Aperçu des résultats - Évaluation de la fonction de coordination horizontale de l’initiative de lutte contre la violence familiale (2011-2012 à 2016-2017)

Initiative de lutte contre la violence familiale (ILVF)

  • L’évaluation visait à évaluer la coordination horizontale de l’Initiative de lutte contre la violence familiale (ILVF) pour la période allant de 2011-2012 à 2016-2017.
  • Depuis son inauguration en 1988, l’ILVF a été le principal mécanisme horizontal du gouvernement du Canada traitant de la lutte contre la violence familiale à la grandeur du pays. 
  • L’ILVF est gérée horizontalement afin d’assurer une perspective fédérale commune, d’encourager la collaboration, de former des partenariats et d’offrir des possibilités de concertation. Elle regroupe sept ministères qui reçoivent du financement et huit qui n’en reçoivent pas, et elle est dirigée par l’Agence de la santé publique du Canada.

Ce que l’évaluation a révélé

  • Une approche horizontale à l’intervention du gouvernement du Canada en matière de violence familiale est importante en raison de la nature multidimensionnelle du problème et des différents mandats des partenaires.
  • Au cours des cinq dernières années, l’ILVF a réussi à favoriser la création d’un réseau solide de professionnels, à l’échelle du gouvernement du Canada, qui travaillent sur des problèmes liés à la violence familiale. Le forum de l’ILVF a permis aux partenaires fédéraux de partager de l’information, de créer un réseau, et de collaborer sur divers projets.
  • Bien que l’ILVF ait réussi à créer un solide réseau, l’évaluation a révélé qu’elle n’arrive pas à démontrer un niveau d’horizontalité plus approfondi parmi les ministères de l’ILVF (c.-à-d., l’échange d’idées et de ressources, des communications fréquentes, et le vote de tous les membres dans la prise de décisions).
  • Toutefois, l’évaluation a aussi révélé qu’un niveau d’horizontalité plus approfondi était impossible pour les cinq dernières années de l’ILVF pour les raisons suivantes : (1) financement stagnant et limité; (2) mobilisation limitée de la haute direction; (3) les ministères n’obtiennent pas nécessairement les mêmes résultats pour la prestation des services; et (4) le gouvernement du Canada n’est que l’un des joueurs dans l’intervention en matière de violence familiale.
  • Néanmoins, la majorité des personnes interrogées estiment qu’une horizontalité accrue améliorerait les résultats en matière de violence familiale. De plus, les autorisations de programme initiales (1998) ont décrit une approche plus concertée de la gestion de l’Initiative, qui met l’accent sur l’importance d’une intervention multidisciplinaire afin d’encourager la collaboration, de former des partenariats et d’offrir des possibilités de concertation.
  • Pour l’avenir, il sera important que les partenaires de l’ILVF discutent de la forme d’horizontalité la plus appropriée pour l’ILVF actuelle, y compris la possibilité de projets pilotes où le niveau d’horizontalité serait plus approfondi et la surveillance des répercussions de ce type de collaboration sur les résultats du programme.
  • Finalement, l’évaluation a examiné si l’analyse comparative entre les sexes a fait l’objet de discussions durant le forum de l’ILVF, non pas sous la forme d’une critique du rendement, mais plutôt comme un moyen d’éclairer la future coordination d’initiatives semblables. Les personnes interrogées sont d’avis qu’il n’était pas nécessaire de discuter de l’analyse comparative entre les sexes, car elle fait partie intégrante des travaux de chaque ministère sur la violence familiale.

Leçons apprises

  • Définir et communiquer aux intervenants le niveau d’horizontalité le plus approprié pour l’initiative, mais aussi réévaluer le bien-fondé de ce niveau sur une base continue afin s’assurer qu’il demeure pertinent et que les intervenants s’entendent sur sa forme.
  • Pour une initiative comme l’ILVF qui mobilise un certain nombre de ministères (actuellement 15), il faut reconnaître que ce ne sont pas tous les ministères qui auront les mêmes besoins ou mesures incitatives en matière d’horizontalité. Dans de tels cas, il est important de s’assurer qu’il y a de la flexibilité sur comment, et jusqu’à quel point, les ministères participent à la coopération horizontale.
  • S’assurer que les structures de gouvernance sont définies selon les besoins pour favoriser le type d’horizontalité le mieux adapté à l’initiative. Par exemple, une mobilisation réduite de la haute direction est davantage requise pour l’horizontalité de type coopération que pour la collaboration.
  • Établir des politiques et des procédures claires qui pourraient être transférées aux nouveaux participants. On y retrouverait le but et le nombre de réunions pour chaque niveau dans la structure de gouvernance.
  • Il est important d’assurer un équilibre entre la nécessité de produire des rapports sur le rendement à l’échelle de l’initiative, tout en respectant les besoins et les contraintes de temps des ministères pour la production de rapports. Cependant, le ministère responsable doit au moins être en mesure de rendre des comptes sur les résultats obtenus à l’échelle de l’initiative pour les ministères fédéraux participants.
  • Afin de réussir à mettre en place une horizontalité concertée, il convient de mettre en commun les ressources selon qu’il convient, de faire en sorte que l’Initiative soit une priorité gouvernementale et de mobiliser les membres de la haute direction.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :