Pour les professionnels de la santé : fièvre de Lassa

Vous trouverez des renseignements détaillés sur la fièvre de Lassa à l’intention des professionnels de la santé.

Sur cette page

Ce que doivent savoir les professionnels de la santé au sujet de la fièvre de Lassa

Les autorités de la santé publique au Canada doivent se montrer vigilantes. Les patients présentant des symptômes de la fièvre de Lassa et d’autres fièvres hémorragiques virales doivent être identifiés, déclarés et examinés le plus rapidement possible.

La transmission de la fièvre de Lassa d’une personne à l’autre est surtout associée au contact direct avec du sang ou des liquides organiques. Les professionnels de la santé qui soignent des cas suspects ou confirmés de fièvre de Lassa doivent appliquer des mesures de précaution contre les infections.

Il est conseillé aux professionnels de la santé d’éviter :

  • toute exposition au sang et aux liquides organiques
  • tout contact direct ou non protégé avec un environnement possiblement contaminé 

Ils doivent également toujours recourir à :

  • des pratiques d’inhumation sécuritaires
  • des pratiques d’injection sécuritaires
  • un équipement de protection individuelle

Manifestations cliniques

La fièvre hémorragique virale de Lassa est une maladie virale aiguë qui dure 1 à 4 semaines. Parmi les symptômes apparaissant graduellement, on trouve :

  • la fièvre
  • la myalgie
  • les céphalées
  • les maux de gorge et la toux
  • les douleurs thoraciques et abdominales
  • les nausées, les vomissements ou la diarrhée
  • une faiblesse généralisée ou des malaises

La fièvre peut être persistante ou intermittente. L’inflammation et l’exsudation du pharynx et de la conjonctive sont courantes. De nombreux cas sont bénins ou asymptomatiques.

Les cas graves peuvent présenter :

  • un choc
  • des convulsions
  • de l’hypotension
  • des hémorragies
  • un épanchement pleural
  • une encéphalopathie
  • une protéinurie, qui peut entraîner un œdème de la face et du cou

La deuxième semaine de maladie peut être caractérisée par :

  • une ascite
  • un épanchement pleural
  • un œdème de la tête ou du cou

Une insuffisance rénale ou un collapsus circulatoire, aggravés par des vomissements ou de la diarrhée, peuvent aussi survenir. Des épanchements de sang dans la peau, les muqueuses et les tissus profonds se produisent dans les cas les plus graves, entraînant habituellement la mort.

Dans les cas où le patient survit, la fièvre s’estompe et l’état du patient s’améliore rapidement, mais la fatigue peut se prolonger pendant plusieurs semaines. Une leucopénie est habituellement présente, quoiqu’une polynucléose soit parfois observée. La surdité neurosensorielle, qui touche environ 25 % des patients, fait partie des complications tardives.

L’infection peut être plus grave chez les femmes enceintes, particulièrement au troisième trimestre de grossesse. Jusqu’à 95 % des mères infectées perdent leur bébé.

Les symptômes chez les enfants sont semblables à ceux observés chez les adultes. Toutefois, l’infection chez le nourrisson peut entraîner le « syndrome du bébé enflé », qui peut causer la mort et entraîne des symptômes tels que :

  • un œdème
  • des saignements
  • une distension de l’abdomen

Tests

Le Laboratoire national de microbiologie (LNM) est le seul établissement au Canada qui peut travailler avec des virus de fièvres hémorragiques vivants comme le virus Lassa. Le LNM offre le plus haut niveau de confinement au monde et est conforme ou supérieur à toutes les lignes directrices nationales et internationales en matière de sûreté et de sécurité.

Tous les tests concernant des cas suspects de fièvre de Lassa doivent être effectués dans un laboratoire de niveau de confinement 4 (NC4). Les laboratoires NC4 assurent un confinement maximal par :

  • une filtration de type HEPA de l’alimentation d’air
  • la décontamination de tous les déchets
  • le confinement complet du laboratoire
  • la protection du personnel contre l’exposition au virus par l’utilisation d’une combinaison à pression positive
  • une double filtration HEPA (filtre à particules à haute efficacité) de l’air évacué

Envoi des échantillons

Si un échantillon doit être analysé, vous devez communiquer immédiatement avec la ligne téléphonique d’urgence disponible 24 heures sur 24 au 1-800-545-7661.

Un expert vous aidera à élaborer un plan d’intervention d’urgence. Ce dernier permettra d’assurer le transport sécuritaire de l’échantillon vers le LNM.

Traitement

Le traitement par la ribavirine, un antiviral, est d’une efficacité maximale lorsqu’il est entamé dans les six premiers jours de la maladie. La ribavirine doit être administrée par voie intraveineuse pendant six jours. Elle ne prévient pas la surdité associée à la fièvre de Lassa.

Les patients devraient recevoir des soins de soutien pour maintenir à un niveau adéquat :

  • leur oxygénation
  • leur pression artérielle
  • leur équilibre liquidien et électrolytique

Une transfusion sanguine pourrait être nécessaire dans les cas graves.

Prévention et contrôle

Les personnes ayant été en contact étroit avec un patient infecté doivent être identifiées, et ce, dans les trois semaines suivant l’apparition de la maladie chez le patient.

Ces personnes doivent être suivies, et leur température doit être prise chaque jour pendant les 21 jours qui suivent leur dernière exposition au patient. En cas de fièvre (plus de 38 °C), la personne doit communiquer immédiatement avec un médecin.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :