Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada : document technique – le sulfure (sous forme de H2S)

Table des matières

La présence de sulfure (sous forme de sulfure d'hydrogène) dans l'eau potable lui donne un goût et une odeur désagréables. C'est pourquoi on a fixé un objectif d'ordre organoleptique de ≤0,05 mg/L (50 µg/L) (exprimé en sulfure d'hydrogène).


(Format PDF, 173 Ko, 7 pages)
Organisation :
Type : Lignes directrices
Date publiée : 1992-09

Sujets connexes

Généralités

Le soufre est un corps non métallique. Ses valences les plus courantes sont -2, +4 et +6; le degré d'oxydation -2 est connu sous le nom de sulfure. Le sulfure se trouve à l'état naturel dans les minerais, le pétrole et les gisements de charbon. Dans la plupart des cas, le cuivre, le plomb, le zinc, le nickel et autres métaux non précieux extraits au Canada existent sous forme de sulfures simples ou complexes. Les sulfures de fer sont souvent associés à ces minerais.Note de bas de page 1

Le sulfure d'hydrogène, qui existe normalement sous forme de gaz incolore, se trouve également à l'état naturel dans le charbon, le gaz naturel, le pétrole, les gaz volcaniques ainsi que dans les sources et lacs sulfureux. Il est produit par la dégradation anaérobie des matières organiques contenant du soufre; d'autres composés sulfureux sont presque toujours présents en plus du sulfure d'hydrogène dans ces sources naturelles. Le gaz a une odeur caractéristique d'oeufs pourris.Note de bas de page 2

D'autres sulfures sont également produits par les bactéries sulfato-réductrices au cours de la dégradation anaérobie des déchets, des algues, des dépôts naturels de matière organiqueNote de bas de page 3 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 et du soufre contenu dans les fongicides, les pesticides et les fertilisants.Note de bas de page 6 Note de bas de page 7 Les sulfures sont également présents dans les déchets industriels des raffineries, des usines pétrochimiques, des usines de gaz, des usines de papier, des usines d'eau lourde et des tanneries.Note de bas de page 3 Note de bas de page 4 Note de bas de page 8 Note de bas de page 9

La concentration moyenne de soufre dans la croûte terrestre est estimée à 260-520 mg/kg. Dans l'eau de mer, la concentration moyenne du soufre est de 884 mg/L.Note de bas de page 10 Dans les organismes vivants, la concentration moyenne de sulfure est de 1,4 mg/kg;Note de bas de page 11 le soufre de degré d'oxydation -2 est directement lié au carbone dans les acides aminés, les vitamines, les enzymes et d'autres protéines.Note de bas de page 12 Les sulfures constituent un maillon indispensable dans le cycle du soufre (interconversion réversible des sulfures et des sulfates) dans la nature.Note de bas de page 13

Le diméthylsulfure entre dans la composition des agents artificiels d'aromatisation.Note de bas de page 14 Le sulfure d'hydrogène et d'autres sulfures solubles sont employés dans la fabrication des pigments et des teintures, en tannerie et dans le traitement de la pâte et des produits chimiques. Ils sont aussi employés dans la fabrication des cosmétiques.Note de bas de page 15 Les eaux naturelles renfermant des concentrations élevées de sulfure d'hydrogène sont utilisées dans les bains thérapeutiques; on les a consommées à des fins médicales.

Au Canada, la production de sulfure d'hydrogène par les fabricants de pigments et de teintures s'est élevée à 10,7 tonnes en 1974. Les fabricants de produits chimiques industriels ont produit 2 461 tonnes de sulfure d'hydrogène au cours de la même période.Note de bas de page 16 La consommation de sulfure d'hydrogène par les fabricants canadiens de produits chimiques industriels était de 3 153 tonnes en 1980.Note de bas de page 17 L'importation de divers composés de sulfures au Canada totalisait 1 594 tonnes en 1982.Note de bas de page 18

Présence dans l'environnement

Le sulfure d'hydrogène et les sulfures des métaux alcalins et alcalino-terreux sont solubles dans l'eau.Note de bas de page 19 Les sels de sulfure solubles se dissocient en ions sulfure qui réagissent avec les ions hydrogène de l'eau pour former l'ion hydrosulfure (HS-) ou le sulfure d'hydrogène (H2S). Les concentrations relatives de ces espèces sont fonction du pH de l'eau; les concentrations de sulfure d'hydrogène augmentent avec la diminution du pH.Note de bas de page 3 Note de bas de page 4 Par conséquent, dans les eaux polluées où le pH peut être neutre ou acide, la possibilité de formation du sulfure d'hydrogène se trouve augmentée.

La température, la salinité et l'oxygène dissous influent également sur la quantité de sulfure d'hydro-gène présente sous forme non dissociée. La température influe sur les constantes de dissociation du sulfure d'hydrogène. On a montré que la proportion de sulfure d'hydrogène non dissocié diminuait avec l'augmen-tation de la salinité pour une température et un pH donnés. Cet effet est cependant négligeable dans les eaux douces et ne devient appréciable que dans les eaux d'estuaire et les eaux côtières.Note de bas de page 20 Le sulfure d'hydrogène non dissocié était non décelable dans la baie de Floride,Note de bas de page 21 et on a enregistré une concentration maximale de 14 µg/L dans la mer d'Oman.Note de bas de page 22

L'oxydation du sulfure d'hydrogène est également fonction de la température, du pH et de la force ionique. On a montré que le taux d'oxydation du sulfure d'hydrogène augmentait avec la température et le pH jusqu'à un pH de 8. Au-dessus de cette valeur, le taux d'oxydation était indépendant du pH. De plus, les taux d'oxydation étaient plus élevés dans l'eau de mer que dans l'eau saturée d'air.Note de bas de page 23 Dans l'eau bien aérée, le sulfure d'hydrogène est oxydé en sulfates ou en soufre élémentaire par les systèmes biologiques naturels.Note de bas de page 24 Les sulfures peuvent aussi réagir chimiquement avec l'oxygène dissous, mais l'on croit qu'il s'agit là d'un processus lent et complexe qui génère divers produits, y compris le thiosulfate, le sulfite et le sulfate.Note de bas de page 25

L'oxydation du sulfure aqueux par l'oxygène est lente en l'absence d'un catalyseur. En ordre décroissant, la catalyse a été le plus efficace en présence de Mn2+, de Co2+, de Ni2+, de Fe2+ et de Cu2+. En présence de nickel, par exemple, le taux d'oxydation du sulfure passait de plusieurs jours à quelques minutes.Note de bas de page 26

La réduction du sulfate en sulfure survient dans la nature en milieu anaérobie en présence de bactéries sulfato-réductrices et d'une source de carbone organique. Ces conditions ont été observées dans des puits d'eau profonde à Elgin, en Illinois, dans lesquels on a mesuré des concentrations de 6,4 mg/L de sulfure d'hydrogène et de seulement 2,0 mg/L de sulfate.Note de bas de page 26 Les eaux naturelles où l'oxygène dissous a été com-plètement épuisé comprennent la mer Noire, la mer Baltique et certains fjords des côtes de la Norvège et de l'Ouest du Canada.Note de bas de page 20 Une concentration de 7 mg/L de sulfure d'hydrogène non dissocié a été signalée dans une région anoxique de la mer Noire à des profondeurs de 200 m environ. Note de bas de page 21

À Saint Paul, au Minnesota, on a trouvé que la concentration de sulfure dans le Mississippi était de 0,092 mg/L; les concentrations étaient quelque peu plus élevées dans les eaux d'étang et les eaux de puits, soit 0,16 et 0,19 mg/L respectivement.Note de bas de page 27 Dans la Rainy River, le long de la frontière entre l'Ontario et le Minnesota, la concentration moyenne de sulfure d'hydrogène était de 0,07 mg/L à 20 mm du fond des lits de boue et elle variait d'une valeur non décelable à 0,06 mg/L en surface.Note de bas de page 9


Les concentrations de sulfure d'hydrogène dans l'eau ne sont pas couramment mesurées au Royaume-Uni ni dans les autres pays de la Communauté européenne. Dans deux études des systèmes d'eaux douces effectuées aux États-Unis, on a signalé des concentrations de sulfure d'hydrogène non dissocié de 500 µg/L.Note de bas de page 28 Note de bas de page 29 Les concentrations de sulfure dans les eaux de surface variaient de 1,0 à 11,0 mg/L entre 1980 et 1982 dans l'Ouest du Canada.Note de bas de page 30

Les concentrations de sulfure trouvées dans l'eau potable sont habituellement faibles parce que les sulfures sont facilement oxydés dans les eaux bien aérées. Dans les conditions aérobies qui existent le plus souvent dans les réseaux publics d'approvisionnement en eau, le produit ultime de l'oxydation du sulfure est le sulfate. Les produits intermédiaires, le sulfite et le thiosulfate, peuvent persister pendant de longues périodes.Note de bas de page 26 La présence de bactéries sulfato-réductrices dans les systèmes de distribution d'eau peut être une des principales causes de problèmes d'odeur et de goût parce que ces bactéries transforment le sulfate en sulfure.

Les concentrations de sulfure d'hydrogène dans l'air qui sont attribuables à des sources naturelles sont estimées entre 0,15 et 0,46 µg/m3.Note de bas de page 8 Dans les zones urbaines, la population en général n'est pas habituelle-ment exposée à des concentrations supérieures à 1,0 µg/m3.Note de bas de page 31 Dans les zones industrialisées, les concentrations de sulfure d'hydrogène sont signifi-cativement plus élevées. Au pont des chutes réversibles de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, qui se trouve à 400 m sous le vent d'une usine de pâtes et papier utilisant le procédé Kraft, la concentration de sulfure d'hydrogène dans l'air se situait entre 4,56 et 198,0 µg/m3.Note de bas de page 32 Le Conseil national de recherches du Canada a calculé que le rejet biogène annuel de sulfure dans l'atmosphère au Canada était de 4,02 × 106 tonnes en provenance de la terre et de 1,0 × 106 tonnes en provenance des océans.Note de bas de page 33

Le sol constitue un important réservoir de sulfure d'hydrogène. Les sols secs et les sols humides sont également efficaces dans la sorption du sulfure d'hydrogène de l'air.Note de bas de page 32 Note de bas de page 34 Les microorganismes génèrent des sulfures à partir des composés de soufre présents dans le sol. Aux États-Unis, les concentrations de sulfure dans les sols des wadden d'Oregon variaient entre 116 et 188 mg/kg.Note de bas de page 35

Les sulfures sont aussi présents sous diverses formes dans un certain nombre d'aliments cuits et crus. Généralement, les concentrations se situent entre 0,000 2 et 0,003 mg/g, bien que la concentration de S-méthylméthionine puisse atteindre 0,015 mg/g.Note de bas de page 36 Le diméthylsulfure est un important agent d'aromatisation entrant dans la fabrication des bières anglaises tradition-nelles (de 0,000 2 à 0,003 7 mg/L) et des bières basses européennes (de 0,003 à 0.114 mg/L).Note de bas de page 9 Dans les produits laitiers chauffés, le sulfure d'hydrogène est présent à des concentrations allant de 0,80 mg/L dans le lait écrémé contenant 0,1 % de matières grasses à 1,84 mg/L dans la crème qui contient 30,5 % de gras.Note de bas de page 37

Exposition des Canadiens

L'apport alimentaire quotidien de sulfure chez les Canadiens n'a pas été estimé. Les données relatives à la teneur en sulfure des aliments sont incomplètes. L'exposition peut résulter de la consommation de bière, de bière anglaise, de fruits de mer, de viandes cuites, de lait tiède, d'asperges et d'autres légumes. L'estimation de l'exposition par voie alimentaire est rendue encore plus complexe par l'évolution des composés de sulfure dans les aliments cuits. En Angleterre, le «seuil maximal quotidien possible» de diméthylsulfure en provenance des confiseries, des boissons gazeuses, des crèmes et des gelées à aromatisation artificielle a été estimé à 1,7 mg.Note de bas de page 38

L'apport de sulfure par l'eau potable ne peut être estimé, car on n'a trouvé aucune donnée sur les concentrations de sulfure dans l'eau potable.

L'inhalation de 20 m3 d'air contenant du sulfure d'hydrogène à des concentrations naturelles représenterait un apport quotidien de 0,003 à 0,02 mg.

Analyse

Parmi les méthodes d'analyse des sulfures dans l'eau, on compte le procédé classique de déplacement, dans lequel le sulfure d'hydrogène libéré par l'acidification des sulfures est déplacé dans un jet de dioxyde de carbone et titré après absorption dans une solution d'acétate de zinc. Le seuil de détection de la méthode classique est d'environ 0,25 mg/L.Note de bas de page 39 Une concentration de 0,06 mg/L a été obtenue au moyen d'une autre méthode fondée sur le même principe.Note de bas de page 40

Dans une méthode plus récente faisant appel à la chromatographie en phase gazeuse, on utilise un détecteur à conductibilité électrolytique de Hall modifié. Avec cette méthode, il est possible de déterminer simultanément la présence de plus de sept espèces différentes de sulfures volatils. Des seuils de détection (sous forme de soufre) de 0,03 ng/L de sulfure d'hydrogène peuvent être obtenus dans un échantillon de 100 mL. La précision est supérieure à 10 % dans la gamme de concentrations de 1 à 4 000 ng/L (sous forme de soufre).Note de bas de page 41

La méthode colorimétrique au bleu de méthylène est une autre méthode analytique généralement reconnue pour la détermination des concentrations de sulfure d'hydrogène dont la spécificité, l'exactitude et la sensi-bilité se sont révélées relativement satisfaisantes.Note de bas de page 42

Une méthode de détermination de la concentration totale de sulfure dans les eaux environnementales conservées par l'acétate de zinc a récemment été mise au point. Cette méthode élimine à la fois les perturbations dues à la turbidité qui sont inhérentes à la méthode colorimétrique au bleu de méthylène et la nécessité de conserver les échantillons par les ions zinc. Le seuil de détection de cette méthode est de 1,9 ng/mL et l'on a trouvé une correspondance satisfaisante entre la méthode par dialyse des gaz et chromatographie ionique et la méthode colorimétrique au bleu de méthylène.Note de bas de page 43

Technique de traitement

La lutte contre le sulfure pourrait commencer à la source d'eau brute, dans la chaîne de procédés ou encore dans le système de distribution, au moyen de mesures qui préviennent sa formation.

Le sulfure d'hydrogène est ordinairement éliminé de l'eau par aération ou par oxydation chimique. Les dispositifs d'aération utilisés dans les usines d'épuration vont des systèmes mécaniques simples aux tours d'aération à garnissage, qui sont plus complexes.Note de bas de page 44 On a constaté que l'élimination optimale du sulfure d'hydrogène par aération survenait à un pH inférieur à 6.Note de bas de page 45 Généralement, on peut obtenir par ces méthodes des concentrations de sulfure d'hydrogène de 0,05 mg/L.

Les oxydants employés dans l'oxydation du sulfure comprennent le chlore, le permanganate de potassium, l'ozone et le ferrate ainsi que le peroxyde d'hydrogène.

Effets sur la santé

Absorption, distribution et excrétion

Le sulfure d'hydrogène est rapidement absorbé par l'organisme, et il l'est presque exclusivement par inhalation. Au pH physiologique moyen (environ 7), la moitié du sulfure d'hydrogène se trouve sous forme non dissociée, alors que le reste existe sous forme d'ion hydrosulfure. Le sulfure d'hydrogène non dissocié est une molécule lipophile capable de diffuser à travers les membranes,Note de bas de page 33 Note de bas de page 46 ainsi qu'à travers la peau.Note de bas de page 47 Note de bas de page 48 Les sulfures solubles sont rapidement et complètement hydrolysés dans les fluides organiques pour produire du sulfure d'hydrogène, de sorte qu'en matière d'effets généralisés et de toxicité il n'existe aucune distinction reconnue entre les sulfures solubles et le sulfure d'hydrogène.Note de bas de page 2

Aucune étude sur l'élimination du sulfure d'hydrogène chez l'homme n'a été signalée. Une étude qualitative de l'élimination visant à déceler le sulfure d'hydrogène après inhalation par des rats et des cobayes a indiqué que le sulfure d'hydrogène était distribué dans le cerveau, le foie, les reins, le pancréas et l'intestin grêle.Note de bas de page 49 Dans d'autres études, on a signalé que le sulfure d'hydrogène absorbé se trouve dans le plasma sanguin, principalement lié à l'albumine,Note de bas de page 47 et qu'il est distribué dans les os, la rate, les poumons, le foie, les reins, le pancréas et l'intestin grêle.Note de bas de page 33 Note de bas de page 50

Le métabolisme du sulfure d'hydrogène s'effectue par trois voies métaboliques distinctes : (1) l'oxydation en sulfate, la principale voie métabolique, (2) la méthylationNote de bas de page 51 et (3) la réaction avec des métallo-protéines ou des protéines disulfurées. Les deux premières voies métaboliques peuvent être considérées comme des voies de détoxification, alors que la réaction du sulfure d'hydrogène avec des protéines essentielles est largement responsable de l'effet toxique du sulfure d'hydrogène.Note de bas de page 50

L'oxydation du sulfure en sulfate et son excrétion subséquente par le rein constituent la principale voie d'excrétion métabolique.Note de bas de page 52 On a montré que la plus grande partie d'une dose orale, intrapéritonéale ou intraveineuse de sulfure de sodium radiomarqué administrée à des rats était excrétée dans l'urine sous forme de sulfate pendant les six à 12 heures qui suivent son administration.Note de bas de page 47 Une autre étude a également montré que le sulfure d'hydrogène ingéré est excrété principalement dans l'urine sous forme de sulfate.Note de bas de page 10

Effets toxiques

On a signalé que l'ingestion orale de sulfures alcalins causait des nausées, des vomissements et des douleurs épigastriques ainsi qu'une irritation des muqueuses; on a estimé qu'une dose orale de 10 à 15 g de sulfure de sodium serait fatale pour l'homme.Note de bas de page 53 Note de bas de page 54 Comme il s'agit d'une dose relativement élevée, et comme il existe un système enzymatique intestinal de détoxification pour éliminer les sulfures d'origine endogène, on ne prévoit pas que les faibles quantités de sulfure qui pourraient être présentes dans l'eau potable puissent entraîner des effets toxiques.

La toxicité aiguë du sulfure d'hydrogène absorbé par inhalation est bien documentée et elle comprend des effets respiratoires, cardiaques et nerveux.Note de bas de page 50 Note de bas de page 55 Note de bas de page 56 Les principaux effets toxiques sont liés à l'inactivation des enzymes, soit par la rupture des ponts disulfures, soit par la liaison du sulfure avec des co-facteurs métalliques comme le Fe2+, le Mg2+ ou le Cu2+. De cette manière, les enzymes clés comme l'oxydase cytochrome, la phosphatase alcaline et l'anhydrase carbonique peuvent subir une dénaturation irréversible.Note de bas de page 33

On n'a pas encore étudié les répercussions sur la santé humaine de l'exposition prolongée à des doses faibles de sulfure d'hydrogène, soit le type d'exposition qui peut survenir dans des conditions de pollution générale de l'air en milieu urbain.Note de bas de page 50

On n'a trouvé aucune étude sur les effets toxiques du sulfure d'hydrogène présent dans l'eau potable. Cependant, il importe de noter que les sulfites ne sont pas stables, même s'ils peuvent persister dans l'eau pendant de longues périodes.Note de bas de page 26

Une recherche documentaire ne révèle que peu de données sur l'exposition par voie orale ou sur les effets nocifs d'une exposition chronique. Dans le Registry of Toxic Effects of Chemical Substances,Note de bas de page 57 on a signalé des valeurs de DL50 orale de 205 et de 208 mg/kg pour le sulfure de sodium chez la souris et le rat respective-ment. À la suite de l'administration par voie intrapéritonéale de sulfure de sodium à des souris CD-1 femelles, on a observé une DL50 située entre 40 et 50 mg/kg. L'administration intraveineuse de 6 mg/kg de sulfure de sodium à des lapins mâles et femelles a provoqué la mort de cinq animaux sur six en moins de deux minutes.Note de bas de page 58 Une dose de 4 mg de sulfure d'hydrogène par kilogramme de poids corporel était létale pour les chiens lorsqu'elle était injectée dans la veine jugulaire.Note de bas de page 59

Dans une étude de toxicité sous-chronique, le diméthylsulfure administré par voie orale à la dose de 250 mg/kg par jour pendant une période de 14 semaines n'a entraîné aucun effet négatif chez le rat.Note de bas de page 14

Aucune étude de l'exposition chronique au sulfure d'hydrogène n'a été trouvée.

Des rats Charles River CD (26/sexe/groupe) ont reçu 9 ou 18 mg/kg de sulfure de sodium dans l'eau par gavage, soit en présence, soit en absence d'un extrait thyroïdien à 1 %. Les animaux étaient traités deux fois la semaine pendant les 56 premières semaines de l'étude et recevaient deux ou trois doses par semaine par la suite. Le traitement a pris fin à la 78e semaine, après quoi les animaux ont été observés pendant encore 26 semaines. Chez les mâles traités sans l'extrait thyroïdien à 1 %, la mortalité était liée de manière significative à la dose reçue. Cependant, ce lien n'a pas été mis en évidence chez les mâles traités avec l'extrait thyroïdien à 1 %. Les femelles traitées avec l'extrait thyroïdien ont montré un taux de mortalité plus élevé dont le degré de signification n'a pas été spécifié. Le taux de survie était également faible chez les témoins. Selon les auteurs, les résultats étaient «ambigus». On n'a trouvé aucun signe de la cancérogénicité du sulfure de sodium.Note de bas de page 60

Peu d'études in vitro ont été effectuées pour déterminer le pouvoir mutagène du sulfure d'hydrogène. Celui-ci a été testé avec les souches TA97, TA98 et TA100, avec et sans la fraction S-9 de foies de hamster et de rat induits par l'Arochlor et il n'a montré aucune propriété mutagène.Note de bas de page 61 Dans une autre étude, l'ajout de sulfure d'hydrogène (sous forme de sulfure de sodium) au milieu d'incubation en présence de peroxyde d'hydrogène a provoqué une augmentation spectaculaire de l'induction par le peroxyde d'hydrogène de la toxicité et du taux de mutations sujettes à erreur.Note de bas de page 62 Cet effet peut être appréciable lorsque le peroxyde d'hydrogène est employé comme agent oxydant dans les procédés de traitement de l'eau. Dans une étude in vivo au cours de laquelle des rats (souche non précisée, administration probable par inhalation) ont été exposés au sulfure d'hydrogène ou au disulfure de carbone pendant trois à quatre mois, on a signalé des aberrations chromosomiques (aneuploïdie, délétions, fragmentation acentrique) dans la moelle osseuse des rats adultes et une diminution de l'index mitotique dans les cellules rénales et hépatiques des embryons en développement.Note de bas de page 63

Dans une étude de la reproduction, on a observé que le sulfure d'hydrogène était toxique pour les embryons et qu'il exerçait un effet défavorable sur la fonction reproductrice des rats. Cependant, le manque de détails sur l'étude ainsi que des méthodes de recherche douteuses jettent un doute sur les résultats. Des eaux thermales minérales à forte teneur en sulfure d'hydro-gène ont été utilisées comme milieu expérimental dans lequel des rats (souche et nombre non précisés) ont été immergés et ont subi une administration orale (durée et dose exacte non précisées) d'eau contenant diverses concentrations de sulfure d'hydrogène. L'eau contenant de 4 à 12 mg/L de sulfure d'hydrogène a montré des effets toxiques pour l'embryon (tant pour l'exposition orale que pour l'exposition cutanée); les concentrations de 2 à 3 mg/L n'ont eu aucun effet. On n'a pas tenu compte de la présence d'autres contaminants dans l'eau.Note de bas de page 64

Dans une autre étude, le sulfure d'hydrogène d'origine minérale présent à des concentrations de <0,2 mg/L dans l'eau potable tirée d'un puits artésien n'a eu que peu d'effets sur les fonctions hématologi-ques, bactériologiques, histologiques et biologiques de poulets de trois mois (durée de l'exposition non précisée).Note de bas de page 65

L'exposition de rats femelles au sulfure d'hydro-gène et au disulfure de carbone, par voie d'inhalation et à raison de 10 mg/m3 pendant 70 à 90 jours avant et pendant la gestation, s'est révélée mortelle pour les embryons aux stades de pré- et de post-implantation. On a aussi observé des effets embryotoxiques lorsque le sulfure d'hydrogène était inhalé par les mâles avant l'accouplement avec des femelles non traitées. On a observé des anomalies des appareils urogénital et squelettique chez les embryons. Des troubles de l'ossification et de la formation du sang ainsi que des modifications dystrophiques du foie et des reins ont également été observés. Cependant, en raison de la présence du disulfure de carbone, on ignore le rôle du sulfure d'hydrogène dans la production de ces effets.Note de bas de page 66

Autres considérations

On estime que le seuil de goût et d'odeur du sulfure d'hydrogène dans les solutions aqueuses varie de 0,05 à 0,104 mg/L;Note de bas de page 3 Note de bas de page 6 dans le cas des sulfures, il est d'environ 0,2 mg/L. Il est donc peu probable que la consommation d'eau potable puisse entraîner l'ingestion d'une dose nuisible de sulfure d'hydrogène en raison du goût et de l'odeur désagréables qu'il donne à l'eau.Note de bas de page 3

Les solutions de sulfure d'hydrogène possédant les propriétés d'un acide faible, elles peuvent favoriser la corrosion.Note de bas de page 67 Dans quelques cas, la détérioration des conduites en amiante-ciment peut être réduite par l'élimination du sulfure d'hydrogène, qui peut attaquer les conduites dans des conditions de faible pH.Note de bas de page 68 Le sulfure d'hydrogène, en association avec le fer soluble, laisse des taches noires sur la lessive et peut provoquer des dépôts noirs dans les conduites de distribution d'eau, sur la robinetterie et sur l'argenterie.Note de bas de page 10 Note de bas de page 15 Note de bas de page 69

Justification

  1. Des concentrations excessives de sulfure donnent à l'eau potable un goût et une odeur désagréables. Bien que l'ingestion orale de grandes quantités de sulfure puisse avoir des effets toxiques pour l'homme, il est peu probable qu'une personne puisse consommer une dose nuisible de sulfure d'hydrogène en raison du goût et de l'odeur désagréables qu'il donne à l'eau potable. On n'a donc fixé aucune concentration maximale acceptable.
  2. On estime que le seuil du goût et de l'odeur du sulfure d'hydrogène dans les solutions aqueuses varie de 0,05 à 0,104 mg/L. Dans le cas des autres sulfures, les seuils sont plus élevés.
  3. En conséquence, on a fixé pour le sulfure (sous forme de sulfure d'hydrogène) dans l'eau potable un objectif de qualité esthétique ou organoleptique de ≤0,05 mg/L. La quantité ingérée avec de l'eau potable contenant du sulfure à cette concentration est bien inférieure à la capacité de détoxification de l'organisme.

Références bibliographiques

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :