Le Canada s’engage à cesser tout nouveau soutien public direct au secteur international de la production soutenue d’énergie à partir de combustibles fossiles d’ici la fin de 2022

Communiqué de presse

Le 4 novembre 2021                                 Ottawa (Ontario)                                Ressources naturelles Canada

Les changements climatiques constituent l’une des plus grandes menaces pour la sécurité mondiale, la protection de l’environnement et la prospérité économique. La lutte contre cette menace représente également une immense possibilité économique pour les entreprises et les travailleurs au Canada et dans le monde. C'est pourquoi le gouvernement du Canada demeure résolu à atteindre la carboneutralité d’ici 2050, en plus de soutenir la décarbonisation des secteurs qui produisent beaucoup d’émissions et les technologies propres qui réduisent les émissions au pays et à l’étranger, y compris dans le secteur pétrolier et gazier.

Aujourd’hui, le Canada a emboîté le pas à d’autres grandes économies comme les États-Unis, le Royaume‑Uni et 21 autres pays en signant la déclaration intitulée Statement on International Public Support for the Clean Energy Transition lors de la Conférence des Parties (COP26) sur les changements climatiques à Glasgow, en Écosse.

En s’appuyant sur l’engagement pris par les dirigeants du G7 en juin 2021, le Canada et les autres signataires accorderont une priorité accrue aux technologies propres et n’accorderont aucun nouveau soutien direct au secteur traditionnel de l’énergie fossile d’ici la fin de 2022 à l’échelle internationale, sauf dans de rares circonstances clairement définies qui correspondent à la limite de réchauffement de 1,5 °C et aux objectifs de l’Accord de Paris.

Le gouvernement du Canada élaborera une orientation stratégique qui définira la portée de cette politique.

De tels efforts conjoints contribuent à soutenir la transition vers une économie prospère et carboneutre. Le Canada continuera d’oeuvrer avec ses partenaires nationaux et internationaux pour lutter contre les changements climatiques, tout en veillant à assurer un développement économique durable, résilient et inclusif à l’échelle mondiale.

Citations

« La mise en place de systèmes énergétiques propres dans le monde nous aidera à atteindre nos objectifs de lutte contre les changements climatiques et à édifier un avenir prospère pour tous. En signant cette déclaration, le Canada aligne ses investissements internationaux sur ses actions climatiques ambitieuses. »

L’honorable Jonathan Wilkinson
Ministre des Ressources naturelles

« Le Canada peut être un chef de file dans un monde à faibles émissions de carbone si nous continuons de mettre nos investissements, nos innovations et notre matière grise au service d'actions climatiques ambitieuses. Cela signifie qu’il faut rapidement mettre fin aux nouveaux investissements publics internationaux destinés à la production soutenue d’énergie à partir de combustibles fossiles et amorcer le virage vers les sources d’énergie propre. Je suis persuadé que le Canada est en mesure de paver la voie et de créer la prospérité économique et les emplois qui reviendront à ceux qui mèneront la transition mondiale vers la carboneutralité d’ici 2050. »

L’honorable Steven Guilbeault
Ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Faits en bref

  • Plus tôt cette semaine à la COP26, le gouvernement du Canada s’est engagé à aider les pays à revenu faible et intermédiaire à délaisser l’électricité produite à partir du charbon par l’injection d’un financement relatif au climat allant jusqu’à un milliard de dollars en vue d’accroître l’accès à l’énergie propre et d’appuyer une transition équitable et inclusive pour les travailleurs du secteur du charbon et les collectivités touchées. Cette aide fait partie de l’engagement annoncé récemment par le Canada, soit de doubler son financement international pour la lutte contre les changements climatiques, qui passera de 2,65 milliards de dollars annoncé en 2015 à 5,3 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Ce financement aidera les pays en développement à opérer la transition vers des économies résilientes à faibles émissions de carbone.

  • En juin 2021, le Canada et les autres pays du G7 se sont engagés à amorcer dès que possible l’élimination progressive de tout nouveau soutien public direct à l’énergie tirée de combustibles fossiles riches en carbone partout dans le monde, hormis quelques exceptions, conformément à une trajectoire ambitieuse vers la neutralité climatique, à l’Accord de Paris, à l’objectif de 1,5 °C et aux meilleures données scientifiques disponibles.

  • En juillet 2021, Exportation et développement Canada (EDC), l’organisme de crédit à l’exportation du Canada, s’est engagé à atteindre la carboneutralité d’ici 2050 dans tous ses secteurs d’activités et dans ses propres activités internationales.

  • Le 1er novembre 2021, à la COP26, le premier ministre Trudeau a annoncé que le Canada sera le premier grand pays producteur de pétrole qui s’engage à plafonner les émissions et à réduire la pollution provenant du secteur pétrolier et gazier en vue d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Pour progresser à la cadence nécessaire à la réalisation de l’objectif canadien de carboneutralité d’ici 2050, le gouvernement fixera des objectifs quinquennaux et veillera à ce que le secteur contribue de manière importante à l’atteinte des objectifs du Canada en matière de changements climatiques de 2030. Dans une lettre envoyée par les ministres Guilbeault et Wilkinson, le gouvernement sollicite l’avis du Groupe consultatif sur la carboneutralité concernant la meilleure façon de mettre en œuvre cette approche.

  • Depuis 2015, le gouvernement du Canada a investi plus de 100 milliards de dollars pour la croissance propre. Grâce aux mesures prises par le gouvernement fédéral en matière de climat, le pays est en voie de dépasser son objectif précédent, ce qui a permis au gouvernement d’établir, plus tôt cette année, de nouvelles cibles ambitieuses de réduction des émissions de 40 % à 45 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030. Les nouvelles cibles d’atténuation fixées cette année par le Canada, le Japon et les États-Unis, conjuguées aux mesures ambitieuses prises par l’Union européenne et le Royaume-Uni, font en sorte que les pays qui représentent plus de la moitié de l’économie mondiale se sont maintenant engagés à respecter le niveau de réduction des émissions requis dans le monde pour limiter le réchauffement à 1,5 °C.

Personnes-ressources

Ian Cameron
Conseiller principal en communications 
Cabinet du ministre des Ressources naturelles
613-447-3488
Ian.Cameron@canada.ca

     

Relations avec les médias
Ressources naturelles Canada
Ottawa
343-292-6100
NRCan.media.RNCan@canada.ca

     

Joanna Sivasankaran
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement et du Changement climatique
819-790-1907
Joanna.Sivasankaran@ec.gc.ca

      

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
media@ec.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :