Le gouvernement du Canada investit dans des partenariats pour appuyer la recherche sur l’habitat d’eau douce

Communiqué de presse

Le 16 juin 2021

Ottawa, Ontario - Les habitats d’eau douce comprennent les nombreux lacs, rivières, ruisseaux et cours d’eau qui font partie de l’écosystème aquatique diversifié du Canada. Ces habitats polyvalents et les espèces qui les habitent ont été touchés par l’activité humaine et les changements environnementaux. Le gouvernement du Canada s’est engagé à appuyer la recherche qui nous permettra d’étudier et d’éclairer la façon dont nous pouvons protéger durablement l’habitat d’eau douce pour tous les Canadiens.

Aujourd’hui, la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, l’honorable Bernadette Jordan, a annoncé un investissement de 805 999 dollars sur plus de trois ans en vue de financer trois projets de recherche sur l’habitat d’eau douce. Ce financement appuie la recherche axée sur l’étude des conséquences des effets environnementaux sur le poisson d’eau douce et son habitat, y compris les facteurs de stress cumulatifs, la connectivité de l’eau douce et le passage du poisson, dans le cadre d’un programme plus vaste de science de l’habitat d’eau douce partout au Canada.

La Fédération canadienne de la faune a reçu un fonds de 303 038 dollars pour appuyer un projet visant à élaborer et à créer une base de données nationale sur les obstacles aquatiques qui repère et cartographie les obstacles au poisson, comme les fascines et les barrages. Le Laboratoire des bassins versants du saumon de l’Université Simon Fraser a reçu 299 961 dollars pour étudier les effets des facteurs de stress cumulatifs sur le saumon en Colombie-Britannique. L’Institut canadien des rivières de l’Université du Nouveau-Brunswick a reçu 203 000 dollars pour évaluer le comportement des poissons par rapport au passage, et pour élaborer un outil pratique de système d’information géographique, qui cartographie l’accès des poissons aux cours d’eau à l’échelle des écopaysages.

La recherche sur nos innombrables habitats d’eau douce et les organismes qu’ils abritent est essentielle pour assurer la gestion durable de nos ressources aquatiques. Les données et les renseignements recueillis dans le cadre de la recherche annoncée aujourd’hui nous aideront à nous renseigner sur la façon de préserver la santé des lacs, des rivières, des ruisseaux et des cours d’eau du Canada pour des générations.

Citations

« Le Canada possède l’une des plus importantes réserves d’eau douce au monde, et la protection de ces écosystèmes est essentielle pour assurer la santé des espèces qui y vivent. Notre gouvernement continuera d’investir dans des activités scientifiques et de recherche judicieuses, qui renforcent les partenariats et permettent de mieux comprendre comment soutenir nos ressources d’eau douce, maintenant et à l’avenir. »

L’honorable Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« Les changements dans la température et les conditions de l’eau douce ont une incidence importante sur les habitats du poisson. La recherche menée par des groupes comme le Salmon Watersheds Lab de l’Université Simon Fraser est primordiale pour assurer la santé de nos poissons, de nos océans et de notre environnement. Grâce à un investissement de 299 961 dollars pour étudier les effets des changements écologiques sur le saumon à l’intérieur de la Colombie-Britannique, notre gouvernement s’efforce de préserver les lacs, les rivières et les cours d’eau de la C.-B. »

Terry Beech, secrétaire parlementaire de la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, et député de Burnaby-Nord – Seymour

« Notre gouvernement a fait de la conservation et de la restauration de l’environnement naturel du Canada une priorité bien claire. L’annonce d’aujourd’hui concernant la recherche sur l’eau douce permettra à un plus grand nombre d’équipes d’étudier, d’aider à protéger et à restaurer nos habitats d’eau douce ainsi que les nombreuses espèces qui y vivent. J’ai hâte de voir les résultats du travail essentiel que l’Institut canadien des rivières de l’Université du Nouveau-Brunswick entreprendra grâce à ces soutiens. »

Wayne Long, député de Saint John – Rothesay 

« D’innombrables barrages, ponceaux, digues et autres structures bloquent le déplacement des poissons au Canada et fragmentent les systèmes d’eau douce. Nous cartographions ces caractéristiques afin de fournir aux scientifiques et aux gestionnaires des outils leur permettant de mieux comprendre leurs effets sur les eaux douces, et de soutenir les efforts visant à reconnecter nos eaux. »

Nicolas Lapointe, biologiste principal de la conservation, Écologie de l’eau douce, Fédération canadienne de la faune

« Les bassins versants du saumon changent rapidement en raison des effets cumulatifs des changements climatiques et des activités humaines. Nous visons à nous attaquer aux principales incertitudes scientifiques dans la compréhension de ces systèmes en constante évolution, puis nous travaillons avec divers partenaires pour traduire cette compréhension en mesures concrètes. »

Jonathan Moore, gestionnaire principal de projet, Watershed Futures Initiative, et professeur à l’Université Simon Fraser 

« Ce projet utilisera une approche multidisciplinaire novatrice pour cerner les obstacles et améliorer la connectivité pour le passage du poisson. Il s’agit d’une excellente occasion de créer un nouvel outil d’évaluation rentable que les gestionnaires et les praticiens de l’utilisation des terres peuvent utiliser pour déterminer les secteurs préoccupants et les cibles à assainir. »

Kurt Samways, membre de la chaire de recherche de Parcs Canada en restauration aquatique, Université du Nouveau-Brunswick, et chargé de recherche, Institut canadien des rivières 

Faits en bref

  • Environ 20 % de l’eau douce de la planète se trouve dans les glaciers, les lacs, les rivières, et les nappes aquifères du Canada, mais seulement 7 % de ces ressources sont accessibles.

  • Pêches et Océans Canada finance la recherche sur les répercussions des activités sur l’habitat d’eau douce au moyen de ses programmes scientifiques.

  • La Fédération canadienne de la faune travaille avec les gouvernements municipaux, provinciaux, fédéral et autochtones, ainsi qu’avec des groupes d’intendance et de l’industrie, afin d’obtenir le financement, le soutien et l’expertise technique nécessaires pour mettre en œuvre des projets d’amélioration du passage du poisson, en commençant par la Colombie-Britannique et en s’étendant à l’ensemble de notre pays. 

  • La Watershed Futures Initiative est une initiative de collaboration dirigée par le Salmon Watersheds Lab de l’Université Simon Fraser qui entreprendra et coordonnera des recherches sur les effets cumulatifs dans les bassins versants salmonicoles de la Colombie-Britannique, amorcera un dialogue entre les chercheurs, les praticiens et les décideurs, et partagera les résultats émergents au moyen de webinaires et d’ateliers.

  • L’Université du Nouveau-Brunswick abrite la première chaire de recherche de Parcs Canada en restauration aquatique, qui s’appuie sur l’expertise considérable de l’université en sciences marines, côtières et d’eau douce. L’Université abrite également l’Institut canadien des rivières, un réseau international de scientifiques qui œuvrent en vue d’assurer la bonne santé des rivières.

Liens connexes

Personnes-ressources

Jane Deeks
Attachée de presse  
Cabinet du ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne
343-550-9594
Jane.Deeks@dfo-mpo.gc.ca

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Restez branchés

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :