Page 3 : Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada : document technique – le toluène, l'éthylbenzène et les xylènes

2.0 Sommaire

Le toluène, l'éthylbenzène et les xylènes sont principalement des substances chimiques synthétiques. Ces composés se trouvent essentiellement dans les hydrocarbures pétroliers, tels que l'essence et le carburant diesel; ils peuvent également être utilisés comme solvants industriels ou comme intermédiaires dans la préparation du styrène et du benzène. Ils peuvent pénétrer dans l'eau potable en s'écoulant de sites contaminés ou en étant rejetés parmi les déchets toxiques industriels des usines de fabrication de produits chimiques, ou encore à la suite d'un déversement pendant le transport ou le stockage.

Puisqu'on retrouve généralement ces substances chimiques ensemble, et que leurs propriétés chimiques et stratégies de traitement sont similaires, elles ont été regroupées dans un seul document technique, mais qui établit des valeurs de recommandations spécifiques. Le présent document technique passe en revue et évalue tous les risques connus pour la santé qui sont associés à la présence du toluène, de l'éthylbenzène et des xylènes dans l'eau potable. Il tient compte de toutes les voies d'exposition pertinentes par l'eau potable, à savoir l'ingestion, l'inhalation et l'absorption cutanée pendant la douche ou le bain.

Ce document, qui décrit les études et les approches les plus récentes, tient compte de l'accessibilité des procédés de traitement disponibles afin d'établir des concentrations maximales acceptables qui protègent la santé humaine et qui soient mesurables et atteignables par des méthodes de traitement à l'échelle municipale et résidentielle. Au terme de l'évaluation, les recommandations pour l'eau potable sont des concentrations maximales acceptables de 0,06 mg/L (60 µg/L) pour le toluène, 0,14 mg/L (140 µg/L) pour l'éthylbenzène et 0,09 mg/L (90 µg/L) pour les xylènes.

2.1 Effets sur la santé

2.1.1 Toluène

À l'heure actuelle, les données issues des études chez l'animal et chez l'humain sont insuffisantes pour déterminer si le toluène est cancérogène pour l'humain. Les effets du toluène sur la santé humaine ont été étudiés dans différents milieux de travail. Les études menées ont révélé un éventail d'effets neurologiques, dont la perte de la perception des couleurs, de même que des troubles de la mémoire, de la concentration et des fonctions cognitives en général, à la suite de l'inhalation de toluène sur une longue période. Les études sur l'exposition orale chez l'animal appuient l'utilisation des effets neurologiques indésirables comme critères d'effets toxicologiques pour l'établissement d'une recommandation sur le toluène dans l'eau potable.

2.1.2 Éthylbenzène

L'éthylbenzène est considéré comme possiblement cancérogène pour les humains, car il existe des preuves suffisantes de sa cancérogénicité chez l'animal, mais non chez l'humain. Des études d'exposition chronique chez le rat et la souris indiquent que l'exposition à l'éthylbenzène peut causer la formation de tumeurs à différents endroits, notamment les reins (rats mâles et femelles), les poumons (souris mâles), le foie (souris femelles) et les testicules (rats mâles).

En ce qui concerne les effets autres que le cancer, les données relatives à l'animal montrent que le foie et le rein sont les principaux organes ciblés par l'éthylbenzène. L'inhalation et l'ingestion d'éthylbenzène chez le rat et la souris entraînent l'augmentation du volume du foie et des reins, l'aggravation des maladies rénales et des effets sur l'hypophyse. Les effets au niveau du foie et de l'hypophyse ont été retenus comme les critères d'effets toxicologiques pour l'établissement d'une recommandation concernant l'éthylbenzène. Il existe peu de données sur les effets de l'éthylbenzène chez l'humain en raison de l'absence de milieux de travail où l'exposition à cette substance est prédominante.

2.1.3 Xylènes

Les xylènes ne sont pas classifiables quant à leur cancérogénicité pour l'humain en raison du manque de données à leur sujet. Les données tirées des études chez l'animal et l'humain montrent que les principaux effets des xylènes sur la santé dépendent de la voie d'exposition : les xylènes peuvent affecter le système nerveux central par toutes les voies d'exposition, l'appareil respiratoire par l'inhalation, ainsi que le foie, les reins et la masse corporelle par la voie d'exposition orale. Des effets neurologiques indésirables ont été sélectionnés comme critères d'effets toxicologiques pour l'établissement d'une recommandation sur les xylènes dans l'eau potable.

2.2 Considérations esthétiques

Dans l'eau, le toluène, l'éthylbenzène et les xylènes peuvent être détectés à l'odeur à des concentrations inférieures aux CMA établies. Bien que ces concentrations ne soient associées à aucun effet indésirable, elles peuvent affecter l'acceptabilité de l'eau pour les consommateurs. Les objectifs d'ordre esthétique pour ces composés correspondent à leur plus faible seuil de perception olfactive, soit 0,024 mg/L (24 µg/L) pour le toluène, 0,0016 mg/L (1,6 µg/L) pour l'éthylbenzène et 0,02 mg/L (20 µg/L) pour les xylènes.

2.3 Exposition

Le grand public est principalement exposé au toluène, à l'éthylbenzène et aux xylènes par l'inhalation de l'air ambiant et par l'utilisation de produits tels que l'essence, les carburants diesel et les solvants. Des expositions peuvent aussi se produire, à un degré moindre, par l'intermédiaire de l'eau potable, des sols contaminés et des aliments. Le toluène, l'éthylbenzène et les xylènes sont rarement observés dans les approvisionnements d'eau potable au Canada. Les Canadiens peuvent également être exposés au toluène, à l'éthylbenzène et aux xylènes dans l'eau potable par inhalation et par absorption cutanée.

2.4 Analyse et traitement

Lorsqu'on établit une recommandation concernant la présence d'un contaminant dans l'eau potable, on doit prendre en considération la capacité de le mesurer et de l'éliminer des approvisionnements d'eau potable. Le toluène, l'éthylbenzène et les xylènes peuvent être mesurés de façon fiable dans l'eau potable aux CMA.

À l'échelle municipale, les procédés conventionnels de traitement de l'eau potable ne permettent pas d'éliminer efficacement le toluène, l'éthylbenzène et les xylènes. Les meilleures techniques existantes pour éliminer ces trois composés de l'eau potable sont l'aération par tour à garnissage et l'adsorption sur charbon actif en grains. Compte tenu des techniques actuellement disponibles, on s'attend à ce que les usines de traitement municipales soient en mesure d'atteindre des concentrations inférieures aux CMA et aux OE.

À l'échelle résidentielle, il existe des dispositifs certifiés de traitement au point d'entrée qui peuvent réduire la présence des composés organiques volatils (COV) tels que le toluène, l'éthylbenzène et les xylènes dans l'eau potable à des concentrations conformes aux CMA et aux OE. Le fonctionnement de ces dispositifs repose sur des procédés d'adsorption (charbon actif) et d'osmose inverse. Des systèmes de filtration peuvent être installés au niveau du robinet (point d'utilisation) ou au point d'entrée de l'eau dans la résidence (point d'entrée). Il est préférable d'utiliser des systèmes aux points d'entrée pour réduire les COV, car ils permettent d'obtenir de l'eau traitée pour le bain et la lessive, ainsi que pour la cuisine et la boisson. Cela aidera à réduire le risque d'exposition à des COV par inhalation.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :