Le gouvernement du Canada annonce un financement annuel supplémentaire de 15 millions de dollars pour la protection du saumon du Pacifique

Communiqué de presse

6 septembre 2019

Vancouver (Colombie-Britannique) – Le saumon sauvage du Pacifique est une espèce emblématique et une importante ressource naturelle qui procure à la côte Ouest toute une gamme d’avantages sociaux, culturels, économiques et environnementaux. Il s’agit d’une espèce vitale pour notre environnement, car elle fournit des nutriments à d’autres espèces végétales et animales, y compris à l’épaulard résident du Sud. Le saumon sauvage du Pacifique fait également partie intégrante de la culture traditionnelle et du patrimoine des Premières Nations de la côte Ouest. Le gouvernement du Canada demeure déterminé à protéger le saumon sauvage du Pacifique pour les générations à venir.

Aujourd’hui, le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, l'honorable Jonathan Wilkinson, a annoncé un financement annuel supplémentaire de 15 millions de dollars pour appuyer la recherche et la gestion du saumon sauvage du Pacifique, notamment grâce à :

  • la tenue d’activités d’évaluation des stocks en vue de recueillir des données plus précises sur l’abondance, la répartition, la productivité et la santé des stocks de saumon, ce qui entraînera une meilleure connaissance de l’état actuel du saumon sauvage du Pacifique et de la façon dont il est touché par les changements climatiques et d’autres facteurs.
  • l’amélioration des programmes de rétablissement et d’étiquetage au moyen de marquage avec des fils de fer codés afin de fournir de meilleures estimations des répercussions de la pêche et d’aider à déterminer le taux de survie du saumon, l’interception et l’exploitation des pêches ainsi que les paramètres de répartition des stocks indicateurs.
  • l’amélioration du processus de surveillance et de déclaration des prises récréatives, y compris l’échantillonnage des prises et le soutien analytique, afin de fournir de meilleures estimations concernant les prises de saumon.

Ces investissements appuient l’engagement du gouvernement du Canada à élaborer une stratégie plus vaste visant à protéger le saumon sauvage du Pacifique à l’aide des meilleures données scientifiques disponibles, et à tenir compte des changements climatiques dans le processus décisionnel. Ces fonds aideront le Canada à s’acquitter de ses obligations en vertu du Traité sur le saumon du Pacifique renouvelé avec les États-Unis, et aideront le Ministère à travailler en étroite collaboration avec les Premières nations et les autres intervenants pour mieux comprendre et gérer les populations de saumon du Pacifique.

Citations

« Nous savons que nos populations de saumon sauvage font face à des menaces urgentes ─ du réchauffement des eaux causé par les changements climatiques à la perte d'un habitat important par lequel elles migrent. C'est pourquoi notre gouvernement travaille avec des partenaires pour protéger ces populations de saumon en péril. Grâce à ces partenariats, je suis convaincu que nous pourrons réaliser ensemble des progrès substantiels qui amélioreront nos stocks de poissons sauvages et renforceront notre industrie de la pêche pour aujourd'hui et pour les générations à venir. »

L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne


Faits en bref

  • Le Traité sur le saumon du Pacifique est un traité bilatéral canado-américain qui a été signé en 1985. Le Traité fournit un cadre qui permet aux deux pays de travailler ensemble à la conservation et à la gestion du saumon du Pacifique.

  • Le saumon fait partie d'un réseau trophique complexe, tant en eau douce qu'en milieu océanique, et il a une incidence sur tout, du petit zooplancton aux grands mammifères comme les baleines, les ours et les oiseaux de proie.

  • Les cinq espèces de saumon du Pacifique sont le saumon quinnat, le saumon kéta, le saumon coho, le saumon rose et le saumon rouge.

  • Le saumon quinnat est une espèce particulièrement importante sur la côte Ouest; en plus d'être une proie de choix pour les épaulards résidents du Sud. Il revêt une importance culturelle pour de nombreuses collectivités autochtones de la Colombie-Britannique et du Yukon et constitue un élément important de la pêche récréative et sportive.

Liens connexes

Personnes-ressources

Jocelyn Lubczuk
Attachée de presse  
Cabinet du ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne
343-548-7863
Jocelyn.lubczuk@dfo-mpo.gc.ca

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Restez branchés


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :