Changements climatiques et santé : Bulletin sur l'adaptation

Numéro 6
ISSN 1920-2717

Février 2015

Santé canada collabore avec les collectivités canadiennes afin de réduire l'effet des îlots de chaleur urbains

La majorité des Canadiens vivent dans des centres urbains. Le mode de gestion et de croissance de nos collectivités peut influer sur les comportements et notre santé. Depuis 2011, Santé Canada travaille avec des collectivités en vue de cerner les causes des îlots de chaleur urbains et de soutenir des approches visant à réduire les répercussions de la chaleur sur la santé au moyen d'interventions dans l'environnement bâti. Santé Canada collabore avec des collectivités de l'Ontario (Windsor, Ottawa, London et les régions de Peel et de York) et de la Colombie-Britannique (Vancouver) dans le cadre de huit projets novateurs dirigés par les collectivités. Les résultats de ces collaborations, qui sont communiqués aux intervenants et aux partenaires nationaux et internationaux, permettent de sensibiliser les acteurs locaux et de soutenir les mesures de réduction des îlots de chaleur urbains dans les villes.

Qu'est-ce qu'un îlot de chaleur urbain?

Un îlot de chaleur urbain (ICU) est un phénomène qui survient lorsque la température ambiante d'une zone urbaine est plus élevée que celle des régions rurales avoisinantes. L'ICU se produit lorsque la couverture végétale est peu présente et qu'il y a un pourcentage élevé de surfaces opaques et foncées, comme les toitures de goudron, les routes asphaltées et les parcs de stationnement. Les surfaces foncées absorbent le rayonnement solaire et irradient lentement la chaleur, faisant ainsi augmenter la température de l'air ambiant. L'ICU peut exacerber les répercussions d'un épisode de chaleur accablante, et mettre davantage en péril la santé des personnes vulnérables. Les groupes à risque sont les jeunes enfants, les aînés, les personnes atteintes de maladies chroniques, les personnes marginalisées, et les sans-abri ou les gens vivant dans des logements précaires.

Quelles sont les principales mesures de réduction de l'effet des îlots de chaleur urbains?

  1. Étendre la couverture végétale en plantant des arbres, des arbustes et des plantes grimpantes, en créant de nouveaux espaces ouverts et en installant des toits verts.
  2. Augmenter la réflectivité des matériaux routiers et autres matériaux de construction en installant des toits réfléchissants; en utilisant des matériaux de couleur claire pour recouvrir les routes, les trottoirs, les stationnements, les aires de jeux et les entrées de cour.
  3. Réduire la chaleur résiduelle en rénovant les immeubles et en améliorant les services publics pour accroître l'efficacité énergétique; en installant des appareils écoénergétiques; et en réduisant l'utilisation des sources de chaleur pendant les périodes chaudes de la journée.

La mise en oeuvre de mesures de réduction des îlots de chaleur urbains peut aussi avoir des co-bénéfices qui favorisent le bien-être général de la collectivité (figure 1). L'action concertée et intersectorielle peut soutenir de saines politiques publiques et des pratiques novatrices d'utilisation du territoire qui favorisent une vie active et une santé meilleure dans les collectivités.

Figure 1 : Co-bénéfices : Les collectivités en bonne santé et plus résilient à la chaleur.

La lutte aux îlots de chaleur urbains (ICU) :

  • Améliore la qualité de l'air
  • Diminue la consommation d'énergie
  • Facilite la vie active
  • Réduit les gaz à effet de serre
  • Réduit les maladies et les décès liés à la chaleur
  • Réduit les eaux de ruissellement
  • Renforce la biodiversité

Étude de cas : mesures de réduction de l'effet des îlots de chaleur urbains à Windsor, Ontario

La ville de Windsor (216 000 habitants) est la ville la plus au sud du Canada. Les températures estivales qui y sont enregistrées sont parmi les plus élevées au pays. Les températures chaudes et prolongées pendant l'été constituent une importante préoccupation en matière de santé publique, particulièrement chez les populations vulnérables. L'effet des îlots de chaleur urbains, plus présent dans certaines parties de Windsor, aggrave les risques sanitaires actuels associés à la chaleur.

De plus, les prédictions relatives aux changements climatiques indiquent que le nombre de journées de chaleur accablante (où la température maximale dépasse 30 degrés Celsius) va doubler à Windsor au cours des 40 prochaines années. On enregistre actuellement 23 jours de chaleur accablante par année en moyenne.

En 2009, Santé Canada a conclu un partenariat avec la Ville de Windsor afin de mettre sur pied un système d'avertissement et d'intervention en cas de chaleur (SAIC). La Ville a lancé avec succès son programme « Stay Cool Windsor-Essex » en 2010. Santé Canada et Windsor ont poursuivi leur collaboration sur la résilience à la chaleur accablante en se concentrant sur des approches préventives de réduction des îlots de chaleur urbains et en améliorant le confort thermique extérieur pour favoriser une vie active. Les sections suivantes donnent un aperçu sur les rapports, les plans et les politiques clés relatifs aux ICU qui ont été élaborés et mis en oeuvre par la Ville de Windsor.

Plans et politiques relatifs aux icu de Windsor

  • Plan d'adaptation aux changements climatiques de Windsor (2012).Note de bas de page 1 La Ville a élaboré un plan d'adaptation exhaustif qui s'attaque directement à la réduction des ICU. Parmi les recommandations de ce plan, on demandait à la Ville de mener une étude sur les îlots de chaleur urbains afin de cerner les zones chaudes et leur cause, et de hiérarchiser les mesures à prendre pour les réduire.
  • Une évaluation des stratégies d'atténuation des ICU à Windsor (2012).Note de bas de page 2 La Ville a collaboré avec Santé Canada afin d'étudier l'effet des îlots de chaleur urbains et d'évaluer les mesures de leur réduction (p. ex., toits blancs, toits verts, arbres dans les rues). Un rapport contenant des recommandations ciblées de mesures à prendre à l'échelle locale a été approuvé par le conseil de la Ville.
  • Évaluer les aires de jeu et les parcs urbains afin d'améliorer le confort thermique extérieur (2013).Note de bas de page 3 La Ville, de concert avec Santé Canada, a mené une évaluation des parcs et des aires de jeu de Windsor afin de déterminer les caractéristiques susceptibles d'améliorer ou de réduire le confort des personnes en période de chaleur. Les recommandations du rapport préconisaient diverses mesures (autant sur le plan de la conception que des politiques) afin d'améliorer la conception des parcs.
  • Ébauche de politique sur les zones ombragées dans les parcs (2014). La Ville a élaboré une ébauche de politique sur les zones ombragées qui s'applique à tous les parcs et à toutes les aires de jeu de la ville. Cette politique a pour but d'améliorer l'utilisation et la commodité des parcs de la ville au bénéfice de tous les résidents pendant les mois d'été en s'assurant que tous les usagers ont un accès raisonnable à des zones ombragées dans les parcs et autres installations connexes de la ville.

Mesures de réduction de l'icu à Windsor

Afin de donner suite aux résultats et aux recommandations découlant des rapports cités ci-dessus, la Ville continue de prendre des mesures directes afin de réduire les ICU, notamment :

  • Installation de toits verts et réfléchissants sur les immeubles municipaux (2007 à aujourd'hui). La Ville prêche par l'exemple en installant cinq toits verts et deux toits réfléchissants sur ses immeubles municipaux. Dans les cas où les anciens bardeaux de toiture doivent être remplacés, on tente autant que possible de remplacer les bardeaux de couleur foncée par des revêtements de couleur claire.
  • Prise en considération du confort thermique dans le réaménagement des parcs de la ville (2013-2014). Le Service des parcs et des loisirs a intégré des composantes de conception qui rehausse le confort thermique (en installant des structures d'ombrage, en plantant des arbres et en utilisant des tapis artificiels de couleur claire sous les structures de jeux) dans cinq parcs réaménagés.

Source : Ville de Windsor

Le cas de Windsor démontre comment les collectivités peuvent apporter des changements de manière proactive à l'environnement bâti afin de créer des collectivités plus en santé, plus résilientes et plus dynamiques. Les jeux d'eau, les arbres, les structures d'ombrage et les autres composantes de rafraîchissement, qui ont été ajoutés ou seront bientôt installés par la Ville de Windsor dans les parcs et les aires de jeu de la ville, sont susceptibles de renforcer les liens sociaux et de promouvoir le niveau d'activité physique des résidents en leur offrant des espaces frais et confortables. Cet exemple montre que des mesures ciblées peuvent être mises en oeuvre de manière progressive afin d'accroître le bien-être de la collectivité.

Ressources supplémentaires :

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :