Archivée 7 : Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) : Résumé de la mise à jour de la déclaration sur les vaccins du 23 avril 2021

Avis au lecteur

Ceci s'agit d'une version qui a été archivée. Veuillez consulter la version la plus récente de cette déclaration.

Sur cette page

Aperçu de la mise à jour

La vaccination contre la COVID-19 est fondamentale pour mettre fin à la pandémie et le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) encourage tous les Canadiens à se faire vacciner pour se protéger et protéger leur famille et leur communauté contre la maladie, les hospitalisations et les décès attribuables à la COVID-19.

L'utilisation du vaccin contre la COVID-19 d'AstraZeneca est autorisée au Canada pour les adultes de 18 ans et plus. Santé Canada a déterminé qu'il s'agit d'un vaccin sûr et efficace.

Le CCNI a mis à jour ses recommandations sur l'utilisation du vaccin d’AstraZeneca à la lumière d'une affection rare mais grave appelée thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccine (TTIV). En utilisant les données disponibles les plus récentes, le CCNI a évalué les avantages du vaccin d'AstraZeneca pour sauver des vies et protéger les populations contre les complications graves de la COVID-19 et le risque de développer une TTIV.

De son côté, dans cette déclaration, il est important de souligner que le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) fournit des conseils sur la façon d'utiliser le vaccin contre la COVID-19 d'AstraZeneca en relation avec les autres vaccins contre la COVID-19 qui sont actuellement autorisés et disponibles au Canada, afin d'obtenir les plus grands avantages en matière de santé publique.

Lorsque les personnes prennent des décisions sur la vaccination, le CCNI souligne l'importance de fournir des informations claires qui permettent de prendre des décisions éclairées et qui prennent en compte à la fois les avantages et les risques des choix de vaccination. Cela permet de renforcer la confiance dans les vaccins dans un contexte où la science émerge rapidement et où les recommandations changent nécessairement au fur et à mesure que de nouvelles données probantes sont disponibles. Les Canadiens devraient s’attendre à ce que le CCNI modifie sa déclaration au fur et à mesure que de nouvelles données probantes sont disponibles.

Les provinces et territoires sont responsables de déterminer leurs politiques de vaccination et de concevoir et mettre en œuvre leurs programmes d'immunisation. Les administrations profitent des conseils du CCNI dans leur prise de décision.

D'après la séance d’information technique initiale du CCNI donnée aux provinces et territoires, les administrations ont déjà commencé à annoncer leurs intentions concernant l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca, en reflétant les conditions épidémiologiques pressantes qu'elles vivent.

À cette heure et selon nos données probantes actuelles, le CCNI recommande que le vaccin d’AstraZeneca soit offert aux personnes de 30 ans et plus qui ne présentent aucune contre-indication, si la personne en particulier ne veut pas attendre de se voir proposer un vaccin à ARNm et si les avantages l’emportent sur les risques. 

Le CCNI reconnaît que les analyses risques-avantages en matière de santé publique pour l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca peuvent varier d'une administration à l'autre en fonction de facteurs tels que l'épidémiologie locale de la COVID-19; l’approvisionnement local en vaccins et la logistique; l'équité et l'acceptabilité, et qu’ils changeront avec le temps.

Le CCNI continue de recommander de préférence les vaccins à ARNm contre la COVID-19 autorisés en raison de l’excellente protection qu’ils offrent, de l’absence des signalements préoccupants en matière d’innocuité et de l’acceptabilité de ces vaccins par les gens qui vivent au Canada. Le CCNI souligne que le Canada s’est procuré des vaccins à ARNm et s’attend à en recevoir suffisamment pour vacciner entièrement la population canadienne actuellement admissible avant l’automne 2021.

Contexte

Le CCNI a mis à jour ses recommandations sur l'utilisation des vaccins contre la COVID-19 à la suite de rapports signalant des caillots sanguins rares mais graves, accompagnés d'un faible taux de plaquettes sanguines, après l'administration du vaccin contre la COVID-19 d’AstraZeneca. Cette affection est connue sous le nom de thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (TTIV).

Les premiers cas de TTIV suivant l'utilisation du vaccin d’AstraZeneca ont été observés en Europe où ce vaccin a été largement utilisé. En date du 20 avril 2021, trois cas ont été confirmés au Canada après l'administration de plus de 700 000 doses du vaccin d’AstraZeneca. Le risque de développer une TTIV ne semble pas être lié à l’âge ni au sexe.

Le 29 mars 2021, le CCNI a recommandé une pause immédiate de l'utilisation du vaccin contre la COVID-19 d'AstraZeneca chez les personnes âgées de moins de 55 ans, à la suite de signalements en matière de TTIV en Europe. Le CCNI a fait cette recommandation par mesure de précaution pendant que Santé Canada examinait l'association de la TTIV avec le vaccin d'AstraZeneca. Les médecins hygiénistes en chef des provinces et des territoires ont appuyé cette décision à l'unanimité.

Le 14 avril 2021, Santé Canada a publié son évaluation de l’innocuité. Santé Canada a conclu que des caillots sanguins très rares associés à de faibles niveaux de plaquettes sanguines suivant l’administration du vaccin d’AstraZeneca pourraient être liés au vaccin. Santé Canada réaffirme que les bénéfices du vaccin d’AstraZeneca l’emportent sur les risques et a ajusté l’étiquette du produit pour refléter les données probantes scientifiques jusqu'à ce jour.

Le CCNI s'est réuni les 13, 15 et 17 avril 2021 pour examiner les plus récentes données probantes domestiques et internationales et les conseils sur la TTIV, et s’est servi de l’évaluation de l’innocuité du vaccin d’AstraZeneca pour éclairer ses discussions. Le CCNI a évalué le risque de développer une TTIV et d’en mourir par rapport aux admissions à l’unité de soins intensifs attribuables à la COVID-19 et aux décès connexes qui pourraient être prévenus par une dose précoce du vaccin d'AstraZeneca selon divers taux d'incidence de COVID-19.

De plus, les recommandations mises à jour du CCNI sont fondées sur l'évolution rapide de l'épidémiologie du COVID-19 au Canada, y compris la circulation des variants préoccupants et les zones chaudes; et sur une analyse complète de l’éthique, de l’équité, de la faisabilité et de l’accessibilité.

Le CCNI fournit des conseils à l'échelle de la population pour aider les provinces et les territoires à planifier les programmes d'immunisation dans leurs administrations. Le CCNI reconnaît que les analyses risques-avantages pour la santé publique de l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca peuvent varier d'une province ou d'un territoire à l'autre en raison de leur situation particulière, notamment l'épidémiologie locale et l'approvisionnement local en vaccins.

Le CCNI continue de recommander de préférence l'utilisation des vaccins à ARNm contre la COVID-19 en raison de l’excellente protection qu’ils offrent, de l’absence de signalements préoccupants en matière d’innocuité et de l’acceptabilité des vaccins par les gens qui vivent au Canada. Le CCNI souligne que le Canada s’est procuré et s’attend à recevoir suffisamment de vaccins à ARNm pour permettre la vaccination complète de la population canadienne actuellement admissible avant l'automne 2021.

À cette heure et selon nos données probantes actuelles, le CCNI recommande que le vaccin d’AstraZeneca soit offert aux personnes de 30 ans et plus qui ne présentent aucune contre-indication, si la personne en particulier ne veut pas attendre de se voir proposer un vaccin à ARNm et si les conditions suivantes s’appliquent :  

Les responsables de la santé publique des provinces et des territoires détermineront la façon dont le vaccin d'AstraZeneca sera utilisé dans leur province ou territoire. Les administrations respectives devraient adapter la limite d’âge recommandée par le CCNI basée sur leur épidémiologie locale. Les responsables de la santé publique peuvent consulter le Cadre d’évaluation des risques pour l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca inclus dans sa déclaration mise à jour.

De nombreux autres pays ont suspendu l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca ou mis en place des restrictions d'âge. On s'attend à ce que les actions liées au vaccin d’AstraZeneca diffèrent selon les pays, en raison de circonstances distinctes, y compris des niveaux divers d'activité de COVID-19 et un accès singulier aux vaccins contre la COVID-19.

Les professionnels de la santé doivent être au courant de la TTIV, notamment le diagnostic et le traitement. Des conseils supplémentaires sont disponibles auprès de la Table consultative scientifique de la COVID-19 de l'Ontario (en anglais seulement) et Thrombose Canada (en anglais seulement).

Les personnes ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca devraient surveiller leur état de santé et consulter un professionnel de la santé si elles présentent des symptômes de la TTIV, notamment un essoufflement, des douleurs thoraciques ou abdominales, un œdème des jambes, des maux de tête graves ou une vision trouble, des ecchymoses ou une éruption cutanée. Un diagnostic et un traitement rapides sont essentiels pour réduire le risque de conséquences négatives.

Le CCNI continuera à surveiller les données probantes sur ce signalement en matière d’innocuité rare, mais grave, après la réception du vaccin d’AstraZeneca, et à mettre à jour ses recommandations si nécessaire.

Pour consulter la mise à jour complète, veuillez consulter le site Recommandations sur l'utilisation des vaccins contre la COVID-19.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :