcheurs de la Première Nation Malécite de Viger. Elle assurera une industrie stable, prévisible et durable pour tous les pêcheurs de notre région côtière. »

Rémi Massé, député d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia

Faits en bref

  • La Première Nation Malécite de Viger compte environ 1 200 membres inscrits, principalement dans la région du Bas-Saint-Laurent au Québec. La Première Nation Malécite de Viger exploite une entreprise de pêche commerciale au crabe des neiges et à la crevette du nord du Golfe, et se diversifie dans d’autres pêches commerciales.

  • Depuis 2017, la Première Nation Malécite de Viger discute des droits de pêche avec Pêches et Océans Canada. Ces discussions se sont élargies en mars 2019, avec la conclusion d’une entente-cadre visant à examiner la relation de nation à nation, dans le cadre d’un processus de réconciliation plus vaste dirigé par le ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.

  • Le gouvernement du Canada a entrepris les discussions conformément à l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982, à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et aux Principes régissant la relation du gouvernement du Canada avec les peuples autochtones.

Liens connexes

Personnes-ressources

Jocelyn Lubczuk
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Pêches, des Océans
et de la Garde côtière canadienne
343-548-7863
Jocelyn.lubczuk@dfo-mpo.gc.ca

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Matthew Dillon-Leitch
Directeur des communications
Cabinet de l’honorable Carolyn Bennett
Ministre des Relations Couronne-Autochtones
819-997-0002

Relations avec les médias
Relations Couronne-Autochtones et
Affaires du Nord Canada
819-934-2302
RCAANC.media.CIRNAC@canada.ca

Pascal Dubé
Chargée de projets
Première Nation Malécite de Viger
418-520-7035

Restez branché


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :