Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Virus de la fièvre jaune

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ: AGENTS PATHOGÈNES

SECTION I – AGENT INFECTIEUX

NOM: Virus de la fièvre jaune

SYNONYME OU RENVOI: VFJNote de bas de page 1, FJNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 3fièvre jauneNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 3 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6 Note de bas de page 7 Note de bas de page 8 Note de bas de page 9 Note de bas de page 10, and black vomitFootnote 1 et vomi noirNote de bas de page 1, peste américaine.

CARACTÉRISTIQUES: Membre du genre Flavivirus et de la famille des FlaviviridaeNote de bas de page 2 Note de bas de page 6. Le VFJ est un virus à ARN monocaténaire de 40 à 50 nm de diamètreNote de bas de page 1 Note de bas de page 5, à polarité positiveNote de bas de page 1 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5, enveloppé et sphérique.

SECTION II – DÉTERMINATION DU RISQUE

PATHOGÉNICITÉ ET TOXICITÉ: On estime que 15 à 50 % des personnes infectées par le VFJ présentent une pathologie débutant brusquement par une fièvre, des frissons et des céphaléesNote de bas de page 5. De ce nombre, environ 57 à 85 % verront leur infection disparaître et se rétabliront sans développer la fièvre jaune classique. Cette dernière se caractérise par trois stades cliniques : infection, rémission et intoxication.

Infection: Ce stade dure habituellement 3 ou 4 jours et est caractérisé par une virémie intense accompagnée de symptômes tels que fièvre, frissons, malaise, maux de tête, douleurs au bas du dos, douleurs aux genoux, douleurs musculaires généralisées, nausées et étourdissementsNote de bas de page 2 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6. À l'examen, le patient a une fréquence cardiaque plus basse que ce à quoi on s'attend en présence d'une fièvre (signe de Faget), une congestion et un érythème de la conjonctive, de la langue et du visage. La plupart des infections se résorbent à ce stade. Les températures atteignant 40,5 °C sont associées à une maladie grave et à un pronostic sombreNote de bas de page 5.

Rémission: Ce stade est caractérisé par une disparition de la fièvre et des autres symptômes constitutionnels sur une période d'environ 48 heures. La virémie peut être encore présente, mais est habituellement en régressionNote de bas de page 4 Note de bas de page 5.

Intoxication: Environ 15 à 25 % des personnes qui manifestent des symptômes cliniques (ou 10 % de toutes les personnes infectées) atteignent ce stade, qui survient d'ordinaire 3 à 6 jours après l'apparition de la maladie et peut durer 3 à 8 jours. Pendant cette période, la virémie disparaît, et les anticorps ainsi que les signes classiques de fièvre jaune (ictère, insuffisance rénale et hémorragie) apparaissentNote de bas de page 4 Note de bas de page 5. Les symptômes fréquents à ce stade comprennent la fièvre, une bradycardie relative, des vomissements, des nausées, des douleurs épigastriques, un ictère, une oligurie et des manifestations hémorragiques (mélaena, hématurie, saignements utérins non menstruels, pétéchies, ecchymoses, épistaxis et suintements sanguinolents au niveau des gencives et des points de ponction)Note de bas de page 2 Note de bas de page 5. De nombreux cas évoluent vers une insuffisance polyviscérale dominée par des problèmes hépatiques, rénaux, hématologiques et cardiovasculairesNote de bas de page 5.

Le taux de létalité chez les patients présentant une insuffisance hépatique et rénale va de 20 à près de 50 %Note de bas de page 5 Note de bas de page 6. Le décès est habituellement précédé d'une grave hypotension et d'un état de choc difficile à traiter par des liquides et des vasopresseursNote de bas de page 4 Note de bas de page 5.

ÉPIDÉMIOLOGIE: La fièvre jaune n'existe que dans les régions tropicales d'Afrique et d'Amérique du SudNote de bas de page 4 Note de bas de page 5 Note de bas de page 7. On recense environ 200 000 cas de fièvre jaune chaque annéeNote de bas de page 4, dont 90 % surviennent en AfriqueNote de bas de page 1 Note de bas de page 7. Jusqu'à 5 000 cas de fièvre jaune sont signalés en Afrique et 300, en Amérique du Sud chaque année, mais on croit que la véritable incidence de la maladie serait 10 à 50 fois plus élevée que ce qui est noté dans les rapports officielsNote de bas de page 4.

Il existe trois cycles distincts de transmission. Un cycle sylvatique (dans la jungle) est observé dans les forêts tropicales humides de l'Afrique et de l'Amérique du Sud, où le virus de la fièvre jaune est transmis entre les primates non humains et les moustiquesNote de bas de page 5. Les cas humains sont rares et sont habituellement des personnes exposées professionnellement dans les régions forestières ou de transition. Un cycle urbain de transmission de l'humain aux moustiques et de nouveau à l'humain se produit en Afrique et en Amérique du Sud, et finalement, il existe un cycle de type savane qui ne se produit qu'en Afrique et dans lequel la transmission du VFJ se fait entre les singes, les moustiques et les humains.

GAMME D'HÔTES: HumainNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6, primates non humainsNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 5, hérisson et hamster doréNote de bas de page 5.

DOSE INFECTIEUSE: Inconnue.

MODE DE TRANSMISSION: La fièvre jaune est transmise à l'humain par des primates non humains et d'autres humains par le biais de piqûres de moustiques des genres Aedes et HaemagogusNote de bas de page 2 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6 Note de bas de page 8.

PÉRIODE D'INCUBATION: 3 à 6 joursNote de bas de page 2 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6.

TRANSMISSIBILITÉ: Aucune donnée probante ne laisse croire à une transmission directe d'une personne à une autre.

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR: Dans les régions urbaines : humain et moustiques (Aedes aegypti); dans les forêts tropicales humides : singes et moustiques; dans les savanes : humain, singes et moustiquesNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 5 Note de bas de page 8 .

ZOONOSE: Oui, indirectement par la piqûre de moustiques infectés par des hôtes réservoirs non humains (transmission de la FJ sylvatique et de type savane)Note de bas de page 1 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6.

VECTEURS: Les principaux arthropodes vecteurs de la FJ diffèrent selon les régions
géographiquesNote de bas de page 5 :
FJ urbaine : Aedes aegypti en Amérique du Sud et en AfriqueNote de bas de page 5 Note de bas de page 6.
FJ sylvatique : Aedes africanus en Afrique et espèces du genre Haemagogus en Amérique du SudNote de bas de page 5 Note de bas de page 6.
FJ de type savane : Aedes furcifer , Aedes vittatus , Aedes luteocephalus et Aedes africanus en Afrique de l'Ouest, et Aedes africanus et Aedes simpsoni en Afrique de l'EstNote de bas de page 5.

SECTION IV - VIABILITÉ ET STABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS La ribavirine est active in vitro contre le virus de la FJ à des concentrations élevées (potentiellement cytotoxiques)Note de bas de page 5.

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS: Le virus est inactivé par le formaldéhyde à 3-8 %, le glutaraldéhyde à 2 %, le peroxyde d'hydrogène à 2-3 %, le chlore actif à 500-5 000 ppm, l'alcool, l'iode à 1 % et les phénol-iodophoresNote de bas de page 11.

INACTIVATION PHYSIQUE: Le virus est inactivé par la chaleur (50 à 60 °C pendant au moins 30 minutes), les rayons ultraviolets et les rayons gammaNote de bas de page 11.

SURVIE À L'EXTÉRIEUR DE L'HÔTE: L'infectiosité est maintenue à basse température, sa stabilité étant maximale sous -60 °CNote de bas de page 11.

SECTION V - PREMIERS SOINS ET ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE: Surveiller l'apparition des symptômes. La confirmation de l'infection se fait par isolement du virus dans le sangNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 6 ou le liquide céphalorachidienNote de bas de page 2 pendant la phase virémique. Les autres méthodes de détection comprennent l'immunofluorescenceNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 6, la PCRNote de bas de page 2 Note de bas de page 6, la PCR en temps réelNote de bas de page 2, la fixation du complément, l'inhibition de l'hémagglutinine, la neutralisationNote de bas de page 1 et l'épreuve ELISA avec capture des IgMNote de bas de page 1 Note de bas de page 2 Note de bas de page 6.

Remarque : Les méthodes de diagnostic ne sont pas nécessairement toutes disponibles dans tous les pays.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT: Traitement de soutien et soulagement des symptômes. Le traitement peut toutefois varier, car l'infection diffère grandement d'un cas à l'autreNote de bas de page 2. Les traitements et soins peuvent comprendre le maintien de l'alimentation et la prévention de l'hypoglycémie, le sondage naso-gastrique pour prévenir la distension gastrique et l'aspiration, l'administration de cimétidine par voie intraveineuse pour prévenir les hémorragies gastriques, le traitement de l'hypotension par remplacement des liquides et la prise de médicaments vasoactifs, l'administration d'oxygène, la correction de toute acidose métabolique, le traitement des hémorragies par du plasma frais congelé, la dialyse en cas d'insuffisance rénale, et le traitement des infections secondaires par des antibiotiquesNote de bas de page 4.

IMMUNISATION: Il existe deux vaccins vivants atténués contre la fièvre jaune : le vaccin neurotrope de DakarNote de bas de page 2 et la souche 17DNote de bas de page 2 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6 Note de bas de page 7 Note de bas de page 8, ce dernier étant la seule préparation homologuée au Canada. L'immunité débute 10 jours après la primovaccination et persiste plus de 10 ansNote de bas de page 12. Seuls les centres de vaccination contre la fièvre jaune désignés et approuvés par l'ASPC peuvent administrer le vaccinNote de bas de page 13, et la vaccination doit être consignée dans un certificat international de vaccination validé.

PROPHYLAXIE: L'immunisation est requise par la loi pour tous les voyageurs qui visitent une région endémique ou qui quittent une région endémique pour se rendre dans un pays où la FJ ne sévit pasNote de bas de page 2. Les anticorps passifs, l'interféron et les inducteurs d'interférons peuvent aussi être efficaces s'ils sont donnés avant l'infection par le VFJ ou pendant la période d'incubationNote de bas de page 3. La plupart du temps, ils sont utilisés lorsqu'il est clair que la personne a été exposée à la fièvre jaune (p. ex. en laboratoire)Note de bas de page 4 Note de bas de page 5. Les voyageurs devraient également prendre des précautions contre les piqûres de moustiques lorsqu'ils se trouvent dans une région où la transmission de la fièvre jaune est possible.

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS CONTRACTÉES AU LABORATOIRE: 38 cas ont été signalés jusqu'en 1980, dont 8 se sont terminés par le décèsNote de bas de page 14.

SOURCES ET ÉCHANTILLONS: SangNote de bas de page 1 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6 tissu hépatiqueNote de bas de page 6 et liquide céphalorachidienNote de bas de page 2.

DANGERS PRIMAIRES: Contact avec du sang et/ou des tissus infectésNote de bas de page 9 Note de bas de page 10.

DANGERS PARTICULIERS: Exposition directe ou indirecte à des aérosols du vaccin 17D concentréNote de bas de page 8. Le virus a déjà été transmis à un soignant par le biais du sang infecté d'un patientNote de bas de page 9, de même qu'à des employés de laboratoire par des tissus de singes ou de souris infectés, et lors de la manipulation d'animaux de laboratoire infectésNote de bas de page 10.

SECTION VII - CONTRÔLE DE L'EXPOSITION ET PROTECTION PERSONNELLE

CLASSIFICATION PAR GROUPE DE RISQUE: Groupe de risque 3Note de bas de page 15.

EXIGENCES DE CONFINEMENT: Installations, équipement et pratiques opérationnelles de niveau de confinement 3 pour le travail avec des matières, cultures ou animaux infectieux ou potentiellement infectieux.

VÊTEMENTS DE PROTECTION: Avant d'entrer dans le laboratoire, le personnel doit enlever sa tenue de ville et ses bijoux pour ensuite mettre des vêtements et des chaussures réservés aux travaux en laboratoire, ou mettre un vêtement protecteur complet (c'est-à-dire qui couvre entièrement la tenue de ville). Une protection supplémentaire peut être portée par-dessus les vêtements de laboratoire lors de la manipulation directe de matériel infectieux, comme une blouse ne s'ouvrant pas à l'avant avec poignets serrés, des gants et une protection respiratoire. Une protection pour les yeux doit être utilisée lorsqu'il y a un risque connu ou potentiel d'éclaboussureNote de bas de page 16.

AUTRES PRÉCAUTIONS: Toutes les activités avec du matériel infectieux doivent s'effectuer dans une enceinte de sécurité biologique (ESB) ou dans un autre dispositif de confinement primaire adéquat, avec un équipement de protection individuelle. La centrifugation des matières infectées doit s'effectuer dans des enceintes scellées placées dans des réservoirs hermétiques ou des rotors qui sont remplis et vidés dans une ESB. L'utilisation d'aiguilles, de seringues et d'autres objets tranchants doit être strictement restreinte. Les plaies ouvertes, les coupures et les éraflures doivent être couvertes avec des pansements imperméables. Des précautions supplémentaires doivent être envisagées pour les activités avec des animaux ou à grande échelleNote de bas de page 16.

SECTION VIII - MANUTENTION ET ENTREPOSAGE

DÉVERSEMENTS: Laisser les aérosols se poser et, tout en portant des vêtements de protection, couvrir délicatement le déversement avec des essuie-tout et appliquer un désinfectant approprié, en commençant par le périmètre et en se rapprochant du centre. Laisser agir suffisamment longtemps avant de nettoyer (30 minutes)Note de bas de page 16 Note de bas de page 17.

ÉLIMINATION: Décontaminer les déchets par stérilisation à la vapeur, incinération ou désinfection chimiqueNote de bas de page 16.

ENTREPOSAGE: Dans des contenants étanches et scellés, étiquetés de façon appropriée et placés en lieu sûrNote de bas de page 16.

SECTION IX – RENSEIGNEMENTS SUR LA RÉGLEMENTATION ET AUTRES

INFORMATION SUR LA RÉGLEMENTATION: L'importation, le transport et l'utilisation de pathogènes au Canada sont régis par de nombreux organismes de réglementation, dont l'Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Environnement Canada et Transports Canada. Il incombe aux utilisateurs de veiller à respecter tous les règlements et toutes les lois, directives et normes applicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR : Octobre 2010

PRÉPARÉE PAR : Direction de la règlementation des agents pathogènes, agence de la santé publique du Canada.

Bien que les renseignements, opinions et recommandations présentés dans cette Fiche de renseignements proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures pouvant résulter de l'utilisation de ces renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas tout à fait à jour.

Tous droits réservés
© Agence de la santé publique du Canada, 2010
Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :