Le gouvernement du Canada publie un rapport sur l’état des écosystèmes marins de l’océan Pacifique canadien

Communiqué de presse

Le 9 juin 2022

Ottawa (Ontario) - La magnifique côte Ouest du Canada abrite des écosystèmes marins et des espèces emblématiques uniques, qui contribuent tous à l’identité culturelle de la Colombie‑Britannique. Les monts sous‑marins, les cheminées hydrothermales et les récifs d’éponges siliceuses illustrent bien l’incroyable biodiversité, que recèle l’océan Pacifique. Mais les changements climatiques rendent les eaux plus chaudes, plus acides, pauvres en oxygène, entraînant ainsi la perte d’habitat et d’espèces, et ayant des répercussions sur les réseaux trophiques marins. En tant qu’intendants de nos eaux du Pacifique, il est important pour nous de comprendre les répercussions directes et indirectes des changements climatiques et des activités humaines sur les conditions océaniques et la vie aquatique, afin que nous puissions continuer de trouver des solutions durables, visant à protéger et à restaurer les zones côtières et les eaux profondes au large, tout en nous assurant que des possibilités de pêche durable existeront pour les générations actuelles et futures.

Aujourd’hui, l’honorable Joyce Murray, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a annoncé la publication du rapport Les océans du Canada maintenant – Écosystèmes du Pacifique, 2021, soit le quatrième rapport de la série annuelle sur les océans, présentant l’état actuel et les tendances des écosystèmes marins au Canada. Le rapport a été préparé par Pêches et Océans Canada avec la participation d’Environnement et Changement climatique Canada, du gouvernement de la Colombie‑Britannique, et du Conseil de la Nation haïda. Il a été approuvé par la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO en tant qu’activité aux termes de la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable. Plus tard ce mois-ci, la ministre Murray participera à la Conférence des Nations Unies sur les océans à Lisbonne, au Portugal, afin de poursuivre ce dialogue avec des partenaires maritimes internationaux.

Le rapport donne un aperçu de la santé de l’océan Pacifique du Canada, et révèle nos connaissances sur les nombreux facteurs qui l’influencent. Il souligne les principaux défis auxquels sont confrontés les écosystèmes océaniques, les collectivités côtières, ainsi que les pêches, et d’autres activités océaniques, tels que les effets des phénomènes de réchauffement extrêmes sur la répartition des espèces et leurs habitats, et la manière dont les changements au réseau trophique marin peuvent se répercuter sur les moyens de subsistance et le bien‑être des collectivités côtières.

Le gouvernement du Canada a fait d’importants progrès au cours des dernières années, ayant protégé 14,6 % de nos océans. En continuant de travailler avec des partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones, ainsi qu’avec des intervenants, le Canada est en voie de conserver et de protéger 25 % de nos océans d’ici 2025 et 30 % d’ici 2030. Les activités d’observation, de recherche et de surveillance des océans, ainsi que les activités de conservation nous aident à mieux comprendre les écosystèmes marins et la façon de protéger l’océan Pacifique du Canada. En plus des efforts déployés à l’échelle nationale, le Canada participe également à un certain nombre d’initiatives internationales, comme l’Alliance mondiale pour les océans (en anglais seulement), et il est récemment devenu membre de la nouvelle Coalition de haute ambition pour la biodiversité des zones ne relevant pas de la juridiction nationale (en anglais seulement), afin de faire progresser la protection de la biodiversité marine.

Citations

« Nous observons des changements sur la côte Ouest, qui ont des répercussions importantes sur nos collectivités côtières. Ce rapport contribue à la façon dont nous comprenons ces changements dans l’environnement. Plus nous savons ce à quoi sont confrontés les écosystèmes océaniques, plus nous pouvons offrir des possibilités de pêches durables, tout en conservant et en travaillant à la restauration des écosystèmes marins. »

L’honorable Joyce Murray, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« Nous constatons les effets de la pollution à forte teneur en carbone sur les habitats océaniques ainsi perturbés, le rétrécissement des calottes glaciaires, ainsi que l’élévation du niveau de la mer. Notre génération a encore la possibilité d’agir pour lutter contre la pollution et mettre un frein au réchauffement climatique. C’est pourquoi notre gouvernement s’est fixé l’objectif ambitieux mais réalisable d’atteindre des émissions nettes zéro. Notre gouvernement s’est également engagé à conserver 25 % des terres et des océans d’ici 2025, et 30 % d’ici 2030, car nous savons que les activités de conservation constituent l’un des meilleurs moyens de lutter contre les changements climatiques et de soutenir la biodiversité. »

L’honorable Steven Guilbeault, ministre d’Environnement et Changement climatique Canada

« Le rapport fournit de l’information clé sur ce qui se produit sous la surface de l’océan Pacifique, alors que nous continuons à faire face aux effets des changements climatiques. En travaillant ensemble, nous soutenons les collectivités côtières et les Premières Nations, tout en veillant à ce que la Colombie‑Britannique puisse continuer d’offrir des poissons et des fruits de mer aux générations futures. »

Fin Donnelly, secrétaire parlementaire pour les Pêches et l’aquaculture, gouvernement de la Colombie-Britannique

Faits en bref

  • L’océan Pacifique couvre près de 30 % de la surface de la Terre et absorbe la chaleur et le dioxyde de carbone. Cette absorption cause le réchauffement et l’acidification des eaux de surface, baisse les niveaux d’oxygène et entraîne des vagues de chaleur océanique plus fréquentes et extrêmes.

  • Les températures quotidiennes de la surface de la mer le long de la côte de la Colombie‑Britannique au cours des 80 dernières années montrent que les eaux côtières se sont réchauffées d’environ 0,7 °C.

  • Le réchauffement des températures océaniques a modifié la composition de la communauté zooplanctonique, ce qui a des répercussions sur les poissons, les oiseaux marins et l’ensemble du réseau trophique marin de l’océan Pacifique.

  • Les changements climatiques modifient les écosystèmes dont dépend le saumon de l’océan Pacifique du Canada à chaque étape de son cycle de vie.

  • Les populations de baleines à bosse, de lions de mer et de loutres de mer se sont rétablies des pertes subies en raison de la chasse, et la population des épaulards de Bigg augmente.

  • Les scientifiques utilisent des outils et des technologies comme des planeurs, des drones à voile, la télémesure acoustique, des véhicules téléguidés, des caméras sous‑marines et stéréoscopiques et la technique de l’ADN environnemental, afin de surveiller les changements dans nos eaux de l’océan Pacifique.

  • Les Nations Unies ont proclamé une Décennie des sciences océaniques au service du développement durable, à compter de 2021, afin de soutenir les efforts visant à inverser le cycle du déclin de la santé des océans et à assurer un océan durable pour les générations futures.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Claire Teichman
Attachée de presse
Cabinet de la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne
604-679 5462
Claire.Teichman@dfo mpo.gc.ca

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo mpo.gc.ca

Restez branchés

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :